Ateliers Wikipédia : expérimenter l’écriture d’articles sur des expositions

Logo Wikimedia France

Ateliers de contribution à la Bibliothèque Kandinsky

En complément du cycle d’ateliers de contribution sur Wikipédia organisé par le service multimédia et la direction des publics sur des oeuvres de la collection du MNAM  dans le cadre de la convention de partenariat entre le Centre pompidou et la Fondation Wikimedia, une petite série d’ateliers se met en place en mars 2014 à la bibliothèque Kandinsky autour du programme de recherche « Histoire des expositions ». 

 

Ces ateliers, destinés en priorité aux chercheurs boursiers du Centre Pompidou, aux anciens et futurs contributeurs du catalogue raisonné des expositions, aux stagiaires et aux agents de la bibliothèque Kandinsky, sont envisagés comme une expérimentation d’élaboration de contenus sur la plateforme de Wikipédia, ouverte à tous, en parallèle du wiki privé (accessible sur inscription) qui est en cours de développement pour alimenter ce catalogue raisonné. Ces ateliers fourniront matière à une analyse comparative entre ces deux méthodes de production de contenus sur les expositions, mais aussi entre les deux types d’ateliers dans le cadre du projet #WikiCP.

Il sera question d’apprendre à contribuer sur Wikipédia, de créer ou d’améliorer des articles sur des expositions marquantes du Centre Pompidou, sur la base d’une liste d’expositions présélectionnées, dans une logique d’ouverture propre à la philosophie de l’encyclopédie collaborative, en utilisant les ressources disponibles à la bibliothèque Kandinsky : dossiers documentaires, ressources bibliographiques et reportages photographiques sur ces expositions.

Pour des raisons d’organisation, les ateliers sont limités à 15 participants. Il n’y a plus de places disponibles !

 Programme des ateliers :

Présentation du projet, séance d’introduction, jeudi 6 mars, de 17h30 à 19h
  • Présentation du programme de recherche Histoire des expositions, et du projet catalogue raisonné des expositions
  • Présentation de la Fondation Wikimedia et des enjeux du partenariat engagé avec le Centre Pompidou, retour sur les ateliers WikiCP
  • Enjeux de la vulgarisation scientifique et apports de la contribution dans sa pratique personnelle de recherche
  • Etat des contenus cibles dans Wikipédia : comment améliorer la présence, la description et le sourçage des expositions du Centre Pompidou dans Wikipédia ?

 

1er atelier, mardi 11 mars

Première partie, de 14 h à 16 h :

  • Choix d’une exposition et inscription des participants sur la page projet (finalisation)
  • L’intégration des contenus dans Wikipédia, les mécanismes communautaires : qu’est-ce qu’implique la contribution dans Wikipédia ?
  • Présentation de l’infobox et des possibles structurations d’articles dans Wikipédia

Deuxième partie, de 16 h à 18 h :

  • Recherche documentaire et rédaction des premiers éléments de l’article.
2ème atelier, mardi 18 mars

Première partie, de 14 h à 16 h :

  • atelier autour de la page d’historique et de discussion, des alertes.

Deuxième partie, de 14 h à 16 h :

  • recherche documentaires et rédaction de l’article
3ème atelier, mardi 25 mars

Première partie, de 14 h à 16 h :

  • atelier autour de l’écriture sur le web (ex : carnet de recherche, réseaux sociaux)
  • et/ou intervention sur la question du multilinguisme (sous réserve)

Deuxième partie de 16 h à 18 h :

  • atelier rédactionnel dans carnet de recherche + Wikipedia

Sonia Descamps

Documentaliste au secteur archives et documentation Centre Pompidou, Bibliothèque Kandinsky / MNAM-CCI

More Posts

Posted in Actualités, Evènements, Tous les articles | Tagged , , , , , , , | Leave a comment

Atelier aujourd’hui 22

M5050_X0031_MUS_19781406_021_P 
Atelier aujourd’hui 22
Pendant le Nouveau festival, la librairie Flammarion invite Rémi
Parcollet et la revue Postdocument.
Postdocument est une publication consacrée à la photographie d’œuvre
d’art en situation d’exposition, initiée fin 2010, par Rémi Parcollet,
historien de l’art, Aurélien Mole et Christophe Lemaitre, artistes. Le
numéro 6 de la revue, conçu en réponse à l’invitation de la librairie
dans le cadre thématique du Nouveau festival, propose une relecture,
au travers d’une sélection photographique, du programme d’expositions
Ateliers aujourd’hui présenté par le tout premier Centre Pompidou
(1977-80). Un programme oublié, resté sans suite, qui comprend la
réalisation par Jacques Faujour de reportages photographiques sur les
artistes exposés, et leur accrochage en regard des œuvres dans
l’espace actuellement occupé par la librairie. 
Un lettrage peint sur la double porte vitrée donnant sur le Forum restitue
la part écrite des « Ateliers aujourd’hui »
(Peintre en lettres : Pauline Leyravaud).
Disponible sous forme de fichier pdf téléchargeable et imprimable
gratuitement, la revue Postdocument présente une organisation d’images
réalisées par des amateurs ou des professionnels accompagnées d’une
légende développée, trouvées sur les réseaux sociaux ou dans des fonds
d’archives peu accessibles. Pour chaque nouvelle revue, la sélection
et l’organisation des photographies d’exposition rassemblées est
réalisée en regard de l’une des 16 entrées permanentes qui composent
les légendes des images publiées. L’entrée retenue pour Postdocument#6
est « Titre de l’exposition ».
Rencontre avec Rémi Parcollet et Jacques Faujour en Galerie Sud
vendredi 21 février à 16h30
Lancement de Postdocument#6 à la librairie samedi 22 février à 19h, en
présence de Rémi Parcollet, Aurélien Mole, Christophe Lemaître et
Jacques Faujour
Postdocument-7-Titre-de-l'expo-005 copie
Posted in Tous les articles | Leave a comment

Colloque “Ce que exposer peut dire”, 12-13 février 2014

« Ce que exposer peut dire »

Les 12 et 13 février 2014

Institut Supérieur des Beaux-Arts de Besançon / Franche-Comté (ISBA)

Université de Bourgogne / Dijon (Laboratoire CIMEOS)

Le colloque « Ce qu’exposer peut dire » organisé par le laboratoire CIMEOS (université de Bourgogne/Dijon) et le pôle de recherche Contrat social de l’institut supérieur des Beaux-arts (ISBA de Besançon/Franche-Comté) réunira des artistes, commissaires d’expositions, responsables d’institutions et des universitaires spécialistes en sémiotique et langage de l’exposition. Cette synergie permettra d’apporter des regards croisés sur une problématique contemporaine commune à la sémiotique et à l’art. Le colloque aura lieu à l’Institut supérieur des Beaux-arts de Besançon/Franche-Comté. L’enjeu scientifique de cette rencontre sera l’élaboration d’une mise en perspective théorique et sémiotique de « Ce qu’exposer peut dire » au cours des quarante dernières années.

Voir le programme complet

Mercredi 12 février 

  • 9h00 : Accueil des participant(e)s à l’ISBA
  • 9h30 : Discours de bienvenue de Laurent Devèze, Directeur de l’Institut Supérieur des Beaux Arts de Besançon et Daniel Raichvarg, Directeur du CIMEOS, Université de Bourgogne.
  • 10h-10h45 : Conférence introductive « Ce que exposer fait voir » par Jean-Hubert Martin, historien de l’art et commissaire d’exposition, ancien directeur de la Kunsthalle de Berne, du Musée national d’art moderne du Centre Pompidou, du Musée national des arts d’Afrique et d’Océanie de Paris et du Museum Kunst Palast de Düsseldorf.
  • 10h45-11h00 : Discussion
  • 11h00-11h15 : Pause café
  •  11h15-12h45 : Table ronde « Quelle(s) histoire(s) et quelle(s) géographie(s) pour les formes des expositions depuis 1969 ? » / Modérateur : Stéphanie Jamet-Chavigny, Historienne de l’art, Professeur d’histoire de l’art à l’Institut Supérieur des Beaux-Arts de Besançon/Franche-Comté.

