Une exposition de Jean Dethier: « La ville : art et architecture en Europe » (1994)

Par Aurélie Massie

Le projet d’exposition « La ville : art et architecture en Europe » est né d’une proposition initiale de Jean DETHIER approuvée comme telle par Dominique BOZO (alors directeur du MNAM-CCI), ultérieurement élargie à un double commissariat général incluant Alain GUIHEUX, puis à un partenariat de co-production avec le Centre de Culture Contemporaine de Barcelone (CCCB) fondé par le philosophe Josep RAMONEDA qu’il inaugure à Barcelone en 1994. Cette ambitieuse exposition – ainsi que le vaste programme d’évènements qui l’accompagnait (sous l’appellation « Metropolis ») dans l’ensemble des départements et lieux du Centre Pompidou – avait alors pour objectif de prolonger; et même de régénérer, la plus emblématique spécificité stratégique que l’institution avait initiée avec grand succès dès son inauguration en 1977, puis pourtant progressivement abandonnée : la production et la mise en scène de grandes expositions et programmations interdisciplinaires capables de fédérer de multiples domaines et facettes de la création culturelle et artistique à travers l’ensemble des chemins de la Modernité, tant en France qu’à l’étranger. La ville moderne et la civilisation urbaine contemporaine assurant de toute évidence un exemple majeur et complexe d’une telle transversalité interdisciplinaire, Jean DETHIER (architecte-conseil du Centre Pompidou depuis 1975 et auteur en 1984 de l’exposition « Images et imaginaires d’architecture » elle aussi présentée avec succès dans la Grande Galerie) a initialement conçu ce projet pluriel afin de pouvoir notamment y intégrer un domaine jusque là pas ou trop peu traité dans les musées : les atouts et enjeux de la ville et de l’urbanisme moderne. Cette approche de la cité perçue à travers les créativités des architectes a été d’emblée – dès l’origine du projet – complétée par une démarche exploratoire complémentaire : la perception et la représentation de la ville moderne par tous les artistes qui ont été fascinés par sa dynamique métropolitaine.

En rassemblant et confrontant pour la première fois un millier d’oeuvres (dont beaucoup n’avaient jamais encore été exposées en France, voire même à l’étranger), cette ambitieuse et vaste exposition interdisciplinaire proposait donc deux regards culturels complémentaires sur la ville moderne en Europe de 1870 à 1993 : celui des artistes et celui des architectes ou urbanistes.

Itinérance : L’exposition fut présentée en trois versions distinctes au CGP à Paris en 1994, au CCCB de Barcelone en 1994 (dont elle constitue l’exposition inaugurale de cette institution) et au Musée d’art contemporain de Tokyo en 1996 (version remaniée et recentrée réalisée par Jean DETHIER)

Scénographie : Le vaste espace d’exposition de la « Grande Galerie » (3.000 m² au 5ème étage) était structuré en deux entités distinctes mais complémentaires (de surface égale) disposées parallèlement et offrant une approche chronologique conjointe de deux facettes majeures de la civilisation urbaine en Europe entre 1870 et 1993.

  1. « La ville selon les artistes » : 29 salles aménagées par Jean DETHIER.  Cette première partie invitait à découvrir – à travers une sélection de quelques 500 œuvres (peintures, sculptures, dessins, photographies, environnements, installations, vidéo-art, BD, séquences de films, etc) – l’évolution des attitudes, réactions et créativités des artistes vis à vis des faits urbains de leur temps. Ce parcours initiatique traversait 12 décennies et ainsi la grande majorité de tous les courants de la création et de ses avant-gardes : depuis l’Impressionisme jusqu’aux divers mouvements artistiques ayant émergé au cours des années 1970. La scénographie volontairement « intimiste et chaleureuse » de cette partie de l’exposition se développait en une succession d’une trentaine de salles aux proportions diversifiées ; elle semblait suggérer la découverte progressive (et chronologique) des divers ateliers que composeraient une idéale « cité des artistes ».
  2. « La ville selon les architectes » : un immense espace unique conçu par Alain GUIHEUX accueillant 12 entités thématiques. cette deuxième partie était dédiée aux visions – réalistes ou utopiques – des architectes et urbanistes qui tentaient – au vu des quelques 250 projets présentées – d’aménager la ville et ses extensions selon une succession très variée de concepts, de théories ou de dogmes. La scénographie de cette partie était délibérément très différente de la première : son vaste espace linéaire était laissé entièrement ouvert, sans séparations internes. Ainsi se faisaient face deux immenses cimaises blanches qui se déployaient sur 6 mètres de hauteur tout le long de la grande galerie. Chacune était constellée (de haut en bas) de dessins originaux (près de 500 en tout) dont l’assemblage particulièrement compact  évoquait un  immense  « collage urbain », lui-même rythmé en 12 thèmes et complété par la présence (au centre de cette vaste salle) de nombreuses maquettes, de « morceaux choisis » de villes réelles ou imaginaires. Les deux grandes composantes scénographiques et thématiques de l’exposition – ainsi dédiée aux visions des artistes et des urbanistes – révèlaient une logique de spatialisation qui semblait inspirée tour à tour par le monde domestique (l’intimisme des ateliers d’artiste) et institutionnel (l’ampleur monumentale du projet urbain). Ces deux parcours reliés entre eux par 7 « portes urbaines », assurant la communication transversale entre les deux mondes parallèles ici appréhendés séparément. Cette disposition muséographique fut totalement modifiée lors de la présentation de la même exposition à Barcelone au CCCB, car l’ensemble des salles d’exposition du bâtiment d’accueil (un  ancien orphelinat) s’y développaient sur deux niveaux distincts : l’un a accueilli les « artistes », et l’autre les « architectes ». De même lors de sa présentation à Tokyo en 1996 d’une version radicalement  restructurée et recentrée de cette exposition, alors rebaptisée « La ville moderne en Europe ».

Articles sur l’exposition :


Aurélie

M2 Médiation culturelle, patrimoine et numérique. Université Paris X Stage de mars à juillet 2013: Catalogue raisonné des expositions du Centre Pompidou et numérisation associée: cas des expositions de Jean Dethier. Expositions traitées: "Architectures marginales aux Etats-Unis" "Le temps des gares" "Des architectures de terre" "Images et imaginaires d'architecture" "Châteaux-Bordeaux" "La ville: art et architecture en Europe" "Living bridges"

More Posts

A propos Aurélie

M2 Médiation culturelle, patrimoine et numérique. Université Paris X Stage de mars à juillet 2013: Catalogue raisonné des expositions du Centre Pompidou et numérisation associée: cas des expositions de Jean Dethier. Expositions traitées: "Architectures marginales aux Etats-Unis" "Le temps des gares" "Des architectures de terre" "Images et imaginaires d'architecture" "Châteaux-Bordeaux" "La ville: art et architecture en Europe" "Living bridges"

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *