Archives du mot-clé Catalogue raisonné des expositions

40 ans d’expositions au Centre Pompidou à découvrir en ligne

A quelques mois de 2017 qui verra un grand programme d’expositions proposées dans 40 lieux différents pour célébrer comme il se doit les 40 ans du Centre Pompidou, la Bibliothèque Kandinsky met en ligne un outil essentiel pour tous ceux qui s’intéressent aux expositions de ces quatre dernières décennies.

Le catalogue raisonné des expositions était déjà accessible ici mais le voilà désormais complété des sources disponibles au Centre Pompidou pour chacune des expositions de 1977 à 2015 inclus, archives et liens vers des ressources numériques.

Cet important travail de recensement a été possible grâce aux contributions d’environ 70 archivistes, étudiants et chercheurs associés au programme de recherche Histoire des expositions (2012-2015), soutenu par les Labex Arts H2H et CAP.

Qu’il s’agisse du signalement des sources effectué pour toutes les expositions ou de fiches plus détaillées dédiées à certaines expositions, le choix du mode contributif a permis la production de milliers de références permettant au chercheur de disposer immédiatement d’un état des archives conservées à la Bibliothèque Kandinsky et aux Archives du Centre Pompidou. Que tous nos contributeurs soient ici remerciés.

Les archives photographiques d’expositions 1/9 : Approches méthodologiques pour un catalogue raisonné des expositions du Centre Pompidou

Actes de la journée d’étude « Les archives photographiques d’expositions »
17 octobre 2013 INHA, salle Vasari.
1/9 : Approches méthodologiques pour un catalogue raisonné des expositions du Centre Pompidou.
Par Stéphanie Rivoire

C’est dans le cadre de son programme Recherche et mondialisation que le Centre Pompidou a créé un cercle de réflexion sur l’histoire des expositions. Associant personnels du Centre et universitaires, il avait pour objet d’interroger le format et la nature des expositions comme la pratique du commissariat d’exposition et la place de l’histoire des expositions dans l’histoire de l’art, d’examiner le rôle de l’exposition dans la constitution des collections, d’analyser l’exposition dans toutes ses composantes (conception, préparation, mise en œuvre, mise en espace, communication, réception, événementiel associé…). La démarche du Centre Pompidou consiste donc à traiter de l’exposition comme objet culturel, un objet dont le contexte, les ressorts, les résultats peuvent être décrits et analysés, un objet dont peut se saisir l’historien.

L’entreprise principale engagée dans ce cadre consiste à établir le catalogue raisonné des expositions du Centre Pompidou. Le choix même du terme catalogue raisonné montre l’ambition du projet. Or si l’exposition est au centre des activités de l’institution, l’archivage de l’exposition et la documentation de l’exposition sont mal prises en compte dans les institutions muséales[1]. Pourtant la pratique documentaire y est prégnante tant la documentation des œuvres participe de la gestion scientifique des collections. La question des sources est donc apparue comme primordiale dès le démarrage du projet qui s’appuie donc sur une méthodologie associant recherche et méthodologie archivistique. Il concilie ainsi les problématiques de gestion interne à l’institution et les besoins des chercheurs[2].

Un des préalables a été d’envisager ce projet de catalogue raisonné dans une démarche collaborative, prenant en compte la réglementation sur les archives comme le besoin de normalisation inhérent à une démarche sur les sources mais intégrant la définition de spécifications fonctionnelles à partir des besoins émis par le premier groupe des contributeurs. Dans un contexte où le Centre Pompidou choisit de proposer en ligne un grand nombre de ressources numériques sur l’art moderne et contemporain, dans un temps où cette établissement choisit d’offrir aux internautes une plus grande interaction sur le web, documentalistes, archivistes, étudiants, chercheurs, commissaires, membres d’équipes d’exposition, artistes parfois ont ainsi pu échanger sur la forme et sur le fond du catalogue raisonné, de la fiche d’exposition à la nécessité de proposer un support à l’expression analytique des expositions étudiées.

Après avoir défini le périmètre du catalogue raisonné, nous préciserons les typologies documentaires disponibles et les modalités de regroupement des sources, puis nous présenterons la méthodologie employée et les outils désormais disponibles pour les chercheurs.

1. Magiciens de la Terre. 18 mai – 14 aout 1989. Centre Pompidou MNAM, Grande Galerie, Paris. Commissaire : Jean-Hubert Martin. Centre Pompidou, MNAM, Bibliothèque Kandinsky. Photo : Béatrice Hatala. [Cote : EX320 4926 330]
Que recouvre la notion de catalogue raisonné des expositions pour le Centre Pompidou ?