Intervenants :

Andrei Erofeev, Critique d’art russe, Commissaire d’exposition indépendant

Abdel Kader Damani, Directeur du Projet Veduta, La Biennale de Lyon, co-commissaire de la Biennale de Dakar 2014

Emmanuel Guigon, Directeur des Musées du Centre de la ville de Besançon

Laurent Devèze, Directeur de l’Institut Supérieur des Beaux-Arts de Besançon/Franche-Comté

  • 12h45-14h00 : Buffet à ISBA
  • 14h15-15h00 : Conférence introductive « Display/spectacularisation : une contribution sémiotique aux enjeux de la pratique d’exposition » par Giacomo Festi, Chargé de cours alla Nuova Accademia delle Belle Arti Milano (NABA).
  • 15h00-15h30 : Discussion
  • 15h30-15h45 : Pause café
  • 15h45-17h15 Table-ronde « L’exposé et le spectaculaire » / Modérateur : Eléni Mitropoulou, Professeur en Sciences du Langage, CeReS, Université de Limoges.

Intervenants :

Alain Chenevez, Maître de Conférences en socio-anthropologie, CIMEOS, Université de Bourgogne, Dijon.

Matthieu Laurette, artiste, Professeur d’Art/Multimédia à l’Institut Supérieur des Beaux-Arts de Besançon/Franche-Comté.

Ivan Darrault-Harris, Professeur émérite en Sciences du Langage, CeReS, Université de Limoges.

Michel Collet, Professeur de Culture générale à l’Institut Supérieur des Beaux-Arts de Besançon/Franche-Comté

  • 18h30 : Accueil et visite du FRAC par sa directrice, Sylvie Zavatta suivi d’un apéritif.
  • 20h00 : Buffet dînatoire au FRAC

Jeudi 13 février :

  • 9h30 : Accueil des participants
  • 10h-11h : Conférence introductive « Le rôle de l’espace dans l’exposition» par Isabella Pezzini, Professeur en Philosophie et Théorie du Langage à l’Université La Sapienza, Rome.
  • 11h00-11h15 : Discussion
  • 11h15-11h30 : Pause café
  • 11h30-13h00 : Table ronde « Quels sont les nouveaux enjeux esthétiques de la réception d’une exposition ? » / Modérateur : Nanta Novello Paglianti, Maître de Conférences en Sciences du Langage, CIMEOS, Université de Bourgogne, Dijon.

Intervenants :

Sylvie Boulanger, Directrice du Centre national édition art image de Chatou.

Marie Renoue, membre du Centre Norbert Elias, Université d’Avignon et des Pays de Vaucluse

Gérard Collin-Thiébaut, artiste, Professeur d’Art/Intermédia à l’Institut Supérieur des Beaux-Arts de Besançon/Franche-Comté

  • 13h00-14h15 : Buffet à ISBA
  • 14h15-15h00 Hommage à Seth Siegelaub « Vers des nouvelles formes d’exposition » / Modérateur : Laurent Devèze, Directeur de l’Institut Supérieur des Beaux-Arts de Besançon/Franche-Comté
  • Introduction par Marja Bloem, Commissaire des expositions au Stedelijk Museum d’Amsterdam et Matthieu Laurette, artiste, Professeur d’Art/Multimédia à l’Institut Supérieur des Beaux-Arts de Besançon/Franche-Comté
  • 15h00-15h45 : Conférence plénière par Sarah Martinetti, doctorante en Historie de l’art, à l’EHESS, Paris.
  • 15h45-17h00 : Débat et conclusions du colloque

Lieu du colloque : Institut Supérieur des Beaux–Arts (ISBA) de Besançon / Franche-Comté, 12 rue Papin, 25000 BesançonI

Coordination scientifique : Michel Collet (ISBA), Stéphanie Jamet-Chavigny (ISBA), Matthieu Laurette (ISBA), Eléni Mitropoulou (CeReS), Nanta Novello Paglianti (CIMEOS).

Posted in Actualités, Evènements | Tagged , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a comment

Colloque “Histoires d’expositions” les 6, 7 et 8 février 2014

Consulter et télécharger le programme complet



À l’issue d’une journée d’études en 2012 et de la préparation de la monographie des expositions du Centre Pompidou de sa création à nos jours, le colloque Histoires d’expositions sera le rendez-vous des historiens, historiens de l’art, artistes et conservateurs autour de l’exposition et de ses enjeux au XXIe siècle. Traiter des expositions est une opération complexe : à chaque fois se posent des questions de choix d’objets, d’accès à l’information, d’agencement et de modes de restitution de ces informations. Ce colloque permettra d’interroger tous les domaines concernés, histoire de l’art, esthétique, muséologie, histoire des politiques culturelles etc. Quatre thèmes seront principalement abordés par des intervenants internationaux : l’histoire des formes de l’exposition, l’exposition et ses pratiques (accrochages et parcours, gestion des œuvres et d’objets en tout genre, production, réception et évaluation de la réception, documentation), Les acteurs de l’exposition (commissaires, conservateurs, artistes, scénographes, etc.) et enfin les expositions et les institutions qui les accueillent.

Entrée libre dans la limite des places disponibles.

Jeudi 6 février : Centre Pompidou

Petite salle, forum niveau -1 / 19 rue Beaubourg 75004 Paris [plan d’accès]

Vendredi 7 février : Université Paris 8

Amphi X / 2, rue de la Liberté 93200 Saint-Denis [plan d'accès]

 Samedi 8 février : INHA

Auditorium Colbert / 2, rue Vivienne 75002 Paris [plan d'accès]

  • RESPONSABILITÉ SCIENTIFIQUE
  • Bernadette Dufrêne (Université Paris 8, Paragraphe EA 349)
    Jérôme Glicenstein (Université Paris 8, EA 4010 AIAC)
    Didier Schulmann (Bibliothèque Kandinsky MNAM/CCI)

  • COMITÉ SCIENTIFIQUE
  • Bruce Altshuler (New YorkUniversity)
    Catherine Grenier (Centre Pompidou, MNAM/CCI)
    Carles Guerra (MACBA, Barcelone)
    Laurent Le Bon (Centre Pompidou Metz)
    Mark Nash (Royal College of Art, Londres)
    Jean-Marc Poinsot (Université Rennes 2)
    Angéline Scherf (ARC, Musée d’Art Moderne Ville de Paris)
    Mary Anne Staniszewski (Rensselaer Polytechnic, New York)

  • ORGANISATION
  • Benjamin Barbier (Université Paris 8, Paragraphe, EA 349)
    Nathalie Desmet (Université Paris 8, AIAC, EA 4010)

    Posted in Tous les articles | Tagged , , , , , , , , , , , , , | Leave a comment

    Colloque : “Exposer l’architecture : espace discursif, espace scénographique” au Centre Pompidou

    Dans le cadre du cycle “PAROLE A L’ARCHITECTURE”
    JEUDI 16 et VENDREDI 17 JANVIER 2014,
    PETITE SALLE, 14h-20h
     
