Archives du mot-clé rétrospective

Art d’Amérique Latine 1911-1968 : Une exposition controversée

Vue de salle, photographe : B. Prévost. @Centre Pompidou, Bibliothèque Kandinsky.
Vue de salle, photographe : B. Prévost. @Centre Pompidou, Bibliothèque Kandinsky.

Le Centre Pompidou présentait du 11 novembre 1992 au 12 janvier 1993, la première exposition rétrospective sur l’art latino-américain en France, Art d’Amérique Latine 1911-1968.

Grand défi, celui de présenter une synthèse de l’art de plus d’un demi-siècle d’histoire de 12 pays différents, avec plus de 400 œuvres de plus de 90 artistes. Le choix, fait par Waldo Rasmussen –responsable de l’International Program du MoMA de New York et commissaire de l’exposition– va provoquer une énorme polémique en France et ailleurs. De nombreux articles parus dans la presse vont critiquer une vision encore colonialiste de l’art du continent latino-américain qui réduisait la production  artistique latino-américaine à un art fait d’influences. Ainsi le fait que la plupart des artistes retenus étaient tous présents dans le marché de l’art nord-américain contribua à la polémique qui a déclenché l’exposition.

 Cette exposition fut originellement conçue pour l’Exposition Universelle de Séville de 1992, puis présentée aussi au Centre Pompidou, au Musée Ludwig de Cologne et au MoMA de New York.

Art d’Amérique Latine 1911-1968 fut l’un des événements principaux proposés par  le Centre Pompidou pour célébrer le cinquième centenaire de la découverte de l’Amérique. Dans le cadre de cette commémoration, l’UNESCO a développé le projet Cinquième centenaire de la Rencontre des Deux Mondes, piloté en France par le Ministère de la Culture. Ce projet culturel mobilisa un grand nombre d’institutions européennes pour faire de l’année 1992 une année consacrée à la culture latino-américaine. En France, par exemple, à l’occasion de cette célébration, les Rencontres de la Photographie d’Arles de 1991 ou le Festival d’Avignon de 1992 ont été consacrés à l’Amérique Latine. Le Centre Pompidou a contribué à cette commémoration  en organisant le cycle Amériques Latines  –onze manifestations au total programmées tout au long de 1992 dédiées à la peinture, la sculpture, la littérature, le théâtre ou la philosophie latino-américaine. La rétrospective consacrée à l’art latino-américain du XXe siècle s’inscrivait donc dans cet événement Amériques Latines au même temps que d’autres expositions comme L’univers de Borges, Jorge Amado, écrivain de Bahia, l’exposition de photographie Figures et caractères, un cycle consacré au cinéma mexicain ou le séminaire de philosophie Amériques Latines : Une altérité.

Vue de salle, photographe : B. Prévost. @Centre Pompidou, Bibliothèque Kandinsky.
Vue de salle, photographe : B. Prévost. @Centre Pompidou, Bibliothèque Kandinsky.

Continuer la lecture de Art d’Amérique Latine 1911-1968 : Une exposition controversée 

Les catalogues raisonnés de Marcel Duchamp : vie ou œuvre ?

Par Angelica Gonzalez

Du point de vue formel, certaines expositions monographiques d’artiste sont semblables à la production d’un catalogue raisonné qui commence avec les premiers travaux de l’artiste en exposant la genèse de ses œuvres et ses influences, qui se poursuit avec sa maturité et s’achève avec les périodes de la fin de sa carrière ; il y a une consonance avec le cours d’une vie : naissance, jeunesse, maturité, décrépitude et mort. De manière illustrative dans la présentation du catalogue de l’exposition L’Oeuvre de Marcel Duchamp, Jean CLAIR énonce : « Ce catalogue raisonné de l’œuvre de Marcel DUCHAMP, à défaut de couvrir la totalité de sa production, offre le choix le plus large qu’on ait pu concevoir dans le cadre d’une rétrospective. Parcourant l’ensemble de sa démarche, des tous premiers dessins de 1902 jusqu’aux dernières œuvres de 1968, il a été conçu comme une lecture suivie d’œuvre en œuvre, destinée à guider le simple amateur, mais aussi, nous l’espérons, à apporter des précisions à un public averti[1] ».

Notons que l’idée principale de l’exposition monographique est fortement liée à l’idée de lecture, telle qu’elle apparaît de manière conventionnelle comme succession d’un mot enchaîné à un autre mot, c’est-à-dire la production d’une lecture qui correspond aussi à l’idée du catalogue raisonné : les yeux passent d’une image à l’autre, d’une période à l’autre, d’un style à l’autre, comme s’il était possible de voir  une continuité, une cohérence.[1] Les premiers catalogues raisonnés sont apparu au XIXème siècle. Une définition conventionnelle de catalogue raisonné soumette ce genre à une édition particulière et austère dans sa lecture. Sa principale vertu est de constituer un outil essentiel de référence pour les historiens de l’art, conservateurs, galeristes, experts ou collectionneurs. Sa valeur scientifique est donc reliée à la qualité de son auteur et s’autorité.[2] Continuer la lecture de Les catalogues raisonnés de Marcel Duchamp : vie ou œuvre ? 

Gerhard Richter, de 1977 à 2012 : deux expositions, deux époques

Par Julie Gaillard

Né en 1932 à Dresde, dans l’ancienne Allemagne de l’est, Gerhard Richter a fêté cette année ses 80 ans en beauté avec l’itinérance de sa rétrospective Panorama dans trois prestigieux musées européens. L’exposition a fini son périple en prenant ses quartiers d’été à Paris, au Centre Pompidou, du 6 juin au 24 septembre. L’exposition fut un beau succès pour l’artiste ce qui n’était pas vraiment le cas il y a 35 ans, en 1977, à l’inauguration du Centre. Continuer la lecture de Gerhard Richter, de 1977 à 2012 : deux expositions, deux époques 

Julie Gaillard

J'ai fait une licence d'histoire de l'art à l'Université François Rabelais de Tours (promotion 2008) et un master 1 recherche en art médiéval avec Mme Pascale Charron sur les Vierges à l'Enfant dans un intérieur, peinture flamande et italienne du XV ème siècle. J'ai travaillé durant 8 mois à la Maison de Chateaubriand, à Châtenay-Malabry (92). A la rentrée 2011, j'ai intégré le Diplôme Universitaire préparation aux métiers territoriaux de la culture et du patrimoine à l'Université Paris X de Nanterre. Je suis actuellement en stage pour 3 mois au Centre Pompidou.

More Posts