Archives du mot-clé MNAM Musée National d’Art Moderne

Les expositions Mona Hatoum au Centre Pompidou

1993 : Germain Viatte, directeur du MNAM, programme l’exposition Mona Hatoum pour l’année suivante. Il s’agit de la première exposition de l’artiste en France, et qui plus est, sa première exposition dans une institution muséale. L’exposition monographique présente  dans trois salles six oeuvres majeures couvrant onze années de travail de l’artiste. Le commissariat de cette exposition est alors confié à Christine Van Assche (L’époque, la mode, la morale, la passion en 1987 ou encore Vidéo Vintage 1963-1983 en 2012) et la scénographie est réalisée par Laurence Fontaine, architecte scénographe. En 2015, la même équipe conçoit une nouvelle monographie témoignant de quarante années de travail avec plus de cent œuvres présentées.

Une artiste aux multiples facettes

D’origine palestinienne, Mona Hatoum vit et travaille à Londres depuis le milieu des années 1970. Née à Beyrouth en 1952 après que ses parents s’y soient exilés en raison du conflit israélo-palestinien, Mona Hatoum grandit et apprend le français durant ses études secondaires dans la capitale Libanaise. En 1975, elle se rend à Londres où elle envisage de faire ses études supérieures. Elle y reste finalement par obligation puisque la guerre du Liban éclate et l’empêche de rentrer. Séparée de sa famille, Mona Hatoum entreprend des études d’art et obtient un diplôme de The Slade School of Art en 1981. Dès 1980, elle réalise sa première performance Don’t Smile, You’re on Camera !.

Vers le milieu des années 1980, estimant « que la performance comme médium était devenue quelque chose d’assez institutionnalisé et avait perdu son aspect critique » [1] , l’artiste s’ouvre à la vidéo et à l’installation, favorisant « une approche plus mesurée/réfléchie » [1] dont l’immédiateté, et l’improvisation parfois, induites par la performance, manque. Qu’il s’agisse de performance, vidéo, sculpture ou installation, le travail de Mona Hatoum joue sur l’ambiguïté, les opposés. Engagées ou pleines de légèreté, délicates et brutes à la fois, les œuvres de Mona Hatoum peuvent être aussi sérieuses que drôles. Elles sont aussi politiques qu’autobiographiques, évoquant autant l’histoire personnelle de l’artiste que des sujets de société.

175px-AF_9400197

Une œuvre attirante et repoussante

La première exposition de l’œuvre de Mona Hatoum au Centre Pompidou s’inscrit avant tout dans une programmation plus vaste qui comprend les expositions Gary Hill et Stan Douglas et apporte une réflexion sur les relations entre l’espace, l’architecture et le visiteur « […] et enfin les rapports désormais incontournables entre le spectateur et l’œuvre » [2]. Si l’exposition a lieu du 8 juin 1994 au 12 septembre 1994, la question des dates de celle-ci fait l’objet de plusieurs changements avant d’être arrêtée. L’exposition est initialement prévue entre mars-avril 1994 afin, selon une correspondance de Christine Van Assche à Germain Viatte, « […] d’établir une liaison entre [l’œuvre de Mona Hatoum] centrée sur la question du corps et les recherches sur le corps scientifiques dans la Revue virtuelle [du Centre Pompidou] »[3]. Par la suite, la date est repoussée entre octobre et décembre 1994 mais Mona Hatoum n’est pas disponible à ses dates. Mona Hatoum souhaitant s’investir dans le projet et dans une volonté de satisfaire autant le public que l’artiste et de présenter Mona Hatoum au public parisien, le Centre Pompidou, à force de discussion et de travail entre les différents membres de l’équipe, fixe les dates du 8 juin au 22 août 1994. C’est finalement un changement de programmation de dernière minute qui permet à l’exposition Mona Hatoum de jouer les prolongations.

Continuer la lecture de Les expositions Mona Hatoum au Centre Pompidou 

Art d’Amérique Latine 1911-1968 : Une exposition controversée

Vue de salle, photographe : B. Prévost. @Centre Pompidou, Bibliothèque Kandinsky.
Vue de salle, photographe : B. Prévost. @Centre Pompidou, Bibliothèque Kandinsky.

Le Centre Pompidou présentait du 11 novembre 1992 au 12 janvier 1993, la première exposition rétrospective sur l’art latino-américain en France, Art d’Amérique Latine 1911-1968.

Grand défi, celui de présenter une synthèse de l’art de plus d’un demi-siècle d’histoire de 12 pays différents, avec plus de 400 œuvres de plus de 90 artistes. Le choix, fait par Waldo Rasmussen –responsable de l’International Program du MoMA de New York et commissaire de l’exposition– va provoquer une énorme polémique en France et ailleurs. De nombreux articles parus dans la presse vont critiquer une vision encore colonialiste de l’art du continent latino-américain qui réduisait la production  artistique latino-américaine à un art fait d’influences. Ainsi le fait que la plupart des artistes retenus étaient tous présents dans le marché de l’art nord-américain contribua à la polémique qui a déclenché l’exposition.

 Cette exposition fut originellement conçue pour l’Exposition Universelle de Séville de 1992, puis présentée aussi au Centre Pompidou, au Musée Ludwig de Cologne et au MoMA de New York.

Art d’Amérique Latine 1911-1968 fut l’un des événements principaux proposés par  le Centre Pompidou pour célébrer le cinquième centenaire de la découverte de l’Amérique. Dans le cadre de cette commémoration, l’UNESCO a développé le projet Cinquième centenaire de la Rencontre des Deux Mondes, piloté en France par le Ministère de la Culture. Ce projet culturel mobilisa un grand nombre d’institutions européennes pour faire de l’année 1992 une année consacrée à la culture latino-américaine. En France, par exemple, à l’occasion de cette célébration, les Rencontres de la Photographie d’Arles de 1991 ou le Festival d’Avignon de 1992 ont été consacrés à l’Amérique Latine. Le Centre Pompidou a contribué à cette commémoration  en organisant le cycle Amériques Latines  –onze manifestations au total programmées tout au long de 1992 dédiées à la peinture, la sculpture, la littérature, le théâtre ou la philosophie latino-américaine. La rétrospective consacrée à l’art latino-américain du XXe siècle s’inscrivait donc dans cet événement Amériques Latines au même temps que d’autres expositions comme L’univers de Borges, Jorge Amado, écrivain de Bahia, l’exposition de photographie Figures et caractères, un cycle consacré au cinéma mexicain ou le séminaire de philosophie Amériques Latines : Une altérité.

Vue de salle, photographe : B. Prévost. @Centre Pompidou, Bibliothèque Kandinsky.
Vue de salle, photographe : B. Prévost. @Centre Pompidou, Bibliothèque Kandinsky.

Continuer la lecture de Art d’Amérique Latine 1911-1968 : Une exposition controversée 

Walter De Maria : 360º I CHING / 64 SCULPTURES – 360º YI KING / 64 SCULPTURES

Dans le contexte de l’art contemporain des années quatre-vingt, le Centre Pompidou a consacré en 1981 une exposition à Walter De Maria, artiste pionnier du land art. Cette exposition placée dans le forum du musée, était constituée d’une seule œuvre regroupant plusieurs sculptures de style minimaliste. Intitulée 360º I CHING / 64 SCULPTURES – 360º YI KING / 64 SCULPTURES, elle était inspirée de la philosophie orientale présente dans le livre chinois I ching / Yi king.

