Archives mensuelles : juin 2013

International symposium « Exhibitions’ histories » : call for papers.

LABEX Arts-H2H, University of Paris 8 – Centre Pompidou

February, 6th, 7th, 8th, 2014

The project “History of Exhibitions in 20th Century”, initiated in 2011, seeks to provide a critical and interdisciplinary reflection on the phenomenon of exhibitions in our time.

This project, led by two research teams of the University of Paris 8 and by the Centre Pompidou, consisted initially in the elaboration of various principles regarding the collecting and archiving of information about exhibitions, in order to produce a catalogue raisonné of Centre Pompidou’s exhibitions. This first phase was mostly about the complexity of exhibition processes. Among other things, questions were raised about the choice of objects, access to information, selection and display of information… Writing about exhibitions —trying to tell their (hi)story— means indeed taking into account the plurality of their determinations. In December 2012, a symposium gave the opportunity to discuss the goals of the constitution of an open archive of exhibitions —for the Centre Pompidou as well as for other museums or the academic world.

The second phase of this project takes further the same questions and extends them along wider fields of research —art history, esthetics, museology, history of cultural policies… The catalogue raisonné led to questions regarding the archival of exhibitions, their actors, the access to information… Februar 2014 conference will seek to open new perspectives, both narrower and wider. They are narrower as far as some very specific exhibitions will be examined in their own singularity. They are also wider, to the extent that one wo n’t be limited to the exhibitions of Centre Pompidou. Other questions will be taken into account: about what an exhibition is nowadays —here and elsewhere— in relation to a history that should also be questioned —and through the emergence of what one could call an exhibition-system.

The following themes will be proposed :

Continuer la lecture de International symposium « Exhibitions’ histories » : call for papers. 

Stéphanie Rivoire

Conservatrice des Archives - Bibliothèque Kandinsky - MNAM/CCI Chargée de projet Catalogue raisonné des expositions au Centre Pompidou

More Posts

Follow Me:
Twitter

Colloque international « Histoires d’expositions » : appel à contributions

Organisation : LABEX Arts-H2H, Université Paris 8, Centre Pompidou Dates : 6, 7, 8 février 2014 Lieux

  • Centre Pompidou, Paris
  • Université Paris 8, Saint-Denis
  • INHA (Institut national d’histoire de l’art), Paris

Initié en 2011, le projet « Histoire des expositions au 20e siècle », développé dans le cadre du Labex Arts-H2H, vise à produire une réflexion critique et interdisciplinaire sur le phénomène des expositions à notre époque. Ce projet piloté par deux laboratoires de recherche de l’Université Paris 8 et par le Centre Pompidou a consisté dans un premier temps à mettre en œuvre différents principes de collecte et d’archivage dans le but de créer un catalogue raisonné des  expositions du Centre Pompidou. Cette  première phase a permis de remarquer que le fait de traiter des expositions est une opération complexe : à chaque fois se posent des questions de choix d’objets, d’accès à l’information, d’agencement et de modes de restitution de ces informations. Écrire au sujet des expositions — chercher à en restituer l’histoire notamment — c’est ainsi prendre en compte la pluralité de leurs déterminations. En décembre 2012, une journée d’étude a permis de faire le point sur les enjeux de la constitution d’une archive ouverte de l’exposition à la fois pour une institution telle que le Centre Pompidou et pour le monde des musées ou de la recherche. La deuxième phase du projet prolonge les mêmes questions et les étend à des domaines et méthodes d’investigation plus larges — histoire de l’art, esthétique, muséologie, histoire des politiques culturelles… Le catalogue raisonné avait permis de faire émerger des questions touchant à l’archivage des expositions, à l’accès aux informations les concernant, à leurs acteurs. Le colloque de février 2014 propose, quant à lui, des perspectives à la fois plus étroites et plus étendues. Plus étroites, en ce que des exemples concrets d’expositions seront présentés dans leur sin gularité propre ; plus étendues, en ce qu’il ne s’agira pas de se contenter de l’exemple des expositions du Centre Pompidou mais de rendre compte de ce qu’est l’exposition à la fois à notre époque — ici ou ailleurs — et dans une historicité qu’il s’agira de questionner — notamment au travers de l’émergence de ce que l’on pourrait nommer un système de l’exposition (expo-système) . Les axes proposés sont les suivants : Continuer la lecture de Colloque international « Histoires d’expositions » : appel à contributions 

Stéphanie Rivoire

Conservatrice des Archives - Bibliothèque Kandinsky - MNAM/CCI Chargée de projet Catalogue raisonné des expositions au Centre Pompidou

More Posts

Follow Me:
Twitter

« Le catalogue raisonné des expositions du Centre Pompidou : vers une archive ouverte de l’exposition” : compte-rendu de la journée d’étude du 4 décembre 2012 (partie 9)

Par Angelica Gonzalez

Carles GUERRA introduit le projet collaboratif MELA (European Museums in an Age of Migrations). Il s’agit d’un programme interdisciplinaire à propos du nouveau rôle du musée dans la définition des nouvelles stratégies pour les musées contemporains et dans un contexte caractérisé par la migration continue des gens et des idées.  Guerra se concentre sur la présentation du programme des expositions récentes et sur la recherche à propos de la collection du musée. Le MACBA est ouvert en 1995  avec l’intégration des archives  composées des catalogues, des plans d’architecture, des documents de travail et d’une bibliothèque publique ainsi que d’un programme d’études qui accompagne l’appui à la programmation. Continuer la lecture de « Le catalogue raisonné des expositions du Centre Pompidou : vers une archive ouverte de l’exposition” : compte-rendu de la journée d’étude du 4 décembre 2012 (partie 9) 

Los Angeles 1955-1985, naissance d’une capitale artistique. Les traces de l’exposition pour le grand public

Catalogue, dossier de presse, dépliant, enregistrement, correspondance… Autant de documents gardés dans les boites d’archives du Centre Pompidou, partiellement numérisés, représentent des traces d’une exposition passée. Répertoriés dans le futur catalogue raisonné, des expositions qui est destiné essentiellement aux chercheurs, ces documents peuvent également être exploitées pour le grand public. Lesquels d’entre eux sont les plus pertinentes pour présenter a posteriori l’exposition au grand public ? Lesquels d’entre eux peut-on mettre sur le site internet du Centre Pompidou afin de donner un aperçu de l’exposition ? Je vous propose d’aller à la chasse aux informations au travers une sélection des documents.

L’affiche présente un paysage urbain pris de l’intérieur d’une voiture. Une vaste route, ponctuée par quelques stations d’essence, des maisons aux toits plats, des billboard et un drapeau américain – s’agirait-il d’un imaginaire collectif attaché aux Etats-Unis ? Le titre précise Los Angeles 1955-1985, naissance d’une capitale artistique.

Première grande exposition dédiée à l’art de la Côte Ouest, elle s’est déroulée à la Galerie 1 du Centre Pompidou, entre le 3 mars et le 7 juillet 2006 – peut-ont lire dans la revue de presse. Quelques articles font le rapprochement avec les expositions passées. Fruit de la collaboration entre Centre Pompidou et les acteurs du monde artistique des Etats-Unis (une liste d’œuvres au dos du catalogue précise les noms des prêteurs), cette exposition s’inscrit dans la lignée des grandes expositions, telles Paris-New York (1977), Paris-Berlin (1978), ou bien Paris-Moscou (1979). On le devine également en regardant l’invitation au vernissage : sur la pochette d’un billet d’avion, un trait rouge relie Paris à Los Angeles.

Le dossier de presse, le catalogue de l’exposition, tout comme le dossier pédagogique renseignent qu’environ 350 œuvres de 85 artistes présentés dans l’exposition ont illustré la mutation de l’art californien entre 1955 et 1985 ; la période choisie représente le moment où la scène artistique californienne délaisse son statut provincial et devient progressivement une scène artistique internationale de premier plan. Le dépliant de l’exposition offre un plan et une présentation synthétique du parcours chronologique au sein de 17 salles thématiques, investies par des peintures, sculptures, installations, photographies, films et vidéos.

L’exposition fut accompagnée d’une riche programmation : des rencontres, mais également des films et des vidéos diffusés dans les salles de cinéma du Centre Pompidou. La liste des événements est accessible dans la programmation du Centre de 2006, ainsi que dans la brochure de la programmation du cinéma (de mars à août 2006). Le catalogue, constitue un complément précieux à l’exposition, car il restitue les mouvements et les œuvres dans leur contexte historique et culturel. Constitué essentiellement de documents, tels articles, extraits de livres, interviews et une frise chronologique, il dépasse une simple trace de l’exposition et incite le lecteur à se plonger dans l’ambiance californienne.

Tout comme le catalogue, la scénographie de l’exposition joue sur l’immersion. Le parcours orthogonal qui croise des axes de vues s’apparentant à des rues, le mobilier en acier brut, les miroirs aux extrémités des axes et les ouvertures sur la ville de Paris ont permis de créer une ambiance urbaine. Certes, on peut l’imaginer en lisant la présentation du parcours dans le dossier de presse, mais serait-il possible de voir à quoi ressemble cette scénographie ? Le reportage muséographique serait un outil parfait afin de recréer un parcours en utilisant les prises de vue des salles. Il est regrettable que dans cette exposition, à l’exception du mobilier, ces éléments n’apparaissent pas sur les photographies des salles. En revanche, on peut visualiser la disposition des œuvres et leur présentation au sein des salles. Dommage également que toute une partie de l’exposition pour laquelle le reportage muséographique est introuvable laisse un vide autour de cinq salles.

S’agissant des traces photographiques, nous n’en possédons aucune qui témoignerait des deux incidents survenus dans l’exposition. Un dossier de presse dédié, mais également une revue de presse étoffée renseignent sur la disparition de deux oeuvres : Untitled Wall Relief de Craig Kauffman (1967) et Untitled de Peter Alexander (1971). Serait-il souhaitable d’illustrer ces événements par la prise de vues des salles montrant des oeuvres brisées ? Certainement c’est une question discutable, si on prend en compte deux points de vue différents : d’une part les questions liées à la confidentialité mais également l’image de l’institution, d’autre part la curiosité du publique.

Au travers quelques documents cités, il est donc possible d’offrir un aperçu, plus ou moins complet, d’une exposition au grand public. La grande partie de ces documents est déjà présente sur le site internet du Centre Pompidou. Il ne reste que d’apporter quelques compléments et des liens pertinents entre les documents pour une recherche approfondie.

« Le catalogue raisonné des expositions du Centre Pompidou : vers une archive ouverte de l’exposition” : compte-rendu de la journée d’étude du 4 décembre 2012 (partie 8)

Par Angelica Gonzalez

Bruce ALTSHULER introduit le problème de comprendre comment les expositions se sont constituées comme un objet de recherche. Ainsi, il commence avec la citation de l’exposition The Armory Show en 1913, une exposition importante pour l’histoire des expositions américaines et bien évidement une exposition très documentée. Il souligne que la manière d’aborder l’analyse de l’exposition était différente à l’époque, car auparavant l’intérêt s’était centré sur l’analyse formelle et sur les monographies des artistes. C’est seulement après qu’on a commencé à inclure les  articulations sociales (les institutions, la critique, etc), et les interactions entre les différents acteurs : les collectionneurs, les conservateurs, les fonctionnaires du musée. La construction de narrations à propos de l’exposition affecte le domaine culturel mais aussi le domaine politique et économique.

Bruce ALTSHULER présente une série d’images d’expositions emblématiques et il  affirme qu’il existe deux raisons de s’intéresser à l’étude de l’exposition : la première en relation au changement de l’histoire de l’art que nous venons de mentionner, la deuxième en relation aux études poststructuralistes, postcoloniales et multiculturelles qui comprennent d’une manière plus large la production, la  distribution et la réception des objets culturels ;  évidemment l’exposition est au cœur de ce système. De plus, on reconnait que dans ce système le commissaire est un acteur essentiel du système de l’art contemporain. C’est pourquoi l’exposition est le centre des études dans les programmes curatoriaux. Continuer la lecture de « Le catalogue raisonné des expositions du Centre Pompidou : vers une archive ouverte de l’exposition” : compte-rendu de la journée d’étude du 4 décembre 2012 (partie 8) 

« Le catalogue raisonné des expositions du Centre Pompidou : vers une archive ouverte de l’exposition” : compte-rendu de la journée d’étude du 4 décembre 2012 (partie 7)

Par Angelica Gonzalez

L’après-midi continue avec la présentation de trois intervenants : Jérôme GLICENSTEIN (Université Paris VIII), Bruce ALTSHULER (Directeur,  Program in Museum Studies, New York University), Carles GUERRA (Conservateur, MACBA   Museu d’art contemporani de Barcelona). Les présentations portent sur la question d’une historiographie de l’histoire des expositions et sur la  problématique des rapports entre la discipline de l’histoire de l’art et l’histoire des expositions. L’après-midi est spécialement marqué par une richesse de références théoriques et par la présentation d’études de cas emblématiques. Les interventions sont centrées sur des questions épistémologiques autour du nouvel champ d’étude de l’histoire des expositions.

