Archives du mot-clé architecture exposée

Colloque : « Exposer l’architecture : espace discursif, espace scénographique » au Centre Pompidou

Dans le cadre du cycle « PAROLE A L’ARCHITECTURE »
JEUDI 16 et VENDREDI 17 JANVIER 2014,
PETITE SALLE, 14h-20h
 
Au moment de son ouverture en 1977, le Centre Pompidou est pensé, non pas comme un musée au sens traditionnel, mais comme une institution culturelle pluridisciplinaire, sorte « d’hybride entre Times Square de l’information et le British Museum  » selon ses architectes Richard Rogers et Renzo Piano. En ce sens, le Centre Pompidou est précurseur d’une nouvelle approche. 
Le Centre de Création Industrielle (CCI), fondé en 1969, rejoint l’équipe de préfiguration du Centre Pompidou et devient l’un des deux départements de la nouvelle institution. Il prend en compte la vocation pluridisciplinaire du Centre dès son inauguration en 1977 et participe au développement d’expositions d’architecture et de design. C’est également au tournant des années 1980 que sont créés, à travers le monde, plusieurs musées et institutions dédiés à l’exposition de l’architecture.
Citons par exemple la création de l’International Confederation of Architectural Museum (ICAM) en 1979, qui aura pour effet de légitimer et de donner une vocation «publique» aux expositions d’architecture. À partir des années 1980, les expositions d’architecture deviennent de plus en plus nombreuses et de plus en plus médiatisées. En 2014, le Département du Développement culturel du Centre Pompidou organise un colloque international dont l’objectif est d’aborder les expositions d’architecture comme espaces discursifs et comme espaces scénographiques.
D’une part, l’exposition d’architecture suscite des changements de paradigmes, elle agit comme espace discursif, énonçant des ruptures de continuités historiques et théoriques. Le MoMA, par exemple, a instauré depuis 1932 une tradition d’exposition dont le but est de réformer les pratiques actuelles en commémorant. Ainsi, les choix opérés quant aux objets conservés et exposés, leurs enjeux socio-politiques, économiques et techniques occupent une part importante des discussions entourant l’exposition de l’architecture. Plusieurs questions apparaissent et renvoient à l’écriture de l’histoire, au statut et à la valeur des représentations architecturales ou plus récemment, à la conservation et à l’exposition d’archives numériques.
D’autre part, l’exposition d’architecture est aussi un dispositif scénographique permettant d’expérimenter les liens entre le contenu de l’exposition et l’espace de celle-ci. Au-delà de son rôle de médiation, l’exposition contribue à la création de dispositifs valorisant des approches différentes selon les acteurs concernés : architecte, conservateur ou chercheur. Mentionnons quelques scénographies mémorables parmi lesquelles celles de l’exposition Morphosis présentée en 2006 au Centre Pompidou, le Cabinet de curiosités des architectes Herzog & de Meuron au CCA en 2002 ou l’exposition OMA/Progress conçue par le collectif Rotor à la Barbican Art Gallery en 2011.
Organisé autour de quatre axes — état de la question, stratégies institutionnelles, statut des objets exposés, rapport entre écriture de l’histoire et exposition —, ce colloque prolonge et enrichit les réflexions en cours sur l’exposition de l’architecture et rassemble des commissaires d’expositions, des universitaires, et des architectes praticiens, européens et américains.
Sous la direction scientifique de Stéphanie Dadour et Léa-Catherine Szacka, docteurs en architecture, ainsi que Jean-Pierre Criqui et Romain Lacroix (DDC, service de la Parole) pour le Centre Pompidou.
JEUDI 16 JANVIER, 14h00-16h30
ÉTAT DES LIEUX ET ACTUALITÉ DES EXPOSITIONS COMME SUJET D’ÉTUDE
Depuis quelques années, l’histoire des expositions, sa théorisation et son historicisation font l’objet de divers travaux tant dans le monde professionnel qu’académique. Dans le cadre de son programme sur l’histoire des expositions, le Centre Pompidou propose, pour la première fois, un colloque sur ce champ d’étude. Dans cette introduction, il s’agit de poser les jalons de ces deux journées, de définir les orientations des travaux qui se
développent (particulièrement en Europe et en Amérique), tout en portant un regard rétrospectif mais aussi critique sur le devenir de ce nouveau champ d’étude.
Jean-Pierre Criqui, Service de la Parole du Centre Pompidou (Paris)
Ouverture du Symposium
Stéphanie Dadour, ENSA Paris-Malaquais (Paris) et Léa-Catherine Szacka, Oslo School of Architecture and Design, AHO (Oslo)
Quand l’architecture s’expose
Barry Bergdoll, Columbia University (New York)
Out of Site – In Plain View: On the Origins and Modernity of the Architecture Exhibition
JEUDI 16 JANVIER, 17h00-19h30
STRATÉGIES INSTITUTIONNELLES
Dans cette session, l’exposition d’architecture sera considérée comme un prétexte à la mise en place de stratégies institutionnelles, c’est-à-dire à la prise de position de la part d’institutions, qu’elles soient dédiées uniquement à la valorisation de l’architecture ou à la cohabitation entre architecture et autres pratiques artistiques. D’une part, les orientations quant à la sélection d’objets, de collections et d’archives, à leurs déploiements au sein d’une exposition, participent à donner un sens défini à ce qui constitue la mission de l’institution. De l’autre, l’exposition d’architecture est à la base de la fabrication de récits dépassant l’intérêt porté à l’objet architectural. Il sera notamment question de stratégies sérielles adoptées par certaines institutions telles
que le Centre Canadien d’Architecture ou le Museum of Modern Art de New York.
Pierre Chabard, ENSA Paris-La Villette (Paris)
Entre collection et médiation : stratégies croisées du CCA et du CCI, 1982-1984
Tina Di Carlo, Oslo School of Architecture and Design, AHO (Oslo)
Deconstructivist Architecture : Exhibition #1489 and the Museum of Modern Art
Mirko Zardini, Centre Canadien d’Architecture (Montréal)
Eight Year of for Architecture at the CCA
VENDREDI 17 JANVIER, 14h00-16h30
STATUT DES OBJETS EXPOSÉS
Cette session portera sur le statut, l’intérêt et la valeur donnés aux objets exposés à différents moments de l’histoire. Il sera question d’examiner la relation entre objets montrés et objets conservés dans différents contextes temporels, géographiques et politique. Ces objets rendent compte d’une logique de collection ou encore de cas d’exposition qui informe, voire enrichisse la collection. La constitution et l’accroissement des collections d’objets liés à l’architecture modifient les manières de concevoir l’exposition et ses dispositifs. Dans cette perspective et à partir d’exemples historiques concrets, il s’agit de revoir la cohérence des choix effectués dans une collection d’architecture à l’intérieur de certaines institutions muséales.
Wallis Miller, University of Kentucky (Kentucky)
Models, Architecture, and the Academy Exhibition in Germany, 1786-1923
Olivier Cinqualbre, Création Industrielle du Centre Pompidou (Paris)
De l’exposition à la collection, du CCI au MNAM-CCI
Marie-Ange Brayer, LES TURBULENCES-FRAC CENTRE (Orléans)
Au-delà de l’architecture : l’émergence d’un nouvel artefact numérique
VENDREDI 17 JANVIER, 17h00-19h30
RAPPORT ENTRE HISTOIRE ET EXPOSITIONS D’ARCHITECTURE
L’exposition d’architecture participe à une écriture de l’histoire de la discipline, construite en fonction de son concepteur, de son rôle, de son statut et de sa propre vision. Cette approche étant spécialement théorisée au XXe siècle pose la question du rôle des expositions d’architecture, notamment et en comparaison à l’édition, de la transmission et de l’orientation de l’histoire de l’architecture. Cette session entend tracer une généalogie de ce champ d’étude tout en explicitant la manière dont l’histoire des expositions participe à l’histoire de l’architecture.
Felicity D. Scott, Columbia University (New York)
Demonstrations: Architecture on Exhibit at Habitat
Jean-Philippe Garric, Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne (Paris)
L’exposition The Architecture of the Ecole des Beaux-Arts, MoMA 1975 et l’historiographie de l’architecture française du XIXe siècle, 1975-2013
Jean-Louis Cohen, New York University (New York) et professeur invité au Collège de France (Paris)
Les expositions comme révision critique de l’histoire