En approfondissant sur les conditions d’émergence de cette exposition, des incongruités chronologiques entre les dates affichées par le musée et celles figurant dans les documents préparatoires, sont apparues. En effet, entre 1981 et 1982, une double exposition de Walter de María s’est déroulée au sein de l’institution. On se demande alors s’il s’agit de deux expositions différentes ou si, au contraire, il est question d’une même présentation mais effectuée en deux temps distincts. Le catalogue publié à l’occasion de la première exposition, a été l’élément clé pour clarifier la confusion chronologique qui s’est produite. En effet, les dates de celle-ci ont été modifiées à la main -la première, allant du 8 Juillet au 5 Octobre 1981 a été remplacée par la deuxième allant du 15 avril au 13 juin 1982-, ceci montre qu’il a bien eu une même exposition à des périodes différentes. Dans ce sens, il est pertinent de se questionner pourquoi la même exposition a été présentée deux fois.

En s’immergeant dans les archives du Centre Pompidou, plusieurs informations qui permettent de répondre à ces questions, ont été découvertes. Le présent article aura pour objectif de montrer comment les documents trouvés témoignent du contexte de production ainsi que du déroulement de cette exposition.

L’émergence d’une exposition

Dans les documents de 1981 sur les projets à réaliser au forum, on se rend compte que le musée tient à exposer le travail de De Maria. Même si cette proposition initiale change radicalement en cours de route, cet intérêt se maintient au fil du temps. En effet, au départ, le Centre Pompidou voulait exhiber une installation nommée The Equal Area Series, proposant douze paires des carrés et cercles d’une même surface (faits en métal poli et posés sur le sol) qui augmentaient la largeur d’une paire à l’autre1. Cependant, ce projet ne coïncide pas avec celui qui a été réalisé. Pendant que l’artiste œuvrait sur l’idée du début, il a découvert le livre chinois I ching / Yi king. Ce texte a bouleversé complètement le projet qu’il souhaitait concrétiser. Il s’agit d’un manuel chinois dont le titre a été traduit par Classique des changements ou Traité canonique des mutations. Ayant plus de trois mille ans, il occupe une place fondamentale dans l’histoire de la pensée chinoise2. Ce traité dont la finalité est de décrire le sens philosophique de la réalité,3 propose un système de signes binaires à effet divinatoires. « Au moyen de 64 hexagrammes (ou symboles) déterminés par le hasard et composés chacun de deux trigrammes, ce livre de mutations offre un système recherché d’équilibre et de freins nécessaires pour guider la croissance et l’évolution de la conscience planétaire.4» Walter de Maria, s’inspire de celui-ci pour concevoir 64 sculptures, représentant de manière tridimensionnelle les 64 hexagrammes du texte5 . Chacune de ces sculptures est « composée de six éléments linéaires espacés à intervalles réguliers. Les lignes sont soit continues, soit divisées. Les lignes continues ont 2 m de long. Les lignes divisées ont 87,5 cm de long et sont séparées par un espace de 25 cm. […] Les lignes sont en bois laqué blanc à section hexagonale de 5 cm de diamètre. »6

Continuer la lecture de Walter De Maria : 360º I CHING / 64 SCULPTURES – 360º YI KING / 64 SCULPTURES 

  1. Cf. Archives du Centre Pompidou, 1992W022 160. Note sur les projets pour le Forum, Paris, le 6 novembre 1980 []
  2. Cf. Musée national d’art moderne, Walter De Maria : 360º I Ching – 64 sculptures = 360º yi king – 64 sculptures, catalogue de l’exposition [Paris, 15 avr.-13 juin 1982 d’après correction manuscrite], Paris, Centre Georges Pompidou, 1981. []
  3. Cf. Ibid. []
  4. Ibid. []
  5. Cf. Ibid. []
  6. Ibid. []

Lorena Garcia Cely

Après des études en Philosophie Esthétique, elle obtient un double Master : le premier en Philosophie et Critiques Contemporaines de la Culture, le second, en Art Contemporain et Nouveaux Médias. Actuellement, inscrite en 2ème année de Doctorat d’Esthétique, Sciences et Technologies des Arts, à l’Université de Paris 8, avec un travail de thèse intitulé « La création au cours des années soixante : l’émergence de l’art contemporain » sous la direction de M. le Professeur Jérôme Glicenstein.

More Posts

LE TEMPS, VITE. Labyrinthe d’hétérochronies

M5050_X0031_MUS_200007_016_P
Giovanni Anselmo, Interferenza nella gravitazione universale (1969 /1999). Collection de l’artiste. Au fond: Luciano Fabro, Il Sole (1997). Collection de l’artiste. ©Bibliothèque Kandinsky, MNAM-CCI, Centre Pompidou, photographe Jean-Claude Planchet

“Si une forme quelconque de documentation tente de reconstituer la vue et l’expérience intérieures d’un événement de l’art de différentes positions, elle devient nécessairement fragmentaire. Voilà pourquoi nous pouvons re-connaître la reproduction traditionnelle d’une œuvre d’art, mais nous ne sommes jamais en mesure de pleinement re-connaître la documentation d’un événement de l’art ».1

Cette affirmation par le philosophe et critique d’art Boris Groys révèle les défis inhérents dans le domaine de l’histoire des expositions, un segment de l’histoire de l’art qui est apparu relativement récemment, résultat de la croissance des expositions comme moyen principal de présenter l’art au public. Il se peut que ces aspects expérientiel et multiple qui demeurent fondamentaux dans la présentation expositionelle de l’art, et qui rendent difficile ce domaine de recherche, témoignent aussi de la puissance et de la longévité du format de l’exposition. Toutefois, une de nos tâches en tant que chercheurs au sein de ce projet de catalogue raisonné d’expositions a été de faire un bilan de nos recherches approfondies sur des expositions particulières aux archives du Centre Pompidou et de la Bibliothèque Kandinsky, tout en alimentant en même temps un outil de recherche mis en ligne pour les futurs chercheurs. Les suivantes réflexions – cependant à jamais limitées par le fait de ne pas avoir vu la manifestation en personne – sont le résultat d’une telle recherche approfondie des traces archivistiques de l’exposition Le Temps, vite, un événement ambitieux censé marquer l’arrivée du nouveau millénaire au Centre.

La pluridisciplinarité retrouvée

L’exposition Le Temps, vite a été la première exposition après la fermeture du Centre pour une rénovation majeure qui a duré deux ans, de 1997 à 1999. Débutant le 17 janvier 2000, année marquée par des célébrations millénaires au niveau national dont l’exposition faisait partie, Le Temps, vite a été destinée à revigorer le projet pluridisciplinaire des origines du Centre Pompidou. L’ouverture du Centre dans son édifice iconique en 1977 a inauguré une nouvelle ère dans les approches muséales et expositionnelles, à la fois initiée par cette nouvelle structure ouverte de Piano et Rogers  pour laquelle « son intérieur décloisonné incarnait le concept d’une institution démocratique pluraliste »,  comme l’exprimait le sociologue Nathalie Heinich,2 et parallèlement amplifiée par les expositions fondatrices du directeur Pontus Hultén qui ont reliées Paris et d’autres grandes métropoles (Paris-New York [1977], Paris-Berlin [1978], et Paris-Moscou [1979]). Ces expositions furent suivies par d’autres expositions fondamentales de l’identité du Centre, telles que Vienne, naissance d’un siècle, 1880-1938 (1986) de Jean Clair, et Les Immatériaux (1985), une exposition initiée par le Centre de création industrielle (CCI) et présidée par le philosophe Jean-François Lyotard avec laquelle Le Temps, vite partageait de nombreuses similitudes sur lesquelles nous reviendrons plus tard.  La pluridisciplinarité dans la mission du Centre devient le fondement même de l’identité du Centre comme l’affirme Jean Lauxerois: « Le Centre a inventé un type d’exposition, désormais lié à la mémoire, à l’identité voire au mythe du Centre : l’exposition pluridisciplinaire. »3

Continuer la lecture de LE TEMPS, VITE. Labyrinthe d’hétérochronies 

  1. Boris Groys, “Entering the Flow: Museum between Archive and Gesamtkunstwerk”, e-flux journal, 50 (December 2013) <http://www.e-flux.com/journal/entering-the-flow-museum-between-archive-and-gesamtkunstwerk/> [accédé le 23 juillet 2015] (traduction d’anglais en français par S. Carwin). []
  2. Nathalie Heinich, “Les Immatériaux Revisited: Innovation in Innovations”, Tate Papers, Issue 12: Landmark Exhibitions Issue (automne 2009) <http://www.tate.org.uk/research/publications/tate-papers/les-immateriaux-revisited-innovation-innovations> [accédé le 24 juillet 2015] (traduction d’anglais en français par S. Carwin) : “Its open-plan interior embodied the concept of a pluralistic, democratic institution, where museum visitors could mingle with students and older people on their way to the library…the upper class rubbed shoulders with the working class – all united by a shared interest in the newest forms of art and culture.  This, of course, was the utopia. But the very fact that so many people believed in it contributed to make it, if not real, then approachable, at least in its first decade.” []
  3. Jean Lauxerois, L’utopie Beaubourg vingt ans après, BPI- Centre Georges Pompidou, 1996, p. 83-107. []

stephaniecarwin

Doctorante – Paris 8. Son sujet de thèse est “Les pratiques curatoriales contemporaines et la question de la temporalité”.

More Posts

Fernand Léger exposé aux enfants

Mettre en scène l’oeuvre de Fernand Léger pour les enfants.

Dès les années 1970, une réflexion émerge afin de faire des enfants un public à part entière de l’institution muséale. Le musée doit désormais être un lieu pour le public le plus large et aussi pour un public non initié. Le Centre Pompidou s’inscrit dans cette réflexion en créant  un Atelier des enfants en son sein, comme un espace de l’institution à part entière.

« Apprendre aux enfants de 4 à 12 ans à regarder, toucher, à goûter, à sentir, pour faire aimer, en s’adressant surtout à l’imagination et à la sensibilité, ces deux pôles de créativité. Éveiller les enfants à la création contemporaine et réaliser cette éducation sensorielle si différente de l’approche chronologique traditionnelle, tels sont les buts de l’Atelier des enfants ».

Tels sont les mots de Danièle Giraudy, conservatrice du Centre Pompidou de 1972 à 1981, en 1975 soit deux ans avant l’inauguration du Centre. Au fil des années l’Atelier des enfants, qui devient en 1992 la Galerie des enfants, donne au jeune public une approche plurielle du monde, des objets, des matières, qui s’étend de la simple activité récréative au véritable apprentissage artistique. De cette façon l’Atelier des enfants a les compétences pour concevoir des expositions qui lui sont propres ou pour accompagner des manifestations plus importantes organisées dans le Centre.

L’Atelier Fernand Léger, sens dessus dessous qui se déroule dans la galerie des enfants, s’inscrit dans cette perspective qui est de venir en support de l’exposition Fernand Léger (1881-1955) présentée dans la Grande Galerie du Centre Pompidou du 29 mai 1997 au 19 septembre 1997. L’Atelier pédagogique débute à partir du 2 juillet jusqu’à la fin de l’exposition s’inscrivant ainsi en pleine période estivale afin d’attirer un jeune public le plus large possible.  Cet atelier a pour objectif de faire découvrir la peinture de Fernand Léger aux enfants âgés de 6 à 12 ans par le biais de différents jeux autour des œuvres majeures de l’artiste présentées dans l’exposition telles Les Grands Plongeurs noirs de 1944, La Grande Parade de 1954 ou encore Les Quatre cyclistes exécutée entre 1943 et 1948.

Ces jeux, au nombre de cinq, sont divisés dans trois thématiques : Les Grands plongeurs noirs / Forme libre / Atelier :

  • Le premier jeu est un puzzle où les enfants doivent recréer l’œuvre Les Grands plongeurs noirs de Fernand Léger à partir de vingt-six pièces peintes selon les couleurs réelles de la peinture et d’une projection de l’œuvre.
  • Les deuxième et troisième jeux donnent la possibilité aux enfants d’assembler des silhouettes redessinées d’après Les Grands plongeurs noirs sur le sol ou sur un mur de taule métallique. D’un jeu à l’autre seul la dimension varie, le troisième jeu était beaucoup plus grand afin que les enfants interprètent les dimensions de l’œuvre à leur guise.
  • Le quatrième jeu s’inscrit dans la deuxième thématique de l’atelier, dans ce jeu, les enfants interviennent au sein même de l’œuvre de Fernand Léger en posant les couleurs selon leur goût sur des graphismes tirés des œuvres de l’artiste projetés sur des écrans au sol.
  • Enfin le parcours se clôture sur la réalisation d’un jeu par les enfants avec lequel ils repartiront dont le but est de faire disparaître et apparaître les couleurs.
Vue de l'exposition "Fernand Léger (1881-1955)" - Salle 17
Vue de l’exposition « Fernand Léger (1881-1955) » – Salle 17 ©Bibliothèque Kandinsky, MNAM-CCI, Centre Pompidou, photographe Jacques Faujour.

Continuer la lecture de Fernand Léger exposé aux enfants 

Cécile Lenoir

Etudiante en Master 1 Médiation culturelle, patrimoine et numérique à l'université de Nanterre. Les années traitées pour le catalogue raisonné des expositions sont 1991 et 1997 et l'exposition approfondie est la rétrospective "Fernand Léger (1881-1955)" de 1997.

More Posts

Follow Me:
LinkedIn

Le Forum : le symbole du Centre Pompidou

Dès l’ouverture en 1977, le Forum est devenu une place symbolique pour le Centre Pompidou comme la pyramide l’est aujourd’hui pour le musée du Louvre. En terme de programmation culturelle, beaucoup d’expositions importantes s’y sont déroulées jusqu’à nos jours.

La question de la fonction du Forum a surgi en travaillant sur une exposition : celle qui s’est tenue en 1996, Design japonais 1950-1995.  Cette exposition montrait la diversité du design japonais, son évolution et ses points forts. Sur les deux niveaux du Forum, le parcours de l’exposition donnait à voir quelques 300 objets sélectionnés pour leur qualité esthétique et leur portée historique dans de nombreux domaines : mobilier, design industriel, graphisme, packaging, objets de la table, textile et mode.

Ce qui m’a marqué sur l’exposition est la scénographie et le parcours spectaculaire. Dans le Forum Haut, un grand logo de l’exposition, que Katsumi Komagata, designer japonais a élaboré pour l’exposition, est installé au sol.  Ce logo consiste en cinq ellipses qui représentent à la fois les îles principales du Japon et les cinq périodes que l’exposition aborde. Puis des œuvres représentatives sont installées  – la voiture de Honda, la moto de YAMAHA, le tabouret de Sori Yanagi, etc.  Ces œuvres sont, pour ainsi dire des vedettes dans le domaine du design japonais, donnant au Forum Haut un rôle de bande-annonce de l’exposition à l’égard des visiteurs.

M5050_X0031_CCI_235_0033_P
Vue de l’exposition Design japonais 1950-1995 ©Bibliothèque Kandinsky, MNAM-CCI, Centre Pompidou, photographe Jean-Claude Planchet.

Dans le Forum Bas, nous pouvons observer une remarquable scénographie, des panneaux de toiles de coton grège. C’est une sorte de rideaux, appelé Noren en japonais, traditionnellement placée au seuil des maisons et des boutiques japonaises.  Cette installation audacieuse a la triple fonction de délimiter l’espace, d’accompagner une déambulation et de suggérer des passages.

M5050_X0031_CCI_235_0044_P
Vue de l’exposition Design japonais 1950-1995 ©Bibliothèque Kandinsky, MNAM-CCI, Centre Pompidou, photographe Jean-Claude Planchet.

En comparaison avec d’autres expositions dans les années 1990 qui se sont tenues dans les autres salles, telles que la Grande Galerie ou la Galerie Nord, la scénographie y était plus sobre et classique. Par exemple, l’exposition en 1992 et 1993, Art d’Amérique Latine 1911- 1968, qui s’est tenue dans la Grande Galerie.  Le Centre Pompidou a présenté la première rétrospective à Paris sur l’art de l’Amérique latine du début du XXe siècle à l’occasion de l’événement Amériques  Latines. Cette exposition reprend le même principe que l’exposition Design Japonais 1950-1995 : une exposition rétrospective d’une catégorie d’art. Cependant le parcours se déroulait chronologiquement et la scénographie était composée principalement par des cimaises et des murs, dans un parcours plutôt classique et convenu.

Continuer la lecture de Le Forum : le symbole du Centre Pompidou 

Ryutaro NAMBU

Etudiant de l'Université Paris X. Master professionnel : Médiation culturelle, patrimoine et numérique. Le thème de recherche est la médiation culturelle franco-japonaise.

More Posts

Revivre l’exposition « Malevitch » hors-champ : entretien avec Chantal Quirot

Entretien réalisé en 2014 par Milena Paez, restauratrice des Architectones de Malevitch.

Germain Viatte, Noël Viard, Chantal Quirot attelés à la restauration du Carré noir, 1978, in cat. d’expo Jean-Hubert Martin, Malevitch – Architectones, Peintures et Dessins, Ed. du Centre Georges Pompidou, 1980, p. 28

CQ : J’ai commencé à travailler au musée national d’art moderne en 1976, comme restaurateur extérieur sous contrat avec le Centre. Germain Viatte, alors, conservateur en charge des collections, désirait créer un atelier de restauration permanent attaché à une collection, sur le modèle de ceux qui existaient dans d’autres pays d’Europe et aux Etats-Unis. La collection de peintures était alors beaucoup plus importante que celle de sculptures et un restaurateur de peinture, Jacques Hourrière, a alors été nommé à la tête de cette atelier ; je travaillais à mi-temps pour le musée, mais n’avais pas encore de poste .

J’étais donc la seule restauratrice de sculpture quand les architectones sont entrés dans les collections du MNAM. Ils avaient été conservés pendant de nombreuses années, emballés dans des cartons, dans de mauvaises conditions. Ils sont en plâtre, comme vous le savez, ils étaient mal emballés et sont arrivés très abîmés. Certains éclats recollés mesuraient deux à trois millimètres ! Pontus Hulten, alors directeur du musée m’a demandé d’entreprendre cette restauration. Je me souviens y avoir travaillé pendant presque deux ans. C’était un vrai puzzle. Avec Jean-Hubert Martin, conservateur au MNAM et commissaire  de l’exposition Malevitch, nous avons pris le parti d’une restauration minimum, dépoussiérage et collage des éclats sans masquer les joints de collage ni combler les lacunes, afin de ne pas toucher aux nombreuses traces inscrites sur le plâtre.

Si vous regardez attentivement les éléments « authentiques » des architectones dits « originaux », vous distinguerez des zones de cassures et des manques. Les lacunes visibles  ne nous ont pas semblé compromettre la lisibilité des ensembles.

MP : Pourriez-vous revenir sur vos relations avec Poul Pedersen et l’équipe danoise ?

Au début, je n’avais que peu de relation avec Paul. Nos tâches étaient différentes. Il était impliqué depuis longtemps dans cette recherche et j’étais très jeune et loin de ses préoccupations concernant Malevitch. Jean-Hubert Martin m’avait expliqué le travail qui avait été fait en Suède. Nous travaillions l’un à côté de l’autre. Sa table était pleine de cubes  de plâtres de toutes tailles, tandis que sur la mienne de petits morceaux étaient étalés. Poul fabriquait les éléments manquants afin de reconstituer les ensembles. Nous  ne discutions pas beaucoup. La relation qui s’est tissée entre nous est intervenue vers la fin de l’opération et même bien après. En effet, Poul avait fini sa mission, et les architectones étant une sorte de puzzle où les différents éléments sont posés les uns sur les autres, le risque  de mélanger Gota avec Gota 2A, Beta, Alpha ou Zeta, était grand ; chaque ensemble pouvant être constitué d’une cinquantaine d’éléments.Jean-Hubert Martin avait également quitté le musée et j’étais la seule « survivant » de cette aventure. Je me suis donc à mon tour plongée dans ces architectones, étudiant, photographiant, faisant fabriquer des caisses de stockage adaptées, et tentant d’identifier les éléments restants. Ce travail a été entrepris en collaboration avec  Agnès de la Beaumelle, conservateur,  avec l’aide de l’atelier d’emballage du musée à qui nous avons demandé la fabrication de caisses adaptées.

C’est à cette occasion qu’à plusieurs reprises j’ai demandé  à Poul de m’aider à déchiffrer ce qui restait. Il a toujours répondu à mon appel. J’avais étalé sur une table tous les éléments non identifiés contenus dans trois grands tiroirs, et il est venu les trier : d’un côté ceux qui avaient été réalisés par Souiétine, de l’autre, ceux de Malevitch non rattachés à un ensemble.  Désormais il existe un tiroir entier d’architectones réalisés par Souiétine dont certains sont partiellement peints en rouge, deux tiroirs d’autres éléments non rattachés à l’un des ensembles.

