Archives du mot-clé architecture

Séminaire de recherche « L’objet de l’exposition : l’architecture exposée »

Le séminaire de recherche L’objet de l’expositionconduit conjointement par le département d’histoire de l’art de l’Université François-Rabelais de Tours et l’École Nationale Supérieure d’Art de Bourges, en partenariat avec le FRAC Centre, se termine le jeudi 23 janvier. Pour une seconde année, le thème abordé est l’architecture exposée.

  Roula Mattar-Perret  :

« Comment s’expose l’archè-tecture dans l’oeuvre de Gordon Matta-Clark ? »

Jeudi 23 janvier 2014, 9H30-12h00

Ecole Nationale Supérieure d’Art de Bourges

Notre intervention propose de considérer la réflexion menée par Gordon Matta-Clark sur l’architecture comme une exploration de ce qui, dans l’étymologie, dit « l’autorité et le commencement en tant que représentables » (D. Payot) : l’archè. Partant de l’exposition organisée en 1972 au 112 Greene Street, deux temps ponctuent le développement, pour répondre des moments spécifiques de la découpe architecturale et de sa restitution. Si la découpe expose, littéralement et métaphoriquement, la fabrique d’une certaine archè-tecture, sa restitution soulève d’autres enjeux, par le recours au fragment (l’extraction) et à la photographie.

 

Roula Mattar-Perret est architecte DPLG– Docteur en Histoire de l’art contemporain, Membre associé, EA 1279 Histoire et Critique des Arts (Université Rennes 2), Enseignante à l’ENSA Paris La Villette

Appel à communication : « L’objet de l’exposition : l’architecture exposée #2 »

Vendredi 11 avril 2014 

à l’Université François-Rabelais de Tours

Date limite pour le dépôt des propositions : 13 janvier 2014

Présentation

Cette journée d’étude s’inscrit dans le cadre du séminaire « L’objet de l’exposition », qui réunit les étudiants de l’option « Médiation culturelle et Pratiques de l’exposition » du master en histoire de l’art de l’Université de Tours et de master Art de l’Ecole Nationale Supérieure d’Art de Bourges. Elle bénéficie du soutien du laboratoire InTRu (EA 6301).

« L’objet de l’exposition » porte une réflexion sur l’exposition comprise en tant qu’objet d’étude à part entière. Celle-ci n’est pas seulement envisagée comme un matériau privilégié de l’histoire de l’art ou de la muséologie, mais comme une pratique qui est, par essence, aux croisements de différentes disciplines et qui génère donc des questionnements qui lui sont propres. Au regard de son histoire, qui l’a vue s’affirmer de plus en plus comme une pratique discursive avec ses méthodes, sa grammaire –  jusqu’à donner à son créateur le statut d’auteur (le curateur) – l’exposition est considérée comme un objet complexe et questionnée à travers toutes ses composantes, de sa production à sa réception. Dans ce but, le séminaire cherche à croiser les points de vue en sollicitant des chercheurs, des commissaires d’exposition, des responsables d’institutions culturelles, des scénographes, des artistes…

Chaque année, le séminaire se propose d’aborder ce vaste champ de recherche à travers le choix d’une thématique particulière, reprise lors d’une journée d’étude qui clôture le cycle. Pour une seconde année, c’est « l’architecture exposée » qui est étudiée, en partenariat avec le Fonds Régional d’Art Contemporain de la région Centre et le Centre de Création Contemporaine de Tours.

Programme du séminaire 2012/2013

Programme de la première journée d’étude du 3 mai 2013  

Programme du séminaire 2013/2014 :

  • 17 octobre 2013 – 10h-13h – Université François-Rabelais, Tours

Delphine Désert (architecte, Ecole Nationale Supérieure d’Architecture de Paris-Bellevile et de Marseille) : « Les dispositifs expographiques de l’architecture »

  • 7 novembre 2013 – 14h-17h – Université François-Rabelais, Tours

Eric Monin (architecte, maître-assistant titulaire HDR, Ecole Nationale Supérieure d’Architecture et de Paysage de Lille) : « L’architecture surexposée ou les monuments à l’épreuve des faisceaux lumineux »