Le Centre Pompidou a présenté, entre 1977 et 2013, plus de 1.400 expositions de natures très diverses :

Avec près de soixante expositions par an sur la période 1977-1982, et malgré un rythme moindre ensuite (une vingtaine par an dans les années 2000), le Centre Pompidou est un musée qui produit beaucoup d’expositions, de format et d’ampleur différents. Si l’effervescence des années d’ouverture s’est atténuée, c’est aussi la nature même des expositions qui semble s’être modifiée. Il se tient moins de petites expositions, moins d’expositions associées ou dérivant des expositions majeures, moins d’expositions spécialisées (fermeture de la salle contemporaine, du salon photos, fin des expositions du Centre de Création Industrielle). L’analyse de ce corpus dit beaucoup sur le Centre, sa programmation, ses choix en matière de collections etc… elle dit beaucoup également sur les pratiques curatoriales à l’œuvre au sein de l’institution. Des évolutions sont également liées aux changements des espaces, aux équipes en place et en particulier aux directeurs et aux présidents du Centre Pompidou. Autant de formats différents, autant de modalités de visites, autant d’histoires d’exposition, autant d’artistes, autant d’équipes, autant de choix curatoriaux, autant de productions éditoriales …

Continuer la lecture de Les archives photographiques d’expositions 1/9 : Approches méthodologiques pour un catalogue raisonné des expositions du Centre Pompidou 

« Au-delà du spectacle » : l’intraduisibilité

Une exposition peut-elle être traduite ? Peut-on la sortir de son contexte et l’intégrer dans un autre ? Quels sont les éléments immuables et quels sont les éléments adaptables ?

L’exposition « Au-delà du spectacle », qui a eu lieu en novembre-décembre 2000 au Centre Pompidou, est issue du projet « Let’s Entertain : Life’s Guilty Pleasures », conçu par le curateur Philippe Vergne pour le Walker Art Center (Minneapolis, Etats-Unis), dont il a assumé la fonction de directeur.

Comme Vergne l’explique, sa réflexion sur ce sujet avait deux points de départ : la sous-culture de la consommation et l’industrie du divertissement. Par exemple, un des points d’intérêt et des lieux les plus fréquentés est le Mall of America à Minneapolis, l’un des plus grands centres commerciaux du monde :

« J’ai commencé à réfléchir à cette exposition quand je vivais encore en Europe, avant d’arriver au Walker Art Center. Mais, en quelque sorte, elle est liée au Walker parce que l’exposition Fluxus, produite par le musée en 1993, m’a intriguée, surtout l’idée que les artistes de Fluxus tâchaient de mêler l’art et le divertissement. Quand on regarde l’histoire de Fluxus, on remarque qu’ils ont très souvent utilisé la structure des formes de spectacle existantes, comme le théâtre et le concert, mais en les transformant en autre chose. Ils ont utilisé l’attrait du divertissement traditionnel pour produire un projet où il s’agissait de changement ou de démolition de normes »1.

cindy-sherman-untitled-film
Cindy Sherman, Untitled Film Still Series, 1977-1980

Le projet, impressionnant par son aspect visuel, a réuni des artistes dont les pratiques pouvaient être qualifiées de dominantes. Philippe Vergne explique qu’il voulait examiner la notion de globalité, les pratiques artistiques dominantes dans le contexte « global » du monde sans frontières. Vergne raconte qu’au niveau de la sélection des artistes, son point de départ était les créations de Dan Graham, Dara Birnbaum et Cindy Sherman. Au final, Dan Graham a participé à l’exposition avec la vidéo Rock My Religion, où il explore justement les parallèles entre rock et religion, en produisant ou suggérant des liens, fusions ou renversements inédits entre différents éléments constitutifs de l’histoire et de la société américaines. Dara Birnbaum a présenté TV’s Hollywood Squares, où elle construit une analyse des gestes et des regards codés des acteurs. La série de photographies Untitled Film Still Series (1977-1980) de Cindy Sherman expose un panorama des attitudes et des gestes typiques d’une féminité respectable dans le cinéma américain.

« Bien évidemment, l’exposition n’est pas une célébration de l’industrie du divertissement sans esprit critique, mais une méthode pour questionner et étudier celle-ci »2, explique Vergne dans le catalogue de l’exposition aux Etats-Unis.

Continuer la lecture de « Au-delà du spectacle » : l’intraduisibilité 

Ateliers Wikipédia : expérimenter l’écriture d’articles sur des expositions

Logo Wikimedia France

Ateliers de contribution à la Bibliothèque Kandinsky

En complément du cycle d’ateliers de contribution sur Wikipédia organisé par le service multimédia et la direction des publics sur des oeuvres de la collection du MNAM  dans le cadre de la convention de partenariat entre le Centre pompidou et la Fondation Wikimedia, une petite série d’ateliers se met en place en mars 2014 à la bibliothèque Kandinsky autour du programme de recherche « Histoire des expositions ». 

 

Ces ateliers, destinés en priorité aux chercheurs boursiers du Centre Pompidou, aux anciens et futurs contributeurs du catalogue raisonné des expositions, aux stagiaires et aux agents de la bibliothèque Kandinsky, sont envisagés comme une expérimentation d’élaboration de contenus sur la plateforme de Wikipédia, ouverte à tous, en parallèle du wiki privé (accessible sur inscription) qui est en cours de développement pour alimenter ce catalogue raisonné. Ces ateliers fourniront matière à une analyse comparative entre ces deux méthodes de production de contenus sur les expositions, mais aussi entre les deux types d’ateliers dans le cadre du projet #WikiCP.

Il sera question d’apprendre à contribuer sur Wikipédia, de créer ou d’améliorer des articles sur des expositions marquantes du Centre Pompidou, sur la base d’une liste d’expositions présélectionnées, dans une logique d’ouverture propre à la philosophie de l’encyclopédie collaborative, en utilisant les ressources disponibles à la bibliothèque Kandinsky : dossiers documentaires, ressources bibliographiques et reportages photographiques sur ces expositions.

Pour des raisons d’organisation, les ateliers sont limités à 15 participants. Il n’y a plus de places disponibles !

 Programme des ateliers :

Présentation du projet, séance d’introduction, jeudi 6 mars, de 17h30 à 19h
  • Présentation du programme de recherche Histoire des expositions, et du projet catalogue raisonné des expositions
  • Présentation de la Fondation Wikimedia et des enjeux du partenariat engagé avec le Centre Pompidou, retour sur les ateliers WikiCP
  • Enjeux de la vulgarisation scientifique et apports de la contribution dans sa pratique personnelle de recherche
  • Etat des contenus cibles dans Wikipédia : comment améliorer la présence, la description et le sourçage des expositions du Centre Pompidou dans Wikipédia ?

 

1er atelier, mardi 11 mars

Première partie, de 14 h à 16 h :

  • Choix d’une exposition et inscription des participants sur la page projet (finalisation)
  • L’intégration des contenus dans Wikipédia, les mécanismes communautaires : qu’est-ce qu’implique la contribution dans Wikipédia ?
  • Présentation de l’infobox et des possibles structurations d’articles dans Wikipédia

Deuxième partie, de 16 h à 18 h :

  • Recherche documentaire et rédaction des premiers éléments de l’article.
2ème atelier, mardi 18 mars

Première partie, de 14 h à 16 h :

  • atelier autour de la page d’historique et de discussion, des alertes.

Deuxième partie, de 14 h à 16 h :

  • recherche documentaires et rédaction de l’article
3ème atelier, mardi 25 mars

Première partie, de 14 h à 16 h :

  • atelier autour de l’écriture sur le web (ex : carnet de recherche, réseaux sociaux)
  • et/ou intervention sur la question du multilinguisme (sous réserve)

Deuxième partie de 16 h à 18 h :

  • atelier rédactionnel dans carnet de recherche + Wikipedia

Sonia Descamps

Archiviste en charge de la normalisation et de l'administration de la base de données Secteur archives et documentation Centre Pompidou, Bibliothèque Kandinsky / MNAM-CCI

More Posts

« Le catalogue raisonné des expositions du Centre Pompidou : vers une archive ouverte de l’exposition” : compte-rendu de la journée d’étude du 4 décembre 2012 (partie 8)

Par Angelica Gonzalez

Bruce ALTSHULER introduit le problème de comprendre comment les expositions se sont constituées comme un objet de recherche. Ainsi, il commence avec la citation de l’exposition The Armory Show en 1913, une exposition importante pour l’histoire des expositions américaines et bien évidement une exposition très documentée. Il souligne que la manière d’aborder l’analyse de l’exposition était différente à l’époque, car auparavant l’intérêt s’était centré sur l’analyse formelle et sur les monographies des artistes. C’est seulement après qu’on a commencé à inclure les  articulations sociales (les institutions, la critique, etc), et les interactions entre les différents acteurs : les collectionneurs, les conservateurs, les fonctionnaires du musée. La construction de narrations à propos de l’exposition affecte le domaine culturel mais aussi le domaine politique et économique.

Bruce ALTSHULER présente une série d’images d’expositions emblématiques et il  affirme qu’il existe deux raisons de s’intéresser à l’étude de l’exposition : la première en relation au changement de l’histoire de l’art que nous venons de mentionner, la deuxième en relation aux études poststructuralistes, postcoloniales et multiculturelles qui comprennent d’une manière plus large la production, la  distribution et la réception des objets culturels ;  évidemment l’exposition est au cœur de ce système. De plus, on reconnait que dans ce système le commissaire est un acteur essentiel du système de l’art contemporain. C’est pourquoi l’exposition est le centre des études dans les programmes curatoriaux. Continuer la lecture de « Le catalogue raisonné des expositions du Centre Pompidou : vers une archive ouverte de l’exposition” : compte-rendu de la journée d’étude du 4 décembre 2012 (partie 8) 

« Le catalogue raisonné des expositions du Centre Pompidou : vers une archive ouverte de l’exposition” : compte-rendu de la journée d’étude du 4 décembre 2012 (partie 7)

Par Angelica Gonzalez

L’après-midi continue avec la présentation de trois intervenants : Jérôme GLICENSTEIN (Université Paris VIII), Bruce ALTSHULER (Directeur,  Program in Museum Studies, New York University), Carles GUERRA (Conservateur, MACBA   Museu d’art contemporani de Barcelona). Les présentations portent sur la question d’une historiographie de l’histoire des expositions et sur la  problématique des rapports entre la discipline de l’histoire de l’art et l’histoire des expositions. L’après-midi est spécialement marqué par une richesse de références théoriques et par la présentation d’études de cas emblématiques. Les interventions sont centrées sur des questions épistémologiques autour du nouvel champ d’étude de l’histoire des expositions.

Nous présentons ici une synthèse de la conférence de Jérôme GLICENSTEIN : « Une histoire impossible ? Pour une historiographie de l’exposition ». Continuer la lecture de « Le catalogue raisonné des expositions du Centre Pompidou : vers une archive ouverte de l’exposition” : compte-rendu de la journée d’étude du 4 décembre 2012 (partie 7) 

« Le catalogue raisonné des expositions du Centre Pompidou : vers une archive ouverte de l’exposition » : compte-rendu de la journée d’étude du 4 décembre 2012 (partie 4).

Par Léa-Catherine Szacka

La matinée s’est terminée par une intervention de Michelle ELLIGOTT, archiviste au Museum of Modern Art, New York. En introduction de son intervention, intitulée « Displaying Modernism : MoMA’s exhibition archives », M. Elligott raconte qu’alors que le Moma a été fondé en 1929, ses archives n’existent que depuis 1989. Mais, ceci n’est pas surprenant, nous dit-elle, puisque, aux Etats-Unis ce n’est que dans les années 1980 que l’on a commencé à comprendre l’importance des archives pour documenter l’histoire du musée. Une des caractéristiques importante des archives du MoMA est que les 2200 expositions présentées par le musée sont facilement gérables puisqu’elles ont été numérotées de façon systématique depuis 1929.

 Maintenant, dit Elligott, il faut s’interroger sur ce que ces archives révèlent.  Elle poursuit par certaines informations d’ordre historique:

*        L’exposition ‘Modern Exhibition: International Exhibition”, la toute première exposition d’architecture du MoMA a lance, en 1932, la création d’une collection et d’un département d’architecture à l’intérieur du musée.

*        L’archive du MoMA témoigne de la vitalité exceptionnelle du programme d’expositions du MoMA, particulièrement dans les années 1940. Ces archives en disent long sur ce qui s’est passé au MoMA, mais aussi sur la circulation des expositions.

*        À partir de 1933 le musée développe un vaste programme de circulation des expositions. Parfois il ne s’agissait que d’un ensemble de panneaux de documentation qui étaient affichés dans des grands magasins ou dans les écoles. La mission de ces expositions était l’éducation des Américains. Il s’agissait donc d’emmener l’art moderne vers les gens.

*        À partir de 1952, le MoMA met en place un programme international ayant pour but de diffuser le modernisme à travers le monde (par exemple, pendant longtemps, c’est le MoMA qui était responsable de sélectionner les exposants du pavillon américain pour la Biennale de Venise).

*        En 2004, l’archive photographique du MoMA a été transférée aux archives du musée. Il contient plus des dizaines de milliers de photos. Plus de 20 000 photos de vues d’exposition ont été numérisées par art store. On peut y accéder via MADE la base de données interne du MoMA (pour l’instant elles ne sont pas encore en ligne, mais c’est un projet actuellement à l’étude.)

*        En 2004 a été publié le Art in Our Time (une exposition a aussi été organisée)

*        Les archives contiennent aussi de la documentation sur les expositions qui ont été proposées, mais n’ont jamais été réalisées.

Pour terminer, Elligott a parlé d’une chronique sur les archives du MoMA qu’elle tient régulièrement dans un magazine et de la ligne de temps interactive sur l’histoire des expositions du MoMA qu’elle a réalisé.

« Le catalogue raisonné des expositions du Centre Pompidou : vers une archive ouverte de l’exposition » : compte-rendu de la journée d’étude du 4 décembre 2012 (partie 3).

La matinée s’est poursuivie par une intervention de Didier Schulmann, directeur de la bibliothèque Kandisky.  D. Shulmann a débuté son intervention en montrant un extrait vidéo d’une discussion entre Nicolas Serota et Chris Dercon ayant eu lieu au Centre Pompidou, quelques semaines plus tôt.

Nicholas Serota : « Nous nous trouvons dans une institution qui a été pionnière dans les années 1970-1980 en inventer un nouveau type d’expositions. Si je dois penser à une institution qui a réinventé le concept d’exposition, c’est bien le CP à partir de Pontus Hultén jusqu’au présent parce qu’ici on peut voir des expositions à plusieurs échelles différentes (Dali est un exemple ou de petites expositions plus restreintes, des expositions ‘dossier’). Les expositions qui incluaient des documents, des films, des archives, etc. sont des expositions du  futur. »

Chris Dercon : « Ce qui est très intéressant, c’est que les jeunes conservateurs sont ravis d’intégrer dans leurs expositions du matériel secondaire qui renforcent l’idée zero money collecting parce qu’aujourd’hui, il est possible de faire des expositions avec un matériel documentaire et on voit aussi que le nouveau public veut ne seulement voir l’œuvre fétiche, œuvre master pièce. Quand on voit les publications que font les nouveaux conservateurs et la manière comment ils utilisent les images, on voit que les gens ne se contentent pas d’acheter les pièces, mais ils enchainent des documents. Ils enchainent des histoires et ils créent des contextes différents et cela sert à créer des connections. »

Continuer la lecture de « Le catalogue raisonné des expositions du Centre Pompidou : vers une archive ouverte de l’exposition » : compte-rendu de la journée d’étude du 4 décembre 2012 (partie 3). 

« Le catalogue raisonné des expositions du Centre Pompidou : vers une archive ouverte de l’exposition » : compte-rendu de la journée d’étude du 4 décembre 2012 (partie 2).

Par Léa-Catherine Szacka

La journée s’est poursuivie par une intervention de Rémi Parcollet, Post-doctorant au Labex Création, Arts et Patrimoine, qui travaille sur le projet de catalogue raisonné depuis 2011. Selon Parcollet, le meilleur moyen pour décrire une exposition qui a eu lieu dans le passé c’est de regarder les photographie de vues d’expositions (la photographie de vues d’exposition de constituant pas un genre en soi, mais bien une pratique qui emprunte à différents genres). Comme le suggérait plus tôt B. Dufrêne, Il ne s’agit pas d’une reproduction du réel, mais bien d’une interprétation du réel, tributaire du regard du photographe. Cette photo permet de mettre en perspective les œuvres les unes par rapport aux autres. Ainsi, ce ne sont pas les œuvres qu’on photographie, mais bien le travail des commissaires.

Rémi Parcollet enchaîne sur la notion d’archive et la question de la représentation tout en clarifiant que la documentation photographique des expositions du Centre Pompidou est accessible à la Bibliothèque Kandisnky. Il précise qu’un grand projet de numérisation des vues photographiques est en cours et que tout le projet de catalogue raisonné est lié à cette campagne de numérisation. La première tranche (1977-1981) a été numérisée, alors que les photos de vues d’expositions ayant eu lieu après 1981 sont en cours de numérisation.

Puis, R. Parcollet revient sur le fait que ces photographies ne sont pas transparentes, elles ont un auteur. Elles servent à montrer les œuvres les unes par rapport aux autres.  Depuis le début du Centre Pompidou, les photographes sont assez libres pour photographier l’exposition – donc une photographie d’auteur avec un point de vue qui est assumé. R. Parcollet nous apprend que la spécificité du Centre Pompidou a été d’avoir, dès 1972, une équipe de photographes. Pour Parcollet, il est intéressant de comparer les photos aux nombreux films qui ont été faits sur les expositions du Centre Pompidou. Pourtant, ceci pose une question technique importante: comment photographier la vidéo ? Questions techniques qui à son tour appelle une réflexion beaucoup plus théorique.

Continuer la lecture de « Le catalogue raisonné des expositions du Centre Pompidou : vers une archive ouverte de l’exposition » : compte-rendu de la journée d’étude du 4 décembre 2012 (partie 2). 

« Le catalogue raisonné des expositions du Centre Pompidou : vers une archive ouverte de l’exposition » : compte-rendu de la journée d’étude du 4 décembre 2012 (partie 1).

Par Léa-Catherine Szacka

Dans le cadre de son projet de Catalogue raisonné, le Centre Pompidou a organisé une journée d’étude en partenariat avec le Labex H2H le mardi 4 décembre 2012. La matinée, chargée et fort dynamique, fut principalement dédiée à la question de l’écriture de l’histoire des expositions, plus particulièrement sous l’angle de l’archive. Après une brève introduction par Danielle Tartakowsky, Présidente de l’Université Paris 8, et de Catherine Grenier, qui pilote le projet de catalogue raisonné au MNAM-CCI, eu lieu une première intervention intitulée « Qu’est-ce que décrire une exposition ? Les mutations du genre exposition au Centre Pompidou ». Dans cette intervention, Bernadette Dufrêne de l’Université Paris 8 a d’abord voulu expliquer les prémisses de cette journée d’étude :

« Cette journée d’étude croise un projet d’institution avec un projet de recherche initialement plus large, puisque Jérôme Glicenstein et moi avions prévu, dans un premier temps, de constituer un répertoire des expositions les plus importantes du XXe siècle. Donc, à l’origine, il y avait deux problématiques différentes : d’une part, du côté du Centre Pompidou, constituer une mémoire de  l’exposition et, de notre côté, du côté de l’université, constituer la mémoire d’une forme culturelle, l’exposition et ses mutations. Ces deux problématique se trouve aujourd’hui conjuguées en une, que l’on peut résumé ainsi : Qu’est-ce que d’écrire l’histoire des expositions et plus particulièrement l’histoire des expositions d’une institution pilote comme le Centre Pompidou»

Comme le rappel B. Dufrêne, la description d’une exposition n’est pas une copie du réel, mais une interprétation du réel. Afin de permettre cette interprétation du réel, par les chercheurs, le Cercle de réflexion sur l’histoire des expositions a donc mis au point une fiche multi entrées qui fournit des informations sur l’exposition, non seulement comme événement, mais aussi comme une manifestation articulée à toute une série d’autres actions et événements. Cette fiche devra être le plus neutre possible mais permettre de tenir compte des différents types d’expositions. Pour ce qui est de l’aspect plus technique lié au projet de catalogue raisonné, Dufrêne rappelle que l’on se base sur du Web 2.0, le web social afin de s’inscrire dans une économie de la coopération, et sur le Web sémantique.

Continuer la lecture de « Le catalogue raisonné des expositions du Centre Pompidou : vers une archive ouverte de l’exposition » : compte-rendu de la journée d’étude du 4 décembre 2012 (partie 1). 

Premier rendez-vous des contributeurs du catalogue raisonné des expositions

Mardi 19 mars à 15h
dans la salle des archives de la bibliothèque Kandinsky, Centre Pompidou, 3ème étage.
Dans le cadre du programme Histoire des expositions, un projet de catalogue raisonné des expositions a été proposé par plusieurs partenaires universitaires (Labex Arts H2H et Labex CAP principalement). Ce projet a pour objet d’établir pour les expositions du Centre une fiche descriptive et un recensement des sources documentant l’exposition décrite, que ces ressources soient disponibles au sein du Centre mais aussi à l’extérieur auprès des commissaires ou des artistes par exemple. L’an dernier, plusieurs étudiants et jeunes chercheurs ont entamé le travail sur une première série d’expositions, permettant de réfléchir aux modalités de description d’une exposition ainsi qu’au mode de référencement des sources.
Ce carnet de recherche permet aux contributeurs qui le souhaitent de proposer une note de lecture, un billet concernant une exposition, un compte-rendu de séminaire ou journée d’étude, une transcription d’entretien etc… Cette année, le projet s’étoffe avec de nouveaux contributeurs, certains d’entre vous en font partie, d’autres ont marqué leur intérêt à diverses occasions ces derniers mois.
Aussi nous vous proposons une série de rencontres des contributeurs afin d’échanger sur des questions méthodologiques, de mettre mettre en commun l’avancement de vos travaux et de vous renseigner si vous souhaitez participer à ce projet.
Le premier rendez-vous des contributeurs se tiendra mardi 19 mars à 15h en salle de réserve de la Bibliothèque Kandinsky. 
Pour celles et ceux qui sont extérieurs au Centre Pompidou, le mardi étant un jour de fermeture, nous vous donnons rendez-vous à l’entrée du personnel à l’angle de la rue Saint-Merri et de la rue du Renard à 14h50. Merci de nous prévenir de votre venue par retour de mail : histoire.expositions@centrepompidou.fr

Sonia Descamps

Archiviste en charge de la normalisation et de l'administration de la base de données Secteur archives et documentation Centre Pompidou, Bibliothèque Kandinsky / MNAM-CCI

More Posts

Douze mois dans la peau d’une boursière du Centre Pompidou

Par Léa-Catherine Szacka

En qualité de première boursière « Histoire des expositions « (2011) au Centre Pompidou, j’ai commencé à travailler sur le projet de catalogue raisonné des expositions du Centre dès janvier 2011. Tout au long de l’année à suivre, j’ai débroussaillé, balisé et exploré l’histoire des quelques mille expositions produites par le Centre Pompidou entre 1977 et 2011. Ma tâche était donc de gérer un ambitieux projet de recherche qui venait tout juste de naître, mais qui s’annonçait prometteur et qui allait s’échelonner sur de nombreuses années à venir. 2011 fut une année de découvertes et d’apprentissage à travers la riche et complexe histoire des expositions du Centre Pompidou.

Histoire des expositions du CCI / Centre de Création Industrielle

Architecte de formation, je terminais en 2011 une thèse autour du thème des expositions d’architecture à l’ère postmoderne. J’ai donc pris le parti, dans un deuxième temps, de concentrer mes recherches sur les expositions d’architecture et de design du Centre Pompidou. Organisées jusqu’en 1992, par le Centre de Création Industrielle (CCI), ces expositions constituent un pan important de l’histoire des expositions de l’institution. En effet, dès la fin des années 1970, et ce jusqu’au début des années 1990, le CCI présentait des expositions d’architecture et de design avant-gardistes et plutôt singulières. De toutes tailles, elles pouvaient aussi bien toucher des sujets comme l’enfant et la ville, les châteaux de la région Bordelaise, les gares ou encore l’architecture de l’ingénieur. Également, une grande quantité d’expositions monographiques traitant du travail d’un architecte ou d’un designer ont été organisées par le Centre, bien souvent en collaboration avec l’architecte ou le designer lui-même. Finalement, dans les années 1970 et 1980, il n’était pas rare de voir au Centre de gigantesques expositions thématiques et multidisciplinaires dans lesquelles l’architecture et le design occupaient une place de choix.

Depuis janvier 2011, le Centre Pompidou s’est attelé de manière soutenue et systématique à écrire l’histoire de ces expositions. Mais pourquoi ? Et surtout, comment fallait-il s’y prendre ?

Mise en place du catalogue raisonné des expositions

L’idée de base du projet était celle de créer un catalogue raisonné des expositions du Centre Pompidou, similaire au catalogue raisonné de l’œuvre d’un artiste. Or ce projet n’est pas né ex nihilo. Depuis quelques années, nous assistons, en France comme ailleurs en Europe et en Amérique, à un regain d’intérêt pour l’historicisation des pratiques « curatoriales » et pour une meilleure compréhension de l’exposition en tant que medium d’expression et de communication. Les colloques sur le sujet se multiplient, tout comme le nombre de mémoires de maîtrise ou de thèses de doctorat touchant à cette question. Les archives institutionnelles, bien souvent délaissées et mal entretenues, sont soudain sollicitées par de nombreux chercheurs en quête d’indices ou d’éléments clés qui leur permettraient de mieux comprendre les motivations sous-jacentes à une exposition, les rouages d’une institution, la façon de travailler de tel ou tel commissaire, la logique institutionnelle à une période donnée, ou encore les procédés de mise en œuvre, voire de commémoration et d’immortalisation d’une exposition ou d’un groupe d’expositions. Ainsi, il est apparu évident qu’il fallait mettre en place des outils qui permettraient de faciliter le travail de ces chercheurs tout en regroupant la communauté scientifique autour d’importantes questions reliées à l’histoire des expositions.

Un Cercle de réflexion

Un cercle de réflexion sur l’histoire des expositions a été mis en place afin de suivre le développement du catalogue raisonné, mais aussi de servir de plate-forme pour l’échange d’idées et l’apparition de divers projets de recherche. En tant que boursière, une de mes tâches consistait à assurer le suivi et le bon fonctionnement des réunions trimestrielles de ce groupe de réflexion. La première réunion de ce cercle a eu lieu le 19 octobre 2010 et depuis six autres réunions ont eu lieu à intervalles réguliers. Pour des raisons pratiques évidentes, la participation aux réunions se fait sur invitation.

Une fiche d’exposition

En 2011, la première tâche que s’est donnée le cercle de réflexion fut celle de constituer une fiche type qui serait, par la suite, potentiellement remplie pour l’ensemble des expositions organisées au Centre Pompidou depuis 1977. Il s’agissait donc de réfléchir sur la nature, l’ordre, et la qualité des informations pouvant servir aux chercheurs dont l’objet de recherche était l’histoire des expositions. Si cet exercice a pu paraître simple au premier abord, il en fut tout autrement lorsque nous avons commencé à dresser la liste des entrées de la fiche type. Dans le cadre des réunions du cercle, nous avons maintes fois remanié la liste des entrées, en changeant l’ordre, en ajoutant de nouvelles ou en fusionnant certaines informations. Certains points de la fiche ont même été l’objet de débats entre les différents chercheurs. Finalement, nous avons fixé une fiche qui comprend une quarantaine d’entrées allant du titre de l’exposition, en passant par sa genèse, la liste des objets exposés et la revue de presse.

Un nouveau champ d’étude : Panorama

Une autre tâche que je m’étais donnée au cours de l’année 2011 était celle de dresser, en quelque sorte, le panorama de ce nouveau champ d’étude qu’est l’histoire des expositions. Ce n’est pas un hasard si le Centre Pompidou a lancé une bourse dédiée uniquement à cette question et je me suis très vite rendue compte que de nouveaux ouvrages traitant ce sujet étaient publiés presque chaque mois. J’ai donc entrepris de constituer une bibliographie évolutive et détaillée comprenant à la fois les ouvrages généraux sur l’histoire des expositions (livres et thèses ou périodiques) et les ouvrages traitant spécifiquement de l’histoire du Centre Pompidou et de ces expositions.

Autre aspect important, il fallait dresser, au fur et à mesure des rencontres, la liste des individus (chercheurs, professeurs ou autres) intéressés à la question de l’histoire des expositions. Ainsi, le Centre Pompidou entend développer un réseau étendu de chercheurs qui graviteront autour du cercle de réflexion.

Des événements reliés au catalogue raisonné

Une fois la structure du catalogue raisonné mise en place, des stagiaires ont été recrutés pour travailler au projet et débuter la documentation du catalogue. L’étape suivante sera donc de faire la promotion et la diffusion du projet de recherche. Ainsi, le Centre Pompidou et le Labex CAP ont engagé des fonds importants en vue de l’organisation d’une série d’événements, journées d’étude et colloques sur la question de l’histoire des expositions. Par exemple, en juin 2013 se tiendra un grand colloque international sur deux jours organisé par Stéphanie Dadour (Boursière mondialisation 2012) et moi-même autour de la question des expositions d’architecture et de leur histoire. D’autres journées d’étude sont prévues à l’automne 2012, notamment en collaboration avec le Labex Arts H2H.

Enrichissante, cette expérience m’a permis de mieux cerner ce champ d’étude en expansion qu’est l’histoire des expositions. Participer à la genèse d’un projet aussi prometteur et ambitieux que celui du catalogue raisonné s’est révélé formateur. Au cours de cette année passée au Centre Pompidou, j’ai pu me familiariser avec ses archives et pousser plus loin l’étude de certaines expositions qui me paraissent importantes tout en tentant de cerner les contours de certaines politiques institutionnelles au travers des 35 ans d’histoire du Centre Pompidou.