Déballage et identification des éléments d'architectones, in Jean-Hubert Martin, "Archéologie des architectones", Les Cahiers du Mnam, janvier/mars 1980, p. 150-151
Déballage et identification des éléments d’architectones, in Jean-Hubert Martin, « Archéologie des architectones », Les Cahiers du Mnam, janvier/mars 1980, p. 150-151

Cette rationalisation passait également par l’élaboration de dossiers, plans de montage et plans de caisse qui n’existaient pas. ll est clair que je ne regarde plus les architectones comme quand j’avais vingt ans. Depuis, j’ai installé les architectones dans de nombreuses expositions consacrées à Malevitch et à l’art de cette période, organisées dans le monde entier. J’ai vu  les  architectones conservés en Russie, exposés pour la première fois. Chaque nouvelle exposition Malevitch est l’occasion d’une découverte. Récemment encore, à Amsterdam, au Stedelijk, j’ai vu une photo ancienne de Zeta, qui ne correspondait pas tout à fait à la reconstitution faite par Poul Petersen. J’avais déjà constaté  sur Gota et Alpha, des différences entre les éléments conservés en Russie et ceux du MNAM. J’en ai fait part à Jean-Hubert Martin. Il m’a dit qu’en ce qui concernait Alpha, Malevitch lui-même avait apporté des variantes à ses architectones. Ce n’est pas le cas de Gota, où certaines parties reconstituées ne correspondent pas tout à fait aux éléments originaux du même ensemble appartenant au Musée Russe. J’aimerais beaucoup pouvoir parler avec Poul Petersen de ces constatations.

Continuer la lecture de Revivre l’exposition « Malevitch » hors-champ : entretien avec Chantal Quirot 

Milena Paez

Doctorante à l'université Paris 8 (EDESTA), son projet de thèse porte sur les [Remakes et reconstitutions d'expositions], leur rapport à l'historicité des institutions qui les ont vu naître et les conséquences de leur transposition sémantique, géographique, culturelle et sociale. Formée en histoire de l'art, en muséologie et en esthétique (École du Louvre, Université Paris 1) son parcours l'a menée à s'interroger sur des recherches croisant histoire des collections, des expositions et histoire culturelle et sociale des musées.

More Posts

Follow Me:
LinkedIn

Les Années 50 – Entre le Béton et le Rock

C’est dans le cadre d’une programmation pluridisciplinaire que se tient l’exposition  Les Années 50 du 30 juin au 17 octobre 1988, organisée par le CCI sous la direction de Raymond Guidot, qui choisit d’inviter l’architecte Jean Nouvel pour mettre en place une scénographie qui fera scandale.

L’exposition devait présenter des productions relevant du design, de l’architecture, de l’artisanat et de l’industrie, tous objets inscrits dans la vie quotidienne des années 1950 illustrant « la recherche militaire », « l’américanisme », « la forme libre et organique », ainsi que « le fonctionnalisme » et « l’esprit rationnel », la « consommation » et « la communication ».1 La scénographie devait donc permettre de présenter aux visiteurs ces oeuvres et objets mêlés pour illustrer ces concepts.
Les choix scénographiques réalisés par Jean Nouvel présentent au vu du travail mené dans les archives du Centre une problématique qui si, elle n’est pas spécifique à cette exposition, s’y incarne avec force : l’émergence du statut d’architecte-commissaire d’exposition. Jean Nouvel effectue ici comme architecte-scénographe des choix radicaux en terme de monstration au sein d’une institution muséale.
Jean Nouvel a utilisé un concept d’exposition, celui du Salon des Arts Ménagers et des foires internationales des années 50.2 Il a aménagé l’espace de façon à appliquer ce concept pour rendre visible non seulement l’objet, mais sa subjectivisation dans l’espace. L’espace est emprunt d’une logique commerciale avec l’aménagement des cimaises, chapiteaux de stand, ainsi que des répliques des originaux de l’époque. Dans cette perspective, Jean Nouvel transforme la mezzanine du Centre Pompidou en un espace d’accumulation rempli de chaises empilées sur des commodes, de vitrines pleines de bibelots, de vases et de sculptures. Il crée à ce titre des délimitations au sol avec des linoléum aux motifs années 50. Sur les murs, des affiches se chevauchent donnant l’impression de superposition, des tissus sont étendus comme s’ils étaient disposés sur un sèche-linge, des dessins, des vues de perspectives d’architecture gisent par terre comme dans un dépôt, comme si les objets sommeillaient en attendant d’être rangés. Dans un entretien, Jean Nouvel caractérise sa scénographie comme :

« un vrai bordel coloré et frais. »3

Vue du vernissage de l'exposition Les Années 50 - Entre le Béton et le Rock. Photographe : E. Kossakowaski.  ©Bibliothèque Kandinsky, MNAM-CCI, Centre Pompidou.
Vue du vernissage de l’exposition Les Années 50 – Entre le Béton et le Rock. Photographe : E. Kossakowaski. ©Bibliothèque Kandinsky, MNAM-CCI, Centre Pompidou.

Il précise par ailleurs que l’objectif de la scénographie visait à procurer l’émotion que l’on peut ressentir dans les boutiques Emmaüs ou dans les brocantes. Il évoque ainsi dans l’espace du Centre Pompidou les conséquences étourdissantes de la consommation de masse en faisant de l’espace de l’exposition un entrepôt avec des objets précieux mêlés à des objets de la consommation courante. Le reportage muséographique conservé dans les archives nous renseigne ainsi sur la manière dont ce concept « d’entrepôt » est poussé à l’extrême, conformément à son projet de base.

Exposition Les Années 50 - Entre le Béton et le Rock  Photo: E. Kossakowaski
Vue de l’exposition Les Années 50 – Entre le Béton et le Rock. Photographe : E. Kossakowaski. ©Bibliothèque Kandinsky, MNAM-CCI, Centre Pompidou.

Le positionnement scénographique inédit de Jean Nouvel au Centre Pompidou a toutefois généré des polémiques dans le monde de l’art et des expositions, choquant critiques d’art, artistes et collectionneurs prêteurs. La presse s’est emparée du sujet, provoquant de nombreux échos à l’étranger. Les reportages et articles souvent descriptifs, sous couvert de plaisanterie, attaquaient fortement le parti pris de Jean Nouvel et son recours à une telle déferlante métaphorique. Mais bien plus, le positionnement scénographique de Jean Nouvel interroge le mode de monstration des oeuvres.
En effet Les Années 50 – Entre le Béton et le Rock, n’est pas la première exposition à utiliser une scénographie « sans socle ni cadre ».4 Jean Nouvel s’était inspiré du « modèle du Bazar » de Frederick Kiesler, artiste et architecte autrichien qui a réalisé des expositions surréalistes en 1947. « […] les surréalistes proposaient un espace d’exposition, qui, de par sa polysensorialité constitutive, par l’appel qui était constamment fait aux différents sens, ainsi qu’à la saleté et à l’obscurité, refusait l’atemporalité idéaliste du white cube […] »5
Derrière son « bazar », « l’auteur-scénographe » a utilisé les objets pour produire une scénographie discursive, un discours « d’auteur ». Dans sa scénographie, il donne un autre sens aux objets et œuvres exposées, les réagençant en une sorte d’installation, transformant leur statut individuel en un environnement régi par le principe d’assemblage. Jérôme Glicenstein explique « qu’en donnant une autre vision à ces objets, Jean Nouvel souhaite agir en réel « auteur » de l’exposition, question prégnante depuis une vingtaine d’années. Si des juxtapositions d’œuvres peuvent produire du « sens » et ressembler à une forme de « collage » ou de « montage »(donc à une forme de « création artistique »), les transformations que l’on peut produire sur une œuvre (ou un ensemble d’œuvre) « par l’accrochage  » sont en fait « infinies ». »6

Reportage Muséographique MNAM Photo: E. Kossakowaski
Vue de l’exposition Les Années 50 – Entre le Béton et le Rock. Photographe : E. Kossakowaski. ©Bibliothèque Kandinsky, MNAM-CCI, Centre Pompidou.

