Archives du mot-clé appel à contributions

Exposition(s) et média(s) Enjeux d’une dialectique actuelle : appel à contribution

Ce colloque de doctorants, a pour ambition d’analyser, à travers une approche pluridisciplinaire, la dialectique exposition(s) et média(s) dans l’ère des Technologies d’information et de communication (TIC). Selon une logique allant de la production à la réception des expositions, quatre axes de recherche sont proposés : l’exposition comme média, exposer le média, la médiation de l’exposition et la médiatisation de l’exposition.

Désignant « aussi bien ce qui est exposé que l’espace où l’on expose, l’acte d’exposer et l’exposition en tant que “produit” actualisé par le visiteur »[1], l’exposition a pu recouvrir des formes et fonctions très diverses depuis les « proto-musées » jusqu’à « la promenade comme le centre commercial »[2]. Témoignage de son temps, l’exposition est indissociable de son contexte de production. Ainsi, l’histoire récente est marquée par une évolution des modalités d’appréhension de l’exposition qui se caractérise notamment, au tournant des années 1980, par l’intensification des flux transnationaux et une massification de l’événement dans lesquels Nathalie Heinich voit « de nouvelles formes de tourisme intellectuel, de délectation lettrée ou d’érudition itinérante »[3]. L’exposition devient alors un objet d’étude transdisciplinaire, qu’il soit envisagé à travers un prisme communicationnel (Davallon), muséographique (Chaumier, Desvallées, Mairesse), historique ou socio-historique (Glicenstein) ou même sociologique (Heinich, Eidelman). Défendant le postulat selon lequel l’exposition est un média, la thèse centrale de Jean Davallon que nous souhaitons interroger ici démontre que l’exposition (d’art, d’objet, de science, etc.) donne à voir autant qu’elle nous explique comment regarder[4] et par là, qu’elle met en œuvre la double vertu du média en s’imposant comme support et comme intermédiaire. Il est depuis communément admis de considérer l’exposition comme un média, et les registres médiatiques de l’exposition ou du musée font l’objet de nombreuses recherches (Davallon, Poli). L’ensemble de ces théories mérite aujourd’hui d’être analysé au regard du contexte actuel, marqué par un renouvellement de la « médiatique[5] », par une présence et une influence grandissantes des Technologies de l’Information et de la Communication (TIC).

Plus généralement, c’est l’histoire et l’évolution des pratiques médiatiques de l’exposition depuis la formulation de ces théories qu’il semble pertinent d’analyser. Car, parallèlement à cette théorisation, la richesse et la productivité des expositions depuis les années 1980 – tant dans l’augmentation de leur nombre que dans la diversification de leurs formes – définissent cette période comme un tournant dans l’histoire des expositions, qui voient leurs modalités de fabrication et de réception évoluer significativement. Ensuite, les années 1980 sont également caractérisées par le passage à une société façonnée par ce que l’on appelle désormais les Nouveaux médias qui se définissent par la démocratisation de l’ordinateur. C’est pourquoi ce colloque entend mettre en perspective la richesse et la production des expositions depuis les années 1980, au regard de l’influence des nouveaux médias dans la société.

Continuer la lecture de Exposition(s) et média(s) Enjeux d’une dialectique actuelle : appel à contribution 

Stéphanie Rivoire

Conservatrice des Archives - Bibliothèque Kandinsky - MNAM/CCI Chargée de projet Catalogue raisonné des expositions au Centre Pompidou

More Posts

Follow Me:
Twitter

Appel à contribution pour le n°20 de la revue « Marges »

Appel à contribution pour le n° 20 de la revue Marges

Qu’est-ce qu’un dispositif (dans l’art contemporain)?

La notion de dispositif est souvent évoquée pour penser les structures visibles et invisibles que juxtaposent le pouvoir et le savoir. Développée notamment à partir des textes de Foucault[1], elle nomme un espace institutionnel qui fonctionne sur le modèle de machines à faire voir et à faire parler. De manière générale, cette notion inclut des pratiques discursives et non discursives qui peuvent être conformes à un ensemble d’institutions, de dispositions architecturales, d’énoncés scientifiques, de propositions philosophiques, etc. Cependant, la définition du dispositif avancée par Foucault reste hétérogène et difficilement saisissable car elle traverse son œuvre ; c’est pourquoi elle est l’objet de débats ainsi que la source de divers prolongements théoriques[2]. Dans ce numéro, nous voulons interroger le fonctionnement des  dispositifs dans le champ de l’art, leur opérativité stratégique, plus particulièrement, les effets qu’ils induisent dans la manière de percevoir et d’interpréter leur présentation. Quelle est  l’autonomie et/ou l’hétéronomie de l’œuvre vis-à-vis du dispositif ?

Aujourd’hui, on assiste à une transformation considérable des formats de présentations des œuvres : exposition, publications, sites web etc.  Par exemple, l’aspect du design d’exposition est de plus en plus important, au point que le contenu semble presque passer en arrière-plan. Si pendant la période moderne les éléments muséographiques semblaient, en apparence, transparents et neutres ; aujourd’hui, les dispositifs d’exposition prennent des formes inattendues et plus spectaculaires. Ces aspects visuels cherchent à faire ressentir au spectateur une véritable expérience esthétique. Nous voulons nous interroger sur ces nouveaux dispositifs de présentation de l’œuvre [nouvelles formes de chorégraphie spatiale ou de décor de théâtre] et sur leur capacité à affecter le spectateur.

Les artistes contemporains prennent en compte les effets scénographiques et de décor de l’exposition. Aujourd’hui, l’aspect de l’exposition est une matière avec laquelle l’artiste  produit. Ces aspects peuvent apparaitre à travers la monumentalité de l’œuvre, la complexité de la mise en scène de l’exposition ou la forme pluridisciplinaire ou plurisensorielle de l’installation. Pour autant, peut-on dire que ces dispositifs expositionnels uniformisent la présentation des œuvres ? Imposent-ils une norme artistique ou bien sont-ils un nouvel outil créatif pour les artistes ? Ces dispositifs sont-ils atemporels ou bien correspondent-ils à des périodes particulières de l’histoire ?

Cette transformation de l’art oblige aussi les institutions à repenser les lieux qui doivent s’adapter aux nouvelles formes d’œuvres et de présentations. Ainsi, les lieux de l’art (musées, centres d’art, galeries, etc.) deviennent autant d’architectures plastiques parfois spectaculaires, dont les espaces s’hybrident entre white cube, black box, workshop, plateforme participative, etc. Jusqu’à quel point ces dispositifs formels correspondent-ils aux besoins de la production artistique actuelle ? Dans quelle mesure les dispositifs architecturaux imposent-ils la forme que doivent prendre les pratiques artistiques ?

De plus, le développement des smartphones, iPad…, amène les institutions à repenser leur médiation culturelle à travers des dispositifs technologiques. Comment les institutions tirent-elles partie de tels dispositifs pour promouvoir leurs expositions ? Et s’en servent-elles uniquement comme d’outils de médiation ? La médiation, au sens général, peut-elle être vue comme un ensemble de dispositifs de capture du spectateur ? Cette utilisation des dispositifs technologiques déforme-t-elle le regard du spectateur par rapport à l’œuvre ?

Certains agencements institutionnels et/ou discours des acteurs du champ artistique (commissaires, critiques d’art, historiens de l’art etc.) participent aussi de la mise en œuvre  du dispositif. À travers ces discours et/ou agencements, il s’agit de dominer la perception et l’interprétation grâce à la croyance en une matérialité du discours comme une chose prononcée ou écrite. Quels impacts a ces discours sur la réception des œuvres auprès des spectateurs par exemple ? Cela nous amène à penser aussi l’analyse des traces discursives comme des formes du dispositif.

Axes de réflexion :

– On peut citer dans ce questionnement les pratiques des artistes : Franz Ackermann, Ryan Gander, Philippe Parreno, Rosemarie Trockel, Paul McCarthey, Erick Van Lieshout, Pierre Huyghe, Manfred Pernice, Jorge Pardo, Gregor Schneider,  Mike Kelley, Tobias Rehberger…

– Le dispositif technologique comme outils de médiation

– Le dispositif, une fin et/ou un moyen stratégique de présentation des œuvres ?

– Le display d’exposition ou la mise en œuvre de l’exposition

– Les relations entre l’architecture muséale et le dispositif

– Le rôle du commissaire ou du scénographe dans la mise en place du dispositif visuel de l’exposition.

– Des autres modes de présentation de l’œuvre (publication, web) et leurs fonctions de dispositif.

– Dans quelle mesure, la présentation virtuelle dans le web change-t-elle notre perception de l’œuvre ?

– La place du spectateur au sein du dispositif ; le rôle du spectateur dans la construction du regard sur l’exposition à travers les dispositifs technologiques

– Les pratiques discursives de l’art comme  des formes du dispositif.

Les propositions devront nous parvenir sous forme d’une problématique résumée (5.000 signes maximum, espaces et notes compris) avant le 20/12/2013 par courriel  à Angelica Gonzalez (angelikvas@hotmail.com) et  à Cindy Théodore (theodore.c.c@gmail.com). Les textes sélectionnés (en double aveugle) feront l’objet d’une journée d’étude à l’INHA le 22/02/2014. Le texte des propositions retenues devra nous parvenir le 14/02/2014 (40.000 signes maximum espaces compris).

Certaines des contributions seront retenues pour la publication du numéro 20 de Marges. La revue Marges (éditions des Presses Universitaires de Vincennes) fait prioritairement appel aux jeunes chercheurs des disciplines susceptibles d’être concernées  ̶  esthétique, arts plastiques, philosophie, design, architecture, sociologie, histoire de l’art, sciences de la communication, médiation culturelle …


[1] Le mot est employé pour la première fois par Michel Foucault pendant ses séminaires au Collège de France en 1978. Michel Foucault, Sécurité, territoire, population, Paris, Gallimard, 2004.

[2] Entre autres : Hubert L. Dreyfus et Paul Rabinow, Gilles Deleuze, Jean-François Lyotard, Gilles Deleuze, Giorgio Agamben.

Appel à communication : « L’objet de l’exposition : l’architecture exposée #2 »

Vendredi 11 avril 2014 

à l’Université François-Rabelais de Tours

Date limite pour le dépôt des propositions : 13 janvier 2014

Présentation

Cette journée d’étude s’inscrit dans le cadre du séminaire « L’objet de l’exposition », qui réunit les étudiants de l’option « Médiation culturelle et Pratiques de l’exposition » du master en histoire de l’art de l’Université de Tours et de master Art de l’Ecole Nationale Supérieure d’Art de Bourges. Elle bénéficie du soutien du laboratoire InTRu (EA 6301).

« L’objet de l’exposition » porte une réflexion sur l’exposition comprise en tant qu’objet d’étude à part entière. Celle-ci n’est pas seulement envisagée comme un matériau privilégié de l’histoire de l’art ou de la muséologie, mais comme une pratique qui est, par essence, aux croisements de différentes disciplines et qui génère donc des questionnements qui lui sont propres. Au regard de son histoire, qui l’a vue s’affirmer de plus en plus comme une pratique discursive avec ses méthodes, sa grammaire –  jusqu’à donner à son créateur le statut d’auteur (le curateur) – l’exposition est considérée comme un objet complexe et questionnée à travers toutes ses composantes, de sa production à sa réception. Dans ce but, le séminaire cherche à croiser les points de vue en sollicitant des chercheurs, des commissaires d’exposition, des responsables d’institutions culturelles, des scénographes, des artistes…

Chaque année, le séminaire se propose d’aborder ce vaste champ de recherche à travers le choix d’une thématique particulière, reprise lors d’une journée d’étude qui clôture le cycle. Pour une seconde année, c’est « l’architecture exposée » qui est étudiée, en partenariat avec le Fonds Régional d’Art Contemporain de la région Centre et le Centre de Création Contemporaine de Tours.

Programme du séminaire 2012/2013

Programme de la première journée d’étude du 3 mai 2013  

Programme du séminaire 2013/2014 :

  • 17 octobre 2013 – 10h-13h – Université François-Rabelais, Tours

Delphine Désert (architecte, Ecole Nationale Supérieure d’Architecture de Paris-Bellevile et de Marseille) : « Les dispositifs expographiques de l’architecture »

  • 7 novembre 2013 – 14h-17h – Université François-Rabelais, Tours

Eric Monin (architecte, maître-assistant titulaire HDR, Ecole Nationale Supérieure d’Architecture et de Paysage de Lille) : « L’architecture surexposée ou les monuments à l’épreuve des faisceaux lumineux »

  • 28 novembre 2013 – 16h30-18h – La Box, ENSA Bourges

Rencontre autour de l’exposition « Les Organisations d’espaces de Jean-Michel Sanejouand : 1967-1974 » (commissariat : Frédéric Herbin)

  • 5 décembre 2013 – 14h-17h30 – Les Turbulences – FRAC Centre, Orléans

Journée d’étude « Comment exposer l’architecture : des Radicaux à l’architecture computationnelle »

Rencontre autour des expositions ArchiLab 2013 « Naturaliser l’architecture » et « Architectures expérimentales » avec : Laurence Fontaine, scénographe des expositions, Emmanuelle Chiappone-Piriou, assistante au commissariat pour Archilab 2013 et chargée de programmation aux Turbulences – Frac Centre, Ludovic Lalauze, directeur technique aux Turbulences – Frac Centre.

  • 23 janvier 2014 – 9h30-12h30 – ENSA Bourges

Roula Matar-Perret (architecte, Ecole Nationale Supérieure d’Architecture de Paris La Villette) : « Comment s’expose l’archè-tecture dans l’œuvre de Gordon Matta-Clark ? » Continuer la lecture de Appel à communication : « L’objet de l’exposition : l’architecture exposée #2 » 

International symposium « Exhibitions’ histories » : call for papers.