    Au moment de son ouverture en 1977, le Centre Pompidou est pensé, non pas comme un musée au sens traditionnel, mais comme une institution culturelle pluridisciplinaire, sorte « d’hybride entre Times Square de l’information et le British Museum » selon ses architectes Richard Rogers et Renzo Piano. En ce sens, le Centre Pompidou est précurseur d’une nouvelle approche. 
    Le Centre de Création Industrielle (CCI), fondé en 1969, rejoint l’équipe de préfiguration du Centre Pompidou et devient l’un des deux départements de la nouvelle institution. Il prend en compte la
    vocation pluridisciplinaire du Centre dès son inauguration en 1977 et participe au développement d’expositions d’architecture et de design. C’est également au tournant des années 1980 que sont créés, à travers le monde, plusieurs musées et institutions dédiés à l’exposition de l’architecture.
    Citons par exemple la création de l’International Confederation of Architectural Museum (ICAM) en 1979, qui aura pour effet de légitimer et de donner une vocation «publique» aux expositions d’architecture. À partir des années 1980, les expositions d’architecture deviennent de plus en plus nombreuses et de plus en plus médiatisées. En 2014, le Département du Développement culturel du Centre Pompidou organise un colloque international dont l’objectif est d’aborder les expositions d’architecture comme espaces discursifs et comme espaces scénographiques.
    D’une part, l’exposition d’architecture suscite des changements de paradigmes, elle agit comme espace discursif, énonçant des ruptures de continuités historiques et théoriques. Le MoMA, par exemple, a instauré depuis 1932 une tradition d’exposition dont le but est de réformer les pratiques actuelles en commémorant. Ainsi, les choix opérés quant aux objets conservés et exposés, leurs enjeux socio-politiques, économiques et techniques occupent une part importante des discussions entourant l’exposition de l’architecture. Plusieurs questions apparaissent et renvoient à l’écriture de l’histoire, au statut et à la valeur des représentations architecturales ou plus récemment, à la conservation et à l’exposition d’archives numériques.
    D’autre part, l’exposition d’architecture est aussi un dispositif scénographique permettant d’expérimenter les liens entre le contenu de l’exposition et l’espace de celle-ci. Au-delà de son rôle de médiation, l’exposition contribue à la création de dispositifs valorisant des approches différentes selon les acteurs concernés : architecte, conservateur ou chercheur. Mentionnons quelques scénographies mémorables parmi lesquelles celles de l’exposition Morphosis présentée en 2006 au Centre Pompidou, le Cabinet de curiosités des architectes Herzog & de Meuron au CCA en 2002 ou l’exposition OMA/Progress conçue par le collectif Rotor à la Barbican Art Gallery en 2011.
    Organisé autour de quatre axes — état de la question, stratégies institutionnelles, statut des objets exposés, rapport entre écriture de l’histoire et exposition —, ce colloque prolonge et enrichit les réflexions en cours sur l’exposition de l’architecture et rassemble des commissaires d’expositions, des universitaires, et des architectes praticiens, européens et américains.
    Sous la direction scientifique de Stéphanie Dadour et Léa-Catherine Szacka, docteurs en architecture, ainsi que Jean-Pierre Criqui et Romain Lacroix (DDC, service de la Parole) pour le Centre Pompidou.
    JEUDI 16 JANVIER, 14h00-16h30
    ÉTAT DES LIEUX ET ACTUALITÉ DES EXPOSITIONS COMME SUJET D’ÉTUDE
    Depuis quelques années, l’histoire des expositions, sa théorisation et son historicisation font l’objet de divers travaux tant dans le monde professionnel qu’académique. Dans le cadre de son programme sur l’histoire des expositions, le Centre Pompidou propose, pour la première fois, un colloque sur ce champ d’étude. Dans cette introduction, il s’agit de poser les jalons de ces deux journées, de définir les orientations des travaux qui se
    développent (particulièrement en Europe et en Amérique), tout en portant un regard rétrospectif mais aussi critique sur le devenir de ce nouveau champ d’étude.
    Jean-Pierre Criqui, Service de la Parole du Centre Pompidou (Paris)
    Ouverture du Symposium
    Stéphanie Dadour, ENSA Paris-Malaquais (Paris) et Léa-Catherine Szacka, Oslo School of Architecture and Design, AHO (Oslo)
    Quand l’architecture s’expose
    Barry Bergdoll, Columbia University (New York)
    Out of Site – In Plain View: On the Origins and Modernity of the Architecture Exhibition
    JEUDI 16 JANVIER, 17h00-19h30
    STRATÉGIES INSTITUTIONNELLES
    Dans cette session, l’exposition d’architecture sera considérée comme un prétexte à la mise en place de stratégies institutionnelles, c’est-à-dire à la prise de position de la part d’institutions, qu’elles soient dédiées uniquement à la valorisation de l’architecture ou à la cohabitation entre architecture et autres pratiques artistiques. D’une part, les orientations quant à la sélection d’objets, de collections et d’archives, à leurs déploiements au sein d’une exposition, participent à donner un sens défini à ce qui constitue la mission de l’institution. De l’autre, l’exposition d’architecture est à la base de la fabrication de récits dépassant l’intérêt porté à l’objet architectural. Il sera notamment question de stratégies sérielles adoptées par certaines institutions telles
    que le Centre Canadien d’Architecture ou le Museum of Modern Art de New York.
    Pierre Chabard, ENSA Paris-La Villette (Paris)
    Entre collection et médiation : stratégies croisées du CCA et du CCI, 1982-1984
    Tina Di Carlo, Oslo School of Architecture and Design, AHO (Oslo)
    Deconstructivist Architecture : Exhibition #1489 and the Museum of Modern Art
    Mirko Zardini, Centre Canadien d’Architecture (Montréal)
    Eight Year of for Architecture at the CCA
    VENDREDI 17 JANVIER, 14h00-16h30
    STATUT DES OBJETS EXPOSÉS
    Cette session portera sur le statut, l’intérêt et la valeur donnés aux objets exposés à différents moments de l’histoire. Il sera question d’examiner la relation entre objets montrés et objets conservés dans différents contextes temporels, géographiques et politique. Ces objets rendent compte d’une logique de collection ou encore de cas d’exposition qui informe, voire enrichisse la collection. La constitution et l’accroissement des collections d’objets liés à l’architecture modifient les manières de concevoir l’exposition et ses dispositifs. Dans cette perspective et à partir d’exemples historiques concrets, il s’agit de revoir la cohérence des choix effectués dans une collection d’architecture à l’intérieur de certaines institutions muséales.
    Wallis Miller, University of Kentucky (Kentucky)
    Models, Architecture, and the Academy Exhibition in Germany, 1786-1923
    Olivier Cinqualbre, Création Industrielle du Centre Pompidou (Paris)
    De l’exposition à la collection, du CCI au MNAM-CCI
    Marie-Ange Brayer, LES TURBULENCES-FRAC CENTRE (Orléans)
    Au-delà de l’architecture : l’émergence d’un nouvel artefact numérique
    VENDREDI 17 JANVIER, 17h00-19h30
    RAPPORT ENTRE HISTOIRE ET EXPOSITIONS D’ARCHITECTURE
    L’exposition d’architecture participe à une écriture de l’histoire de la discipline, construite en fonction de son concepteur, de son rôle, de son statut et de sa propre vision. Cette approche étant spécialement théorisée au XXe siècle pose la question du rôle des expositions d’architecture, notamment et en comparaison à l’édition, de la transmission et de l’orientation de l’histoire de l’architecture. Cette session entend tracer une généalogie de ce champ d’étude tout en explicitant la manière dont l’histoire des expositions participe à l’histoire de l’architecture.
    Felicity D. Scott, Columbia University (New York)
    Demonstrations: Architecture on Exhibit at Habitat
    Jean-Philippe Garric, Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne (Paris)
    L’exposition The Architecture of the Ecole des Beaux-Arts, MoMA 1975 et l’historiographie de l’architecture française du XIXe siècle, 1975-2013
    Jean-Louis Cohen, New York University (New York) et professeur invité au Collège de France (Paris)
    Les expositions comme révision critique de l’histoire
    Posted in Actualités, Evènements, Tous les articles | Tagged , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a comment

    Séminaire de recherche “L’objet de l’exposition : l’architecture exposée”

    Le séminaire de recherche L’objet de l’expositionconduit conjointement par le département d’histoire de l’art de l’Université François-Rabelais de Tours et l’École Nationale Supérieure d’Art de Bourges, en partenariat avec le FRAC Centre, se termine le jeudi 23 janvier. Pour une seconde année, le thème abordé est l’architecture exposée.

      Roula Mattar-Perret  :

    Comment s’expose l’archè-tecture dans l’oeuvre de Gordon Matta-Clark ?”

