Archives mensuelles : mars 2013

Une halle normande à Beaubourg

Par Angelica Gonzalez

« L’Oeuvre de Marcel Duchamp», 2 Février – 2 mai 1977. Bibliothèque Kandinsky / MNAM-CCI. Photographie : Jacques Faujour.

L’élément qui probablement attire le plus l’attention quand on regarde les diverses prises de vue de  l’exposition L’Oeuvre de Marcel Duchamp au Centre Georges Pompidou en 1977 est la grande halle normande. Cette forme architecturale, construite en bois, avait pour objectif de présenter une série de photos de dessins réalisés par l’artiste André RAFFRAY, représentant 12 moments de la vie de M. DUCHAMP ; elle avait aussi pour but de constituer pendant la durée de l’exposition un atelier permettant de se rapprocher de la vie et œuvre d’un artiste français qui à l’époque restait mal connu en France. Selon une lettre conservée aux archives du Centre Pompidou1 , ce dispositif était une initiative des commissaires d’exposition Ulf LINDE et de Jean CLAIR et devait s’installer à l’extérieur de la manifestation. Il s’agissait d’un espace pour réaliser diverses activités de médiation : « Cet atelier nous semble correspondre exactement au type d’animation que nous souhaitons entreprendre autour de l’exposition et aux liens que nous souhaitons développer avec les milieux scolaires et, évidemment, universitaires ».2 Continuer la lecture de Une halle normande à Beaubourg 

  1. Lettre de Pontus Hultén directeur du Musée National d’art moderne à M. Blaise Gautier responsable du service de coordination des manifestations et de gestion des espaces communs. Paris, le 22 décembre 1976. Cote archives : 92022/076 []
  2. Ibid. []

Programme du colloque « Ce qu’exposer veut dire »

RENCONTRES EUROPEENNES DU PATRIMOINE – 2013

« Ce qu’exposer veut dire »

25 et 26 avril 2013

Auditorium de la Galerie Colbert,  INHA

Vue de l'exposition "1917" au Centre Pompidou Metz. Scénographie : Didier Blin. Photographie : Rémi Villaggi
Centre Pompidou-Metz /Scénographie Didier Blin /Photographie Rémi Villaggi 

 

Placée sous la direction de Philippe DAGEN, la rencontre, ouverte au plus large public et destinée aussi à tous les élèves conservateurs en formation, a pour ambition de présenter les différentes problématiques qu’implique le projet d’exposition depuis la conception jusqu’à l’ouverture au public, à travers l’exemple d’expositions emblématiques de l’année 2012 (telles Caravage et le caravagisme, 1917, Bertrand Lavier, depuis 1969). 

 

 

Expositions beaux arts, d’archéologie ou d’archives, chaque exemple sera l’occasion de faire intervenir les différents acteurs qui travaillent à l’élaboration de ces manifestations artistiques ou scientifiques et d’aborder des thématiques aussi diverses que l’historiographie, la politique de prêts, les coproductions, la scénographie, la régie, l’éclairage, la diffusion et la médiation.

Ces rencontres consacrées aux expositions deviendront un rendez-vous annuel au printemps à l’Institut national du patrimoine. Continuer la lecture de Programme du colloque « Ce qu’exposer veut dire » 

Les archives du Centre Pompidou : des kilomètres de mémoire vive

Par Jean-Philippe Bonilli

Magasins du service des archives du Centre Pompidou. Photographie : Jean-Philippe Bonilli
Magasins du service des archives du Centre Pompidou. Photographie : Jean-Philippe Bonilli
  • Quelles sont les missions du pôle archives au sein du Centre Pompidou ?

Le pôle archives est en charge de la collecte, du traitement, de l’indexation, de la conservation et de la communication des archives produites par les agents du Centre dans le cadre de leur activité.

  •  Qu’est-ce que les archives produites par les agents du Centre Pompidou dans le cadre de leur activité ?

Selon le livre II du code du patrimoine « Les archi­ves sont l’ensem­ble des docu­ments, quels que soient leur date, leur forme et leur sup­port maté­riel, pro­duits ou reçus par toute per­sonne phy­si­que ou morale, et par tout ser­vice ou orga­nisme public ou privé dans l’exer­cice de leur acti­vité ».

Ce qui signifie qu’un document est archive dès sa création ou sa réception dans un dossier. L’archivage concerne donc les dossiers papier, les photographies, les films, les bandes sonores, les plans, les calques, les affiches, mais aussi les méls, les bases de données, les données bureautiques, et le web.

Dans ce cadre, le pôle archives conserve donc des dossiers de fonctionnement général de l’établissement, de préparation des manifestations (dont les expositions), de gestion des collections etc.

Continuer la lecture de Les archives du Centre Pompidou : des kilomètres de mémoire vive 

jeanphilippebonilli

Responsable du pôle archives du Centre Pompidou au sein de la Direction juridique et financière. Diplômé en histoire de l'Université François Rabelais de Tours. Diplômé en archivistique de l'Université de Haute Alsace.

More Posts

Compte-rendu de séminaire : « Valeurs de l’écrit : collectionner, exposer, commercer, restaurer »

Par Clémence IMBERT

Béatrice FRAENKEL, anthropologue de l’écriture à l’EHESS, anime cette année, en collaboration avec d’autres chercheurs, un séminaire intitulé « Valeurs de l’écrit ». Ce séminaire prend la forme de quatre journées d’études sur les thèmes suivants : collectionner, exposer, commercer, restaurer. 

Compte-rendu de la 2ème séance du séminaire : « Exposer », qui s’est déroulée à l’EHESS le 25 janvier 2013

Programme des interventions (Patricia FALGUIERES était absente.)

Les différentes intervention de la journée ont permis de couvrir un large panorama de situations d’exposition de l’écrit : exposition d’objets archéologiques témoignant des premières écritures (B. FRAENKEL), de peinture-écriture ou œuvres d’art à dimension scripturale (M. GHERGHESCU), de documents et textes à contenu géopolitique (F. LEIBOVICI), de livres, de revues, de manuscrits d’artistes (D. SCHULMANN), d’archives, de presse et de documents d’histoire contemporaine (V. TESNIERE).

Toutes ces interventions interrogent la « valeur d’exposition » de l’écrit. Comment un texte (ou plus largement un écrit), médium transitif, qui tire avant tout sa valeur de son contenu informatif, peut-il faire l’objet d’un regard intransitif comme celui que suppose son exposition ?

Continuer la lecture de Compte-rendu de séminaire : « Valeurs de l’écrit : collectionner, exposer, commercer, restaurer » 

Premier rendez-vous des contributeurs du catalogue raisonné des expositions

Mardi 19 mars à 15h
dans la salle des archives de la bibliothèque Kandinsky, Centre Pompidou, 3ème étage.
Dans le cadre du programme Histoire des expositions, un projet de catalogue raisonné des expositions a été proposé par plusieurs partenaires universitaires (Labex Arts H2H et Labex CAP principalement). Ce projet a pour objet d’établir pour les expositions du Centre une fiche descriptive et un recensement des sources documentant l’exposition décrite, que ces ressources soient disponibles au sein du Centre mais aussi à l’extérieur auprès des commissaires ou des artistes par exemple. L’an dernier, plusieurs étudiants et jeunes chercheurs ont entamé le travail sur une première série d’expositions, permettant de réfléchir aux modalités de description d’une exposition ainsi qu’au mode de référencement des sources.
Ce carnet de recherche permet aux contributeurs qui le souhaitent de proposer une note de lecture, un billet concernant une exposition, un compte-rendu de séminaire ou journée d’étude, une transcription d’entretien etc… Cette année, le projet s’étoffe avec de nouveaux contributeurs, certains d’entre vous en font partie, d’autres ont marqué leur intérêt à diverses occasions ces derniers mois.
Aussi nous vous proposons une série de rencontres des contributeurs afin d’échanger sur des questions méthodologiques, de mettre mettre en commun l’avancement de vos travaux et de vous renseigner si vous souhaitez participer à ce projet.
Le premier rendez-vous des contributeurs se tiendra mardi 19 mars à 15h en salle de réserve de la Bibliothèque Kandinsky. 
Pour celles et ceux qui sont extérieurs au Centre Pompidou, le mardi étant un jour de fermeture, nous vous donnons rendez-vous à l’entrée du personnel à l’angle de la rue Saint-Merri et de la rue du Renard à 14h50. Merci de nous prévenir de votre venue par retour de mail : histoire.expositions@centrepompidou.fr

Sonia Descamps

Archiviste en charge de la normalisation et de l'administration de la base de données Secteur archives et documentation Centre Pompidou, Bibliothèque Kandinsky / MNAM-CCI

More Posts

Les catalogues raisonnés de Marcel Duchamp : vie ou œuvre ?

Par Angelica Gonzalez

Du point de vue formel, certaines expositions monographiques d’artiste sont semblables à la production d’un catalogue raisonné qui commence avec les premiers travaux de l’artiste en exposant la genèse de ses œuvres et ses influences, qui se poursuit avec sa maturité et s’achève avec les périodes de la fin de sa carrière ; il y a une consonance avec le cours d’une vie : naissance, jeunesse, maturité, décrépitude et mort. De manière illustrative dans la présentation du catalogue de l’exposition L’Oeuvre de Marcel Duchamp, Jean CLAIR énonce : « Ce catalogue raisonné de l’œuvre de Marcel DUCHAMP, à défaut de couvrir la totalité de sa production, offre le choix le plus large qu’on ait pu concevoir dans le cadre d’une rétrospective. Parcourant l’ensemble de sa démarche, des tous premiers dessins de 1902 jusqu’aux dernières œuvres de 1968, il a été conçu comme une lecture suivie d’œuvre en œuvre, destinée à guider le simple amateur, mais aussi, nous l’espérons, à apporter des précisions à un public averti[1] ».

Notons que l’idée principale de l’exposition monographique est fortement liée à l’idée de lecture, telle qu’elle apparaît de manière conventionnelle comme succession d’un mot enchaîné à un autre mot, c’est-à-dire la production d’une lecture qui correspond aussi à l’idée du catalogue raisonné : les yeux passent d’une image à l’autre, d’une période à l’autre, d’un style à l’autre, comme s’il était possible de voir  une continuité, une cohérence.[1] Les premiers catalogues raisonnés sont apparu au XIXème siècle. Une définition conventionnelle de catalogue raisonné soumette ce genre à une édition particulière et austère dans sa lecture. Sa principale vertu est de constituer un outil essentiel de référence pour les historiens de l’art, conservateurs, galeristes, experts ou collectionneurs. Sa valeur scientifique est donc reliée à la qualité de son auteur et s’autorité.[2] Continuer la lecture de Les catalogues raisonnés de Marcel Duchamp : vie ou œuvre ?