Nous présentons ici une synthèse de la conférence de Jérôme GLICENSTEIN : « Une histoire impossible ? Pour une historiographie de l’exposition ». Continuer la lecture de « Le catalogue raisonné des expositions du Centre Pompidou : vers une archive ouverte de l’exposition” : compte-rendu de la journée d’étude du 4 décembre 2012 (partie 7) 

« Le catalogue raisonné des expositions du Centre Pompidou : vers une archive ouverte de l’exposition » : compte-rendu de la journée d’étude du 4 décembre 2012 (partie 4).

Par Léa-Catherine Szacka

La matinée s’est terminée par une intervention de Michelle ELLIGOTT, archiviste au Museum of Modern Art, New York. En introduction de son intervention, intitulée « Displaying Modernism : MoMA’s exhibition archives », M. Elligott raconte qu’alors que le Moma a été fondé en 1929, ses archives n’existent que depuis 1989. Mais, ceci n’est pas surprenant, nous dit-elle, puisque, aux Etats-Unis ce n’est que dans les années 1980 que l’on a commencé à comprendre l’importance des archives pour documenter l’histoire du musée. Une des caractéristiques importante des archives du MoMA est que les 2200 expositions présentées par le musée sont facilement gérables puisqu’elles ont été numérotées de façon systématique depuis 1929.

 Maintenant, dit Elligott, il faut s’interroger sur ce que ces archives révèlent.  Elle poursuit par certaines informations d’ordre historique:

*        L’exposition ‘Modern Exhibition: International Exhibition”, la toute première exposition d’architecture du MoMA a lance, en 1932, la création d’une collection et d’un département d’architecture à l’intérieur du musée.

*        L’archive du MoMA témoigne de la vitalité exceptionnelle du programme d’expositions du MoMA, particulièrement dans les années 1940. Ces archives en disent long sur ce qui s’est passé au MoMA, mais aussi sur la circulation des expositions.

*        À partir de 1933 le musée développe un vaste programme de circulation des expositions. Parfois il ne s’agissait que d’un ensemble de panneaux de documentation qui étaient affichés dans des grands magasins ou dans les écoles. La mission de ces expositions était l’éducation des Américains. Il s’agissait donc d’emmener l’art moderne vers les gens.

*        À partir de 1952, le MoMA met en place un programme international ayant pour but de diffuser le modernisme à travers le monde (par exemple, pendant longtemps, c’est le MoMA qui était responsable de sélectionner les exposants du pavillon américain pour la Biennale de Venise).

*        En 2004, l’archive photographique du MoMA a été transférée aux archives du musée. Il contient plus des dizaines de milliers de photos. Plus de 20 000 photos de vues d’exposition ont été numérisées par art store. On peut y accéder via MADE la base de données interne du MoMA (pour l’instant elles ne sont pas encore en ligne, mais c’est un projet actuellement à l’étude.)

*        En 2004 a été publié le Art in Our Time (une exposition a aussi été organisée)

*        Les archives contiennent aussi de la documentation sur les expositions qui ont été proposées, mais n’ont jamais été réalisées.

Pour terminer, Elligott a parlé d’une chronique sur les archives du MoMA qu’elle tient régulièrement dans un magazine et de la ligne de temps interactive sur l’histoire des expositions du MoMA qu’elle a réalisé.

« Le catalogue raisonné des expositions du Centre Pompidou : vers une archive ouverte de l’exposition » : compte-rendu de la journée d’étude du 4 décembre 2012 (partie 3).

La matinée s’est poursuivie par une intervention de Didier Schulmann, directeur de la bibliothèque Kandisky.  D. Shulmann a débuté son intervention en montrant un extrait vidéo d’une discussion entre Nicolas Serota et Chris Dercon ayant eu lieu au Centre Pompidou, quelques semaines plus tôt.

Nicholas Serota : « Nous nous trouvons dans une institution qui a été pionnière dans les années 1970-1980 en inventer un nouveau type d’expositions. Si je dois penser à une institution qui a réinventé le concept d’exposition, c’est bien le CP à partir de Pontus Hultén jusqu’au présent parce qu’ici on peut voir des expositions à plusieurs échelles différentes (Dali est un exemple ou de petites expositions plus restreintes, des expositions ‘dossier’). Les expositions qui incluaient des documents, des films, des archives, etc. sont des expositions du  futur. »

Chris Dercon : « Ce qui est très intéressant, c’est que les jeunes conservateurs sont ravis d’intégrer dans leurs expositions du matériel secondaire qui renforcent l’idée zero money collecting parce qu’aujourd’hui, il est possible de faire des expositions avec un matériel documentaire et on voit aussi que le nouveau public veut ne seulement voir l’œuvre fétiche, œuvre master pièce. Quand on voit les publications que font les nouveaux conservateurs et la manière comment ils utilisent les images, on voit que les gens ne se contentent pas d’acheter les pièces, mais ils enchainent des documents. Ils enchainent des histoires et ils créent des contextes différents et cela sert à créer des connections. »

Continuer la lecture de « Le catalogue raisonné des expositions du Centre Pompidou : vers une archive ouverte de l’exposition » : compte-rendu de la journée d’étude du 4 décembre 2012 (partie 3). 

« Le catalogue raisonné des expositions du Centre Pompidou : vers une archive ouverte de l’exposition » : compte-rendu de la journée d’étude du 4 décembre 2012 (partie 2).

Par Léa-Catherine Szacka

La journée s’est poursuivie par une intervention de Rémi Parcollet, Post-doctorant au Labex Création, Arts et Patrimoine, qui travaille sur le projet de catalogue raisonné depuis 2011. Selon Parcollet, le meilleur moyen pour décrire une exposition qui a eu lieu dans le passé c’est de regarder les photographie de vues d’expositions (la photographie de vues d’exposition de constituant pas un genre en soi, mais bien une pratique qui emprunte à différents genres). Comme le suggérait plus tôt B. Dufrêne, Il ne s’agit pas d’une reproduction du réel, mais bien d’une interprétation du réel, tributaire du regard du photographe. Cette photo permet de mettre en perspective les œuvres les unes par rapport aux autres. Ainsi, ce ne sont pas les œuvres qu’on photographie, mais bien le travail des commissaires.

Rémi Parcollet enchaîne sur la notion d’archive et la question de la représentation tout en clarifiant que la documentation photographique des expositions du Centre Pompidou est accessible à la Bibliothèque Kandisnky. Il précise qu’un grand projet de numérisation des vues photographiques est en cours et que tout le projet de catalogue raisonné est lié à cette campagne de numérisation. La première tranche (1977-1981) a été numérisée, alors que les photos de vues d’expositions ayant eu lieu après 1981 sont en cours de numérisation.

Puis, R. Parcollet revient sur le fait que ces photographies ne sont pas transparentes, elles ont un auteur. Elles servent à montrer les œuvres les unes par rapport aux autres.  Depuis le début du Centre Pompidou, les photographes sont assez libres pour photographier l’exposition – donc une photographie d’auteur avec un point de vue qui est assumé. R. Parcollet nous apprend que la spécificité du Centre Pompidou a été d’avoir, dès 1972, une équipe de photographes. Pour Parcollet, il est intéressant de comparer les photos aux nombreux films qui ont été faits sur les expositions du Centre Pompidou. Pourtant, ceci pose une question technique importante: comment photographier la vidéo ? Questions techniques qui à son tour appelle une réflexion beaucoup plus théorique.

Continuer la lecture de « Le catalogue raisonné des expositions du Centre Pompidou : vers une archive ouverte de l’exposition » : compte-rendu de la journée d’étude du 4 décembre 2012 (partie 2). 

« Le catalogue raisonné des expositions du Centre Pompidou : vers une archive ouverte de l’exposition » : compte-rendu de la journée d’étude du 4 décembre 2012 (partie 1).

Par Léa-Catherine Szacka

Dans le cadre de son projet de Catalogue raisonné, le Centre Pompidou a organisé une journée d’étude en partenariat avec le Labex H2H le mardi 4 décembre 2012. La matinée, chargée et fort dynamique, fut principalement dédiée à la question de l’écriture de l’histoire des expositions, plus particulièrement sous l’angle de l’archive. Après une brève introduction par Danielle Tartakowsky, Présidente de l’Université Paris 8, et de Catherine Grenier, qui pilote le projet de catalogue raisonné au MNAM-CCI, eu lieu une première intervention intitulée « Qu’est-ce que décrire une exposition ? Les mutations du genre exposition au Centre Pompidou ». Dans cette intervention, Bernadette Dufrêne de l’Université Paris 8 a d’abord voulu expliquer les prémisses de cette journée d’étude :

« Cette journée d’étude croise un projet d’institution avec un projet de recherche initialement plus large, puisque Jérôme Glicenstein et moi avions prévu, dans un premier temps, de constituer un répertoire des expositions les plus importantes du XXe siècle. Donc, à l’origine, il y avait deux problématiques différentes : d’une part, du côté du Centre Pompidou, constituer une mémoire de  l’exposition et, de notre côté, du côté de l’université, constituer la mémoire d’une forme culturelle, l’exposition et ses mutations. Ces deux problématique se trouve aujourd’hui conjuguées en une, que l’on peut résumé ainsi : Qu’est-ce que d’écrire l’histoire des expositions et plus particulièrement l’histoire des expositions d’une institution pilote comme le Centre Pompidou»

Comme le rappel B. Dufrêne, la description d’une exposition n’est pas une copie du réel, mais une interprétation du réel. Afin de permettre cette interprétation du réel, par les chercheurs, le Cercle de réflexion sur l’histoire des expositions a donc mis au point une fiche multi entrées qui fournit des informations sur l’exposition, non seulement comme événement, mais aussi comme une manifestation articulée à toute une série d’autres actions et événements. Cette fiche devra être le plus neutre possible mais permettre de tenir compte des différents types d’expositions. Pour ce qui est de l’aspect plus technique lié au projet de catalogue raisonné, Dufrêne rappelle que l’on se base sur du Web 2.0, le web social afin de s’inscrire dans une économie de la coopération, et sur le Web sémantique.

Continuer la lecture de « Le catalogue raisonné des expositions du Centre Pompidou : vers une archive ouverte de l’exposition » : compte-rendu de la journée d’étude du 4 décembre 2012 (partie 1). 

Lancement de la revue Postdocument #5

Par Rémi Parcollet
 
Depuis 2010, Postdocument est une publication centrée sur la photographie d’œuvres d’art en situation d’exposition, réalisée par Remi Parcollet, Aurélien Mole et Christophe Lemaître. Elle présente une organisation d’images réalisées par des amateurs ou des professionnels accompagnées d’une légende développée. Pour chaque nouvelle revue, la sélection et l’organisation des photographies d’exposition rassemblées est réalisée en regard de l’une des 16 entrées permanentes qui composent les légendes des images publiées dans Postdocument.
 
Pour son 5ème numéro, le premier réalisé en sérigraphie, Postdocument se consacre à l’entrée «Copyright». Le lancement se déroule cette fois-ci chez Castillo/Corrales (Paris) samedi 8 juin, prenant tout à la fois parti des vitrines et du dernier jour de l’exposition en place («The issues of our time»).
 
 
 
Since 2010, Postdocument is a publication focused on exhibition photography, produced by the art historian Remi Parcollet with the artists Aurélien Mole and Christophe Lemaitre. Postdocument always gathers a collection of pictures made by amateurs or professional photographers, each image presented next to an extended caption. For each new issue, the selection and the organization of the gathered exhibition views is realized in connection with one amongst the 16 permanent caption entries.
 
The issue #5 will be presented Saturday June 8th at castillo/corrales (Paris, France), taking advantage both of the project space current exhibition ending the same day («The issues of our time») and its glass windows. The chosen entry this time is «Copyright». This Postdocument #5 is the first one silkscreen printed.
 
 
Lancement//Launch — Samedi 8 Juin//Saturday June 8, 2013
de 18h à 21h // from 6pm til 9pm
 
 
 
 
 
 
Email