    Jeudi 23 janvier 2014, 9H30-12h00

    Ecole Nationale Supérieure d’Art de Bourges

    Notre intervention propose de considérer la réflexion menée par Gordon Matta-Clark sur l’architecture comme une exploration de ce qui, dans l’étymologie, dit « l’autorité et le commencement en tant que représentables » (D. Payot) : l’archè. Partant de l’exposition organisée en 1972 au 112 Greene Street, deux temps ponctuent le développement, pour répondre des moments spécifiques de la découpe architecturale et de sa restitution. Si la découpe expose, littéralement et métaphoriquement, la fabrique d’une certaine archè-tecture, sa restitution soulève d’autres enjeux, par le recours au fragment (l’extraction) et à la photographie.

     

    Roula Mattar-Perret est architecte DPLG– Docteur en Histoire de l’art contemporain, Membre associé, EA 1279 Histoire et Critique des Arts (Université Rennes 2), Enseignante à l’ENSA Paris La Villette

    Posted in Actualités, Evènements, Tous les articles | Tagged , , , , , , , , | Leave a comment

    Appel à contribution pour le n°20 de la revue “Marges”

    Appel à contribution pour le n° 20 de la revue Marges

    Qu’est-ce qu’un dispositif (dans l’art contemporain)?

    La notion de dispositif est souvent évoquée pour penser les structures visibles et invisibles que juxtaposent le pouvoir et le savoir. Développée notamment à partir des textes de Foucault[1], elle nomme un espace institutionnel qui fonctionne sur le modèle de machines à faire voir et à faire parler. De manière générale, cette notion inclut des pratiques discursives et non discursives qui peuvent être conformes à un ensemble d’institutions, de dispositions architecturales, d’énoncés scientifiques, de propositions philosophiques, etc. Cependant, la définition du dispositif avancée par Foucault reste hétérogène et difficilement saisissable car elle traverse son œuvre ; c’est pourquoi elle est l’objet de débats ainsi que la source de divers prolongements théoriques[2]. Dans ce numéro, nous voulons interroger le fonctionnement des  dispositifs dans le champ de l’art, leur opérativité stratégique, plus particulièrement, les effets qu’ils induisent dans la manière de percevoir et d’interpréter leur présentation. Quelle est  l’autonomie et/ou l’hétéronomie de l’œuvre vis-à-vis du dispositif ?

    Aujourd’hui, on assiste à une transformation considérable des formats de présentations des œuvres : exposition, publications, sites web etc.  Par exemple, l’aspect du design d’exposition est de plus en plus important, au point que le contenu semble presque passer en arrière-plan. Si pendant la période moderne les éléments muséographiques semblaient, en apparence, transparents et neutres ; aujourd’hui, les dispositifs d’exposition prennent des formes inattendues et plus spectaculaires. Ces aspects visuels cherchent à faire ressentir au spectateur une véritable expérience esthétique. Nous voulons nous interroger sur ces nouveaux dispositifs de présentation de l’œuvre [nouvelles formes de chorégraphie spatiale ou de décor de théâtre] et sur leur capacité à affecter le spectateur.

    Les artistes contemporains prennent en compte les effets scénographiques et de décor de l’exposition. Aujourd’hui, l’aspect de l’exposition est une matière avec laquelle l’artiste  produit. Ces aspects peuvent apparaitre à travers la monumentalité de l’œuvre, la complexité de la mise en scène de l’exposition ou la forme pluridisciplinaire ou plurisensorielle de l’installation. Pour autant, peut-on dire que ces dispositifs expositionnels uniformisent la présentation des œuvres ? Imposent-ils une norme artistique ou bien sont-ils un nouvel outil créatif pour les artistes ? Ces dispositifs sont-ils atemporels ou bien correspondent-ils à des périodes particulières de l’histoire ?

    Cette transformation de l’art oblige aussi les institutions à repenser les lieux qui doivent s’adapter aux nouvelles formes d’œuvres et de présentations. Ainsi, les lieux de l’art (musées, centres d’art, galeries, etc.) deviennent autant d’architectures plastiques parfois spectaculaires, dont les espaces s’hybrident entre white cube, black box, workshop, plateforme participative, etc. Jusqu’à quel point ces dispositifs formels correspondent-ils aux besoins de la production artistique actuelle ? Dans quelle mesure les dispositifs architecturaux imposent-ils la forme que doivent prendre les pratiques artistiques ?

    De plus, le développement des smartphones, iPad…, amène les institutions à repenser leur médiation culturelle à travers des dispositifs technologiques. Comment les institutions tirent-elles partie de tels dispositifs pour promouvoir leurs expositions ? Et s’en servent-elles uniquement comme d’outils de médiation ? La médiation, au sens général, peut-elle être vue comme un ensemble de dispositifs de capture du spectateur ? Cette utilisation des dispositifs technologiques déforme-t-elle le regard du spectateur par rapport à l’œuvre ?

    Certains agencements institutionnels et/ou discours des acteurs du champ artistique (commissaires, critiques d’art, historiens de l’art etc.) participent aussi de la mise en œuvre  du dispositif. À travers ces discours et/ou agencements, il s’agit de dominer la perception et l’interprétation grâce à la croyance en une matérialité du discours comme une chose prononcée ou écrite. Quels impacts a ces discours sur la réception des œuvres auprès des spectateurs par exemple ? Cela nous amène à penser aussi l’analyse des traces discursives comme des formes du dispositif.

    Axes de réflexion :

    - On peut citer dans ce questionnement les pratiques des artistes : Franz Ackermann, Ryan Gander, Philippe Parreno, Rosemarie Trockel, Paul McCarthey, Erick Van Lieshout, Pierre Huyghe, Manfred Pernice, Jorge Pardo, Gregor Schneider,  Mike Kelley, Tobias Rehberger…

    - Le dispositif technologique comme outils de médiation

    - Le dispositif, une fin et/ou un moyen stratégique de présentation des œuvres ?

    - Le display d’exposition ou la mise en œuvre de l’exposition

    - Les relations entre l’architecture muséale et le dispositif

    - Le rôle du commissaire ou du scénographe dans la mise en place du dispositif visuel de l’exposition.

    - Des autres modes de présentation de l’œuvre (publication, web) et leurs fonctions de dispositif.

    - Dans quelle mesure, la présentation virtuelle dans le web change-t-elle notre perception de l’œuvre ?

    - La place du spectateur au sein du dispositif ; le rôle du spectateur dans la construction du regard sur l’exposition à travers les dispositifs technologiques

    - Les pratiques discursives de l’art comme  des formes du dispositif.

    Les propositions devront nous parvenir sous forme d’une problématique résumée (5.000 signes maximum, espaces et notes compris) avant le 20/12/2013 par courriel  à Angelica Gonzalez (angelikvas@hotmail.com) et  à Cindy Théodore (theodore.c.c@gmail.com). Les textes sélectionnés (en double aveugle) feront l’objet d’une journée d’étude à l’INHA le 22/02/2014. Le texte des propositions retenues devra nous parvenir le 14/02/2014 (40.000 signes maximum espaces compris).

    Certaines des contributions seront retenues pour la publication du numéro 20 de Marges. La revue Marges (éditions des Presses Universitaires de Vincennes) fait prioritairement appel aux jeunes chercheurs des disciplines susceptibles d’être concernées  ̶  esthétique, arts plastiques, philosophie, design, architecture, sociologie, histoire de l’art, sciences de la communication, médiation culturelle …


    [1] Le mot est employé pour la première fois par Michel Foucault pendant ses séminaires au Collège de France en 1978. Michel Foucault, Sécurité, territoire, population, Paris, Gallimard, 2004.

    [2] Entre autres : Hubert L. Dreyfus et Paul Rabinow, Gilles Deleuze, Jean-François Lyotard, Gilles Deleuze, Giorgio Agamben.

    Posted in Actualités, Evènements, Tous les articles | Tagged , , , , , , , | Leave a comment

    Appel à communication : “L’objet de l’exposition : l’architecture exposée #2″

    Vendredi 11 avril 2014

    à l’Université François-Rabelais de Tours

    Date limite pour le dépôt des propositions : 13 janvier 2014

    Présentation

    Cette journée d’étude s’inscrit dans le cadre du séminaire « L’objet de l’exposition », qui réunit les étudiants de l’option « Médiation culturelle et Pratiques de l’exposition » du master en histoire de l’art de l’Université de Tours et de master Art de l’Ecole Nationale Supérieure d’Art de Bourges. Elle bénéficie du soutien du laboratoire InTRu (EA 6301).

    « L’objet de l’exposition » porte une réflexion sur l’exposition comprise en tant qu’objet d’étude à part entière. Celle-ci n’est pas seulement envisagée comme un matériau privilégié de l’histoire de l’art ou de la muséologie, mais comme une pratique qui est, par essence, aux croisements de différentes disciplines et qui génère donc des questionnements qui lui sont propres. Au regard de son histoire, qui l’a vue s’affirmer de plus en plus comme une pratique discursive avec ses méthodes, sa grammaire –  jusqu’à donner à son créateur le statut d’auteur (le curateur) – l’exposition est considérée comme un objet complexe et questionnée à travers toutes ses composantes, de sa production à sa réception. Dans ce but, le séminaire cherche à croiser les points de vue en sollicitant des chercheurs, des commissaires d’exposition, des responsables d’institutions culturelles, des scénographes, des artistes…

    Chaque année, le séminaire se propose d’aborder ce vaste champ de recherche à travers le choix d’une thématique particulière, reprise lors d’une journée d’étude qui clôture le cycle. Pour une seconde année, c’est « l’architecture exposée » qui est étudiée, en partenariat avec le Fonds Régional d’Art Contemporain de la région Centre et le Centre de Création Contemporaine de Tours.

    Programme du séminaire 2012/2013

    Programme de la première journée d’étude du 3 mai 2013  

    Programme du séminaire 2013/2014 :

    • 17 octobre 2013 – 10h-13h – Université François-Rabelais, Tours

    Delphine Désert (architecte, Ecole Nationale Supérieure d’Architecture de Paris-Bellevile et de Marseille) : « Les dispositifs expographiques de l’architecture »

    • 7 novembre 2013 – 14h-17h – Université François-Rabelais, Tours

    Eric Monin (architecte, maître-assistant titulaire HDR, Ecole Nationale Supérieure d’Architecture et de Paysage de Lille) : « L’architecture surexposée ou les monuments à l’épreuve des faisceaux lumineux »

    • 28 novembre 2013 – 16h30-18h – La Box, ENSA Bourges

    Rencontre autour de l’exposition « Les Organisations d’espaces de Jean-Michel Sanejouand : 1967-1974 » (commissariat : Frédéric Herbin)

    • 5 décembre 2013 – 14h-17h30 – Les Turbulences – FRAC Centre, Orléans

    Journée d’étude « Comment exposer l’architecture : des Radicaux à l’architecture computationnelle »

    Rencontre autour des expositions ArchiLab 2013 « Naturaliser l’architecture » et « Architectures expérimentales » avec : Laurence Fontaine, scénographe des expositions, Emmanuelle Chiappone-Piriou, assistante au commissariat pour Archilab 2013 et chargée de programmation aux Turbulences – Frac Centre, Ludovic Lalauze, directeur technique aux Turbulences – Frac Centre.

    • 23 janvier 2014 – 9h30-12h30 – ENSA Bourges

    Roula Matar-Perret (architecte, Ecole Nationale Supérieure d’Architecture de Paris La Villette) : « Comment s’expose l’archè-tecture dans l’œuvre de Gordon Matta-Clark ? » Continue reading

    Posted in Actualités, Evènements, Tous les articles | Tagged , , , , , , , , | Leave a comment

    Séminaire “L’objet de l’exposition : l’architecture exposée”

    Le Séminaire de recherche L’objet de l’exposition, conduit conjointement par le département d’histoire de l’art de l’Université François-Rabelais de Tours et l’École Nationale Supérieure d’Art de Bourges, en partenariat avec le FRAC Centre, se poursuit le jeudi 7 novembre. Pour une seconde année, le thème abordé est l’architecture exposée.
    L’objet de l’exposition : l’architecture exposée
    Jeudi 7 novembre, 14H00-17h00, Université François Rabelais (s 228)

    Eric Monin  – “L’architecture surexposée ou les monuments à l’épreuve des faisceaux lumineux”

        En 1937, à l’Exposition Internationale des Arts et Techniques dans la Vie Moderne de Paris, l’éclairage des musées et plus précisément la mise en lumière des œuvres présentées au public constituait un aspect important de la classe III du groupe I consacrée aux « Musées et Expositions ». La section « Muséographie » revenait alors sur la question de la mise en valeur des éléments exposés, un aspect déjà souligné quelques années plus tôt par Louis Hautecœur dans son rapport préparatoire à la Conférence de l’Office international des musées qui se tenait à Madrid en 1934. En pointant les problèmes d’éclairage qui devaient être résolus en fonction des ambitions historiques, scientifiques ou artistiques de chaque présentation, les responsables de cette section prenaient pleinement conscience des pouvoirs de la lumière artificielle électrique au service d’une expographie maîtrisée. Les efforts déployés depuis la fin des années vingt pour éclairer les façades monumentales n’étaient pas totalement étrangers à cette problématique de la présentation des œuvres comme en témoignait d’ailleurs le projet de Tour de France de la Lumière chargé de faire rayonner l’Exposition bien au-delà de son enceinte parisienne. Des maquettes exposées dans le pavillon de la classe III jusqu’aux monuments d’Afrique du Nord, la lumière électrique propose une réinterprétation de la réalité diurne en accusant des formes, en révélant des détails et en installant des ambiances qui surgissent d’une matière devenue parfois incandescente. À l’échelle du territoire ou du musée, ces expériences marquantes constituent l’aboutissement de recherches, de tentatives et
    de débats qui seront rappelés à l’occasion de cette communication.

     Eric Monin

    Architecte DPLG, Maître-assistant titulaire HDR
    Ecole nationale supérieure d’architecture et de paysage de Lille

    Stéphanie Rivoire

    Responsable Secteur Archives et documentation - Bibliothèque Kandinsky - MNAM/CCI Chargée de projet Catalogue raisonné des expositions au Centre Pompidou.

    More Posts

    Posted in Evènements, Tous les articles | Tagged , , , , , , | Leave a comment

    “Les archives photographiques d’expositions” : colloque les 17 et 18 octobre 2013

    Jeudi 17 octobre 2013
    INHA

    Vendredi 18 octobre 2013
    Centre Pompidou

    Sans titre-1

    Atelier à la Bibliothèque Kandinsky MNAM-CCI 09/07/13; préparation de l’exposition «On ne se souvient que des photographies» à Bétonsalon centre d’art et de recherche 13/09/13 – 02/11/13.

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    Manifestement les expositions sont aujourd’hui l’un des vecteurs de patrimonialisation de l’art contemporain. Les photographies de vues d’expositions en sont à la fois l’instrument et la mémoire.

    Ces journées d’étude ont pour objet de porter le débat non seulement sur la pratique et la production, mais encore et surtout, sur l’archive, ses usages, la diffusion et la réception de ces photographies documentaires. Elles sont organisées avec le soutien du LabEx Création Art Patrimoine (CAP).

    La patrimonialisation est sujette à des stratégies. Le patrimoine devient un objet d’étude dès lors que l’on s’intéresse au discours de ceux qui le font exister. D’où la pertinence d’une interrogation des acteurs qui prennent indirectement part à cet inventaire. Qui va imposer scientifiquement et culturellement sa définition de ce qui est légitime?

    Programme :

    Jeudi 17 octobre - INHA 2 rue Vivienne, 75002 Paris, salle Vasari, 1er étage voir le plan

    9h30
    Ouverture
    Michel Poivert, Historien de la photographie. Professeur à l’Université de Paris 1 Panthéon-Sorbonne.