Séminaire de recherche « L’objet de l’exposition : l’architecture exposée »

Le séminaire de recherche L’objet de l’expositionconduit conjointement par le département d’histoire de l’art de l’Université François-Rabelais de Tours et l’École Nationale Supérieure d’Art de Bourges, en partenariat avec le FRAC Centre, se termine le jeudi 23 janvier. Pour une seconde année, le thème abordé est l’architecture exposée.

  Roula Mattar-Perret  :

« Comment s’expose l’archè-tecture dans l’oeuvre de Gordon Matta-Clark ? »

Jeudi 23 janvier 2014, 9H30-12h00

Ecole Nationale Supérieure d’Art de Bourges

Notre intervention propose de considérer la réflexion menée par Gordon Matta-Clark sur l’architecture comme une exploration de ce qui, dans l’étymologie, dit « l’autorité et le commencement en tant que représentables » (D. Payot) : l’archè. Partant de l’exposition organisée en 1972 au 112 Greene Street, deux temps ponctuent le développement, pour répondre des moments spécifiques de la découpe architecturale et de sa restitution. Si la découpe expose, littéralement et métaphoriquement, la fabrique d’une certaine archè-tecture, sa restitution soulève d’autres enjeux, par le recours au fragment (l’extraction) et à la photographie.

 

Roula Mattar-Perret est architecte DPLG– Docteur en Histoire de l’art contemporain, Membre associé, EA 1279 Histoire et Critique des Arts (Université Rennes 2), Enseignante à l’ENSA Paris La Villette

Appel à communication : « L’objet de l’exposition : l’architecture exposée #2 »

Vendredi 11 avril 2014 

à l’Université François-Rabelais de Tours

Date limite pour le dépôt des propositions : 13 janvier 2014

Présentation

Cette journée d’étude s’inscrit dans le cadre du séminaire « L’objet de l’exposition », qui réunit les étudiants de l’option « Médiation culturelle et Pratiques de l’exposition » du master en histoire de l’art de l’Université de Tours et de master Art de l’Ecole Nationale Supérieure d’Art de Bourges. Elle bénéficie du soutien du laboratoire InTRu (EA 6301).

« L’objet de l’exposition » porte une réflexion sur l’exposition comprise en tant qu’objet d’étude à part entière. Celle-ci n’est pas seulement envisagée comme un matériau privilégié de l’histoire de l’art ou de la muséologie, mais comme une pratique qui est, par essence, aux croisements de différentes disciplines et qui génère donc des questionnements qui lui sont propres. Au regard de son histoire, qui l’a vue s’affirmer de plus en plus comme une pratique discursive avec ses méthodes, sa grammaire –  jusqu’à donner à son créateur le statut d’auteur (le curateur) – l’exposition est considérée comme un objet complexe et questionnée à travers toutes ses composantes, de sa production à sa réception. Dans ce but, le séminaire cherche à croiser les points de vue en sollicitant des chercheurs, des commissaires d’exposition, des responsables d’institutions culturelles, des scénographes, des artistes…

Chaque année, le séminaire se propose d’aborder ce vaste champ de recherche à travers le choix d’une thématique particulière, reprise lors d’une journée d’étude qui clôture le cycle. Pour une seconde année, c’est « l’architecture exposée » qui est étudiée, en partenariat avec le Fonds Régional d’Art Contemporain de la région Centre et le Centre de Création Contemporaine de Tours.

