Archives du mot-clé exposition

Les expositions Mona Hatoum au Centre Pompidou

1993 : Germain Viatte, directeur du MNAM, programme l’exposition Mona Hatoum pour l’année suivante. Il s’agit de la première exposition de l’artiste en France, et qui plus est, sa première exposition dans une institution muséale. L’exposition monographique présente  dans trois salles six oeuvres majeures couvrant onze années de travail de l’artiste. Le commissariat de cette exposition est alors confié à Christine Van Assche (L’époque, la mode, la morale, la passion en 1987 ou encore Vidéo Vintage 1963-1983 en 2012) et la scénographie est réalisée par Laurence Fontaine, architecte scénographe. En 2015, la même équipe conçoit une nouvelle monographie témoignant de quarante années de travail avec plus de cent œuvres présentées.

Une artiste aux multiples facettes

D’origine palestinienne, Mona Hatoum vit et travaille à Londres depuis le milieu des années 1970. Née à Beyrouth en 1952 après que ses parents s’y soient exilés en raison du conflit israélo-palestinien, Mona Hatoum grandit et apprend le français durant ses études secondaires dans la capitale Libanaise. En 1975, elle se rend à Londres où elle envisage de faire ses études supérieures. Elle y reste finalement par obligation puisque la guerre du Liban éclate et l’empêche de rentrer. Séparée de sa famille, Mona Hatoum entreprend des études d’art et obtient un diplôme de The Slade School of Art en 1981. Dès 1980, elle réalise sa première performance Don’t Smile, You’re on Camera !.

Vers le milieu des années 1980, estimant « que la performance comme médium était devenue quelque chose d’assez institutionnalisé et avait perdu son aspect critique » [1] , l’artiste s’ouvre à la vidéo et à l’installation, favorisant « une approche plus mesurée/réfléchie » [1] dont l’immédiateté, et l’improvisation parfois, induites par la performance, manque. Qu’il s’agisse de performance, vidéo, sculpture ou installation, le travail de Mona Hatoum joue sur l’ambiguïté, les opposés. Engagées ou pleines de légèreté, délicates et brutes à la fois, les œuvres de Mona Hatoum peuvent être aussi sérieuses que drôles. Elles sont aussi politiques qu’autobiographiques, évoquant autant l’histoire personnelle de l’artiste que des sujets de société.

175px-AF_9400197

Une œuvre attirante et repoussante

La première exposition de l’œuvre de Mona Hatoum au Centre Pompidou s’inscrit avant tout dans une programmation plus vaste qui comprend les expositions Gary Hill et Stan Douglas et apporte une réflexion sur les relations entre l’espace, l’architecture et le visiteur « […] et enfin les rapports désormais incontournables entre le spectateur et l’œuvre » [2]. Si l’exposition a lieu du 8 juin 1994 au 12 septembre 1994, la question des dates de celle-ci fait l’objet de plusieurs changements avant d’être arrêtée. L’exposition est initialement prévue entre mars-avril 1994 afin, selon une correspondance de Christine Van Assche à Germain Viatte, « […] d’établir une liaison entre [l’œuvre de Mona Hatoum] centrée sur la question du corps et les recherches sur le corps scientifiques dans la Revue virtuelle [du Centre Pompidou] »[3]. Par la suite, la date est repoussée entre octobre et décembre 1994 mais Mona Hatoum n’est pas disponible à ses dates. Mona Hatoum souhaitant s’investir dans le projet et dans une volonté de satisfaire autant le public que l’artiste et de présenter Mona Hatoum au public parisien, le Centre Pompidou, à force de discussion et de travail entre les différents membres de l’équipe, fixe les dates du 8 juin au 22 août 1994. C’est finalement un changement de programmation de dernière minute qui permet à l’exposition Mona Hatoum de jouer les prolongations.

Continuer la lecture de Les expositions Mona Hatoum au Centre Pompidou 

Entretien avec Jean-Paul Gourévitch, commissaire associé de l’exposition « L’imagerie politique », Centre de Création Industrielle, 1977.

AF_9300049
Affiche “L’imagerie politique”, CCI, 1977. Conception graphique : Petronio & Butcher. ©Bibliothèque Kandinsky, MNAM-CCI, Centre Pompidou.

L’exposition L’imagerie politique inaugure le transfert du Centre de Création Industrielle au Centre Georges Pompidou dès son ouverture en 1977. Plus connu en tant que spécialiste dans ce domaine mais aussi collectionneur d’objets et d’affiches politiques, Jean-Paul Gourévitch est alors invité par Gilles de Bures en tant que co-commissaire aux côtés de Marsha Emanuel. Il revient sur ce projet et y apporte quelques éclairages rétrospectifs.

Le plan de montage présent dans les archives du Centre Georges Pompidou témoigne d’un ensemble de sections listées selon un certain ordre. Pourriez-vous en parler ?

En ce qui concerne l’ordre, il faut vous imaginer l’exposition. Dans celle-ci, le public circulait très librement. Ce n’était pas une présentation linéaire, il y avait des blocs. Donc on pouvait très bien aller du bloc qui représentait par exemple les codes, à celui qui reprenait les chefs d’Etats. La partie audiovisuelle était un montage diffusé sur la musique d’Haendel, plus connue en tant que bande originale du film Barry Lindon de Kubrick. J’avais constaté qu’elle avait été ajournée à plusieurs reprises pour problème technique, peut-être est-ce la raison pour laquelle ils ne l’ont pas gardée pour l’itinérance. Donc oui, il y a bien un plan de montage élaboré selon une structure par blocs mais il n’y a pas d’itinéraire balisé. Ce n’était pas un système qui allait de « petit a » à « petit b » mais l’idée était malgré tout de circuler, comme dans tout genre d’exposition. Simplement j’avais souhaité que l’ensemble des codes soient sur des panneaux formant chacun une unité mais en étant liés les uns aux autres.

M5050_X0031_CCI_035_0017_P
Vue de l’exposition “L’imagerie politique”, CCI, 1977. ©Bibliothèque Kandinsky, MNAM-CCI, Centre Pompidou.

Quel sens ce choix apportait-il au projet ?

Il fallait que l’on retrouve un axe du parcours dont le principe était de montrer les différentes facettes de l’imagerie politique qui les représentaient. Est-ce que ce sont des affiches d’exaltation ou des tactiques de dénonciation, quels sont les codes ou les thèmes qui sont utilisés, quels sont les rapports entre les figurations des personnages et des sujets tout-à-fait annexes. Le choix était thématique et visait à montrer d’un côté la diversité de l’imagerie politique mais aussi, de fait, de faire prendre conscience que quels-que-soient les pays, quels-que-soient soient les régimes, il y a un certain nombre de codes communs.

Continuer la lecture de Entretien avec Jean-Paul Gourévitch, commissaire associé de l’exposition « L’imagerie politique », Centre de Création Industrielle, 1977. 

Fernand Léger exposé aux enfants

Mettre en scène l’oeuvre de Fernand Léger pour les enfants.

Dès les années 1970, une réflexion émerge afin de faire des enfants un public à part entière de l’institution muséale. Le musée doit désormais être un lieu pour le public le plus large et aussi pour un public non initié. Le Centre Pompidou s’inscrit dans cette réflexion en créant  un Atelier des enfants en son sein, comme un espace de l’institution à part entière.

« Apprendre aux enfants de 4 à 12 ans à regarder, toucher, à goûter, à sentir, pour faire aimer, en s’adressant surtout à l’imagination et à la sensibilité, ces deux pôles de créativité. Éveiller les enfants à la création contemporaine et réaliser cette éducation sensorielle si différente de l’approche chronologique traditionnelle, tels sont les buts de l’Atelier des enfants ».

Tels sont les mots de Danièle Giraudy, conservatrice du Centre Pompidou de 1972 à 1981, en 1975 soit deux ans avant l’inauguration du Centre. Au fil des années l’Atelier des enfants, qui devient en 1992 la Galerie des enfants, donne au jeune public une approche plurielle du monde, des objets, des matières, qui s’étend de la simple activité récréative au véritable apprentissage artistique. De cette façon l’Atelier des enfants a les compétences pour concevoir des expositions qui lui sont propres ou pour accompagner des manifestations plus importantes organisées dans le Centre.

L’Atelier Fernand Léger, sens dessus dessous qui se déroule dans la galerie des enfants, s’inscrit dans cette perspective qui est de venir en support de l’exposition Fernand Léger (1881-1955) présentée dans la Grande Galerie du Centre Pompidou du 29 mai 1997 au 19 septembre 1997. L’Atelier pédagogique débute à partir du 2 juillet jusqu’à la fin de l’exposition s’inscrivant ainsi en pleine période estivale afin d’attirer un jeune public le plus large possible.  Cet atelier a pour objectif de faire découvrir la peinture de Fernand Léger aux enfants âgés de 6 à 12 ans par le biais de différents jeux autour des œuvres majeures de l’artiste présentées dans l’exposition telles Les Grands Plongeurs noirs de 1944, La Grande Parade de 1954 ou encore Les Quatre cyclistes exécutée entre 1943 et 1948.

Ces jeux, au nombre de cinq, sont divisés dans trois thématiques : Les Grands plongeurs noirs / Forme libre / Atelier :

  • Le premier jeu est un puzzle où les enfants doivent recréer l’œuvre Les Grands plongeurs noirs de Fernand Léger à partir de vingt-six pièces peintes selon les couleurs réelles de la peinture et d’une projection de l’œuvre.
  • Les deuxième et troisième jeux donnent la possibilité aux enfants d’assembler des silhouettes redessinées d’après Les Grands plongeurs noirs sur le sol ou sur un mur de taule métallique. D’un jeu à l’autre seul la dimension varie, le troisième jeu était beaucoup plus grand afin que les enfants interprètent les dimensions de l’œuvre à leur guise.
  • Le quatrième jeu s’inscrit dans la deuxième thématique de l’atelier, dans ce jeu, les enfants interviennent au sein même de l’œuvre de Fernand Léger en posant les couleurs selon leur goût sur des graphismes tirés des œuvres de l’artiste projetés sur des écrans au sol.
  • Enfin le parcours se clôture sur la réalisation d’un jeu par les enfants avec lequel ils repartiront dont le but est de faire disparaître et apparaître les couleurs.
Vue de l'exposition "Fernand Léger (1881-1955)" - Salle 17
Vue de l’exposition « Fernand Léger (1881-1955) » – Salle 17 ©Bibliothèque Kandinsky, MNAM-CCI, Centre Pompidou, photographe Jacques Faujour.

Continuer la lecture de Fernand Léger exposé aux enfants 

Cécile Lenoir

Etudiante en Master 1 Médiation culturelle, patrimoine et numérique à l'université de Nanterre. Les années traitées pour le catalogue raisonné des expositions sont 1991 et 1997 et l'exposition approfondie est la rétrospective "Fernand Léger (1881-1955)" de 1997.

More Posts

Follow Me:
LinkedIn

Le Forum : le symbole du Centre Pompidou

Dès l’ouverture en 1977, le Forum est devenu une place symbolique pour le Centre Pompidou comme la pyramide l’est aujourd’hui pour le musée du Louvre. En terme de programmation culturelle, beaucoup d’expositions importantes s’y sont déroulées jusqu’à nos jours.

La question de la fonction du Forum a surgi en travaillant sur une exposition : celle qui s’est tenue en 1996, Design japonais 1950-1995.  Cette exposition montrait la diversité du design japonais, son évolution et ses points forts. Sur les deux niveaux du Forum, le parcours de l’exposition donnait à voir quelques 300 objets sélectionnés pour leur qualité esthétique et leur portée historique dans de nombreux domaines : mobilier, design industriel, graphisme, packaging, objets de la table, textile et mode.

Ce qui m’a marqué sur l’exposition est la scénographie et le parcours spectaculaire. Dans le Forum Haut, un grand logo de l’exposition, que Katsumi Komagata, designer japonais a élaboré pour l’exposition, est installé au sol.  Ce logo consiste en cinq ellipses qui représentent à la fois les îles principales du Japon et les cinq périodes que l’exposition aborde. Puis des œuvres représentatives sont installées  – la voiture de Honda, la moto de YAMAHA, le tabouret de Sori Yanagi, etc.  Ces œuvres sont, pour ainsi dire des vedettes dans le domaine du design japonais, donnant au Forum Haut un rôle de bande-annonce de l’exposition à l’égard des visiteurs.

M5050_X0031_CCI_235_0033_P
Vue de l’exposition Design japonais 1950-1995 ©Bibliothèque Kandinsky, MNAM-CCI, Centre Pompidou, photographe Jean-Claude Planchet.

Dans le Forum Bas, nous pouvons observer une remarquable scénographie, des panneaux de toiles de coton grège. C’est une sorte de rideaux, appelé Noren en japonais, traditionnellement placée au seuil des maisons et des boutiques japonaises.  Cette installation audacieuse a la triple fonction de délimiter l’espace, d’accompagner une déambulation et de suggérer des passages.

M5050_X0031_CCI_235_0044_P
Vue de l’exposition Design japonais 1950-1995 ©Bibliothèque Kandinsky, MNAM-CCI, Centre Pompidou, photographe Jean-Claude Planchet.

En comparaison avec d’autres expositions dans les années 1990 qui se sont tenues dans les autres salles, telles que la Grande Galerie ou la Galerie Nord, la scénographie y était plus sobre et classique. Par exemple, l’exposition en 1992 et 1993, Art d’Amérique Latine 1911- 1968, qui s’est tenue dans la Grande Galerie.  Le Centre Pompidou a présenté la première rétrospective à Paris sur l’art de l’Amérique latine du début du XXe siècle à l’occasion de l’événement Amériques  Latines. Cette exposition reprend le même principe que l’exposition Design Japonais 1950-1995 : une exposition rétrospective d’une catégorie d’art. Cependant le parcours se déroulait chronologiquement et la scénographie était composée principalement par des cimaises et des murs, dans un parcours plutôt classique et convenu.

Continuer la lecture de Le Forum : le symbole du Centre Pompidou 

Ryutaro NAMBU

Etudiant de l'Université Paris X. Master professionnel : Médiation culturelle, patrimoine et numérique. Le thème de recherche est la médiation culturelle franco-japonaise.

More Posts

« Au-delà du spectacle » : l’intraduisibilité

Une exposition peut-elle être traduite ? Peut-on la sortir de son contexte et l’intégrer dans un autre ? Quels sont les éléments immuables et quels sont les éléments adaptables ?

L’exposition « Au-delà du spectacle », qui a eu lieu en novembre-décembre 2000 au Centre Pompidou, est issue du projet « Let’s Entertain : Life’s Guilty Pleasures », conçu par le curateur Philippe Vergne pour le Walker Art Center (Minneapolis, Etats-Unis), dont il a assumé la fonction de directeur.

Comme Vergne l’explique, sa réflexion sur ce sujet avait deux points de départ : la sous-culture de la consommation et l’industrie du divertissement. Par exemple, un des points d’intérêt et des lieux les plus fréquentés est le Mall of America à Minneapolis, l’un des plus grands centres commerciaux du monde :

« J’ai commencé à réfléchir à cette exposition quand je vivais encore en Europe, avant d’arriver au Walker Art Center. Mais, en quelque sorte, elle est liée au Walker parce que l’exposition Fluxus, produite par le musée en 1993, m’a intriguée, surtout l’idée que les artistes de Fluxus tâchaient de mêler l’art et le divertissement. Quand on regarde l’histoire de Fluxus, on remarque qu’ils ont très souvent utilisé la structure des formes de spectacle existantes, comme le théâtre et le concert, mais en les transformant en autre chose. Ils ont utilisé l’attrait du divertissement traditionnel pour produire un projet où il s’agissait de changement ou de démolition de normes »1.

cindy-sherman-untitled-film
Cindy Sherman, Untitled Film Still Series, 1977-1980

Le projet, impressionnant par son aspect visuel, a réuni des artistes dont les pratiques pouvaient être qualifiées de dominantes. Philippe Vergne explique qu’il voulait examiner la notion de globalité, les pratiques artistiques dominantes dans le contexte « global » du monde sans frontières. Vergne raconte qu’au niveau de la sélection des artistes, son point de départ était les créations de Dan Graham, Dara Birnbaum et Cindy Sherman. Au final, Dan Graham a participé à l’exposition avec la vidéo Rock My Religion, où il explore justement les parallèles entre rock et religion, en produisant ou suggérant des liens, fusions ou renversements inédits entre différents éléments constitutifs de l’histoire et de la société américaines. Dara Birnbaum a présenté TV’s Hollywood Squares, où elle construit une analyse des gestes et des regards codés des acteurs. La série de photographies Untitled Film Still Series (1977-1980) de Cindy Sherman expose un panorama des attitudes et des gestes typiques d’une féminité respectable dans le cinéma américain.

« Bien évidemment, l’exposition n’est pas une célébration de l’industrie du divertissement sans esprit critique, mais une méthode pour questionner et étudier celle-ci »2, explique Vergne dans le catalogue de l’exposition aux Etats-Unis.

Continuer la lecture de « Au-delà du spectacle » : l’intraduisibilité 

Appel à contribution pour le n°20 de la revue « Marges »

Appel à contribution pour le n° 20 de la revue Marges

Qu’est-ce qu’un dispositif (dans l’art contemporain)?

La notion de dispositif est souvent évoquée pour penser les structures visibles et invisibles que juxtaposent le pouvoir et le savoir. Développée notamment à partir des textes de Foucault[1], elle nomme un espace institutionnel qui fonctionne sur le modèle de machines à faire voir et à faire parler. De manière générale, cette notion inclut des pratiques discursives et non discursives qui peuvent être conformes à un ensemble d’institutions, de dispositions architecturales, d’énoncés scientifiques, de propositions philosophiques, etc. Cependant, la définition du dispositif avancée par Foucault reste hétérogène et difficilement saisissable car elle traverse son œuvre ; c’est pourquoi elle est l’objet de débats ainsi que la source de divers prolongements théoriques[2]. Dans ce numéro, nous voulons interroger le fonctionnement des  dispositifs dans le champ de l’art, leur opérativité stratégique, plus particulièrement, les effets qu’ils induisent dans la manière de percevoir et d’interpréter leur présentation. Quelle est  l’autonomie et/ou l’hétéronomie de l’œuvre vis-à-vis du dispositif ?

Aujourd’hui, on assiste à une transformation considérable des formats de présentations des œuvres : exposition, publications, sites web etc.  Par exemple, l’aspect du design d’exposition est de plus en plus important, au point que le contenu semble presque passer en arrière-plan. Si pendant la période moderne les éléments muséographiques semblaient, en apparence, transparents et neutres ; aujourd’hui, les dispositifs d’exposition prennent des formes inattendues et plus spectaculaires. Ces aspects visuels cherchent à faire ressentir au spectateur une véritable expérience esthétique. Nous voulons nous interroger sur ces nouveaux dispositifs de présentation de l’œuvre [nouvelles formes de chorégraphie spatiale ou de décor de théâtre] et sur leur capacité à affecter le spectateur.

Les artistes contemporains prennent en compte les effets scénographiques et de décor de l’exposition. Aujourd’hui, l’aspect de l’exposition est une matière avec laquelle l’artiste  produit. Ces aspects peuvent apparaitre à travers la monumentalité de l’œuvre, la complexité de la mise en scène de l’exposition ou la forme pluridisciplinaire ou plurisensorielle de l’installation. Pour autant, peut-on dire que ces dispositifs expositionnels uniformisent la présentation des œuvres ? Imposent-ils une norme artistique ou bien sont-ils un nouvel outil créatif pour les artistes ? Ces dispositifs sont-ils atemporels ou bien correspondent-ils à des périodes particulières de l’histoire ?

Cette transformation de l’art oblige aussi les institutions à repenser les lieux qui doivent s’adapter aux nouvelles formes d’œuvres et de présentations. Ainsi, les lieux de l’art (musées, centres d’art, galeries, etc.) deviennent autant d’architectures plastiques parfois spectaculaires, dont les espaces s’hybrident entre white cube, black box, workshop, plateforme participative, etc. Jusqu’à quel point ces dispositifs formels correspondent-ils aux besoins de la production artistique actuelle ? Dans quelle mesure les dispositifs architecturaux imposent-ils la forme que doivent prendre les pratiques artistiques ?

De plus, le développement des smartphones, iPad…, amène les institutions à repenser leur médiation culturelle à travers des dispositifs technologiques. Comment les institutions tirent-elles partie de tels dispositifs pour promouvoir leurs expositions ? Et s’en servent-elles uniquement comme d’outils de médiation ? La médiation, au sens général, peut-elle être vue comme un ensemble de dispositifs de capture du spectateur ? Cette utilisation des dispositifs technologiques déforme-t-elle le regard du spectateur par rapport à l’œuvre ?

Certains agencements institutionnels et/ou discours des acteurs du champ artistique (commissaires, critiques d’art, historiens de l’art etc.) participent aussi de la mise en œuvre  du dispositif. À travers ces discours et/ou agencements, il s’agit de dominer la perception et l’interprétation grâce à la croyance en une matérialité du discours comme une chose prononcée ou écrite. Quels impacts a ces discours sur la réception des œuvres auprès des spectateurs par exemple ? Cela nous amène à penser aussi l’analyse des traces discursives comme des formes du dispositif.

Axes de réflexion :

– On peut citer dans ce questionnement les pratiques des artistes : Franz Ackermann, Ryan Gander, Philippe Parreno, Rosemarie Trockel, Paul McCarthey, Erick Van Lieshout, Pierre Huyghe, Manfred Pernice, Jorge Pardo, Gregor Schneider,  Mike Kelley, Tobias Rehberger…

– Le dispositif technologique comme outils de médiation

– Le dispositif, une fin et/ou un moyen stratégique de présentation des œuvres ?

– Le display d’exposition ou la mise en œuvre de l’exposition

– Les relations entre l’architecture muséale et le dispositif

– Le rôle du commissaire ou du scénographe dans la mise en place du dispositif visuel de l’exposition.

– Des autres modes de présentation de l’œuvre (publication, web) et leurs fonctions de dispositif.

– Dans quelle mesure, la présentation virtuelle dans le web change-t-elle notre perception de l’œuvre ?

– La place du spectateur au sein du dispositif ; le rôle du spectateur dans la construction du regard sur l’exposition à travers les dispositifs technologiques

– Les pratiques discursives de l’art comme  des formes du dispositif.

Les propositions devront nous parvenir sous forme d’une problématique résumée (5.000 signes maximum, espaces et notes compris) avant le 20/12/2013 par courriel  à Angelica Gonzalez (angelikvas@hotmail.com) et  à Cindy Théodore (theodore.c.c@gmail.com). Les textes sélectionnés (en double aveugle) feront l’objet d’une journée d’étude à l’INHA le 22/02/2014. Le texte des propositions retenues devra nous parvenir le 14/02/2014 (40.000 signes maximum espaces compris).

Certaines des contributions seront retenues pour la publication du numéro 20 de Marges. La revue Marges (éditions des Presses Universitaires de Vincennes) fait prioritairement appel aux jeunes chercheurs des disciplines susceptibles d’être concernées  ̶  esthétique, arts plastiques, philosophie, design, architecture, sociologie, histoire de l’art, sciences de la communication, médiation culturelle …


[1] Le mot est employé pour la première fois par Michel Foucault pendant ses séminaires au Collège de France en 1978. Michel Foucault, Sécurité, territoire, population, Paris, Gallimard, 2004.

[2] Entre autres : Hubert L. Dreyfus et Paul Rabinow, Gilles Deleuze, Jean-François Lyotard, Gilles Deleuze, Giorgio Agamben.

Appel à communication : « L’objet de l’exposition : l’architecture exposée #2 »

Vendredi 11 avril 2014 

à l’Université François-Rabelais de Tours

Date limite pour le dépôt des propositions : 13 janvier 2014

Présentation

Cette journée d’étude s’inscrit dans le cadre du séminaire « L’objet de l’exposition », qui réunit les étudiants de l’option « Médiation culturelle et Pratiques de l’exposition » du master en histoire de l’art de l’Université de Tours et de master Art de l’Ecole Nationale Supérieure d’Art de Bourges. Elle bénéficie du soutien du laboratoire InTRu (EA 6301).

« L’objet de l’exposition » porte une réflexion sur l’exposition comprise en tant qu’objet d’étude à part entière. Celle-ci n’est pas seulement envisagée comme un matériau privilégié de l’histoire de l’art ou de la muséologie, mais comme une pratique qui est, par essence, aux croisements de différentes disciplines et qui génère donc des questionnements qui lui sont propres. Au regard de son histoire, qui l’a vue s’affirmer de plus en plus comme une pratique discursive avec ses méthodes, sa grammaire –  jusqu’à donner à son créateur le statut d’auteur (le curateur) – l’exposition est considérée comme un objet complexe et questionnée à travers toutes ses composantes, de sa production à sa réception. Dans ce but, le séminaire cherche à croiser les points de vue en sollicitant des chercheurs, des commissaires d’exposition, des responsables d’institutions culturelles, des scénographes, des artistes…

Chaque année, le séminaire se propose d’aborder ce vaste champ de recherche à travers le choix d’une thématique particulière, reprise lors d’une journée d’étude qui clôture le cycle. Pour une seconde année, c’est « l’architecture exposée » qui est étudiée, en partenariat avec le Fonds Régional d’Art Contemporain de la région Centre et le Centre de Création Contemporaine de Tours.

Programme du séminaire 2012/2013

Programme de la première journée d’étude du 3 mai 2013  

Programme du séminaire 2013/2014 :

  • 17 octobre 2013 – 10h-13h – Université François-Rabelais, Tours

Delphine Désert (architecte, Ecole Nationale Supérieure d’Architecture de Paris-Bellevile et de Marseille) : « Les dispositifs expographiques de l’architecture »

  • 7 novembre 2013 – 14h-17h – Université François-Rabelais, Tours

Eric Monin (architecte, maître-assistant titulaire HDR, Ecole Nationale Supérieure d’Architecture et de Paysage de Lille) : « L’architecture surexposée ou les monuments à l’épreuve des faisceaux lumineux »

  • 28 novembre 2013 – 16h30-18h – La Box, ENSA Bourges

Rencontre autour de l’exposition « Les Organisations d’espaces de Jean-Michel Sanejouand : 1967-1974 » (commissariat : Frédéric Herbin)

  • 5 décembre 2013 – 14h-17h30 – Les Turbulences – FRAC Centre, Orléans

Journée d’étude « Comment exposer l’architecture : des Radicaux à l’architecture computationnelle »

Rencontre autour des expositions ArchiLab 2013 « Naturaliser l’architecture » et « Architectures expérimentales » avec : Laurence Fontaine, scénographe des expositions, Emmanuelle Chiappone-Piriou, assistante au commissariat pour Archilab 2013 et chargée de programmation aux Turbulences – Frac Centre, Ludovic Lalauze, directeur technique aux Turbulences – Frac Centre.

  • 23 janvier 2014 – 9h30-12h30 – ENSA Bourges

Roula Matar-Perret (architecte, Ecole Nationale Supérieure d’Architecture de Paris La Villette) : « Comment s’expose l’archè-tecture dans l’œuvre de Gordon Matta-Clark ? » Continuer la lecture de Appel à communication : « L’objet de l’exposition : l’architecture exposée #2 » 

« On ne se souvient que des photographies » : exposition du 13 au 28 septembre 2013


Du 13 au 28 septembre 2013

à Bétonsalon, Centre d’art et de recherche

Jean Collas, Revues, Manifestes, Groupements littéraires de 1867 à nos jours, 1937.Source : Ebauche et premiers éléments d’un Musée de la Littérature, Paris, Denoël, 1938.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

« On ne se souvient que des photographies »* est une édition exposée. Elle est le fruit de la rencontre et du dialogue entre le Groupe de recherche « l’art moderne et contemporain photographié » (master 1) de l’Ecole du Louvre et le Master 2 professionnel Politiques culturelles de l’Université Paris Diderot – Paris 7 représenté par cinq étudiantes de l’association Politik’art. Confiée aux graphistes François Havegeer et Sacha Léopold connus sous le nom de Syndicat, elle place la démarche de recherche scientifique au centre de son propos et opère comme un processus réflexif in progress. Ce projet rend compte des recherches des dix étudiantes du master 1 de l’Ecole de Louvre accueillies à la Bibliothèque Kandinsky (Centre Pompidou MNAM-CCI). Elles ont travaillé chacune cette année sur un mémoire sous la co-direction de Didier Schulmann, conservateur de la Bibliothèque Kandinsky et de Rémi Parcollet, post-doctorant au Labex « Création, Arts et Patrimoine ».

Susan Sontag questionne dans son dernier livre Devant la douleur des autres (2003), l’impact de la photographie sur notre perception des événements historiques et contemporains. Le titre « On ne se souvient que des photographies » est une référence à une citation de l’essayiste1, qui insiste sur ce phénomène perceptuel particulier et pourtant rarement abordé : le moment où le souvenir de la représentation se superpose à celui de l’événement au risque de l’effacer.

vernissage Bétonsalon 12:09:13-01

 

L’apparition de la photographie et son utilisation pour reproduire des oeuvres d’art ou rendre compte des pratiques artistiques a bouleversé bien des repères. Par ailleurs l’archive concernant l’art moderne et contemporain tend de plus en plus aujourd’hui à s’émanciper de son statut purement documentaire. Conséquence de l’évolution processuelle et conceptuelle de l’art depuis les années soixante notamment, son statut côtoie celui de l’oeuvre en particulier à travers la photographie.

Cette exposition-édition a pour objet de matérialiser une réflexion non seulement sur la pratique et la production de l’image documentaire, mais encore et surtout, sur l’archive, ses usages, la diffusion et la réception de ces photographies. Elle ambitionne d’interroger le trajet des photos et la circulation des oeuvres d’art et des pratiques artistiques à travers différents supports (tirage photographique, photographie imprimée, livre, catalogue, magazine, revue, carton d’invitation, affiche, carte postale, image numérique…).

Il s’agit d’identifier les causes et les mécanismes du processus de patrimonialisation par la photographie de l’exposition et des oeuvres exposées, des pratiques artistiques éphémères, immatérielles ou encore in situ. Car si la photographie de vue d’exposition, d’atelier, de performance, de danse ou encore de mode est appelée à intégrer pleinement le patrimoine photographique, elle ouvre surtout un champ d’interpellation aux méthodes de l’histoire de l’art, de la critique et en conséquence aux pratiques muséographiques ou curatoriales. Les campagnes de numérisation s’amplifient peu à peu et ces archives photographiques sont confrontées à de nouveaux enjeux, non plus seulement de préservation mais de diffusion et de mise en valeur. Quelles en sont les conséquences en termes artistique, scientifique et pédagogique ?

vernissage Bétonsalon 12:09:13-04

 

Sur le plan sociologique, le numérique rend actif et opérationnel le lien, jusqu’alors théorique, entre les deux analyses canoniques de Pierre Bourdieu : celle sur la photographie, « Un art moyen » (1965) et celle sur les musées « L’amour de l’art » (1966) ; le numérique, face aux oeuvres et dans les musées, modifie les usages respectifs que le public, les étudiants, les institutions et les artistes eux-mêmes ont de la photographie.

Parmi les différents documents liés à l’exposition et qui serviront par la suite à son analyse, la photographie documentaire apparaît comme prépondérante. De fait elle tient une place déterminante dans la plupart des publications récentes sur l’histoire de l’exposition. Les archives institutionnelles comme celles de la Biennale de Venise ou de la documenta à Kassel sont de plus en plus accessibles et permettent à l’historien une relecture de l’histoire de l’art et plus spécifiquement de l’histoire des expositions. Des personnalités apparaissent, témoins privilégiés de ces événements comme les photographes Ugo Mulas ou Gunther Becker, ce dernier développant un style documentaire rigoureux proche de Bernd et Hilla Becher. Leurs subjectivités d’auteurs nécessitent précaution et discernement comme le démontre l’implication du jeune Reiner Ruthenbeck pour documenter la scène artistique de Düsseldorf au début des années soixante avant de devenir pleinement artiste. Le statut de ses images revisitées est aujourd’hui à reconsidérer en regard de sa pratique de sculpteur. Dans le même esprit Mulas est aujourd’hui considéré comme un précurseur du photoconceptualisme avec la série des « vérifications » réalisée à la fin de sa vie, au début des années soixante dix, et qui sont accrochées quarante ans après sur les cimaises du musée au coté des artistes de l’Arte Povera dont il a documenté les oeuvres durant toute sa carrière. La documentation de l’art en situation d’exposition nécessite donc d’être contextualisée, et le trajet du document photographique doit être cartographié tant la mise en abyme qu’il implique permet de repenser notre rapport à l’oeuvre. Gerhard Richter a récemment utilisé des photographies comme support pour des peintures qui effacent l’espace muséal, des images finalement à l‘origine semblables aux différents reportages muséographiques de sa dernière rétrospective itinérante permettant à l’historien et au critique de comparer les partis pris des trois différents commissaires. Constatons que la photographie malgré ses limites et la subjectivité à laquelle l’artiste voudrait la cantonner a paradoxalement accompagné et rendu possible des pratiques artistiques qui se voulaient impossibles à retranscrire par l’image, comme par exemple, la performance ou la danse. Ainsi l’oeuvre in situ ou éphémère, comme le graffiti, développe elle aussi un rapport ambigu avec la photographie. Concernant la diffusion mais aussi la conservation de ce type de pratique artistique dont le musée ne peut rendre compte, le rôle de Martha Cooper apparaît aujourd’hui évident. Si les archives institutionnelles trouvent leurs limites avec le statut de la photographie documentaire, les archives privées particulièrement celles des collectionneurs développent certainement des atouts singuliers, particulièrement lorsque les oeuvres collectionnées s’organisent en fonction de tendances conceptuelles. Le document devient alors prolongement de la collection. Il faut alors s’intéresser à la posture d’un photographe indépendant comme André Morain, documentant régulièrement les expositions d’art contemporain en galeries ou dans les centres d’art, lorsqu’il s’implique dans le suivi d’une collection privée.

vernissage Bétonsalon 12:09:13-02

L’expérience de l’oeuvre se vit souvent dans l’espace et la photographier implique des choix de point de vue, de cadrage, de lumière. Quand la photographie documente l’exposition ou l’atelier comme lieu de création de l’artiste, elle ne se limite pas à une simple reproduction documentaire. Ainsi les intentions du photographe, malgré sa démarche documentaire, évoluent toujours entre objectivité et subjectivité. Il faut donc prendre en compte le statut d’auteur de ces photographes et considérer ces « documents impliqués » comme une traduction, une retranscription ou encore une interprétation. Ainsi la photographie de danse est une pratique photographique sans être complètement un genre comme le démontre la collaboration entre Pina Bausch et le photographe Guy Delahaye. Par ailleurs la plupart des reportages notamment pour la presse magazine sont les fruits de commandes à des personnalités de la photographie comme Cecil Beaton, William Klein ou encore Juergen Teller. Il est pertinent d’observer l’environnement de la photographie imprimée comme son rapport au texte tout autant que le cadre de sa production et de sa réception. Il est ainsi utile d’observer l’image dans Vogue et Paris Match comme dans ARTnews ou Art d’Aujourd’hui. Le magazine de mode comme la revue d’art sont potentiellement des espaces d’exposition. A l’inverse une exposition peut devenir l’espace de l’écriture, du texte. Les grandes expositions internationales construisent progressivement une histoire de l’art exposé. Celle de Paris, en 1937, en exposant l’exposition, ou encore en proposant d’exposer la littérature a été l’occasion de penser la muséographie. L’écrit devient image que l’image décrit.

Remi Parcollet

vernissage Bétonsalon 12:09:13-03

 

INFOS PRATIQUES

Bétonsalon – Centre d’art et de recherche

9, Esplanade Pierre Vidal-Naquet, Rez-de-chaussée de la Halle aux Farines

Paris 75013  Voir le plan

+33.(0)1.45.84.17.56

contact : info@betonsalon.net

Ouverture : du mardi au samedi de 11h à 19h

Entrée libre

PROGRAMME DES ÉVÉNEMENTS

Des visites guidées de l’exposition seront données par les étudiantes de l’Ecole du Louvre tous les mardis et jeudis à 18h.

Des conférences auront lieu les samedis 21 et 28 septembre de 17h à 19h.

Infos : http://www.betonsalon.net/

  1. « Le problème n’est pas qu’on se souvient grâce aux photographies, mais qu’on ne se souvient que des photographies. » in Susan Sontag, Devant la douleur des autres, trad. de l’anglais par F. Durant-Bogaert, Paris, Christian Bourgois, 2003, p. 97. []

Programme du colloque « Ce qu’exposer veut dire »

RENCONTRES EUROPEENNES DU PATRIMOINE – 2013

« Ce qu’exposer veut dire »

25 et 26 avril 2013

Auditorium de la Galerie Colbert,  INHA

Vue de l'exposition "1917" au Centre Pompidou Metz. Scénographie : Didier Blin. Photographie : Rémi Villaggi
Centre Pompidou-Metz /Scénographie Didier Blin /Photographie Rémi Villaggi 

 

Placée sous la direction de Philippe DAGEN, la rencontre, ouverte au plus large public et destinée aussi à tous les élèves conservateurs en formation, a pour ambition de présenter les différentes problématiques qu’implique le projet d’exposition depuis la conception jusqu’à l’ouverture au public, à travers l’exemple d’expositions emblématiques de l’année 2012 (telles Caravage et le caravagisme, 1917, Bertrand Lavier, depuis 1969). 

 

 

Expositions beaux arts, d’archéologie ou d’archives, chaque exemple sera l’occasion de faire intervenir les différents acteurs qui travaillent à l’élaboration de ces manifestations artistiques ou scientifiques et d’aborder des thématiques aussi diverses que l’historiographie, la politique de prêts, les coproductions, la scénographie, la régie, l’éclairage, la diffusion et la médiation.

Ces rencontres consacrées aux expositions deviendront un rendez-vous annuel au printemps à l’Institut national du patrimoine. Continuer la lecture de Programme du colloque « Ce qu’exposer veut dire » 

Programme de la journée d’étude « Penser l’exposition, Points de vue pragmatique »

Journée d’étude pluridisciplinaire
Université Paul Valéry – Montpellier 3

Vendredi 15 février 2013

De sa production à sa réception, en passant par sa mise en espace, toute exposition nécessite l’intervention de plusieurs professionnels du monde de l’art (artistes, commissaires, conservateurs, collectionneurs, architectes, scénographes, critiques, historiens de l’art). Toutefois, ces derniers ont rarement l’occasion d’échanger sur leurs exigences spécifiques. Car il est indéniable qu’en fonction de son champ de spécialité, chacun pose un regard très différent sur les expositions. Une telle journée d’étude vise donc a croiser les regards, pour un enrichissement professionnel réciproque. Il s’agira de mettre en valeur la large gamme de critères d’évaluation à laquelle est soumise toute exposition, selon les professionnels qui l’envisagent. Continuer la lecture de Programme de la journée d’étude « Penser l’exposition, Points de vue pragmatique » 

Programme du colloque « Techniques de transmission : l’Autre au cœur des politiques patrimoniales »

Techniques de transmission : l’« Autre » au cœur des politiques patrimoniales

24-25 janvier 2013
Aux Archives Nationales – Hôtel de Soubise, Salle d’Albâtre (Accès par le 11 rue des Quatre-Fils, Paris 3e)

Colloque organisé avec le soutien de l’Université Paris 8 Saint-Denis, du LABEX H2H et des Archives Nationales.

 Depuis les années quatre-vingt-dix les musées font écho aux problématiques générées par les cultural studies et les postcolonial studies non seulement dans les sciences humaines mais dans les mouvements politiques, activistes et artistiques contemporains. Ils le font notamment sur le terrain de l’exposition, et de l’exposition « muséale », devenues depuis les années soixante-dix des « médiums » artistiques à part entière. Les musées répondent ainsi à deux phénomènes distincts et complémentaires : d’une part, l’ interrogation des artistes sur l’art comme objet de collections publiques et par conséquent comme objet patrimonial ; et, d’autre part, le développement de nouvelles formes de recherches historiques à partir de fonds et d’ archives à la fois existants et manquants. Ainsi, les musées, accusés d’être complices de l’hégémonie occidentale ébranlée par le contexte politique des Indépendances coloniales, ont ouvert leurs portes à ces « Autres » jusqu’alors circonscrits par des représentations abstraites. Continuer la lecture de Programme du colloque « Techniques de transmission : l’Autre au cœur des politiques patrimoniales » 

Les images de THE ART SHOW pour un tableau vivant reconstitué

Par Juliette O’leary

S’il est frustrant de louper une exposition et de ne la voir qu’à travers les photographies, le catalogue, ou les discours critiques qui s’y rapportent, ça l’est d’autant plus lorsqu’il s’agit d’un tableau vivant d’Edward Kienholz. Composé de dix-neuf mannequins sculptés et parlants ainsi que de quatorze tableaux, « The Art Show 1963-1977 » consiste en une reconstitution de vernissage dont les mannequins ne sont autres que les répliques moulées des membres de l’entourage de Kienhloz tels que le galeriste américain Gilbert Brownstone, ses enfants Noah, Chrisi et Jenny ou encore la collectionneuse Virginia Dawn. Nous noterons que l’artiste et le commissaire de l’exposition, Pontus Hulten, entretiennent une étroite relation depuis plusieurs années lorsqu’ils organisent l’événement en 1977. Peu étonnant donc, de retrouver ce dernier statufié parmi les mannequins ! Répartis dans l’espace, un verre de punch à la main pour certains, en communion avec les tableaux pour d’autres, ces derniers contemplent The art show drawings, œuvres plus ou moins explicatives autour du projet. À la fois exposition individuelle et inédite mais aussi œuvre à part entière, THE ART SHOW brouille les pistes.  

Continuer la lecture de Les images de THE ART SHOW pour un tableau vivant reconstitué 

Journée d’étude : « Le catalogue raisonné des expositions du Centre Pompidou : vers une archive ouverte de l’exposition »

Journée d’étude

organisée par le Labex Arts-H2H Université Paris 8 et le Centre Pompidou

Participation libre, sur inscription préalable obligatoire :
histoire.expositions@centrepompidou.fr

Mardi 4 décembre 2012 à 9h30, forum niveau -1 petite salle

Introduction à la journée : Pourquoi le Centre Pompidou s’est-il engagé dans cette recherche ?
par Catherine GRENIER, MNAM-CCI

10h-11h15 : Table ronde : Qu’est-ce que décrire une exposition ? Les mutations du genre exposition au Centre Pompidou
par Bernadette DUFRENE, Université Paris 8
Débat
Sophie DUPLAIX, MNAM-CCI,
Roberto CONDURU, Université de Sao Paolo,
Remi PARCOLLET, Université Paris I Labex CAP

11h 30 : La description des expositions au regard du web sémantique
par Emmanuelle BERMES, Centre Pompidou, service multimédia

12h : Première tentative d’une histoire visuelle de la présence du registre documentaire dans les expositions d’art du Centre Pompidou
par Didier SCHULMANN, MNAM-CCI, Bibliothèque Kandinsky

12h30: Displaying Modernism: MoMA’s Exhibition Archives
par Michelle ELLIGOTT, The Museum of Modern Art

14h30 : L’historiographie de l’exposition
par Jérôme GLICENSTEIN, Université  Paris 8

15h : The Importance of Exhibition History and the Exhibition Archive
par Bruce ALTSHUELR, New-York University

16h : Le projet MELA
par Carles GUERRA, MACBA et Mark Nash, Royal College of Arts

17h30 : Clôture des travaux
par Alain SEBAN, Président du Centre Pompidou

 

Stéphanie Rivoire

Conservatrice des Archives - Bibliothèque Kandinsky - MNAM/CCI Chargée de projet Catalogue raisonné des expositions au Centre Pompidou

More Posts

Follow Me:
Twitter