    10h
    Remi Parcollet : Labex CAP.
    Introduction.

    10h30
    Stéphanie Rivoire : archiviste, conservatrice des archives et de la documentation, Bibliothèque Kandinsky, MNAM-CCI.
    et Angelica Gonzalez : doctorante Université Paris VIII, boursière du Centre Pompidou pour le programme “Histoire des expositions”.
    Approches méthodologiques pour un catalogue raisonné des expositions, un exemple: l’analyse des pratiques curatoriales au Centre Pompidou.

    11h30
    Éric Mangion : Directeur du Centre d’art de la Villa Arson, Nice.
    Cédric Moris Kelly : Chargé de mission recherche nouveaux médias et web. Villa Arson, Nice.
    Patrick Aubouin : Régisseur, Villa Arson, Nice.
    Villa Arson, 30 ans d’archives: de l’utopie à la fiction?

    12h15
    Discussion avec Éric Mangion, Cédric Moris Kelly, Patrick Aubouin et Remi Parcollet.

    13h
    Pause

    Continue reading

    Posted in Actualités, Evènements, Tous les articles | Tagged , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a comment

    “Exposer la ville au XXe siècle” : Séminaire de recherche

    Laboratoire d’Excellence Création art et patrimoine

    Séminaire organisé par Léa-Catherine Szacka,

    avec la participation de Pierre Chabard et Enrico Chapel

    Bibliothèque Kandisky, Centre Pompidou (3e étage)

    Vendredi 27 septembre 2013, 17h30 à 19h30

    Ce séminaire s’inscrit dans le projet de recherche postdoctoral “Quand la ville entre au musée: Les expositions comme media de compréhension, d’invention et d’appréhension du territoire urbain”, financé en 2012-2013 par le Labex-Cap. Il s’agira donc ici de confronter les premiers résultats de cette recherche avec d’autres exemples d’études sur l’exposition de la ville au XXe siècle. Suivant un ordre chronologique, le séminaire débutera avec les présentations de Pierre Chabard et Enrico Chapel pour se terminer par un court aperçu du cas plus récent du Centre Pompidou. Suivra une discussion sur les possibles points de rencontre entre ces trois recherches et les aspects méthodologiques liés à l’étude des expositions d’urbanisme, entendues comme un type particulier d’exposition.

    Programme

    Pierre Chabard : Geddes et la Cities and Town Planning Exhibition, 1910-1914

    Les débuts de l’urbanisme, dans les premières décennies du vingtième siècle, sont marqués par une pratique intense de l’exposition. Afin de capitaliser, organiser et diffuser une culture partagée de ce champ en construction, on expose tout un arsenal de figurations de la ville telle qu’elle est et telle qu’on voudrait qu’elle soit. Dans le contexte anglo-saxon, le cas de la Cities and Town Planning Exhibition initiée par le biologiste, philanthrope et polygraphe écossais Patrick Geddes (1854-1932) et montrée à six reprises entre 1910 et 1914 constitue un intéressant terrain d’analyse. Impliquant dans son comité d’organisation des acteurs majeurs de ce milieu naissant (John Burns, Thomas Adams, Raymond Unwin, etc.) dont les intérêts ne convergeaient pas forcément, elle permet, à travers la pratique de l’exposition, d’observer l’hétéronomie profonde du champ.

    Enrico Chapel : L’exposition sur « la ville fonctionnelle », CIAM 1933-1937

    Le XXe siècle voit l’essor d’associations professionnelles, nationales ou internationales. Les architectes et les urbanistes se réunissent à plusieurs reprises en congrès, pour débattre de leurs doctrines et de leurs actions. Ils accompagnent parfois leurs assises avec des expositions sur la ville et l’architecture. Les Congrès internationaux d’architecture moderne, créés à La Sarraz (Suisse) en 1928, ne font pas exception. Dès leur deuxième assemblée générale, ils mettent en place une politique d’expositions qui va les accompagner jusqu’à leur dissolution. À travers le cas de l’exposition sur « la ville fonctionnelle », présenté à Athènes en 1933, puis à Amsterdam en 1935, je poserai quelques questions sur la représentation de la ville dans les expositions d’architectes, avec l’idée que ces professionnels sont à l’origine de dispositifs figuratifs et de mise en scène originaux dans le contexte des années 1930.

    Léa-Catherine Szacka : Exposer la ville au Centre Pompidou, 1977 à 1994

    Alors qu’au tournant des années 1980, Bernard Huet rappelait que c’était dans l’étude de la ville que se trouvait le devenir de l’architecture, l’ouverture du Centre Pompidou en 1977, symbolisa la naissance d’une véritable « ville dans la ville ». Le Centre de Création Industrielle (C.C.I.), l’un des quatre départements du Centre Pompidou, tenta, non pas de promouvoir l’”extraordinaire”, mais de proposer une approche visant à montrer les réalités ordinaires et quotidiennes. Entre autres choses, le C.C.I. s’intéressa à la représentation de l’espace urbain à l’intérieur du musée – des grandes expositions pluridisciplinaires (la série des ‘Paris’) jusqu’aux expositions de dessins des années 1990 marquant la naissance de la collection d’architecture et de design au Centre Pompidou. Archéologie de la ville (1977), La ville et l’enfant (1977-78) et La Ville: Art et architecture en Europe 1870-1993 (1994) sont les trois études de cas étudiées dans le cadre de cette recherche.

    Discussion

    Intervenants

    Pierre Chabard

    Pierre Chabard est architecte DPLG et docteur en architecture. Il est maître-assistant titulaire en histoire à l’École nationale supérieure d’architecture de Paris-La Villette et membre de l’équipe de recherche AHTTEP (UMR AUSSER n°3329). Auteur d’une thèse sur Patrick Geddes, ses recherches actuelles portent sur l’histoire de l’institutionnalisation du champ culturel de l’architecture dans les années 1975-1985. En 2013, il a été chercheur invité au Centre canadien d’architecture (CCA) de Montréal. Il est par ailleurs le co-fondateur de la revue Criticat (www.criticat.fr).

    Enrico Chapel

    Architecte, docteur en architecture, Hdr, Enrico Chapel est maître assistant titulaire à l’École nationale supérieure d’architecture de Toulouse. Ses travaux portent sur l’histoire de l’urbanisme au XXe siècle, sur la représentation de la ville et du projet architectural et urbain. Il est responsable de l’axe « Histoire et territoires » du laboratoire de recherche en architecture LRA de Toulouse. En 2010, il a été chercheur invité au Centre canadien d’architecture (CCA) de Montréal.

    Léa-Catherine Szacka

    Architecte, docteur en histoire et théorie de l’architecture, Léa-Catherine Szacka est postdoctoral research fellow et professeure invitee à la Oslo School of Architecture and Design (AHO). Comme membre du Labex-Cap et boursière du Centre Pompidou, elle a poursuivi, entre 2011 et 2013, ses recherches sur l’histoire des expositions, se penchant plus particulièrement sur le cas du Centre Pompidou à la fin du XXe siecle.

    Posted in Tous les articles | Tagged , , , , , | Leave a comment

    “On ne se souvient que des photographies” : exposition du 13 au 28 septembre 2013


    Du 13 au 28 septembre 2013

    à Bétonsalon, Centre d’art et de recherche

    Jean Collas, Revues, Manifestes, Groupements littéraires de 1867 à nos jours, 1937.Source : Ebauche et premiers éléments d’un Musée de la Littérature, Paris, Denoël, 1938.

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    « On ne se souvient que des photographies »* est une édition exposée. Elle est le fruit de la rencontre et du dialogue entre le Groupe de recherche « l’art moderne et contemporain photographié » (master 1) de l’Ecole du Louvre et le Master 2 professionnel Politiques culturelles de l’Université Paris Diderot – Paris 7 représenté par cinq étudiantes de l’association Politik’art. Confiée aux graphistes François Havegeer et Sacha Léopold connus sous le nom de Syndicat, elle place la démarche de recherche scientifique au centre de son propos et opère comme un processus réflexif in progress. Ce projet rend compte des recherches des dix étudiantes du master 1 de l’Ecole de Louvre accueillies à la Bibliothèque Kandinsky (Centre Pompidou MNAM-CCI). Elles ont travaillé chacune cette année sur un mémoire sous la co-direction de Didier Schulmann, conservateur de la Bibliothèque Kandinsky et de Rémi Parcollet, post-doctorant au Labex « Création, Arts et Patrimoine ».

    Susan Sontag questionne dans son dernier livre Devant la douleur des autres (2003), l’impact de la photographie sur notre perception des événements historiques et contemporains. Le titre « On ne se souvient que des photographies » est une référence à une citation de l’essayiste1, qui insiste sur ce phénomène perceptuel particulier et pourtant rarement abordé : le moment où le souvenir de la représentation se superpose à celui de l’événement au risque de l’effacer.

    vernissage Bétonsalon 12:09:13-01

     

    L’apparition de la photographie et son utilisation pour reproduire des oeuvres d’art ou rendre compte des pratiques artistiques a bouleversé bien des repères. Par ailleurs l’archive concernant l’art moderne et contemporain tend de plus en plus aujourd’hui à s’émanciper de son statut purement documentaire. Conséquence de l’évolution processuelle et conceptuelle de l’art depuis les années soixante notamment, son statut côtoie celui de l’oeuvre en particulier à travers la photographie.

    Cette exposition-édition a pour objet de matérialiser une réflexion non seulement sur la pratique et la production de l’image documentaire, mais encore et surtout, sur l’archive, ses usages, la diffusion et la réception de ces photographies. Elle ambitionne d’interroger le trajet des photos et la circulation des oeuvres d’art et des pratiques artistiques à travers différents supports (tirage photographique, photographie imprimée, livre, catalogue, magazine, revue, carton d’invitation, affiche, carte postale, image numérique…).

    Il s’agit d’identifier les causes et les mécanismes du processus de patrimonialisation par la photographie de l’exposition et des oeuvres exposées, des pratiques artistiques éphémères, immatérielles ou encore in situ. Car si la photographie de vue d’exposition, d’atelier, de performance, de danse ou encore de mode est appelée à intégrer pleinement le patrimoine photographique, elle ouvre surtout un champ d’interpellation aux méthodes de l’histoire de l’art, de la critique et en conséquence aux pratiques muséographiques ou curatoriales. Les campagnes de numérisation s’amplifient peu à peu et ces archives photographiques sont confrontées à de nouveaux enjeux, non plus seulement de préservation mais de diffusion et de mise en valeur. Quelles en sont les conséquences en termes artistique, scientifique et pédagogique ?

    vernissage Bétonsalon 12:09:13-04

     

    Sur le plan sociologique, le numérique rend actif et opérationnel le lien, jusqu’alors théorique, entre les deux analyses canoniques de Pierre Bourdieu : celle sur la photographie, « Un art moyen » (1965) et celle sur les musées « L’amour de l’art » (1966) ; le numérique, face aux oeuvres et dans les musées, modifie les usages respectifs que le public, les étudiants, les institutions et les artistes eux-mêmes ont de la photographie.

    Parmi les différents documents liés à l’exposition et qui serviront par la suite à son analyse, la photographie documentaire apparaît comme prépondérante. De fait elle tient une place déterminante dans la plupart des publications récentes sur l’histoire de l’exposition. Les archives institutionnelles comme celles de la Biennale de Venise ou de la documenta à Kassel sont de plus en plus accessibles et permettent à l’historien une relecture de l’histoire de l’art et plus spécifiquement de l’histoire des expositions. Des personnalités apparaissent, témoins privilégiés de ces événements comme les photographes Ugo Mulas ou Gunther Becker, ce dernier développant un style documentaire rigoureux proche de Bernd et Hilla Becher. Leurs subjectivités d’auteurs nécessitent précaution et discernement comme le démontre l’implication du jeune Reiner Ruthenbeck pour documenter la scène artistique de Düsseldorf au début des années soixante avant de devenir pleinement artiste. Le statut de ses images revisitées est aujourd’hui à reconsidérer en regard de sa pratique de sculpteur. Dans le même esprit Mulas est aujourd’hui considéré comme un précurseur du photoconceptualisme avec la série des « vérifications » réalisée à la fin de sa vie, au début des années soixante dix, et qui sont accrochées quarante ans après sur les cimaises du musée au coté des artistes de l’Arte Povera dont il a documenté les oeuvres durant toute sa carrière. La documentation de l’art en situation d’exposition nécessite donc d’être contextualisée, et le trajet du document photographique doit être cartographié tant la mise en abyme qu’il implique permet de repenser notre rapport à l’oeuvre. Gerhard Richter a récemment utilisé des photographies comme support pour des peintures qui effacent l’espace muséal, des images finalement à l‘origine semblables aux différents reportages muséographiques de sa dernière rétrospective itinérante permettant à l’historien et au critique de comparer les partis pris des trois différents commissaires. Constatons que la photographie malgré ses limites et la subjectivité à laquelle l’artiste voudrait la cantonner a paradoxalement accompagné et rendu possible des pratiques artistiques qui se voulaient impossibles à retranscrire par l’image, comme par exemple, la performance ou la danse. Ainsi l’oeuvre in situ ou éphémère, comme le graffiti, développe elle aussi un rapport ambigu avec la photographie. Concernant la diffusion mais aussi la conservation de ce type de pratique artistique dont le musée ne peut rendre compte, le rôle de Martha Cooper apparaît aujourd’hui évident. Si les archives institutionnelles trouvent leurs limites avec le statut de la photographie documentaire, les archives privées particulièrement celles des collectionneurs développent certainement des atouts singuliers, particulièrement lorsque les oeuvres collectionnées s’organisent en fonction de tendances conceptuelles. Le document devient alors prolongement de la collection. Il faut alors s’intéresser à la posture d’un photographe indépendant comme André Morain, documentant régulièrement les expositions d’art contemporain en galeries ou dans les centres d’art, lorsqu’il s’implique dans le suivi d’une collection privée.

    vernissage Bétonsalon 12:09:13-02

    L’expérience de l’oeuvre se vit souvent dans l’espace et la photographier implique des choix de point de vue, de cadrage, de lumière. Quand la photographie documente l’exposition ou l’atelier comme lieu de création de l’artiste, elle ne se limite pas à une simple reproduction documentaire. Ainsi les intentions du photographe, malgré sa démarche documentaire, évoluent toujours entre objectivité et subjectivité. Il faut donc prendre en compte le statut d’auteur de ces photographes et considérer ces « documents impliqués » comme une traduction, une retranscription ou encore une interprétation. Ainsi la photographie de danse est une pratique photographique sans être complètement un genre comme le démontre la collaboration entre Pina Bausch et le photographe Guy Delahaye. Par ailleurs la plupart des reportages notamment pour la presse magazine sont les fruits de commandes à des personnalités de la photographie comme Cecil Beaton, William Klein ou encore Juergen Teller. Il est pertinent d’observer l’environnement de la photographie imprimée comme son rapport au texte tout autant que le cadre de sa production et de sa réception. Il est ainsi utile d’observer l’image dans Vogue et Paris Match comme dans ARTnews ou Art d’Aujourd’hui. Le magazine de mode comme la revue d’art sont potentiellement des espaces d’exposition. A l’inverse une exposition peut devenir l’espace de l’écriture, du texte. Les grandes expositions internationales construisent progressivement une histoire de l’art exposé. Celle de Paris, en 1937, en exposant l’exposition, ou encore en proposant d’exposer la littérature a été l’occasion de penser la muséographie. L’écrit devient image que l’image décrit.

    Remi Parcollet

    vernissage Bétonsalon 12:09:13-03

     

    INFOS PRATIQUES

    Bétonsalon – Centre d’art et de recherche

    9, Esplanade Pierre Vidal-Naquet, Rez-de-chaussée de la Halle aux Farines

    Paris 75013  Voir le plan

    +33.(0)1.45.84.17.56

    contact : info@betonsalon.net

    Ouverture : du mardi au samedi de 11h à 19h

    Entrée libre

    PROGRAMME DES ÉVÉNEMENTS

    Des visites guidées de l’exposition seront données par les étudiantes de l’Ecole du Louvre tous les mardis et jeudis à 18h.

    Des conférences auront lieu les samedis 21 et 28 septembre de 17h à 19h.

    Infos : http://www.betonsalon.net/

    1. « Le problème n’est pas qu’on se souvient grâce aux photographies, mais qu’on ne se souvient que des photographies. » in Susan Sontag, Devant la douleur des autres, trad. de l’anglais par F. Durant-Bogaert, Paris, Christian Bourgois, 2003, p. 97. []
    Posted in Tous les articles | Tagged , , , , , , , , , , , , | Leave a comment

    Bourse d’études du Centre Pompidou “Histoire des expositions”

    Dans le cadre de sa politique de soutien à la recherche, le Centre Pompidou propose trois bourses destinées à des doctorants inscrits au moins en deuxième année de thèse, dans une université, française ou étrangère, pour l’année universitaire 2013-2014.

    •  Bourse d’études « Histoire et sociologie de l’art »
    • Bourse d’études « Histoire des expositions »
    • Bourse d’études « Mondialisation et Etudes culturelles »

    Pour en savoir plus et déposer votre candidature, suivez le lien : 

     

    Stéphanie Rivoire

    Responsable Secteur Archives et documentation - Bibliothèque Kandinsky - MNAM/CCI Chargée de projet Catalogue raisonné des expositions au Centre Pompidou.

    More Posts

    Posted in Actualités, Tous les articles | Tagged , | Leave a comment

    1992-1993 : La collection se manifeste !

    Par Pamela Bianchi

    Photographie d’accrochage réalisée lors de « Manifeste. Une histoire parallèle (1960-1990) ». Photographie de Jacques Faujour. Tirage numérique d’après la planche-contact 20.88, n°15 (1993) Fonds Muséographie des expositions temporaires du MNAM, Bibliothèque Kandinsky, MNAM-CCI / Centre Pompidou

    Photographie d’accrochage réalisée lors de « Manifeste. Une histoire parallèle (1960-1990) ». Photographie de Jacques Faujour. Tirage numérique d’après la planche-contact 20.88, n°15 (1993) Fonds Muséographie des expositions temporaires du MNAM, Bibliothèque Kandinsky, MNAM-CCI / Centre Pompidou

    En 1983, le Van Abbenmuseum de Eindhoven, dirigé à l’époque par Rudi Fusch, présente Summer Display of the Museum’s Collection : il s’agit d’une réorganisation sélective des œuvres de la collection permanente1. Sous l’influence de la récente Documenta 7 que Fusch venait d’organiser, l’accrochage de la collection a été présenté en tant qu’exposition temporaire, à travers une dialectique de présentation qui proposait un dialogue entre œuvres des diverses périodes. La collection fut repensée et proposée avec une organisation à première vue aléatoire, qui en revanche essayait de faire ressortir l’ ”identité ” de chaque œuvre grâce à une confrontation et à une mise en espace non-conventionnelle dans l’exposition. En 1984, le même Rudi Fusch organise la première exposition du nouveau Musée d’art contemporain du Castello di RivoliOuverture I, exposition conçue en tant qu’un modèle pour une collection future2. En 1990 Nicholas Serota, directeur à l’époque de la Tate Gallery de Londres, propose “Past, Present, Future” une série d’expositions3 qui, à partir de la collection, cherchaient à la fois de montrer l’état des acquisitions et de renouveler l’accrochage muséal avec un nouveau display spatial.

    C’est également à cette époque que les œuvres de la collection du Musée national d’Art Moderne furent repensées et proposées à voir sous la forme d’une exposition temporaire. En continuant, en 1992, Dominique Bozo, Président du Centre Pompidou, choisit Didier Semin pour organiser Manifeste, 30 ans de création en perspective (1960-1990), une exposition à partir des collections du MNAM et CCI, développée sur tous les espaces du Centre. Une sorte d’ “inventaire ou échantillonnage d’un stock dont la mise en forme historique n’est qu’un repérage didactique à usage du grand public4”, qui est suivi, l’année suivante, en 1993, par Manifeste,  Une histoire parallèle (1960-1990) – organisé par Jean-Paul Ameline -, suite thématique et conceptuelle au 5ème étage du Centre Pompidou, qui termine la réflexion entamée autour de la collection permanente et de la muséographie du Centre. Continue reading

    1. une reconstitution de la même exposition a eu lieu en 2009 avec le titre “Repetition : Summer display 1983“ []
    2. L’exposition fut le prétexte pour jeter les bases pour la future collection du musée, empruntée sur l’art contemporain. Ouverture II en 1986-1987 fut la suite conceptuelle []
    3. La première exposition a été inaugurée en janvier 1990, suivie d’une deuxième en octobre et, ensuite, d’une dernière en mars 1991. Voir le catalogue publié pour l’occasion Tate Gallery : an illustrated companion, Londres, Tate Gallery, 1990 []
    4. Jean-Marc Poinsot, “L’art contemporain et le musée ”, dans Cahiers du MNAM, n° 42, hiver 1992, p.26-27 []
    Posted in Sur l'exposition, Tous les articles | Tagged , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a comment

    Une exposition de Jean Dethier: “La ville : art et architecture en Europe” (1994)

    Par Aurélie Massie

    Le projet d’exposition “La ville : art et architecture en Europe” est né d’une proposition initiale de Jean DETHIER approuvée comme telle par Dominique BOZO (alors directeur du MNAM-CCI), ultérieurement élargie à un double commissariat général incluant Alain GUIHEUX, puis à un partenariat de co-production avec le Centre de Culture Contemporaine de Barcelone (CCCB) fondé par le philosophe Josep RAMONEDA qu’il inaugure à Barcelone en 1994. Cette ambitieuse exposition – ainsi que le vaste programme d’évènements qui l’accompagnait (sous l’appellation “Metropolis”) dans l’ensemble des départements et lieux du Centre Pompidou – avait alors pour objectif de prolonger; et même de régénérer, la plus emblématique spécificité stratégique que l’institution avait initiée avec grand succès dès son inauguration en 1977, puis pourtant progressivement abandonnée : la production et la mise en scène de grandes expositions et programmations interdisciplinaires capables de fédérer de multiples domaines et facettes de la création culturelle et artistique à travers l’ensemble des chemins de la Modernité, tant en France qu’à l’étranger. La ville moderne et la civilisation urbaine contemporaine assurant de toute évidence un exemple majeur et complexe d’une telle transversalité interdisciplinaire, Jean DETHIER (architecte-conseil du Centre Pompidou depuis 1975 et auteur en 1984 de l’exposition “Images et imaginaires d’architecture” elle aussi présentée avec succès dans la Grande Galerie) a initialement conçu ce projet pluriel afin de pouvoir notamment y intégrer un domaine jusque là pas ou trop peu traité dans les musées : les atouts et enjeux de la ville et de l’urbanisme moderne. Cette approche de la cité perçue à travers les créativités des architectes a été d’emblée – dès l’origine du projet – complétée par une démarche exploratoire complémentaire : la perception et la représentation de la ville moderne par tous les artistes qui ont été fascinés par sa dynamique métropolitaine. Continue reading

    Aurélie

    M2 Médiation culturelle, patrimoine et numérique. Université Paris X Stage de mars à juillet 2013: Catalogue raisonné des expositions du Centre Pompidou et numérisation associée: cas des expositions de Jean Dethier. Expositions traitées: "Architectures marginales aux Etats-Unis" "Le temps des gares" "Des architectures de terre" "Images et imaginaires d'architecture" "Châteaux-Bordeaux" "La ville: art et architecture en Europe" "Living bridges"

    More Posts

    Posted in Sur l'exposition, Tous les articles | Tagged , , , , , , , | Leave a comment