Archives mensuelles : janvier 2015

Le peuple qui manque : Au delà de l’effet Magiciens

Après l’exposition Magiciens de la terre : retour sur une exposition légendaire et l’Université d’été consacrée à l’exposition de 1989, voici une nouvelle occasion de se questionner sur la place de cette exposition et sur ses suites :

Au delà de l’effet Magiciens

6 – 7 – 8 février 2015
Fondation Gulbenkian
(le ven. 6)
& Laboratoires d’Aubervilliers
(le sam. 7 et le dim. 8)

Symposium-performance
f(r)ictions diplomatiques #1

Une géographie globale de l’art s’est imposée depuis la fin des années 1980. Une scénographie diplomatique imagine durant trois jours, d’autres géographies possibles de l’art.

Voir le programme détaillé

"Untitled map drawing" (2009, ink on paper, 50 x 60 cm) by Landon Mackenzie

Avec Kader Attia (artiste), Joaquin Barriendos (théoricien de l’art), Romain Bertrand (historien), Tania Bruguera* (artiste), Fernando Bryce (artiste), Gustavo Buntinx (historien de l’art, curateur), Pascale Casanova (théoricienne de la littérature), Eder Castillo (artiste), Emmanuelle Chérel (historienne de l’art), Cesar Cornejo (artiste), Jérôme David (théoricien de la littérature), Charles Esche (curateur, théoricien), Olivier Hadouchi (historien du cinéma), Kiluanji Kia Henda* (artiste), Maria Hlavajova (directrice artistique BAK), Eduardo Jorge (écrivain), Mathieu Kleyebe Abonnenc (artiste), Kapwani Kiwanga (artiste), Pedro Lasch (artiste), Olivier Marboeuf (directeur artistique de Khiasma), Vincent Message (essayiste, romancier), Yves Mintoogue (doctorant en sciences politiques), Jean-Claude Moineau* (théoricien de l’art), Julia Morandeira Arrizabalaga (commissaire d’exposition), Malick N’Diaye (historien de l’art), Vincent Normand (auteur, commissaire d’expositions), Olu Oguibe (artiste), John Peffer (théoricien de l’art), Estefanía Peñafiel Loaiza (artiste), Revue Afrikadaa (Pascale Obolo, Louisa Babari), David Ruffel (directeur artistique, Masnâa), Lionel Ruffel (théoricien de la littérature), Elena Sorokina (commissaire d’exposition), Ida Soulard (historienne de l’art), Boaventura de Sousa Santos (sociologue), Camille de Toledo (écrivain, artiste), Susana Torres (artiste), Françoise Vergès (politologue), Nicolas Vieillescazes (philosophe).

Commissariat et direction: Aliocha Imhoff & Kantuta Quirós.
Avec le soutien de la Mairie de Paris, de la Région Ile-de-France, de la Fondation Calouste Gulbenkian – Délégation en France, les Laboratoires d’Aubervilliers. Une publication suivra également, soutenue par l’Ecole Nationale Supérieure d’Architecture de Nantes/l’Ecole Nationale Supérieure des Beaux-Arts de Nantes Métropole et les Presses Universitaires de Rennes. Scénographie: Adel Cersaque

Présentation / Informations pratiques
Programme du Ven. 6 fév. 2015
Sam. 7 fév. 2015 / Dim. 8 fév. 2015

Fondation Calouste Gulbenkian
39 Boulevard de la Tour-Maubourg
75007 Paris
Entrée libre

Laboratoires d’Aubervilliers
41 Rue Lécuyer
93300 Aubervilliers
Entrée libre

Programme sous réserve de modifications de dernière minute.
* sous réserve

Carlo Scarpa et ses amis : l’art d’exoposer.

Samedi 24 janvier, de 11h à 18h à l’INHA

CARLO SCARPA & SES AMIS : L’ART D’EXPOSER

scarpa
L’œuvre de Carlo Scarpa, mort en 1978, domine la production architecturale de ce siècle en Italie et au-delà. Elle est une source d’inspiration pour nombre d’artistes, d’architectes, de designers contemporains.
Architecte, auteur d’édifices aujourd’hui mythiques comme la Tombe Brion, designer réputé, il fut aussi un maître dans l’art d’exposer. Qu’il s’agisse de galeries, de « displays » temporaires ou de musées, Scarpa est le plus éclatant parmi ces architectes italiens qui, au XXe siècle, ont révolutionné l’espace et les dispositifs d’exposition. Les espaces qu’il conçut pour l’exposition Mondrian de 1952 ou pour la Biennale de Venise dont il fut, jusqu’en 1972, l’architecte, démontraient son exceptionnelle intelligence de l’art, de sa jouissance et de sa mise en scène. Aujourd’hui le musée de l’Accademia à Venise, la Gypsothèque de Canova à Possagno, le musée Castelvecchio à Vérone ou le palais  Abatellis à Palerme, témoignent de son génie.
La collection « Lectures Maison Rouge » et les éditions JRP Ringier proposent Carlo Scarpa : L’art d’exposer, un livre –dossier qui regroupe, avec les textes de Scarpa qui constituent son « art de l’exposition », les dessins et les photographies de son œuvre muséographique, et le commentaire éclairé de Philippe Duboy, professeur d’histoire de l’architecture et de l’urbanisme à Ecole nationale supérieure d’architecture de Paris -La
Villette, assistant de Scarpa à l’occasion du concours pour le Musée Picasso à Paris et spécialiste de son œuvre. Il présente aussi un choix de textes des contemporains de Scarpa : artistes, conservateurs, historiens de l’art
.Le 24 janvier 2015 une journée d’études internationale rassemblera, à l’Institut national d’Histoire de l’Art, à Paris, à l’invitation de la Maison Rouge et du séminaire international Something you Should Know (EHESS), les Amis de Carlo Scarpa.
Avec ceux qui l’ont connu et ont commenté son œuvre (Marisa Dalai Emiliani, Lucianna Miotto, Philippe Duboy), des artistes de toutes nationalités pour qui l’œuvre de Scarpa est une source de réflexion et d’inspiration : Dominique Gonzalez-Foerster, Dahn Vo, Josiah McElheny, Pierre Leguillon, Koenraad Dedobbeleer, mais aussi des historiens de l’art (Johanne Lamoureux, Lorenzo Benedetti ) et des architectes  (Adrien Gardère, Antoine Stinco, Bernard et Clothilde Barto). La projection de documents filmés ponctuera cette
journée. Le programme sera précisé dans les jours qui viennent.

Stéphanie Rivoire

Conservatrice des Archives - Bibliothèque Kandinsky - MNAM/CCI Chargée de projet Catalogue raisonné des expositions au Centre Pompidou

More Posts

Follow Me:
Twitter