Programme du séminaire 2012/2013

Programme de la première journée d’étude du 3 mai 2013  

Programme du séminaire 2013/2014 :

  • 17 octobre 2013 – 10h-13h – Université François-Rabelais, Tours

Delphine Désert (architecte, Ecole Nationale Supérieure d’Architecture de Paris-Bellevile et de Marseille) : « Les dispositifs expographiques de l’architecture »

  • 7 novembre 2013 – 14h-17h – Université François-Rabelais, Tours

Eric Monin (architecte, maître-assistant titulaire HDR, Ecole Nationale Supérieure d’Architecture et de Paysage de Lille) : « L’architecture surexposée ou les monuments à l’épreuve des faisceaux lumineux »

  • 28 novembre 2013 – 16h30-18h – La Box, ENSA Bourges

Rencontre autour de l’exposition « Les Organisations d’espaces de Jean-Michel Sanejouand : 1967-1974 » (commissariat : Frédéric Herbin)

  • 5 décembre 2013 – 14h-17h30 – Les Turbulences – FRAC Centre, Orléans

Journée d’étude « Comment exposer l’architecture : des Radicaux à l’architecture computationnelle »

Rencontre autour des expositions ArchiLab 2013 « Naturaliser l’architecture » et « Architectures expérimentales » avec : Laurence Fontaine, scénographe des expositions, Emmanuelle Chiappone-Piriou, assistante au commissariat pour Archilab 2013 et chargée de programmation aux Turbulences – Frac Centre, Ludovic Lalauze, directeur technique aux Turbulences – Frac Centre.

  • 23 janvier 2014 – 9h30-12h30 – ENSA Bourges

Roula Matar-Perret (architecte, Ecole Nationale Supérieure d’Architecture de Paris La Villette) : « Comment s’expose l’archè-tecture dans l’œuvre de Gordon Matta-Clark ? » Continuer la lecture de Appel à communication : « L’objet de l’exposition : l’architecture exposée #2 » 

Séminaire « L’objet de l’exposition : l’architecture exposée »

Le Séminaire de recherche L’objet de l’exposition, conduit conjointement par le département d’histoire de l’art de l’Université François-Rabelais de Tours et l’École Nationale Supérieure d’Art de Bourges, en partenariat avec le FRAC Centre, se poursuit le jeudi 7 novembre. Pour une seconde année, le thème abordé est l’architecture exposée.
L’objet de l’exposition : l’architecture exposée
Jeudi 7 novembre, 14H00-17h00, Université François Rabelais (s 228)

Eric Monin  – « L’architecture surexposée

ou les monuments à l’épreuve des faisceaux lumineux »

    En 1937, à l’Exposition Internationale des Arts et Techniques dans la Vie Moderne de Paris, l’éclairage des musées et plus précisément la mise en lumière des œuvres présentées au public constituait un aspect important de la classe III du groupe I consacrée aux « Musées et Expositions ». La section « Muséographie » revenait alors sur la question de la mise en valeur des éléments exposés, un aspect déjà souligné quelques années plus tôt par Louis Hautecœur dans son rapport préparatoire à la Conférence de l’Office international des musées qui se tenait à Madrid en 1934. En pointant les problèmes d’éclairage qui devaient être résolus en fonction des ambitions historiques, scientifiques ou artistiques de chaque présentation, les responsables de cette section prenaient pleinement conscience des pouvoirs de la lumière artificielle électrique au service d’une expographie maîtrisée. Les efforts déployés depuis la fin des années vingt pour éclairer les façades monumentales n’étaient pas totalement étrangers à cette problématique de la présentation des œuvres comme en témoignait d’ailleurs le projet de Tour de France de la Lumière chargé de faire rayonner l’Exposition bien au-delà de son enceinte parisienne. Des maquettes exposées dans le pavillon de la classe III jusqu’aux monuments d’Afrique du Nord, la lumière électrique propose une réinterprétation de la réalité diurne en accusant des formes, en révélant des détails et en installant des ambiances qui surgissent d’une matière devenue parfois incandescente. À l’échelle du territoire ou du musée, ces expériences marquantes constituent l’aboutissement de recherches, de tentatives et
de débats qui seront rappelés à l’occasion de cette communication.

 Eric Monin

Architecte DPLG, Maître-assistant titulaire HDR
Ecole nationale supérieure d’architecture et de paysage de Lille

Stéphanie Rivoire

Conservatrice des Archives - Bibliothèque Kandinsky - MNAM/CCI Chargée de projet Catalogue raisonné des expositions au Centre Pompidou

More Posts

Follow Me:
Twitter