Archives du mot-clé colloque

Exposition(s) et média(s) Enjeux d’une dialectique actuelle : appel à contribution

Ce colloque de doctorants, a pour ambition d’analyser, à travers une approche pluridisciplinaire, la dialectique exposition(s) et média(s) dans l’ère des Technologies d’information et de communication (TIC). Selon une logique allant de la production à la réception des expositions, quatre axes de recherche sont proposés : l’exposition comme média, exposer le média, la médiation de l’exposition et la médiatisation de l’exposition.

Désignant « aussi bien ce qui est exposé que l’espace où l’on expose, l’acte d’exposer et l’exposition en tant que “produit” actualisé par le visiteur »[1], l’exposition a pu recouvrir des formes et fonctions très diverses depuis les « proto-musées » jusqu’à « la promenade comme le centre commercial »[2]. Témoignage de son temps, l’exposition est indissociable de son contexte de production. Ainsi, l’histoire récente est marquée par une évolution des modalités d’appréhension de l’exposition qui se caractérise notamment, au tournant des années 1980, par l’intensification des flux transnationaux et une massification de l’événement dans lesquels Nathalie Heinich voit « de nouvelles formes de tourisme intellectuel, de délectation lettrée ou d’érudition itinérante »[3]. L’exposition devient alors un objet d’étude transdisciplinaire, qu’il soit envisagé à travers un prisme communicationnel (Davallon), muséographique (Chaumier, Desvallées, Mairesse), historique ou socio-historique (Glicenstein) ou même sociologique (Heinich, Eidelman). Défendant le postulat selon lequel l’exposition est un média, la thèse centrale de Jean Davallon que nous souhaitons interroger ici démontre que l’exposition (d’art, d’objet, de science, etc.) donne à voir autant qu’elle nous explique comment regarder[4] et par là, qu’elle met en œuvre la double vertu du média en s’imposant comme support et comme intermédiaire. Il est depuis communément admis de considérer l’exposition comme un média, et les registres médiatiques de l’exposition ou du musée font l’objet de nombreuses recherches (Davallon, Poli). L’ensemble de ces théories mérite aujourd’hui d’être analysé au regard du contexte actuel, marqué par un renouvellement de la « médiatique[5] », par une présence et une influence grandissantes des Technologies de l’Information et de la Communication (TIC).

Plus généralement, c’est l’histoire et l’évolution des pratiques médiatiques de l’exposition depuis la formulation de ces théories qu’il semble pertinent d’analyser. Car, parallèlement à cette théorisation, la richesse et la productivité des expositions depuis les années 1980 – tant dans l’augmentation de leur nombre que dans la diversification de leurs formes – définissent cette période comme un tournant dans l’histoire des expositions, qui voient leurs modalités de fabrication et de réception évoluer significativement. Ensuite, les années 1980 sont également caractérisées par le passage à une société façonnée par ce que l’on appelle désormais les Nouveaux médias qui se définissent par la démocratisation de l’ordinateur. C’est pourquoi ce colloque entend mettre en perspective la richesse et la production des expositions depuis les années 1980, au regard de l’influence des nouveaux médias dans la société.

Continuer la lecture de Exposition(s) et média(s) Enjeux d’une dialectique actuelle : appel à contribution 

Stéphanie Rivoire

Conservatrice des Archives – Bibliothèque Kandinsky – MNAM/CCI
Chargée de projet Catalogue raisonné des expositions au Centre Pompidou

More Posts

Follow Me:
Twitter

Ce qu’exposer veut dire #3 : colloque à l’INP

Ce qu’exposer veut dire

9 et 10 avril 2015

Placée sous la direction de Philippe Dagen, cette rencontre, destinée aux élèves conservateurs en formation, est aussi ouverte à un plus large public. Elle a pour ambition de présenter les différentes problématiques qu’implique le projet d’exposition depuis sa conception jusqu’à son ouverture au public, à travers l’exemple de manifestations emblématiques de l’année 2014.

Expositions d’art contemporain, d’intérêt national, mais aussi dans un grand musée de région ou encore commémoratives, chaque exemple sera l’occasion de faire intervenir les différents acteurs qui travaillent à l’élaboration de ces manifestations artistiques ou scientifiques et d’aborder des thématiques aussi diverses que l’installation des œuvres, le constat d’état, la scénographie, la mise en lumière, la médiation, le travail autour de la mémoire ainsi que les partenariats et les contraintes matérielles et budgétaires.

Ce qu’exposer veut dire 2015 est la troisième édition d’une manifestation qui est désormais devenue un rendez-vous annuel.

Direction : Philippe Dagen, directeur du laboratoire d’excellence « Création, arts et patrimoine » (Labex CAP), directeur du centre de recherche « Histoire culturelle et sociale de l’art » (HiCSA), université Paris 1 Panthéon-Sorbonne

Programmation : Pierre Machu, adjoint au directeur des études du département des conservateurs, Institut national du patrimoine, Inp ; Gennaro Toscano, directeur des études du département des conservateurs, directeur de la recherche et des relations scientifiques, Inp

Organisation : Sarah Lubineau, chargée des manifestations culturelles et scientifiques, Inp

Les enregistrements audio de ce colloque seront disponibles dans la Médiathèque numérique de l’INP.

Le peuple qui manque : Au delà de l’effet Magiciens

Après l’exposition Magiciens de la terre : retour sur une exposition légendaire et l’Université d’été consacrée à l’exposition de 1989, voici une nouvelle occasion de se questionner sur la place de cette exposition et sur ses suites :

Au delà de l’effet Magiciens

6 – 7 – 8 février 2015
Fondation Gulbenkian
(le ven. 6)
& Laboratoires d’Aubervilliers
(le sam. 7 et le dim. 8)

Symposium-performance
f(r)ictions diplomatiques #1

Une géographie globale de l’art s’est imposée depuis la fin des années 1980. Une scénographie diplomatique imagine durant trois jours, d’autres géographies possibles de l’art.

Voir le programme détaillé

"Untitled map drawing" (2009, ink on paper, 50 x 60 cm) by Landon Mackenzie

Avec Kader Attia (artiste), Joaquin Barriendos (théoricien de l’art), Romain Bertrand (historien), Tania Bruguera* (artiste), Fernando Bryce (artiste), Gustavo Buntinx (historien de l’art, curateur), Pascale Casanova (théoricienne de la littérature), Eder Castillo (artiste), Emmanuelle Chérel (historienne de l’art), Cesar Cornejo (artiste), Jérôme David (théoricien de la littérature), Charles Esche (curateur, théoricien), Olivier Hadouchi (historien du cinéma), Kiluanji Kia Henda* (artiste), Maria Hlavajova (directrice artistique BAK), Eduardo Jorge (écrivain), Mathieu Kleyebe Abonnenc (artiste), Kapwani Kiwanga (artiste), Pedro Lasch (artiste), Olivier Marboeuf (directeur artistique de Khiasma), Vincent Message (essayiste, romancier), Yves Mintoogue (doctorant en sciences politiques), Jean-Claude Moineau* (théoricien de l’art), Julia Morandeira Arrizabalaga (commissaire d’exposition), Malick N’Diaye (historien de l’art), Vincent Normand (auteur, commissaire d’expositions), Olu Oguibe (artiste), John Peffer (théoricien de l’art), Estefanía Peñafiel Loaiza (artiste), Revue Afrikadaa (Pascale Obolo, Louisa Babari), David Ruffel (directeur artistique, Masnâa), Lionel Ruffel (théoricien de la littérature), Elena Sorokina (commissaire d’exposition), Ida Soulard (historienne de l’art), Boaventura de Sousa Santos (sociologue), Camille de Toledo (écrivain, artiste), Susana Torres (artiste), Françoise Vergès (politologue), Nicolas Vieillescazes (philosophe).

Commissariat et direction: Aliocha Imhoff & Kantuta Quirós.
Avec le soutien de la Mairie de Paris, de la Région Ile-de-France, de la Fondation Calouste Gulbenkian – Délégation en France, les Laboratoires d’Aubervilliers. Une publication suivra également, soutenue par l’Ecole Nationale Supérieure d’Architecture de Nantes/l’Ecole Nationale Supérieure des Beaux-Arts de Nantes Métropole et les Presses Universitaires de Rennes. Scénographie: Adel Cersaque

Présentation / Informations pratiques
Programme du Ven. 6 fév. 2015
Sam. 7 fév. 2015 / Dim. 8 fév. 2015

Fondation Calouste Gulbenkian
39 Boulevard de la Tour-Maubourg
75007 Paris
Entrée libre

Laboratoires d’Aubervilliers
41 Rue Lécuyer
93300 Aubervilliers
Entrée libre

Programme sous réserve de modifications de dernière minute.
* sous réserve

 » 30 Years after Les Immatériaux : Science, Art and theory », Symposium in Lüneburg, May 21-22 2014

Lüneburg, May 21 – 22, 2014

30 Years after Les Immatériaux: Science, Art, and Theory

Symposium

21 – 22 May 2014

Centre for Digital Cultures
Leuphana University of Lüneburg
Postoffice Building, Sülztorstr. 21-25, 2nd floor

This symposium is dedicated to the 30th anniversary of Jean-François Lyotard’s exhibition at the Centre Pompidou in Paris in 1985, entitled Les Immatériaux. The exhibition wanted to demonstrate the emergence of a new materiality produced by the advancement in telecommunications technology. The prefix im- announced a break from the modern conception of material, language, body, science, and art. Les Immatériaux showed how the desire of modernity produced a negation of itself and passed on to a new cultural form which Lyotard named postmodern. The symposium traces the discourses in the exhibition and its intellectual environment of the late 1970s and 80s, and it reflects on the new material conditions brought up by digital technologies in the last 30 years. What kind of sensibility is appropriate for our current material condition?

The symposium will be held in English. Admission is free.

