Archives du mot-clé document exposé

« Le catalogue raisonné des expositions du Centre Pompidou : vers une archive ouverte de l’exposition » : compte-rendu de la journée d’étude du 4 décembre 2012 (partie 3).

La matinée s’est poursuivie par une intervention de Didier Schulmann, directeur de la bibliothèque Kandisky.  D. Shulmann a débuté son intervention en montrant un extrait vidéo d’une discussion entre Nicolas Serota et Chris Dercon ayant eu lieu au Centre Pompidou, quelques semaines plus tôt.

Nicholas Serota : « Nous nous trouvons dans une institution qui a été pionnière dans les années 1970-1980 en inventer un nouveau type d’expositions. Si je dois penser à une institution qui a réinventé le concept d’exposition, c’est bien le CP à partir de Pontus Hultén jusqu’au présent parce qu’ici on peut voir des expositions à plusieurs échelles différentes (Dali est un exemple ou de petites expositions plus restreintes, des expositions ‘dossier’). Les expositions qui incluaient des documents, des films, des archives, etc. sont des expositions du  futur. »

Chris Dercon : « Ce qui est très intéressant, c’est que les jeunes conservateurs sont ravis d’intégrer dans leurs expositions du matériel secondaire qui renforcent l’idée zero money collecting parce qu’aujourd’hui, il est possible de faire des expositions avec un matériel documentaire et on voit aussi que le nouveau public veut ne seulement voir l’œuvre fétiche, œuvre master pièce. Quand on voit les publications que font les nouveaux conservateurs et la manière comment ils utilisent les images, on voit que les gens ne se contentent pas d’acheter les pièces, mais ils enchainent des documents. Ils enchainent des histoires et ils créent des contextes différents et cela sert à créer des connections. »

Continuer la lecture de « Le catalogue raisonné des expositions du Centre Pompidou : vers une archive ouverte de l’exposition » : compte-rendu de la journée d’étude du 4 décembre 2012 (partie 3). 

« Le catalogue raisonné des expositions du Centre Pompidou : vers une archive ouverte de l’exposition » : compte-rendu de la journée d’étude du 4 décembre 2012 (partie 2).

Par Léa-Catherine Szacka

La journée s’est poursuivie par une intervention de Rémi Parcollet, Post-doctorant au Labex Création, Arts et Patrimoine, qui travaille sur le projet de catalogue raisonné depuis 2011. Selon Parcollet, le meilleur moyen pour décrire une exposition qui a eu lieu dans le passé c’est de regarder les photographie de vues d’expositions (la photographie de vues d’exposition de constituant pas un genre en soi, mais bien une pratique qui emprunte à différents genres). Comme le suggérait plus tôt B. Dufrêne, Il ne s’agit pas d’une reproduction du réel, mais bien d’une interprétation du réel, tributaire du regard du photographe. Cette photo permet de mettre en perspective les œuvres les unes par rapport aux autres. Ainsi, ce ne sont pas les œuvres qu’on photographie, mais bien le travail des commissaires.

Rémi Parcollet enchaîne sur la notion d’archive et la question de la représentation tout en clarifiant que la documentation photographique des expositions du Centre Pompidou est accessible à la Bibliothèque Kandisnky. Il précise qu’un grand projet de numérisation des vues photographiques est en cours et que tout le projet de catalogue raisonné est lié à cette campagne de numérisation. La première tranche (1977-1981) a été numérisée, alors que les photos de vues d’expositions ayant eu lieu après 1981 sont en cours de numérisation.

Puis, R. Parcollet revient sur le fait que ces photographies ne sont pas transparentes, elles ont un auteur. Elles servent à montrer les œuvres les unes par rapport aux autres.  Depuis le début du Centre Pompidou, les photographes sont assez libres pour photographier l’exposition – donc une photographie d’auteur avec un point de vue qui est assumé. R. Parcollet nous apprend que la spécificité du Centre Pompidou a été d’avoir, dès 1972, une équipe de photographes. Pour Parcollet, il est intéressant de comparer les photos aux nombreux films qui ont été faits sur les expositions du Centre Pompidou. Pourtant, ceci pose une question technique importante: comment photographier la vidéo ? Questions techniques qui à son tour appelle une réflexion beaucoup plus théorique.

Continuer la lecture de « Le catalogue raisonné des expositions du Centre Pompidou : vers une archive ouverte de l’exposition » : compte-rendu de la journée d’étude du 4 décembre 2012 (partie 2). 

Les accrochages de l’affiche dans Paris-Berlin et Paris-Moscou

Par Clémence Imbert

Eté 1978, été 1979. A un an d’intervalle, le cinquième étage du Centre Georges Pompidou accueille Paris-Berlin puis Paris-Moscou, deux grandes expositions chargées d’exprimer, en actes, le programme ambitieux de la jeune institution : pluridisciplinarité, accessibilité de la culture au plus grand nombre, innovation en matière de présentation des œuvres d’art. Les deux expositions proposent un regard qui se veut comparatif : entre deux pays (la France et l’Allemagne, puis la France et la Russie) emblématisés par leurs capitales, mais surtout entre différentes formes de création. Pour la première fois, on n’expose plus seulement des peintures et des sculptures, mais des livres, du mobilier, des maquettes d’architecture… et des affiches. Ces dernières, dit-on, ne sont pas faites pour être exposées dans les musées. Art commercial, éphémère, elles sont conçues pour la rue, pour le regard distrait du passant ou de l’automobiliste. Les exposer au regard appuyé du visiteur de musée les dénature. Pour Jacques LICHNEROWICZ, le scénographe de Paris-Berlin et Paris-Moscou, les défis étaient par conséquent nombreux : rendre lisible dans l’espace le comparatisme culturel, disposer harmonieusement un corpus d’objets bi- et tridimensionnels, présenter des objets issus du cadre de vie quotidien dans le contexte sacralisant du musée… Les scénographies de Paris-Berlin et Paris-Moscou sont proprement expérimentales et l’accrochage de l’affiche fait partie des terrains d’expérimentation muséographique : les dispositifs de présentation y sont très variés. Il nous a paru intéressant de les décrire, car leur inventaire ouvre de nombreuses pistes de réflexion sur le statut de l’affiche au sein d’un musée d’art moderne.

Roman Cieslewicz, affiche (à gauche), et couverture du catalogue (à droite) pour Paris-Berlin, 1978. (Archives MNAM)
Roman Cieslewicz, affiche (à gauche), et couverture du catalogue (à droite) pour Paris-Berlin, 1978. (Archives MNAM)
Roman Cieslewicz, affiche (à gauche) et couverture du catalogue (à droite) pour Paris-Moscou, 1979. (Archives MNAM)
Roman Cieslewicz, affiche (à gauche) et couverture du catalogue (à droite) pour Paris-Moscou, 1979. (Archives MNAM)

Continuer la lecture de Les accrochages de l’affiche dans Paris-Berlin et Paris-Moscou 

Une halle normande à Beaubourg

Par Angelica Gonzalez

« L’Oeuvre de Marcel Duchamp», 2 Février – 2 mai 1977. Bibliothèque Kandinsky / MNAM-CCI. Photographie : Jacques Faujour.

L’élément qui probablement attire le plus l’attention quand on regarde les diverses prises de vue de  l’exposition L’Oeuvre de Marcel Duchamp au Centre Georges Pompidou en 1977 est la grande halle normande. Cette forme architecturale, construite en bois, avait pour objectif de présenter une série de photos de dessins réalisés par l’artiste André RAFFRAY, représentant 12 moments de la vie de M. DUCHAMP ; elle avait aussi pour but de constituer pendant la durée de l’exposition un atelier permettant de se rapprocher de la vie et œuvre d’un artiste français qui à l’époque restait mal connu en France. Selon une lettre conservée aux archives du Centre Pompidou1 , ce dispositif était une initiative des commissaires d’exposition Ulf LINDE et de Jean CLAIR et devait s’installer à l’extérieur de la manifestation. Il s’agissait d’un espace pour réaliser diverses activités de médiation : « Cet atelier nous semble correspondre exactement au type d’animation que nous souhaitons entreprendre autour de l’exposition et aux liens que nous souhaitons développer avec les milieux scolaires et, évidemment, universitaires ».2 Continuer la lecture de Une halle normande à Beaubourg 

  1. Lettre de Pontus Hultén directeur du Musée National d’art moderne à M. Blaise Gautier responsable du service de coordination des manifestations et de gestion des espaces communs. Paris, le 22 décembre 1976. Cote archives : 92022/076 []
  2. Ibid. []

Place et statut du document dans l’exposition

Par Florian Cali

L’étude d’une exposition de manière approfondie nécessite de s’intéresser à tous les aspects de celle-ci : des premières correspondances entre le commissaire et les artistes jusqu’à la réception par le public et la presse (au travers des revues de presse ou des études des publics). Il est donc nécessaire de prendre en compte et d’analyser un grand nombre d’informations ; dans le cas du projet de catalogue raisonné du Centre Pompidou, ces données sont au nombre de quarante environ, correspondant à autant d’entrées pour chaque fiche d’exposition répertoriée dans ledit catalogue. On retrouve ainsi des informations telles que les dates et le(s) lieu(x) de présentation de l’exposition, les intervenants qui ont contribué à sa réalisation (commissaires, conservateurs, chargés de projets…), le nombre de visiteurs, le budget, etc. Cependant, les éléments centraux d’une exposition restent par essence les oeuvres et/ou objets exposés, auxquels il faut attacher une grande attention. Établir une liste précise des oeuvres exposées à partir de documents d’archives ou du catalogue d’exposition par exemple peut ainsi nous confronter à un certain nombre de questionnements et d’ambiguïtés. 

Jacques Faujour, Vue de l’exposition « Theo Van Doesburg. Projets pour l’Aubette ». 1977, Muséographie des Collections, MNAM-CCI, Service des Collections (M5050_MU_1977_X_1239).

Continuer la lecture de Place et statut du document dans l’exposition