Les images de THE ART SHOW pour un tableau vivant reconstitué

Par Juliette O’leary

S’il est frustrant de louper une exposition et de ne la voir qu’à travers les photographies, le catalogue, ou les discours critiques qui s’y rapportent, ça l’est d’autant plus lorsqu’il s’agit d’un tableau vivant d’Edward Kienholz. Composé de dix-neuf mannequins sculptés et parlants ainsi que de quatorze tableaux, « The Art Show 1963-1977 » consiste en une reconstitution de vernissage dont les mannequins ne sont autres que les répliques moulées des membres de l’entourage de Kienhloz tels que le galeriste américain Gilbert Brownstone, ses enfants Noah, Chrisi et Jenny ou encore la collectionneuse Virginia Dawn. Nous noterons que l’artiste et le commissaire de l’exposition, Pontus Hulten, entretiennent une étroite relation depuis plusieurs années lorsqu’ils organisent l’événement en 1977. Peu étonnant donc, de retrouver ce dernier statufié parmi les mannequins ! Répartis dans l’espace, un verre de punch à la main pour certains, en communion avec les tableaux pour d’autres, ces derniers contemplent The art show drawings, œuvres plus ou moins explicatives autour du projet. À la fois exposition individuelle et inédite mais aussi œuvre à part entière, THE ART SHOW brouille les pistes.  

Sans aucun doute certaines images du reportage photographique de Jacques Faujour donnent la sensation d’être l’album photo du dernier rendez-vous d’une galerie branchée des années 1970. C’est en effet ce que désirait l’artiste qui avait initialement conçu THE ART SHOW sous la forme d’un tableau concept, dont le texte n’était qu’une description de l’environnement qu’il allait devenir. Ce ressenti était d’autant plus recherché par Kienholz qui avait enregistré les voix de ses amis ainsi que le brouhaha berlinois de la brève présentation de THE ART SHOW à la Galerie Folker Skulima (une nuit) afin de diffuser ces captations sonores au moyen de ventilateurs d’automobiles américaines fixés sur chaque mannequin.

Comme beaucoup de photographies d’exposition, celles de THE ART SHOW ont néanmoins été faites hors des temps d’ouverture du musée, vides de toute présence humaine. C’est en fait à l’occasion d’une autre exposition organisée par le MNAM, « Six regards », que nous pouvons voir les images de l’œuvre-exposition animée par les visiteurs. Cette exposition hors-les-murs présentait en effet les points de vue de six photographes sur le Centre Pompidou en 1977. Parmi eux, Robert Doisneau, Claude-Raymond Dityvon et Martine Frank ont su immortaliser la cohabitation des clones figés des acteurs du monde de l’art avec le public parisien. Seules trois photographies de ce type existent aux archives du MNAM, mais c’est plutôt du côté audiovisuel que nous trouvons le plus croustillant.

Été 1977, le réalisateur Frédéric Rossif fait un tour au Centre Pompidou pour tourner le documentaire Heureux comme un regard en France, autour des activités du lieu. Encore une fois, le tournage est réalisé un jour de fermeture du Centre, sans visiteurs, mais la pellicule couleur nous excite déjà un peu plus la pupille que les nuances de gris de Faujour (quelques-une de ses photographies sont en couleur mais nous leur préférons le mouvement du film). C’est alors qu’au détour d’un travelling surgissent deux mimes, alternant les rôles de statue vivante et de visiteur dans l’exposition Kienholz, tout en jouant avec la caméra. Coquetterie du réalisateur ou excentricité de l’artiste, on ne saurait dire, mais nous noterons une anecdote similaire dans la deuxième partie du film Ping pong Paris – New-York. Enfin les humains ont investi les galeries contemporaines de Pompidou, ici filmées par Pierre Desfons. Par un jeu de poses prolongées, les images nous troublent jusqu’à ne plus discerner, par intermittence,  le public des mannequins. Filmée le jour du vernissage, THE ART SHOW est ici représentée comme il se doit, avec la présence du public, dont chaque membre en est non seulement le spectateur mais également un des éléments essentiels. Déjà en 1970 Kienholz affirmait dans le 14ème numéro des Chroniques de l’art vivant : « Les pièces sont faites pour inviter les gens à y pénétrer. J’ai le sentiment qu’elles sont incomplètes tant qu’il n’y a pas quelqu’un de vivant qui les voit. »

Dans un papier de 1977, un journaliste parle de happening pour évoquer THE ART SHOW. Le terme n’est pas le plus approprié vis-à-vis de l’éloignement de certains préceptes de Kaprow pour qui il est important de ne pas se produire dans un lieu artistique par exemple. Ceci dit, nous nous rapprochons éventuellement de la dernière règle établie par le performeur américain qui insiste sur le fait que les happenings soient joués par des amateurs et que le public puisse participer. Car au fond, le public y participe déjà en pénétrant les galeries contemporaines.

Les multiples sources visuelles autour de l’exposition THE ART SHOW, en plus de son catalogue dont un reportage dans l’atelier de moulage de l’artiste mérite le coup d’oeil, prennent encore plus d’ampleur lorsqu’on peut les recouper entre elles. Tout comme les photographes et réalisateurs qui ont pu voir l’exposition et en capter l’essence, je me pris au jeu de THE ART SHOW et décidai de reconstituer cette exposition dans laquelle j’aurais aimé déambuler. En voici donc un plan, réalisé d’après l’ensemble des images évoquées ci-dessus.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *