Archives mensuelles : juillet 2013

1992-1993 : La collection se manifeste !

Par Pamela Bianchi

Photographie d’accrochage réalisée lors de « Manifeste. Une histoire parallèle (1960-1990) ». Photographie de Jacques Faujour. Tirage numérique d’après la planche-contact 20.88, n°15 (1993) Fonds Muséographie des expositions temporaires du MNAM, Bibliothèque Kandinsky, MNAM-CCI / Centre Pompidou
Photographie d’accrochage réalisée lors de « Manifeste. Une histoire parallèle (1960-1990) ». Photographie de Jacques Faujour. Tirage numérique d’après la planche-contact 20.88, n°15 (1993) Fonds Muséographie des expositions temporaires du MNAM, Bibliothèque Kandinsky, MNAM-CCI / Centre Pompidou

En 1983, le Van Abbenmuseum de Eindhoven, dirigé à l’époque par Rudi Fusch, présente Summer Display of the Museum’s Collection : il s’agit d’une réorganisation sélective des œuvres de la collection permanente1. Sous l’influence de la récente Documenta 7 que Fusch venait d’organiser, l’accrochage de la collection a été présenté en tant qu’exposition temporaire, à travers une dialectique de présentation qui proposait un dialogue entre œuvres des diverses périodes. La collection fut repensée et proposée avec une organisation à première vue aléatoire, qui en revanche essayait de faire ressortir l’ « identité  » de chaque œuvre grâce à une confrontation et à une mise en espace non-conventionnelle dans l’exposition. En 1984, le même Rudi Fusch organise la première exposition du nouveau Musée d’art contemporain du Castello di RivoliOuverture I, exposition conçue en tant qu’un modèle pour une collection future2. En 1990 Nicholas Serota, directeur à l’époque de la Tate Gallery de Londres, propose « Past, Present, Future » une série d’expositions3 qui, à partir de la collection, cherchaient à la fois de montrer l’état des acquisitions et de renouveler l’accrochage muséal avec un nouveau display spatial.

C’est également à cette époque que les œuvres de la collection du Musée national d’Art Moderne furent repensées et proposées à voir sous la forme d’une exposition temporaire. En continuant, en 1992, Dominique Bozo, Président du Centre Pompidou, choisit Didier Semin pour organiser Manifeste, 30 ans de création en perspective (1960-1990), une exposition à partir des collections du MNAM et CCI, développée sur tous les espaces du Centre. Une sorte d’ « inventaire ou échantillonnage d’un stock dont la mise en forme historique n’est qu’un repérage didactique à usage du grand public4 », qui est suivi, l’année suivante, en 1993, par Manifeste,  Une histoire parallèle (1960-1990) – organisé par Jean-Paul Ameline -, suite thématique et conceptuelle au 5ème étage du Centre Pompidou, qui termine la réflexion entamée autour de la collection permanente et de la muséographie du Centre. Continuer la lecture de 1992-1993 : La collection se manifeste ! 

  1. une reconstitution de la même exposition a eu lieu en 2009 avec le titre « Repetition : Summer display 1983«  []
  2. L’exposition fut le prétexte pour jeter les bases pour la future collection du musée, empruntée sur l’art contemporain. Ouverture II en 1986-1987 fut la suite conceptuelle []
  3. La première exposition a été inaugurée en janvier 1990, suivie d’une deuxième en octobre et, ensuite, d’une dernière en mars 1991. Voir le catalogue publié pour l’occasion Tate Gallery : an illustrated companion, Londres, Tate Gallery, 1990 []
  4. Jean-Marc Poinsot, « L’art contemporain et le musée « , dans Cahiers du MNAM, n° 42, hiver 1992, p.26-27 []

Africa Remix, l’art contemporain d’un continent

Par Maeva Oussou-Essui

Vue de l’exposition Africa Remix. Identification des oeuvres : El Anatsui – Sasa Gonçalo Matunda- Eiffel Tower Sunday Jack Akpan- Chef de la police Antonio Olé – Townshipwall N°10 Yto Barrada – Grand Royal Turismo Moeshekwa Langa – Collapsing Guides. Photographie de Jean-Claude Planchet. Fonds muséographie des expositions temporaires, Bibliothèque Kandinsky, MNAM-CCI / Centre Pompidou.

Les années 1980 marquent un tournant sur le regard posé sur la création artistique non occidentale et notamment la création africaine contemporaine. A la suite de Magiciens de la terre, on voit se développer une série de manifestations ayant comme objectif de présenter une vision globale de l’art. La Biennale de Venise 1993, dont le commissaire général était Achille Bonita Oliva, défendait l’idée d’une culture sans frontières. En 1993, elle présenta une exposition intitulée Fusion : West African artist at The Venice Biennale, organisée par Susan Vogel et d’abord présentée à New-York au Museum for African Art. A Londres a eu lieu en 1995  Africa 95 la manifestation se présentait sous la forme d’un festival consacré aux arts de l’Afrique dans le domaine des arts plastiques, du théâtre et de la musique. Au cours des années 2000, des commissaires vont présenter dans ces manifestations internationales des expositions qui remettent en cause les notions de frontières.   Authentic/Ex-Centric organisé par Salah Hassan et Olu Oguibe à la Biennale de Venise en 2001, et Fault Lines, contemporary African Art and the Shifting Landscapes organisée par Gilane Tawadros en 2003, sont représentatives de ce nouveau modèle d’expositions. Piloté par Okwui Enwezor, la seconde édition de la Biennale de Johannesburg interrogeait la place des périphériques de création au sein d’une géographie mondiale de l’art. C’est dans la ligné de ses expositions que le Centre Pompidou présente en 2005 : Africa Remix, l’art d’un continent. Continuer la lecture de Africa Remix, l’art contemporain d’un continent 

Maeva

Actuellement étudiante en Master 2 Art contemporain et nouveaux médias à l'université Paris VIII Vincennes Saint-Denis.

More Posts

Une exposition de Jean Dethier: « La ville : art et architecture en Europe » (1994)

Par Aurélie Massie

Le projet d’exposition « La ville : art et architecture en Europe » est né d’une proposition initiale de Jean DETHIER approuvée comme telle par Dominique BOZO (alors directeur du MNAM-CCI), ultérieurement élargie à un double commissariat général incluant Alain GUIHEUX, puis à un partenariat de co-production avec le Centre de Culture Contemporaine de Barcelone (CCCB) fondé par le philosophe Josep RAMONEDA qu’il inaugure à Barcelone en 1994. Cette ambitieuse exposition – ainsi que le vaste programme d’évènements qui l’accompagnait (sous l’appellation « Metropolis ») dans l’ensemble des départements et lieux du Centre Pompidou – avait alors pour objectif de prolonger; et même de régénérer, la plus emblématique spécificité stratégique que l’institution avait initiée avec grand succès dès son inauguration en 1977, puis pourtant progressivement abandonnée : la production et la mise en scène de grandes expositions et programmations interdisciplinaires capables de fédérer de multiples domaines et facettes de la création culturelle et artistique à travers l’ensemble des chemins de la Modernité, tant en France qu’à l’étranger. La ville moderne et la civilisation urbaine contemporaine assurant de toute évidence un exemple majeur et complexe d’une telle transversalité interdisciplinaire, Jean DETHIER (architecte-conseil du Centre Pompidou depuis 1975 et auteur en 1984 de l’exposition « Images et imaginaires d’architecture » elle aussi présentée avec succès dans la Grande Galerie) a initialement conçu ce projet pluriel afin de pouvoir notamment y intégrer un domaine jusque là pas ou trop peu traité dans les musées : les atouts et enjeux de la ville et de l’urbanisme moderne. Cette approche de la cité perçue à travers les créativités des architectes a été d’emblée – dès l’origine du projet – complétée par une démarche exploratoire complémentaire : la perception et la représentation de la ville moderne par tous les artistes qui ont été fascinés par sa dynamique métropolitaine. Continuer la lecture de Une exposition de Jean Dethier: « La ville : art et architecture en Europe » (1994) 

Aurélie

M2 Médiation culturelle, patrimoine et numérique. Université Paris X Stage de mars à juillet 2013: Catalogue raisonné des expositions du Centre Pompidou et numérisation associée: cas des expositions de Jean Dethier. Expositions traitées: "Architectures marginales aux Etats-Unis" "Le temps des gares" "Des architectures de terre" "Images et imaginaires d'architecture" "Châteaux-Bordeaux" "La ville: art et architecture en Europe" "Living bridges"

More Posts