LABEX Arts-H2H, University of Paris 8 – Centre Pompidou

February, 6th, 7th, 8th, 2014

The project “History of Exhibitions in 20th Century”, initiated in 2011, seeks to provide a critical and interdisciplinary reflection on the phenomenon of exhibitions in our time.

This project, led by two research teams of the University of Paris 8 and by the Centre Pompidou, consisted initially in the elaboration of various principles regarding the collecting and archiving of information about exhibitions, in order to produce a catalogue raisonné of Centre Pompidou’s exhibitions. This first phase was mostly about the complexity of exhibition processes. Among other things, questions were raised about the choice of objects, access to information, selection and display of information… Writing about exhibitions —trying to tell their (hi)story— means indeed taking into account the plurality of their determinations. In December 2012, a symposium gave the opportunity to discuss the goals of the constitution of an open archive of exhibitions —for the Centre Pompidou as well as for other museums or the academic world.

The second phase of this project takes further the same questions and extends them along wider fields of research —art history, esthetics, museology, history of cultural policies… The catalogue raisonné led to questions regarding the archival of exhibitions, their actors, the access to information… Februar 2014 conference will seek to open new perspectives, both narrower and wider. They are narrower as far as some very specific exhibitions will be examined in their own singularity. They are also wider, to the extent that one wo n’t be limited to the exhibitions of Centre Pompidou. Other questions will be taken into account: about what an exhibition is nowadays —here and elsewhere— in relation to a history that should also be questioned —and through the emergence of what one could call an exhibition-system.

The following themes will be proposed :

Continuer la lecture de International symposium « Exhibitions’ histories » : call for papers. 

Stéphanie Rivoire

Conservatrice des Archives - Bibliothèque Kandinsky - MNAM/CCI Chargée de projet Catalogue raisonné des expositions au Centre Pompidou

More Posts

Follow Me:
Twitter

Colloque international « Histoires d’expositions » : appel à contributions

Organisation : LABEX Arts-H2H, Université Paris 8, Centre Pompidou Dates : 6, 7, 8 février 2014 Lieux

  • Centre Pompidou, Paris
  • Université Paris 8, Saint-Denis
  • INHA (Institut national d’histoire de l’art), Paris

Initié en 2011, le projet « Histoire des expositions au 20e siècle », développé dans le cadre du Labex Arts-H2H, vise à produire une réflexion critique et interdisciplinaire sur le phénomène des expositions à notre époque. Ce projet piloté par deux laboratoires de recherche de l’Université Paris 8 et par le Centre Pompidou a consisté dans un premier temps à mettre en œuvre différents principes de collecte et d’archivage dans le but de créer un catalogue raisonné des  expositions du Centre Pompidou. Cette  première phase a permis de remarquer que le fait de traiter des expositions est une opération complexe : à chaque fois se posent des questions de choix d’objets, d’accès à l’information, d’agencement et de modes de restitution de ces informations. Écrire au sujet des expositions — chercher à en restituer l’histoire notamment — c’est ainsi prendre en compte la pluralité de leurs déterminations. En décembre 2012, une journée d’étude a permis de faire le point sur les enjeux de la constitution d’une archive ouverte de l’exposition à la fois pour une institution telle que le Centre Pompidou et pour le monde des musées ou de la recherche. La deuxième phase du projet prolonge les mêmes questions et les étend à des domaines et méthodes d’investigation plus larges — histoire de l’art, esthétique, muséologie, histoire des politiques culturelles… Le catalogue raisonné avait permis de faire émerger des questions touchant à l’archivage des expositions, à l’accès aux informations les concernant, à leurs acteurs. Le colloque de février 2014 propose, quant à lui, des perspectives à la fois plus étroites et plus étendues. Plus étroites, en ce que des exemples concrets d’expositions seront présentés dans leur sin gularité propre ; plus étendues, en ce qu’il ne s’agira pas de se contenter de l’exemple des expositions du Centre Pompidou mais de rendre compte de ce qu’est l’exposition à la fois à notre époque — ici ou ailleurs — et dans une historicité qu’il s’agira de questionner — notamment au travers de l’émergence de ce que l’on pourrait nommer un système de l’exposition (expo-système) . Les axes proposés sont les suivants : Continuer la lecture de Colloque international « Histoires d’expositions » : appel à contributions 

Stéphanie Rivoire

Conservatrice des Archives - Bibliothèque Kandinsky - MNAM/CCI Chargée de projet Catalogue raisonné des expositions au Centre Pompidou

More Posts

Follow Me:
Twitter