Archives mensuelles : mai 2013

La petite histoire derrière la grande

Par Kevin Piyasena

Pontus Hultén en discussion avec l’artiste Peter Bardazzi (à droite : Billy Kluver) à la soirée d’Andy Warhol au profit de l’association : « Experiments in Art and Technology ». (ca. 1979).  Photo : John Bardazzi

Le théâtre, c’est en réalité la genèse de la création.

Cette citation d’Antonin Artaud exprime ce que nous ressentons lorsque nous découvrons les vraies raisons de certaines expositions. Se jouent en coulisses, entre les acteurs des mondes de l’art, de nombreuses petites scènes privées. Des scènes qui éclairent souvent bien mieux les véritables raisons du montage de certaines expositions, que les communiqués de presses ou les catalogues. A n’en pas douter, ces textes officiels cherchent une raison intellectuelle ou scientifique à la mise en avant d’un artiste dans une grande institution comme le Centre Pompidou. Mais plus souvent la petite histoire derrière la grande est faite de rapports humains entre des « officiels de l’art » et des artistes. Malheureusement il est très rare d’entendre ces histoires. Qui sait que Pontus Hulten fut très sensible au détournement des panneaux de signalisation de Gérard Fromanger en 1978, car l’été précédent, il volait dans le secret des nuits turques avec son amie de l’époque les panneaux que les habitants d’une petite île fabriquaient eux-mêmes ? Qui sait que les « Ateliers Aujourd’hui », série d’expositions récurrentes dans les années 1977-1979, qui exposaient des artistes peu connus venant de  province, furent lancés sous la pression des critiques de cette même province, qui voyaient dans l’ouverture du Centre Pompidou en 1977 un énième parisianisme culturel ?

Les textes officiels sont intéressants dans la mesure où ils cautionnent moralement ces rapports humains, mais ils ne peuvent suffire pour la bonne compréhension de la genèse d’une exposition. Je pense qu’il est important de trouver ces petites histoires passionnantes et de les diffuser en même temps que les informations objectives sur chaque exposition. Il est évident qu’elles ne suffisent pas et qu’elles sont très partiales mais ce sont des anecdotes qui j’en suis sûr amèneront le public à être plus concerné par le catalogue raisonné des expositions. En aucun cas nous ne trahirions la confidence de ces propos en les rapportant, ils sont une partie de la vérité : charge à nous d’expliquer clairement les précautions à prendre face à ce type d’information. Notre volonté de rendre accessible au plus grand nombre des informations difficiles à trouver, justifie pleinement que l’institution soit complètement honnête. Le personnel du Centre et les artistes sont humains et les rapports entre eux ont un véritable intérêt. Ils permettent de mieux comprendre comment vit et se construit un centre d’art et de culture. Ce qui va à mon avis dans le sens du catalogue raisonné des expositions.

Conférence de Jean Dethier à l’Ecole d’Architecture Paris-Villette

Dans le cadre du cycle « Les conférences du mardi » de l’Ensa Paris La Villette

Jean Dethier

donnera une conférence intitulée:

Stratégies d’actions pour exposer l’architecture et la ville :
informer, séduire et convaincre les publics, médias et décideurs.
Bilan de 30 ans d’innovations militantes et culturelles au Centre Pompidou

mardi 14 mai 2013 à 18h

à l’Ecole Normale Supérieure d’Architecture Paris LaVillette
144, avenue de Flandres (19e)
Amphi 302

Vue de l'exposition "Architectures de terre : ou l'avenir d'une tradition millénaire" au Centre Pompidou, du 28 octobre 1981 au 1er février 1982. Bibliothèque Kandinsky / MNAM-CCI.
Vue de l’exposition « Architectures de terre : ou l’avenir d’une tradition millénaire » au Centre Pompidou, du 28 octobre 1981 au 1er février 1982. Bibliothèque Kandinsky / MNAM-CCI.

 

Journée d’étude « L’objet de l’exposition : l’architecture exposée »

Journée d’étude organisée par le laboratoire InTRu (Interactions, Transferts, Ruptures artistiques et culturels) et l’École Nationale Supérieure d’Art de Bourges

Vendredi 3 mai 2013

à l’Université François-Rabelais de Tours (Amphi Jacques Roger)

Visuel JE

Cette journée d’étude, s’inscrit dans le cadre du séminaire commun « L’objet de l’exposition » qui réunit des étudiants de master du département d’Histoire de l’art de l’Université François-Rabelais de Tours et de l’ENSA Bourges. Ce séminaire porte une réflexion sur l’exposition comprise en tant qu’objet d’étude à part entière. Celle-ci n’est pas seulement envisagée comme un matériau privilégié de l’histoire de l’art ou de la muséologie, mais comme une pratique qui est, par essence, aux croisements de différentes disciplines et qui génère donc des questionnements qui lui sont propres. Au regard de son histoire, qui l’a vue s’affirmer de plus en plus comme une pratique discursive jusqu’à donner à son créateur le statut d’auteur (le curateur), l’exposition est ainsi considérée comme un objet complexe et questionnée à travers toutes ses composantes, de sa production à sa réception. Dans ce but, le séminaire cherche à croiser les points de vue en sollicitant des chercheurs, des commissaires d’exposition, des responsables d’institutions culturelles ou des artistes.  Continuer la lecture de Journée d’étude « L’objet de l’exposition : l’architecture exposée »