Continuer la lecture de Les Années 50 – Entre le Béton et le Rock 

  1. Répartition proposée dans le catalogue d’exposition, d’après les différents titres de chapitres adoptés par les auteurs ; Daniel Abadie MNAM Phillipe Arbaizar (BPI), Laurent Bayle (IRCAM), Claude Eveno, Raymond Guidot (CCI) Les Années 50 Editions du Centre Pompidou 1988. []
  2. Salon des Arts Ménagers 1952 au Grand Palais : <a href= »http://www.grandpalais.fr/visite/fr/#/l-exploration/la-nef/un-siecle-d-evenements/salon-des-arts-menagers » </a> []
  3. Archives, dossier City » juillet/août 1988 []
  4. Référence à l’exposition « Machine Art » scénographie de Philip Johnson au MoMA 1934 cité par Jérôme Glicenstein, L’Art : Une Histoire d’exposition, p.52. []
  5. Jérôme Glicenstein,, L’Art : Une Histoire d’exposition, Presse Universitaire de France, Paris, 2009, p.56 []
  6. Ibid., p.63 []

Priscilla Achcar

Je suis architecte d'intérieur brésilienne. Je suis en Master 2 Médiation Art et Public à l'Université Paris 8 et en tant que chercheuse au Centre Pompidou, pour le Catalogue Raisonné des Expositions en 2014. Je travaille sur les modèles de participation du public dans les musées. "L’intégration des dispositifs participatifs comme une nouvelle expérience muséologique". La recherche que je mène, se penche sur les dispositifs comme les événements tels que le MuseoMix, les comités de visiteurs, la société d'amis du musée, et le projet du Catalogue Raisonné. Est-ce que l'utilisation de ces dispositifs lui donne la chance d'avoir une place dans la composition et la création d'une "culture" qui est plutôt fermée aux savants? A vérifier si ces dispositifs fonctionnent comme forme d’intégration et d'interaction entre le public et le musée.

More Posts - Website

Follow Me:
TwitterFacebookPinterest

De Abramovic/Ulay à elles@centrepompidou : le voyage des Dragons de Marina Abramovic.

Marina Abramovic, Boat Emptying, Stream Entering ; White Dragon : Standing, Red Dragon : Sitting, Green Dragon : Lying, 1989, Centre Pompidou. Vue de l’oeuvre présentée lors de l’accrochage « elles@centrepompidou », 2009-2011. Photo ©Centre Pompidou, MNAM-CCI, Dist. RMN-Grand Palais / Georges Meguerditchian ©ADAGP

Vider son bateau, entrer dans le courant. Voilà la traduction de la première partie du titre de l’oeuvre symbole de la renaissance artistique et personnelle de Marina Abramovic. Se débarrasser de tout le superflu pour faire place au nécessaire : le choix de l’essentiel est l’étape propédeutique pour bénéficier de l’énergie transmise par le cuivre et le quartz.

Boat Emptying, Stream Entering est une oeuvre complète constituée d’une performance, d’une installation composée de trois éléments et d’une installation vidéo. Elle incarne aussi la fin du « relation work » avec Ulay qui a duré quatorze ans, et le début d’une nouvelle vie de femme et artiste pour Marina Abramovic.

Pendant une marche sur la Grande Muraille de trois mois, Marina Abramovic et Ulay, partis respectivement du pôle est et ouest de la muraille, sont en contact avec une terre et une culture différente. De façon plus ou moins consciente, ils savent qu’il s’agit de leur dernière collaboration, même si accomplie sur deux voies parallèles et solitaires. La série d’expositions et performances autour du monde qui aura lieu après la Grande marche se propose de témoigner de la production de ce moment de détournement pour les deux artistes. Ne considérant  pas la marche comme une véritable performance, Marina Abramovic la définit néanmoins comme « la mise en condition de la réalisation d’une oeuvre d’art 1 « . Oeuvre qui s’avérera être l’installation Boat Emptying, Stream Entering. White Dragon : Standing, Red Dragon : Sitting, Green Dragon : Lying . En la décrivant, elle dit :

« J’ai noté, lors de la marche sur différents sols, que je me trouvais dans des états d’esprit différents selon les divers minéraux et métaux contenus dans le sol. La nuit dans les villages, avant de m’endormir, j’appelais l’homme le plus vieux ou la femme la plus vieille du village et leur demandais de me raconter les légendes de la Muraille. Les légendes se rapportaient toujours aux différents dragons. Dragons verts, Dragons noirs, Dragons blancs, Dragons rouges. »2

L’association des métaux et minéraux, avec lesquels elle entre en contact, et de ses états physiques et mentaux tout le long de son voyage, la conduise à réaliser trois objets « transitoires » en cuivre et quartz dont le public fait usage pendant l’exposition afin de bénéficier d’une transmission d’énergie.

En 1989, Marina produit dix exemplaires de chaque dragon qui ont été partiellement exposés l’année suivante dans l’exposition Marina Abramovic/Ulay. Plus tard, elle décidera d’en réaliser trois éditions, chacune incluant le dragon debout, assis, couché. De ces trois éditions, une a été acquise par le MNAM juste après l’exposition rétrospective Marina Abramovic /Ulay susmentionnée pour son caractère de préfiguration d’une nouvelle relation entre public et oeuvre d’art et, par conséquent, entre public et musée.

L’exposition en question, dont le commissariat est assuré par Paul-Hervé Parsy, se composait de trois parties. A côté d’une section dédiée aux dernières performances des deux artistes, d’une autre consacrée aux oeuvres réalisées par Ulay suite à la Grande marche, une salle s’ouvrait, entièrement occupée par les ensemble des sculptures Dragon Blanc : debout, Dragon Rouge : assis et Dragon Vert : couché.  Dix ans plus tard, l’oeuvre sera exposée au Musée d’art moderne et contemporain de Strasbourg pour Accrochage n° 3 : visions : intérieur/extérieur, tandis qu’entre 2004 et 2005 le Centre la propose à nouveau dans l’exposition hors les murs Enigma objecta – Enigme de la modernité à Budapest et Zagreb. Dans les mêmes années, l’artiste revient avec les organisateurs des expositions sur les indications d’installation de son installation, communiquant son souhait que les trois objets soient montées sur le même mur, surtout jamais dans des salles séparées et dans l’ordre : debout, assis, couché. Dernièrement, elle demande que l’oeuvre soit accompagnée par des instructions précises sur son usage.

L’accrochage elles@centrepompidou qui débute en 2009 représente une toute première dans l’histoire des expositions rassemblant toute la collection du MNAM au féminin. Sur deux niveaux du musée, suivant un parcours thématique, et avec trois rotations d’oeuvres, l’accrochage « elles » dure environ deux ans et rassemble plus de 200 femmes-artistes du XXème siècle à nos jours.3

Présentée au cours de la deuxième rotation, Boat Emptying, Stream Entering. White Dragon : Standing, Red Dragon : Sitting, Green Dragon : Lying prend place dans la section « Le mot à l’oeuvre » où se sont explorées les différentes utilisations du langage dans l’art, de la narration à l’énumération, en passant par l’autobiographie, la citation, la légende et les multiples dérives du livre d’artiste. A côté d’Annette Messager, Gina Pane et Sophie Calle – entre autres – l’installation de Marina Abramovic occupe seule une petite salle dont l’accès est limité à trois visiteurs à la fois pour des raison de sécurité, l’oeuvre est accompagnée par des photographies et des cartels explicatifs.

Les objets transitoires marquent un indéniable changement par rapport aux performances que Marina Abramovic et Ulay ont réalisés dès leur rencontre en 1975. Dans des performances comme ImponderabiliaRelation in time ou Rest energy, les deux artistes se confrontent à la douleur physique et poussent leurs corps aux limites. Dans ces moments, ils affirment de ressentir l’état de « présence totale » du corps. Mais les voyages dans le désert d’Australie, la rencontre avec les aborigènes et l’expérience en Chine les porte à une évolution artistique qui se traduit dans une sorte de renversement des rôles. Avec les installations en cuivre et quartz, Marina affirme n’avoir pas abandonné la performance mais en avoir approfondi le concept. Les objets sont réalisés pour le public et ils trouve leur raison d’être justement au moment où les visiteurs s’en servent. Si précédemment, le public était un interlocuteur passif face à la performance, Boat Emptying, Stream Entering. White Dragon : Standing, Red Dragon : Sitting, Green Dragon : Lying introduit la notion d’expérience et transformation du public4 qui le rend incontournable dans une rétrospective de son contexte d’origine ainsi que dans l’histoire de la performance artistique.

  1. Collection art contemporain : la collection du Centre Pompidou, Musée national d’art moderne / [sous la dir. de Sophie Duplaix], Paris : Ed. du Centre Pompidou, 2007, p. 19 []
  2. Marina Abramovic : Sur la voie / Musée national d’art moderne ; [Commissaire de l’exposition : Paul-Hervé Parsy], Paris : Ed. du Centre Pompidou, 1990, p. 97 []
  3. Communiqué de presse exposition « elles@centrepompidou. Artistes femmes dans les collections du Musée national d’art moderne », 27 mai 2009 – 21 février 2011, Centre Pompidou, Paris, p. 4 []
  4. Cf. Marina Abramovic : performing body, Entretien de M. Abramovic avec D. Denegri, Milano : Charta, 1998 []

martafrancia

Etudiante en master 1 Médiation culturelle, patrimoine et numérique à l'Université Paris 8. De juin à septembre 2014 stagiaire dans le cadre du projet du Catalogue raisonné des expositions du Centre Pompidou à la Bibliothèque Kandinsky.

More Posts

Exposition itinérante “Michael Snow”

Michael Snow a fait sa première exposition en France en novembre 1977, à l’Ecole des Beaux-arts de Lyon, cela dans le cadre d’une exposition itinérante en Europe. L’étape qui nous intéresse particulièrement était celle du 13 décembre 1978 au 29 janvier 1979 au Musée National d’Art Moderne Pompidou, organisée en collaboration avec la Galerie Nationale du Canada (elle fut la première exposition solo consacrée à un artiste canadien). Michael Snow exerce sa pratique à travers différents arts comme la musique (pianiste et trompettiste jazz), la peinture, la sculpture ou encore la photographie et l’art cinématographique. Il laisse son empreinte par le caractère multidisciplinaire et expérimental de son œuvre.

L’exposition est partie de France pour arriver en Allemagne, et l’itinérance s’est découpée ainsi en dix étapes (dont six en France).

Continuer la lecture de Exposition itinérante “Michael Snow” 

1992-1993 : La collection se manifeste !

Par Pamela Bianchi

Photographie d’accrochage réalisée lors de « Manifeste. Une histoire parallèle (1960-1990) ». Photographie de Jacques Faujour. Tirage numérique d’après la planche-contact 20.88, n°15 (1993) Fonds Muséographie des expositions temporaires du MNAM, Bibliothèque Kandinsky, MNAM-CCI / Centre Pompidou
Photographie d’accrochage réalisée lors de « Manifeste. Une histoire parallèle (1960-1990) ». Photographie de Jacques Faujour. Tirage numérique d’après la planche-contact 20.88, n°15 (1993) Fonds Muséographie des expositions temporaires du MNAM, Bibliothèque Kandinsky, MNAM-CCI / Centre Pompidou

En 1983, le Van Abbenmuseum de Eindhoven, dirigé à l’époque par Rudi Fusch, présente Summer Display of the Museum’s Collection : il s’agit d’une réorganisation sélective des œuvres de la collection permanente1. Sous l’influence de la récente Documenta 7 que Fusch venait d’organiser, l’accrochage de la collection a été présenté en tant qu’exposition temporaire, à travers une dialectique de présentation qui proposait un dialogue entre œuvres des diverses périodes. La collection fut repensée et proposée avec une organisation à première vue aléatoire, qui en revanche essayait de faire ressortir l’ « identité  » de chaque œuvre grâce à une confrontation et à une mise en espace non-conventionnelle dans l’exposition. En 1984, le même Rudi Fusch organise la première exposition du nouveau Musée d’art contemporain du Castello di RivoliOuverture I, exposition conçue en tant qu’un modèle pour une collection future2. En 1990 Nicholas Serota, directeur à l’époque de la Tate Gallery de Londres, propose « Past, Present, Future » une série d’expositions3 qui, à partir de la collection, cherchaient à la fois de montrer l’état des acquisitions et de renouveler l’accrochage muséal avec un nouveau display spatial.

C’est également à cette époque que les œuvres de la collection du Musée national d’Art Moderne furent repensées et proposées à voir sous la forme d’une exposition temporaire. En continuant, en 1992, Dominique Bozo, Président du Centre Pompidou, choisit Didier Semin pour organiser Manifeste, 30 ans de création en perspective (1960-1990), une exposition à partir des collections du MNAM et CCI, développée sur tous les espaces du Centre. Une sorte d’ « inventaire ou échantillonnage d’un stock dont la mise en forme historique n’est qu’un repérage didactique à usage du grand public4 », qui est suivi, l’année suivante, en 1993, par Manifeste,  Une histoire parallèle (1960-1990) – organisé par Jean-Paul Ameline -, suite thématique et conceptuelle au 5ème étage du Centre Pompidou, qui termine la réflexion entamée autour de la collection permanente et de la muséographie du Centre. Continuer la lecture de 1992-1993 : La collection se manifeste ! 

  1. une reconstitution de la même exposition a eu lieu en 2009 avec le titre « Repetition : Summer display 1983«  []
  2. L’exposition fut le prétexte pour jeter les bases pour la future collection du musée, empruntée sur l’art contemporain. Ouverture II en 1986-1987 fut la suite conceptuelle []
  3. La première exposition a été inaugurée en janvier 1990, suivie d’une deuxième en octobre et, ensuite, d’une dernière en mars 1991. Voir le catalogue publié pour l’occasion Tate Gallery : an illustrated companion, Londres, Tate Gallery, 1990 []
  4. Jean-Marc Poinsot, « L’art contemporain et le musée « , dans Cahiers du MNAM, n° 42, hiver 1992, p.26-27 []

Les photographes du Centre Pompidou.

Plusieurs photographes ont travaillé pour le Musée National d’Art Moderne à Paris.
Les activités du CNAC (Centre national d’art contemporain), créé en 1967, prennent fin en 1973. Une nouvelle structure, le département des arts plastiques (DAP), dirigé par Pontus Hulten, naît de la fusion du CNAC et du MNAM (installé depuis 1947 au Palais de Tokyo), celle-ci reprend le nom de Musée national d’art moderne en 1976 et devient un département du Centre national d’art et de culture Georges Pompidou.

Dès 1972, le photographe Jacques Faujour rejoint l’équipe du CNAC dirigée par Blaise Gauthier. Il photographie, au départ, essentiellement les œuvres. Les expositions organisées rue Berryer sont documentées par le photographe indépendant André Morain. Jacqueline Hyde intervient elle aussi régulièrement. Béatrice Hatala travaille pour la documentation, elle photographie non seulement la muséographie, mais réalise des reportages à l’extérieur sur toute l’actualité artistique parisienne et éventuellement en province.

A partir de 1977 une équipe composée de Peter Willi, Christian Bahier, Philippe Migeat, est chargée de reproduire les collections. Georges Meguerditchian fait les photographies des audiovisuels pour les diaporamas des expositions, il réalise aussi des reportages. Jean Claude Planchet et Eustache Kossakowski travaille pour le Centre de création industrielle (CCI), ils photographient l’architecture et le design.

En 1981, Adam Rzepka rejoint Jacques Faujour pour photographier les expositions temporaires, des reportages nécessaires à leur réalisation, mais aussi pour les catalogues.
Des photographes indépendants comme Jean-Christophe Mazur travaillent aussi sporadiquement dans le cadre de missions pour le Centre Pompidou. Certaines expositions ou évènements sont aussi couverts par des photographes extérieurs.

Pendant les trente années d’activité du Centre Pompidou, l’équipe a évolué, les rôles et les missions ont été redéfinis. Comme l’explique Jacques Faujour : « Au départ chacun avait son domaine et puis petit à petit les choses se sont un peu assouplies ». Les photographes s’adaptent suivant les appels et les demandes mais encore selon leurs affinités et leurs compétences.

Les images de THE ART SHOW pour un tableau vivant reconstitué

Par Juliette O’leary

S’il est frustrant de louper une exposition et de ne la voir qu’à travers les photographies, le catalogue, ou les discours critiques qui s’y rapportent, ça l’est d’autant plus lorsqu’il s’agit d’un tableau vivant d’Edward Kienholz. Composé de dix-neuf mannequins sculptés et parlants ainsi que de quatorze tableaux, « The Art Show 1963-1977 » consiste en une reconstitution de vernissage dont les mannequins ne sont autres que les répliques moulées des membres de l’entourage de Kienhloz tels que le galeriste américain Gilbert Brownstone, ses enfants Noah, Chrisi et Jenny ou encore la collectionneuse Virginia Dawn. Nous noterons que l’artiste et le commissaire de l’exposition, Pontus Hulten, entretiennent une étroite relation depuis plusieurs années lorsqu’ils organisent l’événement en 1977. Peu étonnant donc, de retrouver ce dernier statufié parmi les mannequins ! Répartis dans l’espace, un verre de punch à la main pour certains, en communion avec les tableaux pour d’autres, ces derniers contemplent The art show drawings, œuvres plus ou moins explicatives autour du projet. À la fois exposition individuelle et inédite mais aussi œuvre à part entière, THE ART SHOW brouille les pistes.  

Continuer la lecture de Les images de THE ART SHOW pour un tableau vivant reconstitué 

Choisir ses objets d’étude

par Juliette O’Leary

Jusqu’à présent, ma contribution au catalogue raisonné consiste en trois fiches d’exposition qui se déroulent entre 1977 et 1981. Mon premier choix a d’abord été orienté par un paramètre temporel. Souhaitant débuter la constitution du catalogue par une année test, le Cercle de réflexion propose de travailler dans un premier temps sur les expositions de 1977, année inaugurale du Centre Pompidou.

Continuer la lecture de Choisir ses objets d’étude 

Repenser la photographie d’institution : Jacques Faujour et « Manifeste »

Par Diane Antille

[Résumé de mémoire d’étude de 1ère année de 2ème cycle de l’École du Louvre, année 2008/2009]

J. Faujour, planche-contact 20.73, n°2. Photographie d’accrochage réalisée lors de « Manifeste, une histoire parallèle, 1960-1990″. Tirage numérique d’après les planches-contact, 1993, Fonds muséographie, Collections photographiques de la Bibliothèque Kandinsky/MNAM-CCI.

Entre 1992 et 1993, le Musée National d’Art Moderne présente « Manifeste », une monstration particulièrement importante de sa collection, quinze années après l’ouverture du Centre Pompidou. Cet événement, en son temps particulièrement polémique, demeure aujourd’hui dans les Collections photographiques de la Bibliothèque Kandinsky grâce aux photographies prises par différents photographes du Musée.

 

Jacques Faujour, un des premiers photographes du Centre, est intervenu sur deux séries de photographies. Ces dernières permettent d’interroger les enjeux de la photographie documentaire au sein d’une institution, mais également de différencier la photographie d’accrochage de la photographie d’exposition. Ce travail institutionnel est particulièrement riche puisqu’il permet d’observer les différents échanges intervenus avec l’œuvre personnelle du photographe, pétrie d’Humanisme. Les photographies prises in situ s’éloignent des conventions implicites que comporte la photographie institutionnelle, soit d’une photographie dite « documentaire ». Cependant, davantage empreintes d’un certain « esprit Beaubourg », elles tendent à interroger les impératifs du travail photographique institutionnel et l’usage qui en est fait.

J. Faujour, planche-contact 20.83, n°7. Photographie d’exposition réalisée lors de « Manifeste, 30 ans de création en perspective, 1960-1990 ». Tirage numérique d’après les planches-contact, 1992, Fonds muséographie, Collections photographiques de la Bibliothèque Kandinsky/MNAM-CCI.

 

J. Faujour, planche-contact 20.87, n°31. Photographie d’exposition réalisée lors de « Manifeste, 30 ans de création en perspective, 1960-1990 ». Tirage numérique d’après les planches-contact, 1992, Fonds muséographie, Collections photographiques de la Bibliothèque Kandinsky/MNAM-CCI.

 

J. Faujour, planche-contact 20.87, n°2. Photographie d’exposition réalisée lors de « Manifeste, 30 ans de création en perspective, 1960-1990 ». Tirage numérique d’après les planches-contact, 1992, Fonds muséographie, Collections photographiques de la Bibliothèque Kandinsky/MNAM-CCI.

 

J. Faujour, planche-contact 20.88, n°15. Photographie d’exposition réalisée lors de « Manifeste, 30 ans de création en perpective, 1960-1990 ». Tirage numérique d’après les planches-contact, 1992, Fonds muséographie, Collections photographiques de la Bibliothèque Kandinsky/MNAM-CCI.