Programme

Continuer la lecture de  » 30 Years after Les Immatériaux : Science, Art and theory », Symposium in Lüneburg, May 21-22 2014 

Colloque « Ce que exposer peut dire », 12-13 février 2014

« Ce que exposer peut dire »

Les 12 et 13 février 2014

Institut Supérieur des Beaux-Arts de Besançon / Franche-Comté (ISBA)

Université de Bourgogne / Dijon (Laboratoire CIMEOS)

Le colloque « Ce qu’exposer peut dire » organisé par le laboratoire CIMEOS (université de Bourgogne/Dijon) et le pôle de recherche Contrat social de l’institut supérieur des Beaux-arts (ISBA de Besançon/Franche-Comté) réunira des artistes, commissaires d’expositions, responsables d’institutions et des universitaires spécialistes en sémiotique et langage de l’exposition. Cette synergie permettra d’apporter des regards croisés sur une problématique contemporaine commune à la sémiotique et à l’art. Le colloque aura lieu à l’Institut supérieur des Beaux-arts de Besançon/Franche-Comté. L’enjeu scientifique de cette rencontre sera l’élaboration d’une mise en perspective théorique et sémiotique de « Ce qu’exposer peut dire » au cours des quarante dernières années.

Voir le programme complet

Mercredi 12 février 

  • 9h00 : Accueil des participant(e)s à l’ISBA
  • 9h30 : Discours de bienvenue de Laurent Devèze, Directeur de l’Institut Supérieur des Beaux Arts de Besançon et Daniel Raichvarg, Directeur du CIMEOS, Université de Bourgogne.
  • 10h-10h45 : Conférence introductive « Ce que exposer fait voir » par Jean-Hubert Martin, historien de l’art et commissaire d’exposition, ancien directeur de la Kunsthalle de Berne, du Musée national d’art moderne du Centre Pompidou, du Musée national des arts d’Afrique et d’Océanie de Paris et du Museum Kunst Palast de Düsseldorf.
  • 10h45-11h00 : Discussion
  • 11h00-11h15 : Pause café
  •  11h15-12h45 : Table ronde « Quelle(s) histoire(s) et quelle(s) géographie(s) pour les formes des expositions depuis 1969 ? » / Modérateur : Stéphanie Jamet-Chavigny, Historienne de l’art, Professeur d’histoire de l’art à l’Institut Supérieur des Beaux-Arts de Besançon/Franche-Comté.

Intervenants :

Andrei Erofeev, Critique d’art russe, Commissaire d’exposition indépendant

Abdel Kader Damani, Directeur du Projet Veduta, La Biennale de Lyon, co-commissaire de la Biennale de Dakar 2014

Emmanuel Guigon, Directeur des Musées du Centre de la ville de Besançon

Laurent Devèze, Directeur de l’Institut Supérieur des Beaux-Arts de Besançon/Franche-Comté

  • 12h45-14h00 : Buffet à ISBA
  • 14h15-15h00 : Conférence introductive « Display/spectacularisation : une contribution sémiotique aux enjeux de la pratique d’exposition » par Giacomo Festi, Chargé de cours alla Nuova Accademia delle Belle Arti Milano (NABA).
  • 15h00-15h30 : Discussion
  • 15h30-15h45 : Pause café
  • 15h45-17h15 Table-ronde « L’exposé et le spectaculaire » / Modérateur : Eléni Mitropoulou, Professeur en Sciences du Langage, CeReS, Université de Limoges.

Intervenants :

Alain Chenevez, Maître de Conférences en socio-anthropologie, CIMEOS, Université de Bourgogne, Dijon.

Matthieu Laurette, artiste, Professeur d’Art/Multimédia à l’Institut Supérieur des Beaux-Arts de Besançon/Franche-Comté.

Ivan Darrault-Harris, Professeur émérite en Sciences du Langage, CeReS, Université de Limoges.

Michel Collet, Professeur de Culture générale à l’Institut Supérieur des Beaux-Arts de Besançon/Franche-Comté

  • 18h30 : Accueil et visite du FRAC par sa directrice, Sylvie Zavatta suivi d’un apéritif.
  • 20h00 : Buffet dînatoire au FRAC

Jeudi 13 février :

  • 9h30 : Accueil des participants
  • 10h-11h : Conférence introductive « Le rôle de l’espace dans l’exposition» par Isabella Pezzini, Professeur en Philosophie et Théorie du Langage à l’Université La Sapienza, Rome.
  • 11h00-11h15 : Discussion
  • 11h15-11h30 : Pause café
  • 11h30-13h00 : Table ronde « Quels sont les nouveaux enjeux esthétiques de la réception d’une exposition ? » / Modérateur : Nanta Novello Paglianti, Maître de Conférences en Sciences du Langage, CIMEOS, Université de Bourgogne, Dijon.

Intervenants :

Sylvie Boulanger, Directrice du Centre national édition art image de Chatou.

Marie Renoue, membre du Centre Norbert Elias, Université d’Avignon et des Pays de Vaucluse

Gérard Collin-Thiébaut, artiste, Professeur d’Art/Intermédia à l’Institut Supérieur des Beaux-Arts de Besançon/Franche-Comté

  • 13h00-14h15 : Buffet à ISBA
  • 14h15-15h00 Hommage à Seth Siegelaub « Vers des nouvelles formes d’exposition » / Modérateur : Laurent Devèze, Directeur de l’Institut Supérieur des Beaux-Arts de Besançon/Franche-Comté
  • Introduction par Marja Bloem, Commissaire des expositions au Stedelijk Museum d’Amsterdam et Matthieu Laurette, artiste, Professeur d’Art/Multimédia à l’Institut Supérieur des Beaux-Arts de Besançon/Franche-Comté
  • 15h00-15h45 : Conférence plénière par Sarah Martinetti, doctorante en Historie de l’art, à l’EHESS, Paris.
  • 15h45-17h00 : Débat et conclusions du colloque

Lieu du colloque : Institut Supérieur des Beaux–Arts (ISBA) de Besançon / Franche-Comté, 12 rue Papin, 25000 BesançonI

Coordination scientifique : Michel Collet (ISBA), Stéphanie Jamet-Chavigny (ISBA), Matthieu Laurette (ISBA), Eléni Mitropoulou (CeReS), Nanta Novello Paglianti (CIMEOS).

Colloque « Histoires d’expositions » les 6, 7 et 8 février 2014

Consulter et télécharger le programme complet



À l’issue d’une journée d’études en 2012 et de la préparation de la monographie des expositions du Centre Pompidou de sa création à nos jours, le colloque Histoires d’expositions sera le rendez-vous des historiens, historiens de l’art, artistes et conservateurs autour de l’exposition et de ses enjeux au XXIe siècle. Traiter des expositions est une opération complexe : à chaque fois se posent des questions de choix d’objets, d’accès à l’information, d’agencement et de modes de restitution de ces informations. Ce colloque permettra d’interroger tous les domaines concernés, histoire de l’art, esthétique, muséologie, histoire des politiques culturelles etc. Quatre thèmes seront principalement abordés par des intervenants internationaux : l’histoire des formes de l’exposition, l’exposition et ses pratiques (accrochages et parcours, gestion des œuvres et d’objets en tout genre, production, réception et évaluation de la réception, documentation), Les acteurs de l’exposition (commissaires, conservateurs, artistes, scénographes, etc.) et enfin les expositions et les institutions qui les accueillent.

Entrée libre dans la limite des places disponibles.

Jeudi 6 février : Centre Pompidou

Petite salle, forum niveau -1 / 19 rue Beaubourg 75004 Paris [plan d’accès]

Vendredi 7 février : Université Paris 8

Amphi X / 2, rue de la Liberté 93200 Saint-Denis [plan d’accès]

 Samedi 8 février : INHA

Auditorium Colbert / 2, rue Vivienne 75002 Paris [plan d’accès]

  • RESPONSABILITÉ SCIENTIFIQUE
  • Bernadette Dufrêne (Université Paris 8, Paragraphe EA 349)
    Jérôme Glicenstein (Université Paris 8, EA 4010 AIAC)
    Didier Schulmann (Bibliothèque Kandinsky MNAM/CCI)

  • COMITÉ SCIENTIFIQUE
  • Bruce Altshuler (New YorkUniversity)
    Catherine Grenier (Centre Pompidou, MNAM/CCI)
    Carles Guerra (MACBA, Barcelone)
    Laurent Le Bon (Centre Pompidou Metz)
    Mark Nash (Royal College of Art, Londres)
    Jean-Marc Poinsot (Université Rennes 2)
    Angéline Scherf (ARC, Musée d’Art Moderne Ville de Paris)
    Mary Anne Staniszewski (Rensselaer Polytechnic, New York)

  • ORGANISATION
  • Benjamin Barbier (Université Paris 8, Paragraphe, EA 349)
    Nathalie Desmet (Université Paris 8, AIAC, EA 4010)

    Colloque : « Exposer l’architecture : espace discursif, espace scénographique » au Centre Pompidou

    Dans le cadre du cycle « PAROLE A L’ARCHITECTURE »
    JEUDI 16 et VENDREDI 17 JANVIER 2014,
    PETITE SALLE, 14h-20h
     
    Au moment de son ouverture en 1977, le Centre Pompidou est pensé, non pas comme un musée au sens traditionnel, mais comme une institution culturelle pluridisciplinaire, sorte « d’hybride entre Times Square de l’information et le British Museum  » selon ses architectes Richard Rogers et Renzo Piano. En ce sens, le Centre Pompidou est précurseur d’une nouvelle approche. 
    Le Centre de Création Industrielle (CCI), fondé en 1969, rejoint l’équipe de préfiguration du Centre Pompidou et devient l’un des deux départements de la nouvelle institution. Il prend en compte la vocation pluridisciplinaire du Centre dès son inauguration en 1977 et participe au développement d’expositions d’architecture et de design. C’est également au tournant des années 1980 que sont créés, à travers le monde, plusieurs musées et institutions dédiés à l’exposition de l’architecture.
    Citons par exemple la création de l’International Confederation of Architectural Museum (ICAM) en 1979, qui aura pour effet de légitimer et de donner une vocation «publique» aux expositions d’architecture. À partir des années 1980, les expositions d’architecture deviennent de plus en plus nombreuses et de plus en plus médiatisées. En 2014, le Département du Développement culturel du Centre Pompidou organise un colloque international dont l’objectif est d’aborder les expositions d’architecture comme espaces discursifs et comme espaces scénographiques.
    D’une part, l’exposition d’architecture suscite des changements de paradigmes, elle agit comme espace discursif, énonçant des ruptures de continuités historiques et théoriques. Le MoMA, par exemple, a instauré depuis 1932 une tradition d’exposition dont le but est de réformer les pratiques actuelles en commémorant. Ainsi, les choix opérés quant aux objets conservés et exposés, leurs enjeux socio-politiques, économiques et techniques occupent une part importante des discussions entourant l’exposition de l’architecture. Plusieurs questions apparaissent et renvoient à l’écriture de l’histoire, au statut et à la valeur des représentations architecturales ou plus récemment, à la conservation et à l’exposition d’archives numériques.
    D’autre part, l’exposition d’architecture est aussi un dispositif scénographique permettant d’expérimenter les liens entre le contenu de l’exposition et l’espace de celle-ci. Au-delà de son rôle de médiation, l’exposition contribue à la création de dispositifs valorisant des approches différentes selon les acteurs concernés : architecte, conservateur ou chercheur. Mentionnons quelques scénographies mémorables parmi lesquelles celles de l’exposition Morphosis présentée en 2006 au Centre Pompidou, le Cabinet de curiosités des architectes Herzog & de Meuron au CCA en 2002 ou l’exposition OMA/Progress conçue par le collectif Rotor à la Barbican Art Gallery en 2011.
    Organisé autour de quatre axes — état de la question, stratégies institutionnelles, statut des objets exposés, rapport entre écriture de l’histoire et exposition —, ce colloque prolonge et enrichit les réflexions en cours sur l’exposition de l’architecture et rassemble des commissaires d’expositions, des universitaires, et des architectes praticiens, européens et américains.
    Sous la direction scientifique de Stéphanie Dadour et Léa-Catherine Szacka, docteurs en architecture, ainsi que Jean-Pierre Criqui et Romain Lacroix (DDC, service de la Parole) pour le Centre Pompidou.
    JEUDI 16 JANVIER, 14h00-16h30
    ÉTAT DES LIEUX ET ACTUALITÉ DES EXPOSITIONS COMME SUJET D’ÉTUDE
    Depuis quelques années, l’histoire des expositions, sa théorisation et son historicisation font l’objet de divers travaux tant dans le monde professionnel qu’académique. Dans le cadre de son programme sur l’histoire des expositions, le Centre Pompidou propose, pour la première fois, un colloque sur ce champ d’étude. Dans cette introduction, il s’agit de poser les jalons de ces deux journées, de définir les orientations des travaux qui se
    développent (particulièrement en Europe et en Amérique), tout en portant un regard rétrospectif mais aussi critique sur le devenir de ce nouveau champ d’étude.
    Jean-Pierre Criqui, Service de la Parole du Centre Pompidou (Paris)
    Ouverture du Symposium
    Stéphanie Dadour, ENSA Paris-Malaquais (Paris) et Léa-Catherine Szacka, Oslo School of Architecture and Design, AHO (Oslo)
    Quand l’architecture s’expose
    Barry Bergdoll, Columbia University (New York)
    Out of Site – In Plain View: On the Origins and Modernity of the Architecture Exhibition
    JEUDI 16 JANVIER, 17h00-19h30
    STRATÉGIES INSTITUTIONNELLES
    Dans cette session, l’exposition d’architecture sera considérée comme un prétexte à la mise en place de stratégies institutionnelles, c’est-à-dire à la prise de position de la part d’institutions, qu’elles soient dédiées uniquement à la valorisation de l’architecture ou à la cohabitation entre architecture et autres pratiques artistiques. D’une part, les orientations quant à la sélection d’objets, de collections et d’archives, à leurs déploiements au sein d’une exposition, participent à donner un sens défini à ce qui constitue la mission de l’institution. De l’autre, l’exposition d’architecture est à la base de la fabrication de récits dépassant l’intérêt porté à l’objet architectural. Il sera notamment question de stratégies sérielles adoptées par certaines institutions telles
    que le Centre Canadien d’Architecture ou le Museum of Modern Art de New York.
    Pierre Chabard, ENSA Paris-La Villette (Paris)
    Entre collection et médiation : stratégies croisées du CCA et du CCI, 1982-1984
    Tina Di Carlo, Oslo School of Architecture and Design, AHO (Oslo)
    Deconstructivist Architecture : Exhibition #1489 and the Museum of Modern Art
    Mirko Zardini, Centre Canadien d’Architecture (Montréal)
    Eight Year of for Architecture at the CCA
    VENDREDI 17 JANVIER, 14h00-16h30
    STATUT DES OBJETS EXPOSÉS
    Cette session portera sur le statut, l’intérêt et la valeur donnés aux objets exposés à différents moments de l’histoire. Il sera question d’examiner la relation entre objets montrés et objets conservés dans différents contextes temporels, géographiques et politique. Ces objets rendent compte d’une logique de collection ou encore de cas d’exposition qui informe, voire enrichisse la collection. La constitution et l’accroissement des collections d’objets liés à l’architecture modifient les manières de concevoir l’exposition et ses dispositifs. Dans cette perspective et à partir d’exemples historiques concrets, il s’agit de revoir la cohérence des choix effectués dans une collection d’architecture à l’intérieur de certaines institutions muséales.
    Wallis Miller, University of Kentucky (Kentucky)
    Models, Architecture, and the Academy Exhibition in Germany, 1786-1923
    Olivier Cinqualbre, Création Industrielle du Centre Pompidou (Paris)
    De l’exposition à la collection, du CCI au MNAM-CCI
    Marie-Ange Brayer, LES TURBULENCES-FRAC CENTRE (Orléans)
    Au-delà de l’architecture : l’émergence d’un nouvel artefact numérique
    VENDREDI 17 JANVIER, 17h00-19h30
    RAPPORT ENTRE HISTOIRE ET EXPOSITIONS D’ARCHITECTURE
    L’exposition d’architecture participe à une écriture de l’histoire de la discipline, construite en fonction de son concepteur, de son rôle, de son statut et de sa propre vision. Cette approche étant spécialement théorisée au XXe siècle pose la question du rôle des expositions d’architecture, notamment et en comparaison à l’édition, de la transmission et de l’orientation de l’histoire de l’architecture. Cette session entend tracer une généalogie de ce champ d’étude tout en explicitant la manière dont l’histoire des expositions participe à l’histoire de l’architecture.
    Felicity D. Scott, Columbia University (New York)
    Demonstrations: Architecture on Exhibit at Habitat
    Jean-Philippe Garric, Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne (Paris)
    L’exposition The Architecture of the Ecole des Beaux-Arts, MoMA 1975 et l’historiographie de l’architecture française du XIXe siècle, 1975-2013
    Jean-Louis Cohen, New York University (New York) et professeur invité au Collège de France (Paris)
    Les expositions comme révision critique de l’histoire

    International symposium « Exhibitions’ histories » : call for papers.

    LABEX Arts-H2H, University of Paris 8 – Centre Pompidou

    February, 6th, 7th, 8th, 2014

    The project “History of Exhibitions in 20th Century”, initiated in 2011, seeks to provide a critical and interdisciplinary reflection on the phenomenon of exhibitions in our time.

    This project, led by two research teams of the University of Paris 8 and by the Centre Pompidou, consisted initially in the elaboration of various principles regarding the collecting and archiving of information about exhibitions, in order to produce a catalogue raisonné of Centre Pompidou’s exhibitions. This first phase was mostly about the complexity of exhibition processes. Among other things, questions were raised about the choice of objects, access to information, selection and display of information… Writing about exhibitions —trying to tell their (hi)story— means indeed taking into account the plurality of their determinations. In December 2012, a symposium gave the opportunity to discuss the goals of the constitution of an open archive of exhibitions —for the Centre Pompidou as well as for other museums or the academic world.

    The second phase of this project takes further the same questions and extends them along wider fields of research —art history, esthetics, museology, history of cultural policies… The catalogue raisonné led to questions regarding the archival of exhibitions, their actors, the access to information… Februar 2014 conference will seek to open new perspectives, both narrower and wider. They are narrower as far as some very specific exhibitions will be examined in their own singularity. They are also wider, to the extent that one wo n’t be limited to the exhibitions of Centre Pompidou. Other questions will be taken into account: about what an exhibition is nowadays —here and elsewhere— in relation to a history that should also be questioned —and through the emergence of what one could call an exhibition-system.

    The following themes will be proposed :

    Continuer la lecture de International symposium « Exhibitions’ histories » : call for papers. 

    Stéphanie Rivoire

    Conservatrice des Archives – Bibliothèque Kandinsky – MNAM/CCI
    Chargée de projet Catalogue raisonné des expositions au Centre Pompidou

    More Posts

    Follow Me:
    Twitter

    Colloque international « Histoires d’expositions » : appel à contributions

    Organisation : LABEX Arts-H2H, Université Paris 8, Centre Pompidou Dates : 6, 7, 8 février 2014 Lieux

    • Centre Pompidou, Paris
    • Université Paris 8, Saint-Denis
    • INHA (Institut national d’histoire de l’art), Paris

    Initié en 2011, le projet « Histoire des expositions au 20e siècle », développé dans le cadre du Labex Arts-H2H, vise à produire une réflexion critique et interdisciplinaire sur le phénomène des expositions à notre époque. Ce projet piloté par deux laboratoires de recherche de l’Université Paris 8 et par le Centre Pompidou a consisté dans un premier temps à mettre en œuvre différents principes de collecte et d’archivage dans le but de créer un catalogue raisonné des  expositions du Centre Pompidou. Cette  première phase a permis de remarquer que le fait de traiter des expositions est une opération complexe : à chaque fois se posent des questions de choix d’objets, d’accès à l’information, d’agencement et de modes de restitution de ces informations. Écrire au sujet des expositions — chercher à en restituer l’histoire notamment — c’est ainsi prendre en compte la pluralité de leurs déterminations. En décembre 2012, une journée d’étude a permis de faire le point sur les enjeux de la constitution d’une archive ouverte de l’exposition à la fois pour une institution telle que le Centre Pompidou et pour le monde des musées ou de la recherche. La deuxième phase du projet prolonge les mêmes questions et les étend à des domaines et méthodes d’investigation plus larges — histoire de l’art, esthétique, muséologie, histoire des politiques culturelles… Le catalogue raisonné avait permis de faire émerger des questions touchant à l’archivage des expositions, à l’accès aux informations les concernant, à leurs acteurs. Le colloque de février 2014 propose, quant à lui, des perspectives à la fois plus étroites et plus étendues. Plus étroites, en ce que des exemples concrets d’expositions seront présentés dans leur sin gularité propre ; plus étendues, en ce qu’il ne s’agira pas de se contenter de l’exemple des expositions du Centre Pompidou mais de rendre compte de ce qu’est l’exposition à la fois à notre époque — ici ou ailleurs — et dans une historicité qu’il s’agira de questionner — notamment au travers de l’émergence de ce que l’on pourrait nommer un système de l’exposition (expo-système) . Les axes proposés sont les suivants : Continuer la lecture de Colloque international « Histoires d’expositions » : appel à contributions 

    Stéphanie Rivoire

    Conservatrice des Archives – Bibliothèque Kandinsky – MNAM/CCI
    Chargée de projet Catalogue raisonné des expositions au Centre Pompidou

    More Posts

    Follow Me:
    Twitter

    « Le catalogue raisonné des expositions du Centre Pompidou : vers une archive ouverte de l’exposition” : compte-rendu de la journée d’étude du 4 décembre 2012 (partie 9)

    Par Angelica Gonzalez

    Carles GUERRA introduit le projet collaboratif MELA (European Museums in an Age of Migrations). Il s’agit d’un programme interdisciplinaire à propos du nouveau rôle du musée dans la définition des nouvelles stratégies pour les musées contemporains et dans un contexte caractérisé par la migration continue des gens et des idées.  Guerra se concentre sur la présentation du programme des expositions récentes et sur la recherche à propos de la collection du musée. Le MACBA est ouvert en 1995  avec l’intégration des archives  composées des catalogues, des plans d’architecture, des documents de travail et d’une bibliothèque publique ainsi que d’un programme d’études qui accompagne l’appui à la programmation. Continuer la lecture de « Le catalogue raisonné des expositions du Centre Pompidou : vers une archive ouverte de l’exposition” : compte-rendu de la journée d’étude du 4 décembre 2012 (partie 9) 

    « Le catalogue raisonné des expositions du Centre Pompidou : vers une archive ouverte de l’exposition” : compte-rendu de la journée d’étude du 4 décembre 2012 (partie 8)

    Par Angelica Gonzalez

    Bruce ALTSHULER introduit le problème de comprendre comment les expositions se sont constituées comme un objet de recherche. Ainsi, il commence avec la citation de l’exposition The Armory Show en 1913, une exposition importante pour l’histoire des expositions américaines et bien évidement une exposition très documentée. Il souligne que la manière d’aborder l’analyse de l’exposition était différente à l’époque, car auparavant l’intérêt s’était centré sur l’analyse formelle et sur les monographies des artistes. C’est seulement après qu’on a commencé à inclure les  articulations sociales (les institutions, la critique, etc), et les interactions entre les différents acteurs : les collectionneurs, les conservateurs, les fonctionnaires du musée. La construction de narrations à propos de l’exposition affecte le domaine culturel mais aussi le domaine politique et économique.

    Bruce ALTSHULER présente une série d’images d’expositions emblématiques et il  affirme qu’il existe deux raisons de s’intéresser à l’étude de l’exposition : la première en relation au changement de l’histoire de l’art que nous venons de mentionner, la deuxième en relation aux études poststructuralistes, postcoloniales et multiculturelles qui comprennent d’une manière plus large la production, la  distribution et la réception des objets culturels ;  évidemment l’exposition est au cœur de ce système. De plus, on reconnait que dans ce système le commissaire est un acteur essentiel du système de l’art contemporain. C’est pourquoi l’exposition est le centre des études dans les programmes curatoriaux. Continuer la lecture de « Le catalogue raisonné des expositions du Centre Pompidou : vers une archive ouverte de l’exposition” : compte-rendu de la journée d’étude du 4 décembre 2012 (partie 8) 

    « Le catalogue raisonné des expositions du Centre Pompidou : vers une archive ouverte de l’exposition” : compte-rendu de la journée d’étude du 4 décembre 2012 (partie 7)

    Par Angelica Gonzalez

    L’après-midi continue avec la présentation de trois intervenants : Jérôme GLICENSTEIN (Université Paris VIII), Bruce ALTSHULER (Directeur,  Program in Museum Studies, New York University), Carles GUERRA (Conservateur, MACBA   Museu d’art contemporani de Barcelona). Les présentations portent sur la question d’une historiographie de l’histoire des expositions et sur la  problématique des rapports entre la discipline de l’histoire de l’art et l’histoire des expositions. L’après-midi est spécialement marqué par une richesse de références théoriques et par la présentation d’études de cas emblématiques. Les interventions sont centrées sur des questions épistémologiques autour du nouvel champ d’étude de l’histoire des expositions.

    Nous présentons ici une synthèse de la conférence de Jérôme GLICENSTEIN : « Une histoire impossible ? Pour une historiographie de l’exposition ». Continuer la lecture de « Le catalogue raisonné des expositions du Centre Pompidou : vers une archive ouverte de l’exposition” : compte-rendu de la journée d’étude du 4 décembre 2012 (partie 7) 

    Programme du colloque « Ce qu’exposer veut dire »

    RENCONTRES EUROPEENNES DU PATRIMOINE – 2013

    « Ce qu’exposer veut dire »

    25 et 26 avril 2013

    Auditorium de la Galerie Colbert,  INHA

    Vue de l'exposition "1917" au Centre Pompidou Metz. Scénographie : Didier Blin. Photographie : Rémi Villaggi
    Centre Pompidou-Metz /Scénographie Didier Blin /Photographie Rémi Villaggi 

     

    Placée sous la direction de Philippe DAGEN, la rencontre, ouverte au plus large public et destinée aussi à tous les élèves conservateurs en formation, a pour ambition de présenter les différentes problématiques qu’implique le projet d’exposition depuis la conception jusqu’à l’ouverture au public, à travers l’exemple d’expositions emblématiques de l’année 2012 (telles Caravage et le caravagisme, 1917, Bertrand Lavier, depuis 1969). 

     

     

    Expositions beaux arts, d’archéologie ou d’archives, chaque exemple sera l’occasion de faire intervenir les différents acteurs qui travaillent à l’élaboration de ces manifestations artistiques ou scientifiques et d’aborder des thématiques aussi diverses que l’historiographie, la politique de prêts, les coproductions, la scénographie, la régie, l’éclairage, la diffusion et la médiation.

    Ces rencontres consacrées aux expositions deviendront un rendez-vous annuel au printemps à l’Institut national du patrimoine. Continuer la lecture de Programme du colloque « Ce qu’exposer veut dire » 

    Compte-rendu du colloque « Le catalogue dans tous ses états ».

     

     

    Par Rémi Parcollet

    Ce colloque s’est tenu à l’Ecole du Louvre,  les 13 et 14 décembre 2012.  Auparavant, un forum organisé en partenariat avec l’Institut National d’Histoire de l’Art s’est tenu le 12 décembre, permettant aux chercheurs de 3ème cycle, doctorant ou jeunes docteurs de s’exprimer sur le sujet.

    En tant qu’établissement d’enseignement supérieur, l’Ecole du Louvre participe à la recherche scientifique dans le domaine de l’histoire de l’art en organisant notamment des colloques internationaux souvent en partenariat avec d’autres institutions. Ces manifestations réunissent chercheurs, universitaires et conservateurs autour d’un thème ou de sujet spécialisés, qui peuvent être liés à l’actualité muséographique et à la recherche. L’École du Louvre a choisi pour marquer l’année de ses 130 ans de consacrer un colloque « à l’objet emblématique entre tous de la rencontre entre le musée et l’écriture : le catalogue ».

    Intitulé « Le catalogue dans tous ses états », le colloque s’est déroulé en quatre temps. Tout d’abord « Les catalogues, images et instruments de la pensée » séance présidée par Roland RECHT. Les rapports entre l’objet catalogue et la littérature et le format catalogue d’exposition ont notamment été interrogés. Ce type de catalogue a été présenté comme une source incontournable pour « une histoire totale de l’art », mais cela n’a pas été l’occasion d’aborder plus largement une réflexion dans l’air du temps, celle d’une histoire de l’art particulière construite à partir de l’histoire des expositions. Continuer la lecture de Compte-rendu du colloque « Le catalogue dans tous ses états ». 

    Programme du colloque « Le catalogue dans tous ses états »

    12 – 13 – 14 décembre 2012
    École du Louvre – Institut National d’histoire de l’Art

    Programme complet

    12 décembre 2012, Ecole du Louvre  – après-midi (amphithéâtre michel-ange)
    14H00
    Forum des jeunes chercheurs organisé avec l’institut national d’histoire de l’art
    Président de séance – Dominique JARRASSE, professeur d’histoire de l’art contemporain, université Michel de Montaigne Bordeaux 3, membre de l’équipe de recherche, école du Louvre
    Au sujet de l’étude des « frises d’objets » des cercueils égyptiens : enjeux d’un catalogue – Anne-Hélène PERROT, 3e cycle, école du Louvre
    Le catalogue de l’historien de l’art : iconographie sérielle et enjeux de la mise en ligne – Giulia PUMA, doctorante, université de paris 3
    René-Antoine Houasse : enjeux méthodologiques du catalogue raisonné d’un collaborateur de Le Brun – Matthieu LETT, 3e cycle, école du louvre, allocataire de recherche, école du Louvre
    Un manuscrit français pour première source des musées d’art russes : le Catalogue raisonné des Tableaux de la galerie impériale de l’Ermitage de Catherine II – Guillaume NICOUD, doctorant, école pratique des hautes études, chargé de recherche, musée d’état de l’Ermitage, Saint-Pétersbourg
    La Galerie mythologique d’Aubin-Louis Millin : un « produit dérivé » des catalogues sur l’antique du XVIIIe siècle – Élise LEHOUX, doctorante, école pratique des hautes études en sciences sociales, allocataire de recherche, région Île-de-France Continuer la lecture de Programme du colloque « Le catalogue dans tous ses états »