Archives du mot-clé Jean-Hubert Martin

Revivre l’exposition « Malevitch » hors-champ : entretien avec Chantal Quirot

Entretien réalisé en 2014 par Milena Paez, restauratrice des Architectones de Malevitch.

Germain Viatte, Noël Viard, Chantal Quirot attelés à la restauration du Carré noir, 1978, in cat. d’expo Jean-Hubert Martin, Malevitch – Architectones, Peintures et Dessins, Ed. du Centre Georges Pompidou, 1980, p. 28

CQ : J’ai commencé à travailler au musée national d’art moderne en 1976, comme restaurateur extérieur sous contrat avec le Centre. Germain Viatte, alors, conservateur en charge des collections, désirait créer un atelier de restauration permanent attaché à une collection, sur le modèle de ceux qui existaient dans d’autres pays d’Europe et aux Etats-Unis. La collection de peintures était alors beaucoup plus importante que celle de sculptures et un restaurateur de peinture, Jacques Hourrière, a alors été nommé à la tête de cette atelier ; je travaillais à mi-temps pour le musée, mais n’avais pas encore de poste .

J’étais donc la seule restauratrice de sculpture quand les architectones sont entrés dans les collections du MNAM. Ils avaient été conservés pendant de nombreuses années, emballés dans des cartons, dans de mauvaises conditions. Ils sont en plâtre, comme vous le savez, ils étaient mal emballés et sont arrivés très abîmés. Certains éclats recollés mesuraient deux à trois millimètres ! Pontus Hulten, alors directeur du musée m’a demandé d’entreprendre cette restauration. Je me souviens y avoir travaillé pendant presque deux ans. C’était un vrai puzzle. Avec Jean-Hubert Martin, conservateur au MNAM et commissaire  de l’exposition Malevitch, nous avons pris le parti d’une restauration minimum, dépoussiérage et collage des éclats sans masquer les joints de collage ni combler les lacunes, afin de ne pas toucher aux nombreuses traces inscrites sur le plâtre.

Si vous regardez attentivement les éléments « authentiques » des architectones dits « originaux », vous distinguerez des zones de cassures et des manques. Les lacunes visibles  ne nous ont pas semblé compromettre la lisibilité des ensembles.

MP : Pourriez-vous revenir sur vos relations avec Poul Pedersen et l’équipe danoise ?

Au début, je n’avais que peu de relation avec Paul. Nos tâches étaient différentes. Il était impliqué depuis longtemps dans cette recherche et j’étais très jeune et loin de ses préoccupations concernant Malevitch. Jean-Hubert Martin m’avait expliqué le travail qui avait été fait en Suède. Nous travaillions l’un à côté de l’autre. Sa table était pleine de cubes  de plâtres de toutes tailles, tandis que sur la mienne de petits morceaux étaient étalés. Poul fabriquait les éléments manquants afin de reconstituer les ensembles. Nous  ne discutions pas beaucoup. La relation qui s’est tissée entre nous est intervenue vers la fin de l’opération et même bien après. En effet, Poul avait fini sa mission, et les architectones étant une sorte de puzzle où les différents éléments sont posés les uns sur les autres, le risque  de mélanger Gota avec Gota 2A, Beta, Alpha ou Zeta, était grand ; chaque ensemble pouvant être constitué d’une cinquantaine d’éléments.Jean-Hubert Martin avait également quitté le musée et j’étais la seule « survivant » de cette aventure. Je me suis donc à mon tour plongée dans ces architectones, étudiant, photographiant, faisant fabriquer des caisses de stockage adaptées, et tentant d’identifier les éléments restants. Ce travail a été entrepris en collaboration avec  Agnès de la Beaumelle, conservateur,  avec l’aide de l’atelier d’emballage du musée à qui nous avons demandé la fabrication de caisses adaptées.

C’est à cette occasion qu’à plusieurs reprises j’ai demandé  à Poul de m’aider à déchiffrer ce qui restait. Il a toujours répondu à mon appel. J’avais étalé sur une table tous les éléments non identifiés contenus dans trois grands tiroirs, et il est venu les trier : d’un côté ceux qui avaient été réalisés par Souiétine, de l’autre, ceux de Malevitch non rattachés à un ensemble.  Désormais il existe un tiroir entier d’architectones réalisés par Souiétine dont certains sont partiellement peints en rouge, deux tiroirs d’autres éléments non rattachés à l’un des ensembles.

Déballage et identification des éléments d'architectones, in Jean-Hubert Martin, "Archéologie des architectones", Les Cahiers du Mnam, janvier/mars 1980, p. 150-151
Déballage et identification des éléments d’architectones, in Jean-Hubert Martin, « Archéologie des architectones », Les Cahiers du Mnam, janvier/mars 1980, p. 150-151

Cette rationalisation passait également par l’élaboration de dossiers, plans de montage et plans de caisse qui n’existaient pas. ll est clair que je ne regarde plus les architectones comme quand j’avais vingt ans. Depuis, j’ai installé les architectones dans de nombreuses expositions consacrées à Malevitch et à l’art de cette période, organisées dans le monde entier. J’ai vu  les  architectones conservés en Russie, exposés pour la première fois. Chaque nouvelle exposition Malevitch est l’occasion d’une découverte. Récemment encore, à Amsterdam, au Stedelijk, j’ai vu une photo ancienne de Zeta, qui ne correspondait pas tout à fait à la reconstitution faite par Poul Petersen. J’avais déjà constaté  sur Gota et Alpha, des différences entre les éléments conservés en Russie et ceux du MNAM. J’en ai fait part à Jean-Hubert Martin. Il m’a dit qu’en ce qui concernait Alpha, Malevitch lui-même avait apporté des variantes à ses architectones. Ce n’est pas le cas de Gota, où certaines parties reconstituées ne correspondent pas tout à fait aux éléments originaux du même ensemble appartenant au Musée Russe. J’aimerais beaucoup pouvoir parler avec Poul Petersen de ces constatations.

Continuer la lecture de Revivre l’exposition « Malevitch » hors-champ : entretien avec Chantal Quirot 

Milena Paez

Doctorante à l'université Paris 8 (EDESTA), son projet de thèse porte sur les [Remakes et reconstitutions d'expositions], leur rapport à l'historicité des institutions qui les ont vu naître et les conséquences de leur transposition sémantique, géographique, culturelle et sociale. Formée en histoire de l'art, en muséologie et en esthétique (École du Louvre, Université Paris 1) son parcours l'a menée à s'interroger sur des recherches croisant histoire des collections, des expositions et histoire culturelle et sociale des musées.

More Posts

Follow Me:
LinkedIn

Kasimir Malevitch : retour sur l’exposition hommage de 1978

Faut-il rappeler à quel point les mystères non résolus appâtent les propos de toute exposition rétrospective et rétro-active. Certains axes attirent particulièrement chercheurs et théoriciens du monde de l’art : la sempiternelle question de la « dernière œuvre » ou « dernière exposition » cristallise ainsi les passions des institutions, à l’instar de l’interrogation autour du « chef-d’œuvre absolu ». Ainsi en est-il de l’exposition monographique consacrée à Malevitch en 1978, par Pontus Hulten et Jean-Hubert Martin. La dernière exposition en Occident de l’artiste remonte à son séjour de 1927 à Berlin, lorsque ce dernier quitte précipitamment l’Allemagne pour regagner l’URSS. L’hommage à cette exposition symbolique est rendu une première fois lorsque le Stedelijk Museum d’Amsterdam acquiert, en 1957, les œuvres que Malevitch a laissées en dépôt lors de son séjour en Allemagne auprès de son ami Hugo Häring, alors qu’il est sur le point de participer à la Grosse Berliner Kunstausstellung, organisée du 7 au 30 septembre 1927. Dès les années 1950, Pontus Hulten, alors digne héritier de Willem Sandberg, directeur du Stedelijk Museum, assiste à l’inauguration de l’exposition qui célèbre les donations des œuvres et écrits conservés en Allemagne depuis 1927 par Hugo Häring et l’interprète de Malevitch, Hans von Riesen, ainsi que des prêts de collections privées danoises.

L’acquisition donne lieu à la publication d’un ouvrage qui fait date : le catalogue raisonné de l’exposition de Malevitch à Berlin en 1927, par le spécialiste de l’artiste, Troels Andersen en 1970. S’en suivent des années qui permettront aux institutions culturelles de mieux faire connaître cet artiste injustement oublié. Ainsi, dès 1967, l’Academie der Künste de Berlin organise une rétrospective d’art russe intitulée Avant-garde de l’Europe de l’Est, 1910-1930.

Affiche de l’exposition © Centre Pompidou, 1978 ; Œuvre reproduite : Kasimir Malevitch, Un anglais à Moscou, 1914.

L’exposition impulsée par Pontus Hulten au Centre Pompidou en 1978 évoque le souci de redonner une place primordiale à l’avant-garde russe, dans son dialogue fécond avec l’Occident, mais souhaite également hisser Kasimir Malevitch au rang de maître de l’art abstrait et suprématiste. Déjà, en 1965, ce dernier, alors directeur du Moderna Museet de Stockholm, organise l’exposition Inner and Outer space 1 , réunissant les artistes Naum Gabo, Yves Klein, Kasimir Malévitch et trente-cinq autres participants autour du concept d’ »art universel ».

L’exposition organisée au Centre Pompidou s’insère ainsi dans ce double ancrage : valorisation de l’avant-garde russe dans ses échanges avec l’Occident, et acquisitions permettant de pallier les lacunes trop criantes dans les collections européennes, et plus particulièrement françaises. Aménagée dans la grande galerie du Centre Pompidou, elle prend place au 5ème niveau, dévolu aux expositions temporaires, du 14 mars 1978 au 15 mai 1978. De grandes sections chrono-thématiques viennent jalonner le parcours d’exposition imaginé par Pontus Hulten, Jean-Hubert Martin et l’architecte Jacques Lichnerowicz : des débuts néo-primitivistes inspirés par Cézanne et le fauvisme, l’artiste s’oriente ensuite vers des recherches formelles cubofuturistes et alogiques avant de se lancer dans l’expérience du suprématisme. L’exposition regorge de dessins préparatoires, gravures, et de planches didactiques conçues par Malévitch et ses élèves en vue de ses futures conférences sur la signification de l’ « élément additionnel » dans la formation artistique.

Les architectones : formes architecturales en plâtre conçues dans les années 1920, permettent à Malevitch de passer du plan à la troisième dimension, et de célébrer le mouvement du cube dans l’espace en transposant ses conceptions suprématistes vers l’architecture et l’urbanisme. L’exposition revêt dès lors la forme de l’hommage, célébrant le centième anniversaire de la naissance de l’artiste, propose d’exposer pour la première fois ces ensembles de plâtre et donne lieu à toute une série de manifestations connexes (colloque international, représentation de danse dans l’espace d’exposition,…). Les premiers accrochages des collections d’art moderne, qui incorporeront les œuvres acquises en 1978, vont d’ailleurs accentuer les dimensions révolutionnaires du suprématisme, tantôt rapproché des mouvements constructivistes et abstraits. L’exposition monographique dédiée à Malevitch revêt un rôle savamment orchestré par Pontus Hulten, dans le cadre d’une stratégie plus globale d’anticipation sur la programmation des expositions inaugurales internationales destinées à marquer les esprits. Tandis que les expositions consacrées à Marcel Duchamp et Francis Picabia  tendaient à introduire l’exposition Paris-New York dès 1978 ; l’exposition Malevitch, vient faire figure d’annonce et d’accroche, préparant le visiteur potentiel à sa future visite de l’exposition Paris – Moscou.2

Vue de l’exposition (architectones, grande galerie) : les 2 architectones de face et rangée de sièges

L’architecte Jacques Lichnerowicz, qui avait également participé à la conception de la scénographie de l’exposition Paris-Berlin, également chargé de celle de Paris-Moscou en 1979, agence pour l’occasion une série de salles indépendantes3 les unes des autres. Le parcours est ainsi laissé libre afin de proposer un cheminement monographique non directif. Les salles ne respectent pas strictement l’ordre chronologique assigné à l’évolution artistique de la carrière de Malevitch. Ainsi la grande allée de la galerie d’exposition est ainsi jalonnée d’architectones, de panneaux didactiques (charts) et du schéma monumental de Matiouchine (Organische Kunstkultur, 1924-1934, Stedelijk Museum).

Vue d’exposition : croix noire à gauche, salle suprématiste
Croix noire à gauche, salle suprématiste. Les panneaux de Matiouchine (Organische Kunstkultur sont visibles au premier plan) + espace de lecture d’ouvrages

 

 

 

 

 

 

 

Les architectones, qui entreront dans les collections sous forme de donation anonyme à la suite de l’exposition, créent la surprise en esquissant une dimension de l’œuvre de l’artiste, jusque là peu étudiée voire méconnue du grand public. Dès 1977, le Musée national d’art moderne prend contact avec l’équipe pilotée par Poul Pedersen, qui avait réalisé les premières reconstitutions d’architectones (Gota 2a et un modèle horizontal plus petit) de Malevitch, d’après photographies, à Aarhus (Danemark), avec des étudiants en histoire de l’art. Ce dernier confie que, quelques jours avant l’ouverture de l’exposition, une donation anonyme a permis au Musée national d’art moderne d’acquérir d’importants ensembles d’architectones mais également deux plâtres, dont la Croix noire et le Carré noir sur fond blanc4 , deux oeuvres aujourd’hui célébrées comme des fleurons de la collection du Musée national d’art moderne. Pourtant seuls deux d’entre eux seront présentés à l’exposition de 1978, la plupart extrêmement abîmés nécessiteront des interventions de restaurations et ne seront présentés au grand public qu’en 1980, lors de l’exposition Malevitch : planites et architectones organisée là encore par Jean-Hubert Martin comme l’atteste le catalogue Malévitch : architectones, peintures, dessins.5

Poul Pedersen et Jean-Hubert Martin assemblent les architectones : photographie issue du reportage muséographique

Chantal Quirot, chargée de l’atelier de restauration de sculptures au Centre Pompidou et de la restauration des architectones rapproche la réalisation des premières reconstitutions de ces dernières à l’organisation synchrone de l’exposition Moscou-Paris, qui s’est tenue durant l’été 1981 au musée Pouchkine, en Russie,6  en réponse à l’exposition Paris-Moscou organisée au Centre Pompidou de mai à novembre 1979.

« Je me souviens avoir travaillé deux ans dessus, confie t’elle. C’était comme un puzzle. Après avoir étalé tous les morceaux, à partir d’un cube, et de ses arêtes, il fallait établir un travail de formes. On a pris le parti, avec Jean-Hubert Martin, de ne procéder qu’à un très léger travail de dépoussiérage, et non de nettoyage, afin de ne pas toucher aux « traces » qu’il y avaient sur les architectones. Il a également été décidé de ne pas faire de bouchage. Ainsi, une fois les morceaux replacés, on les a laissés tels quels. Aucun travail de « reconstitution » ou de « masquage » des cassures n’a été entrepris. »7

Les deux architectones dévoilés aux yeux du grand public, sont accompagnés de quelques fragments vraisemblablement exposés en vitrine. Gota 2a et le modèle horizontal plus réduit trônent à gauche de l’entrée de l’exposition, sur un petit piédestal auquel fait face une rangée de sièges, à l’intersection des premières salles (1. débuts néoprimitivistes ; 2. panneaux de recherche sur la culture picturale ; et 3. Cubo-futurisme), à l’embouchure, très exactement de la grande galerie. L’irruption des architectones à cet emplacement vient d’emblée surprendre le spectateur dans son cheminement pour le « dérouter ». À cet effet de surgissement vient s’ajouter l’emploi des « entrées dans l’angle » souhaitées par Jean-Hubert Martin et Jacques Lichnerowicz, à l’époque d’usage peu commun dans le milieu muséal français. Ces dernières auraient été empruntées à la muséographie des salles du musée des Beaux-arts de Gand, en Belgique, qui marquent à l’époque le conservateur et son équipe :

Image de salle du musée des Beaux-arts de Gand après rénovation par l’architecte Charles Van Rysselberghe en 1898. © Museum voor Schone Kunsten, Musée des Beaux-arts de Gand, Belgique. Cote :Stadsarchief Gent, Reeks F205
Plan d’architecture au sol du musée des Beaux-arts de Gand, par l’architecte Charles Van Rysselberghe en 1898. © Museum voor Schone Kunsten, Musée des Beaux-arts de Gand, Belgique. Cote :Stadsarchief Gent, Reeks F205

 

 

 

 

 

 

 

 

« La particularité du musée des Beaux-arts de Gand, est d’avoir des salles dont l’entrée est située dans l’angle. La préoccupation de tout conservateur est d’immerger au maximum le visiteur dans un accrochage de peinture sans perturbation. L’idéal est donc d’avoir quatre murs entiers, en général là où les portes viennent casser cette unité qui tend à l’harmonie et à la clarté. »8

Plus qu’un hommage, l’exposition Malevitch de 1978 intègre ainsi à la dimension commémorative au premier chef, une approche résolument novatrice dans le cheminement du parcours d’exposition. Le visiteur est ainsi amené à arpenter les tatônnements de l’artiste, à la charnière entre l’héritage cézanien qui clôt le XIXe siècle et ses expérimentations plastiques qui dynamiteront les canons catégoriels tout au long du XXe siècle. L’effet d’amorce entériné par des cimaises à pan central coupé, associé à l’utilisation inédite des « entrées dans l’angle » insufflent ainsi une dynamique propre aux réflexions menées par Jean-Hubert Martin et Jacques Lichnerowicz à cette époque. Par ce dispositif, les oeuvres des salles successives, en enfilade, s’enchâssent et donnent à voir des « surimpressions », autant d’images mentales qui anticipent sur le discours d’exposition lui-même, amenant le visiteur à appréhender, par sa propre sensibilité, les différents jalons de l’exposition monographique.

Adaptation du concept des « entrées dans l’angle » au Centre Pompidou, 1978.
Adaptation du concept des « entrées dans l’angle » au Centre Pompidou, 1978.
Adaptation du concept des « entrées dans l’angle » au Centre Pompidou, 1978.

 

 

 

 

 

 

Je tiens à remercier chaleureusement les personnes qui m’ont accompagnée dans cette étude et ont contribué à alimenter cette recherche foisonnante sur l’exposition monographique consacrée à Malevitch en 1978 au Centre Pompidou : à savoir l’équipe tutrice en charge du projet de catalogue raisonné des expositions du Centre Pompidou – Stéphanie Rivoire, Sonia Descamps et Karine Bomel (Bibliothèque Kandinsky, secteur archives et documentation) Jean-Philippe Bonilli  et Jean Charlier (archives du Centre Pompidou), Jean-Hubert Martin, Jacques Lichnerowicz, Chantal Quirot (restauratrice au MNAM-CCI), Camille Morando (documentaliste des collections modernes du MNAM-CCI) pour leurs apports respectifs, leurs orientations avisées et leur particulier attachement au projet.

  1. The Inner and the Outer Space : An exhibition devoted to universal Art, Moderna Museet, Stockholm. December 26, 1965 – February 13, 1966. À cette occasion, Robert Rauschenberg adresse des indications précises à Pontus Hulten, pour la réalisation d’une série de White paintings, expressément réalisées pour l’occasion. Sarah Roberts, White Painting (three panel), San Francisco Moma, Rauschenberg Research Project, juillet 2013. Cela démontre l’orientation de la politique curatoriale de Pontus Hulten, qui, à plusieurs reprises procèdera à des reconstitutions d’œuvres comme autant d’expôts prêts à pallier les manques des collections européennes. []
  2. Archives du Centre Pompidou. Communiqué de presse de l’exposition, 1978, cote CMP 2011006 []
  3. Voir à ce titre les critiques formulées par Dora Vallier, au sujet de la disposition scénographique des salles du parcours d’exposition et de la non « maîtrise » de l’espace ; Dora Vallier, L’itinéraire de Malevitch, in La Quinzaine littéraire 16-30 avril 1978 : « En disant non maîtrisé je formule deux reproches : premièrement, lorsqu’on a l’avantage de disposer de cloisons mobiles, comme à Beaubourg, l’on se doit de construire l’espace de l’exposition sur mesure, afin de ne pas trop raréfier les œuvres sur certaines cimaises, ni les entasser sur d’autres, ni moins encore, faute de place, mélanger les dates quand on a choisi un accrochage chronologique. Aucune de ces règles, pourtant élémentaires, n’a été respectée pour l’exposition de Malevitch. Plus grave encore est le second reproche qui porte sur la conception de l’accrochage : cet espace mal calculé est en plus dispersé ; il se présente sous la forme de plusieurs compartiments clos  et éloignés où, tour à tour, les diverses périodes de l’œuvre de Malevitch sont enfermées, sans que l’œil puisse effectuer le nécessaire trajet de l’une à l’autre ». []
  4. Le vendredi 10 mars 1978, peu de jours avant l’ouverture de l’exposition Malevitch, on me demanda de descendre à l’atelier où je vis quatre cartons assez gros et un colis plus petit. […] « Quelques éléments et groupes d’éléments furent prélevés et placés dans une vitrine que l’on a pu voir à l’exposition Malevitch au Centre Pompidou en 1978. » Propos de Poul Pedersen, in cat.d’exposition, Malévitch : architectones, peintures, dessins, éditions du Centre Pompidou, Paris, 1980, p. 27. []
  5. Pontus Hulten, Jean-Hubert Martin, cat.d’exposition, Malévitch : architectones, peintures, dessins, éditions du Centre Pompidou, Paris, 1980. []
  6. Chantal Quirot, entretien réalisé en juillet 2014, par Milena Paez. « Béta et Gotha 2 a sont en réalité des répliques faites pour l’exposition Moscou-Paris. Il convient de souligner ainsi l’intérêt prioritaire des reconstitutions et consolidations d’architectones à l’époque (entre 1978 et 1981), alors que la politique de programmation du Centre Pompidou, impulsée par Pontus Hulten s’attache à revaloriser la scène des avant-gardes russes de la première moitié du XXe siècle. En témoignent les expositions :  Paris-Moscou organisée du 31 mai 1979 –  au 10 décembre 1979 ; Kandinsky, trente peintures des musées soviétiques 1er février 1979 – avril 1979 ; Les russes à Paris 1919 – 1939 du 27 juin 1979 au 3 septembre 1979 ; Les Trois russes du 3 octobre 1979 au 4 novembre 1979 ; Malevitch, planites et architectones du 2 avril 1980 au 2 juin 1980 ; Rodchenko du 17 juin 1981 au 6 septembre 1981 ; Moscou- Paris en 1981… []
  7. Idem. []
  8. Jean Hubert Martin, échange avec le conservateur, le 25 novembre 2014 []

Milena Paez

Doctorante à l'université Paris 8 (EDESTA), son projet de thèse porte sur les [Remakes et reconstitutions d'expositions], leur rapport à l'historicité des institutions qui les ont vu naître et les conséquences de leur transposition sémantique, géographique, culturelle et sociale. Formée en histoire de l'art, en muséologie et en esthétique (École du Louvre, Université Paris 1) son parcours l'a menée à s'interroger sur des recherches croisant histoire des collections, des expositions et histoire culturelle et sociale des musées.

More Posts

Follow Me:
LinkedIn

Colloque « Ce que exposer peut dire », 12-13 février 2014

« Ce que exposer peut dire »

Les 12 et 13 février 2014

Institut Supérieur des Beaux-Arts de Besançon / Franche-Comté (ISBA)

Université de Bourgogne / Dijon (Laboratoire CIMEOS)

Le colloque « Ce qu’exposer peut dire » organisé par le laboratoire CIMEOS (université de Bourgogne/Dijon) et le pôle de recherche Contrat social de l’institut supérieur des Beaux-arts (ISBA de Besançon/Franche-Comté) réunira des artistes, commissaires d’expositions, responsables d’institutions et des universitaires spécialistes en sémiotique et langage de l’exposition. Cette synergie permettra d’apporter des regards croisés sur une problématique contemporaine commune à la sémiotique et à l’art. Le colloque aura lieu à l’Institut supérieur des Beaux-arts de Besançon/Franche-Comté. L’enjeu scientifique de cette rencontre sera l’élaboration d’une mise en perspective théorique et sémiotique de « Ce qu’exposer peut dire » au cours des quarante dernières années.

Voir le programme complet

Mercredi 12 février 

  • 9h00 : Accueil des participant(e)s à l’ISBA
  • 9h30 : Discours de bienvenue de Laurent Devèze, Directeur de l’Institut Supérieur des Beaux Arts de Besançon et Daniel Raichvarg, Directeur du CIMEOS, Université de Bourgogne.
  • 10h-10h45 : Conférence introductive « Ce que exposer fait voir » par Jean-Hubert Martin, historien de l’art et commissaire d’exposition, ancien directeur de la Kunsthalle de Berne, du Musée national d’art moderne du Centre Pompidou, du Musée national des arts d’Afrique et d’Océanie de Paris et du Museum Kunst Palast de Düsseldorf.
  • 10h45-11h00 : Discussion
  • 11h00-11h15 : Pause café
  •  11h15-12h45 : Table ronde « Quelle(s) histoire(s) et quelle(s) géographie(s) pour les formes des expositions depuis 1969 ? » / Modérateur : Stéphanie Jamet-Chavigny, Historienne de l’art, Professeur d’histoire de l’art à l’Institut Supérieur des Beaux-Arts de Besançon/Franche-Comté.

Intervenants :

Andrei Erofeev, Critique d’art russe, Commissaire d’exposition indépendant

Abdel Kader Damani, Directeur du Projet Veduta, La Biennale de Lyon, co-commissaire de la Biennale de Dakar 2014

Emmanuel Guigon, Directeur des Musées du Centre de la ville de Besançon

Laurent Devèze, Directeur de l’Institut Supérieur des Beaux-Arts de Besançon/Franche-Comté

  • 12h45-14h00 : Buffet à ISBA
  • 14h15-15h00 : Conférence introductive « Display/spectacularisation : une contribution sémiotique aux enjeux de la pratique d’exposition » par Giacomo Festi, Chargé de cours alla Nuova Accademia delle Belle Arti Milano (NABA).
  • 15h00-15h30 : Discussion
  • 15h30-15h45 : Pause café
  • 15h45-17h15 Table-ronde « L’exposé et le spectaculaire » / Modérateur : Eléni Mitropoulou, Professeur en Sciences du Langage, CeReS, Université de Limoges.

Intervenants :

Alain Chenevez, Maître de Conférences en socio-anthropologie, CIMEOS, Université de Bourgogne, Dijon.

Matthieu Laurette, artiste, Professeur d’Art/Multimédia à l’Institut Supérieur des Beaux-Arts de Besançon/Franche-Comté.

Ivan Darrault-Harris, Professeur émérite en Sciences du Langage, CeReS, Université de Limoges.

Michel Collet, Professeur de Culture générale à l’Institut Supérieur des Beaux-Arts de Besançon/Franche-Comté

  • 18h30 : Accueil et visite du FRAC par sa directrice, Sylvie Zavatta suivi d’un apéritif.
  • 20h00 : Buffet dînatoire au FRAC

Jeudi 13 février :

  • 9h30 : Accueil des participants
  • 10h-11h : Conférence introductive « Le rôle de l’espace dans l’exposition» par Isabella Pezzini, Professeur en Philosophie et Théorie du Langage à l’Université La Sapienza, Rome.
  • 11h00-11h15 : Discussion
  • 11h15-11h30 : Pause café
  • 11h30-13h00 : Table ronde « Quels sont les nouveaux enjeux esthétiques de la réception d’une exposition ? » / Modérateur : Nanta Novello Paglianti, Maître de Conférences en Sciences du Langage, CIMEOS, Université de Bourgogne, Dijon.

Intervenants :

Sylvie Boulanger, Directrice du Centre national édition art image de Chatou.

Marie Renoue, membre du Centre Norbert Elias, Université d’Avignon et des Pays de Vaucluse

Gérard Collin-Thiébaut, artiste, Professeur d’Art/Intermédia à l’Institut Supérieur des Beaux-Arts de Besançon/Franche-Comté

  • 13h00-14h15 : Buffet à ISBA
  • 14h15-15h00 Hommage à Seth Siegelaub « Vers des nouvelles formes d’exposition » / Modérateur : Laurent Devèze, Directeur de l’Institut Supérieur des Beaux-Arts de Besançon/Franche-Comté
  • Introduction par Marja Bloem, Commissaire des expositions au Stedelijk Museum d’Amsterdam et Matthieu Laurette, artiste, Professeur d’Art/Multimédia à l’Institut Supérieur des Beaux-Arts de Besançon/Franche-Comté
  • 15h00-15h45 : Conférence plénière par Sarah Martinetti, doctorante en Historie de l’art, à l’EHESS, Paris.
  • 15h45-17h00 : Débat et conclusions du colloque

Lieu du colloque : Institut Supérieur des Beaux–Arts (ISBA) de Besançon / Franche-Comté, 12 rue Papin, 25000 BesançonI

Coordination scientifique : Michel Collet (ISBA), Stéphanie Jamet-Chavigny (ISBA), Matthieu Laurette (ISBA), Eléni Mitropoulou (CeReS), Nanta Novello Paglianti (CIMEOS).

Africa Remix, l’art contemporain d’un continent

Par Maeva Oussou-Essui

Vue de l’exposition Africa Remix. Identification des oeuvres : El Anatsui – Sasa Gonçalo Matunda- Eiffel Tower Sunday Jack Akpan- Chef de la police Antonio Olé – Townshipwall N°10 Yto Barrada – Grand Royal Turismo Moeshekwa Langa – Collapsing Guides. Photographie de Jean-Claude Planchet. Fonds muséographie des expositions temporaires, Bibliothèque Kandinsky, MNAM-CCI / Centre Pompidou.

Les années 1980 marquent un tournant sur le regard posé sur la création artistique non occidentale et notamment la création africaine contemporaine. A la suite de Magiciens de la terre, on voit se développer une série de manifestations ayant comme objectif de présenter une vision globale de l’art. La Biennale de Venise 1993, dont le commissaire général était Achille Bonita Oliva, défendait l’idée d’une culture sans frontières. En 1993, elle présenta une exposition intitulée Fusion : West African artist at The Venice Biennale, organisée par Susan Vogel et d’abord présentée à New-York au Museum for African Art. A Londres a eu lieu en 1995  Africa 95 la manifestation se présentait sous la forme d’un festival consacré aux arts de l’Afrique dans le domaine des arts plastiques, du théâtre et de la musique. Au cours des années 2000, des commissaires vont présenter dans ces manifestations internationales des expositions qui remettent en cause les notions de frontières.   Authentic/Ex-Centric organisé par Salah Hassan et Olu Oguibe à la Biennale de Venise en 2001, et Fault Lines, contemporary African Art and the Shifting Landscapes organisée par Gilane Tawadros en 2003, sont représentatives de ce nouveau modèle d’expositions. Piloté par Okwui Enwezor, la seconde édition de la Biennale de Johannesburg interrogeait la place des périphériques de création au sein d’une géographie mondiale de l’art. C’est dans la ligné de ses expositions que le Centre Pompidou présente en 2005 : Africa Remix, l’art d’un continent. Continuer la lecture de Africa Remix, l’art contemporain d’un continent 

Maeva

Actuellement étudiante en Master 2 Art contemporain et nouveaux médias à l'université Paris VIII Vincennes Saint-Denis.

More Posts