  • 28 novembre 2013 – 16h30-18h – La Box, ENSA Bourges

Rencontre autour de l’exposition « Les Organisations d’espaces de Jean-Michel Sanejouand : 1967-1974 » (commissariat : Frédéric Herbin)

  • 5 décembre 2013 – 14h-17h30 – Les Turbulences – FRAC Centre, Orléans

Journée d’étude « Comment exposer l’architecture : des Radicaux à l’architecture computationnelle »

Rencontre autour des expositions ArchiLab 2013 « Naturaliser l’architecture » et « Architectures expérimentales » avec : Laurence Fontaine, scénographe des expositions, Emmanuelle Chiappone-Piriou, assistante au commissariat pour Archilab 2013 et chargée de programmation aux Turbulences – Frac Centre, Ludovic Lalauze, directeur technique aux Turbulences – Frac Centre.

  • 23 janvier 2014 – 9h30-12h30 – ENSA Bourges

Roula Matar-Perret (architecte, Ecole Nationale Supérieure d’Architecture de Paris La Villette) : « Comment s’expose l’archè-tecture dans l’œuvre de Gordon Matta-Clark ? » Continuer la lecture de Appel à communication : « L’objet de l’exposition : l’architecture exposée #2 » 

Séminaire « L’objet de l’exposition : l’architecture exposée »

Le Séminaire de recherche L’objet de l’exposition, conduit conjointement par le département d’histoire de l’art de l’Université François-Rabelais de Tours et l’École Nationale Supérieure d’Art de Bourges, en partenariat avec le FRAC Centre, se poursuit le jeudi 7 novembre. Pour une seconde année, le thème abordé est l’architecture exposée.
L’objet de l’exposition : l’architecture exposée
Jeudi 7 novembre, 14H00-17h00, Université François Rabelais (s 228)

Eric Monin  – « L’architecture surexposée

ou les monuments à l’épreuve des faisceaux lumineux »

    En 1937, à l’Exposition Internationale des Arts et Techniques dans la Vie Moderne de Paris, l’éclairage des musées et plus précisément la mise en lumière des œuvres présentées au public constituait un aspect important de la classe III du groupe I consacrée aux « Musées et Expositions ». La section « Muséographie » revenait alors sur la question de la mise en valeur des éléments exposés, un aspect déjà souligné quelques années plus tôt par Louis Hautecœur dans son rapport préparatoire à la Conférence de l’Office international des musées qui se tenait à Madrid en 1934. En pointant les problèmes d’éclairage qui devaient être résolus en fonction des ambitions historiques, scientifiques ou artistiques de chaque présentation, les responsables de cette section prenaient pleinement conscience des pouvoirs de la lumière artificielle électrique au service d’une expographie maîtrisée. Les efforts déployés depuis la fin des années vingt pour éclairer les façades monumentales n’étaient pas totalement étrangers à cette problématique de la présentation des œuvres comme en témoignait d’ailleurs le projet de Tour de France de la Lumière chargé de faire rayonner l’Exposition bien au-delà de son enceinte parisienne. Des maquettes exposées dans le pavillon de la classe III jusqu’aux monuments d’Afrique du Nord, la lumière électrique propose une réinterprétation de la réalité diurne en accusant des formes, en révélant des détails et en installant des ambiances qui surgissent d’une matière devenue parfois incandescente. À l’échelle du territoire ou du musée, ces expériences marquantes constituent l’aboutissement de recherches, de tentatives et
de débats qui seront rappelés à l’occasion de cette communication.

 Eric Monin

Architecte DPLG, Maître-assistant titulaire HDR
Ecole nationale supérieure d’architecture et de paysage de Lille

Stéphanie Rivoire

Conservatrice des Archives - Bibliothèque Kandinsky - MNAM/CCI Chargée de projet Catalogue raisonné des expositions au Centre Pompidou

More Posts

Follow Me:
Twitter

« Exposer la ville au XXe siècle » : Séminaire de recherche

Laboratoire d’Excellence Création art et patrimoine

Séminaire organisé par Léa-Catherine Szacka,

avec la participation de Pierre Chabard et Enrico Chapel

Bibliothèque Kandisky, Centre Pompidou (3e étage)

Vendredi 27 septembre 2013, 17h30 à 19h30

Ce séminaire s’inscrit dans le projet de recherche postdoctoral “Quand la ville entre au musée: Les expositions comme media de compréhension, d’invention et d’appréhension du territoire urbain”, financé en 2012-2013 par le Labex-Cap. Il s’agira donc ici de confronter les premiers résultats de cette recherche avec d’autres exemples d’études sur l’exposition de la ville au XXe siècle. Suivant un ordre chronologique, le séminaire débutera avec les présentations de Pierre Chabard et Enrico Chapel pour se terminer par un court aperçu du cas plus récent du Centre Pompidou. Suivra une discussion sur les possibles points de rencontre entre ces trois recherches et les aspects méthodologiques liés à l’étude des expositions d’urbanisme, entendues comme un type particulier d’exposition.

Programme

Pierre Chabard : Geddes et la Cities and Town Planning Exhibition, 1910-1914

Les débuts de l’urbanisme, dans les premières décennies du vingtième siècle, sont marqués par une pratique intense de l’exposition. Afin de capitaliser, organiser et diffuser une culture partagée de ce champ en construction, on expose tout un arsenal de figurations de la ville telle qu’elle est et telle qu’on voudrait qu’elle soit. Dans le contexte anglo-saxon, le cas de la Cities and Town Planning Exhibition initiée par le biologiste, philanthrope et polygraphe écossais Patrick Geddes (1854-1932) et montrée à six reprises entre 1910 et 1914 constitue un intéressant terrain d’analyse. Impliquant dans son comité d’organisation des acteurs majeurs de ce milieu naissant (John Burns, Thomas Adams, Raymond Unwin, etc.) dont les intérêts ne convergeaient pas forcément, elle permet, à travers la pratique de l’exposition, d’observer l’hétéronomie profonde du champ.

Enrico Chapel : L’exposition sur « la ville fonctionnelle », CIAM 1933-1937

Le XXe siècle voit l’essor d’associations professionnelles, nationales ou internationales. Les architectes et les urbanistes se réunissent à plusieurs reprises en congrès, pour débattre de leurs doctrines et de leurs actions. Ils accompagnent parfois leurs assises avec des expositions sur la ville et l’architecture. Les Congrès internationaux d’architecture moderne, créés à La Sarraz (Suisse) en 1928, ne font pas exception. Dès leur deuxième assemblée générale, ils mettent en place une politique d’expositions qui va les accompagner jusqu’à leur dissolution. À travers le cas de l’exposition sur « la ville fonctionnelle », présenté à Athènes en 1933, puis à Amsterdam en 1935, je poserai quelques questions sur la représentation de la ville dans les expositions d’architectes, avec l’idée que ces professionnels sont à l’origine de dispositifs figuratifs et de mise en scène originaux dans le contexte des années 1930.

Léa-Catherine Szacka : Exposer la ville au Centre Pompidou, 1977 à 1994

Alors qu’au tournant des années 1980, Bernard Huet rappelait que c’était dans l’étude de la ville que se trouvait le devenir de l’architecture, l’ouverture du Centre Pompidou en 1977, symbolisa la naissance d’une véritable « ville dans la ville ». Le Centre de Création Industrielle (C.C.I.), l’un des quatre départements du Centre Pompidou, tenta, non pas de promouvoir l’”extraordinaire”, mais de proposer une approche visant à montrer les réalités ordinaires et quotidiennes. Entre autres choses, le C.C.I. s’intéressa à la représentation de l’espace urbain à l’intérieur du musée – des grandes expositions pluridisciplinaires (la série des ‘Paris’) jusqu’aux expositions de dessins des années 1990 marquant la naissance de la collection d’architecture et de design au Centre Pompidou. Archéologie de la ville (1977), La ville et l’enfant (1977-78) et La Ville: Art et architecture en Europe 1870-1993 (1994) sont les trois études de cas étudiées dans le cadre de cette recherche.

Discussion

Intervenants

Pierre Chabard

Pierre Chabard est architecte DPLG et docteur en architecture. Il est maître-assistant titulaire en histoire à l’École nationale supérieure d’architecture de Paris-La Villette et membre de l’équipe de recherche AHTTEP (UMR AUSSER n°3329). Auteur d’une thèse sur Patrick Geddes, ses recherches actuelles portent sur l’histoire de l’institutionnalisation du champ culturel de l’architecture dans les années 1975-1985. En 2013, il a été chercheur invité au Centre canadien d’architecture (CCA) de Montréal. Il est par ailleurs le co-fondateur de la revue Criticat (www.criticat.fr).

Enrico Chapel

Architecte, docteur en architecture, Hdr, Enrico Chapel est maître assistant titulaire à l’École nationale supérieure d’architecture de Toulouse. Ses travaux portent sur l’histoire de l’urbanisme au XXe siècle, sur la représentation de la ville et du projet architectural et urbain. Il est responsable de l’axe « Histoire et territoires » du laboratoire de recherche en architecture LRA de Toulouse. En 2010, il a été chercheur invité au Centre canadien d’architecture (CCA) de Montréal.

Léa-Catherine Szacka

Architecte, docteur en histoire et théorie de l’architecture, Léa-Catherine Szacka est postdoctoral research fellow et professeure invitee à la Oslo School of Architecture and Design (AHO). Comme membre du Labex-Cap et boursière du Centre Pompidou, elle a poursuivi, entre 2011 et 2013, ses recherches sur l’histoire des expositions, se penchant plus particulièrement sur le cas du Centre Pompidou à la fin du XXe siecle.

Une exposition de Jean Dethier: « La ville : art et architecture en Europe » (1994)

Par Aurélie Massie

Le projet d’exposition « La ville : art et architecture en Europe » est né d’une proposition initiale de Jean DETHIER approuvée comme telle par Dominique BOZO (alors directeur du MNAM-CCI), ultérieurement élargie à un double commissariat général incluant Alain GUIHEUX, puis à un partenariat de co-production avec le Centre de Culture Contemporaine de Barcelone (CCCB) fondé par le philosophe Josep RAMONEDA qu’il inaugure à Barcelone en 1994. Cette ambitieuse exposition – ainsi que le vaste programme d’évènements qui l’accompagnait (sous l’appellation « Metropolis ») dans l’ensemble des départements et lieux du Centre Pompidou – avait alors pour objectif de prolonger; et même de régénérer, la plus emblématique spécificité stratégique que l’institution avait initiée avec grand succès dès son inauguration en 1977, puis pourtant progressivement abandonnée : la production et la mise en scène de grandes expositions et programmations interdisciplinaires capables de fédérer de multiples domaines et facettes de la création culturelle et artistique à travers l’ensemble des chemins de la Modernité, tant en France qu’à l’étranger. La ville moderne et la civilisation urbaine contemporaine assurant de toute évidence un exemple majeur et complexe d’une telle transversalité interdisciplinaire, Jean DETHIER (architecte-conseil du Centre Pompidou depuis 1975 et auteur en 1984 de l’exposition « Images et imaginaires d’architecture » elle aussi présentée avec succès dans la Grande Galerie) a initialement conçu ce projet pluriel afin de pouvoir notamment y intégrer un domaine jusque là pas ou trop peu traité dans les musées : les atouts et enjeux de la ville et de l’urbanisme moderne. Cette approche de la cité perçue à travers les créativités des architectes a été d’emblée – dès l’origine du projet – complétée par une démarche exploratoire complémentaire : la perception et la représentation de la ville moderne par tous les artistes qui ont été fascinés par sa dynamique métropolitaine. Continuer la lecture de Une exposition de Jean Dethier: « La ville : art et architecture en Europe » (1994) 

Aurélie

M2 Médiation culturelle, patrimoine et numérique. Université Paris X Stage de mars à juillet 2013: Catalogue raisonné des expositions du Centre Pompidou et numérisation associée: cas des expositions de Jean Dethier. Expositions traitées: "Architectures marginales aux Etats-Unis" "Le temps des gares" "Des architectures de terre" "Images et imaginaires d'architecture" "Châteaux-Bordeaux" "La ville: art et architecture en Europe" "Living bridges"

More Posts

Conférence de Jean Dethier à l’Ecole d’Architecture Paris-Villette

Dans le cadre du cycle « Les conférences du mardi » de l’Ensa Paris La Villette

Jean Dethier

donnera une conférence intitulée:

Stratégies d’actions pour exposer l’architecture et la ville :
informer, séduire et convaincre les publics, médias et décideurs.
Bilan de 30 ans d’innovations militantes et culturelles au Centre Pompidou

mardi 14 mai 2013 à 18h

à l’Ecole Normale Supérieure d’Architecture Paris LaVillette
144, avenue de Flandres (19e)
Amphi 302

Vue de l'exposition "Architectures de terre : ou l'avenir d'une tradition millénaire" au Centre Pompidou, du 28 octobre 1981 au 1er février 1982. Bibliothèque Kandinsky / MNAM-CCI.
Vue de l’exposition « Architectures de terre : ou l’avenir d’une tradition millénaire » au Centre Pompidou, du 28 octobre 1981 au 1er février 1982. Bibliothèque Kandinsky / MNAM-CCI.

 

Journée d’étude « L’objet de l’exposition : l’architecture exposée »

Journée d’étude organisée par le laboratoire InTRu (Interactions, Transferts, Ruptures artistiques et culturels) et l’École Nationale Supérieure d’Art de Bourges

Vendredi 3 mai 2013

à l’Université François-Rabelais de Tours (Amphi Jacques Roger)

Visuel JE

Cette journée d’étude, s’inscrit dans le cadre du séminaire commun « L’objet de l’exposition » qui réunit des étudiants de master du département d’Histoire de l’art de l’Université François-Rabelais de Tours et de l’ENSA Bourges. Ce séminaire porte une réflexion sur l’exposition comprise en tant qu’objet d’étude à part entière. Celle-ci n’est pas seulement envisagée comme un matériau privilégié de l’histoire de l’art ou de la muséologie, mais comme une pratique qui est, par essence, aux croisements de différentes disciplines et qui génère donc des questionnements qui lui sont propres. Au regard de son histoire, qui l’a vue s’affirmer de plus en plus comme une pratique discursive jusqu’à donner à son créateur le statut d’auteur (le curateur), l’exposition est ainsi considérée comme un objet complexe et questionnée à travers toutes ses composantes, de sa production à sa réception. Dans ce but, le séminaire cherche à croiser les points de vue en sollicitant des chercheurs, des commissaires d’exposition, des responsables d’institutions culturelles ou des artistes.  Continuer la lecture de Journée d’étude « L’objet de l’exposition : l’architecture exposée » 

Programme de la table ronde : « Regards de photographes sur les architectures publiques »

Dans le cadre du mois de la Photo à Paris

mercredi 21 novembre à 19h

table ronde à la Cité de l’architecture et du Patrimoine

  • Marc MAWET, architecte, enseignant, commissaire de la biennale « Photographie et architecture » de la faculté d’architecture de La Cambre-Horta, Université Libre de Bruxelles
  • Michel POIVERT, professeur et directeur de l’UFR Histoire de l’Art et Archéologie, à l’Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne
  • Gilles RAYNALDY, photographe
  • Silke SCHMICKL, historienne de l’art, directrice de la maison d’édition vidéo Lowave
  • Dominique VERSAVEL, conservatrice des fonds de photographie moderne au département Estampes et Photographie de la Bibliothèque nationale de France
  • Cyrille WEINER, photographe

autour d’Aude MATHE, chef de projet audiovisuel et photographie à la Cité de l’architecture et du patrimoine/ musée des Monuments français.

Ce troisième rendez-vous entre photographie et architecture, est consacré aux «Architectures publiques». Bibliothèques, écoles, musées… autant de bâtiments traversés par les foules et vibrant de la vie qu’ils abritent. Comment traduire, en photographie, les relations qui se tissent entre les lieux et leurs occupants ? Entre recherche esthétique et regards sur la société, des photographes font œuvre de ces questions.

La question de l’usage des lieux entre ici au cœur du sujet. Une certaine tradition photographique veut que l’architecture soit montrée dans sa pureté, vide de ses occupants et de l’activité qui la caractérisent (…) Dans sa série sur les musées, Thomas STRUTH explore le dialogue qui s’installe entre les visiteurs, les lieux et les œuvres exposées… En savoir plus