Labex CAP

Le Laboratoire d’Excellence Création, Arts et Patrimoines (acronyme « CAP »), élaboré sous la direction de Philippe Dagen, Professeur d’histoire de l’art contemporain à l’université Paris 1 Panthéon-Sorbonne et directeur de l’Equipe d’Accueil HiCSA (EA 4100), en collaboration avec neuf partenaires du PRES héSam et six établissements sous tutelle du Ministère de la Culture, fait partie des projets retenus par le gouvernement français dans le but de soutenir et amplifier le rôle et la visibilité internationale des meilleurs laboratoires de recherche du pays.

Projet de recherche

En 2011, le Labex CAP (PRES HESAM) a ouvert  huit contrats post-doctoraux.

Le projet de recherche postdoctoral de Remi Parcollet, intitulé : « Les expositions, vecteurs de patrimonialisation de l’art contemporain », est en adéquation avec la thématique du programme 3 du Labex CAP, « Patrimoines et patrimonialisations « . Il recoupe également des objets d’études développés par les programmes 4 « Enjeux actuels de la création et du patrimoine »et 5 « Prospectives ».

Il s’insère dans les thématiques de « L’équipe HiCSA/CIRHAC, en liaison avec le Centre
Pompidou (MNAM, Bibliothèque Kandinsky) dont la mission est d’interroger « au sein de
l’espace contemporain, les processus de patrimonialisation ».

La documentation des collections muséales est maintenant pratique courante, voire
indispensable. Un catalogue raisonné d’exposition est un principe encore nouveau mais
certainement appelé à se développer. L’une des raisons majeures en est que l’exposition
fait, depuis une vingtaine d’année, l’objet de nombreuses analyses critiques, théoriques
et historiques. Ces analyses ont conduit notamment à dresser l’inventaire des expositions
significatives de la modernité. L’histoire de l’art de la seconde moitié du XXe siècle se
formule peu à peu comme une histoire des expositions. L’acte d’exposer est ainsi désormais un objet d’étude évident, faisant régulièrement l’objet de débats ; et sous la pression de ces débats, il est en constante évolution.

En conséquence l’institution muséale, mais aussi le parcours des conservateurs et des
commissaires d’expositions indépendants qui ont marqué l’histoire des expositions,
deviennent également de nouveaux objets d’études. Et sous la pression de ces nouveaux
regards, il ne s’agit plus seulement pour le musée de documenter ses collections mais de
cataloguer les expositions, c’est à dire de ne plus considérer l’œuvre d’art comme autonome mais au travers de ses différentes mises en exposition, des relations qu’elle a développées avec d’autres œuvres, d’autres contextes, de sa polysémie au sein de différents gestes curatoriaux et des différentes interprétations qu’elle a engendrées.

Réflexion sur le catalogue raisonné des expositions du Centre Pompidou.

Au cours de l’année 2011 a été établi en concertation avec le Cercle de réflexion sur
l’histoire des expositions, la méthodologie et la structure du catalogue raisonné. Une base de données spécifique, mise en place (en concertation avec le Centre Pompidou Virtuel), permettra le recensement, l’inventaire et l’identification des photographies documentant les expositions. En parallèle un travail symétrique sera réalisé sur les autres fonds. Le dialogue, déjà entamé, avec les photographes impliqués sera enrichi et poursuivi. Les stratégies d’autres acteurs comme les conservateurs et les commissaires d’exposition sera interrogée en vis à vis de cette documentation photographique. Les images rassemblées seront dotées de différents statuts dans la perspective de leur exploitation. La question des droits d’auteurs sera soigneusement examinée selon les différents fonds. Enfin les enjeux économique et politique que portent ces photographies feront l’objet d’une analyse théorique.

A partir de ces démarches plusieurs publications sont envisagées pour porter un débat sur la production, les usages, le rôle et la réception de ces images.

Une conférence le 20 juin 2012 au Centre Pompidou a été l’occasion d’interroger avec
Daniel Buren la nature et la fonction de ses archives photographiques (les photos-
souvenirs), d’évoquer la mise en place à partir de 2010 de son catalogue raisonné en
ligne, mais aussi les enjeux et les conséquences de la photographie d’œuvre en situation
d’exposition. Il est apparu que ce fonds photographique est autant un témoignage qu’un
univers de référence et donc un outil au service de la pratique artistique.

Cette réflexion sur les enjeux de la photographie, non comme finalité mais comme
processus, va être poursuivie dans le cadre d’une séance du séminaire collectif des post-
doctorants du LABEX CAP « Construction sociopolitique des patrimoines : contextes,
acteurs, processus », qui se déroulera en octobre 2012 à la Bibliothèque Kandinsky, avec
des artistes émergents qui travaillent sur la notion d’archive à la manière d’iconographes.
L’ambition de cette première séance du séminaire est d’observer puis d’analyser à quel
point le processus de patrimonialisation est à la fois réinterprété et remis en cause par une nouvelle génération d’artistes.

En complément, l’organisation d’un colloque à l’automne 2013 à l’INHA et au Centre
Pompidou réunissant autour de ces questions différents responsables d’archives
d’expositions aura pour objectif d’identifier les causes, les enjeux et les mécanismes du
processus de patrimonialisation de l’exposition et des oeuvres exposées par la photographie.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *