Archives mensuelles : février 2013

Jacques Faujour, photographe au Centre Pompidou

 

Paris Moscou, exposition du 31 mai au 05 novembre 1979 Centre Pompidou MNAM Paris. Photo :  Jacques Faujour
Vue de l’exposition « Paris-Moscou », du 31 mai au 05 novembre 1979 au Centre Pompidou. Bibliothèque Kandinsky, MNAM-CCI.  Photographe : Jacques Faujour

 

Jacques Faujour, né en 1949 à Morlaix dans le Finistère, est un ancien élève de l’Ecole Nationale Supérieure du son et de l’image Louis Lumière. Il travaille au Musée national d’art moderne depuis 1973, au sein d’une équipe qui prépare la création du Centre Pompidou, le projet s’appelle alors  « le plateau Beaubourg ».  Selon Faujour, la personnalité du nouveau directeur, Pontus Hulten, donne le ton a ce projet de grande ampleur :

« Il [Pontus Hulten] a permis l’ouverture de Beaubourg et quelque chose de tout à fait original. Le monde entier est venu voir, on n’avait jamais vu ça. Lui l’avait déjà expérimenté au Moderna Museet à Stockholm une dizaine d’années auparavant ».1

Le Crocrodrome de Zig et Puce Exposition dans le Forum du 1er juin 1977 au 02 janvier 1978  Jacques Faujour
«  »Le Crocrodrome de Zig et Puce », Exposition dans le Forum du Centre Pompidou du 1er juin 1977 au 02 janvier 1978. Bibliothèque Kandinsky, MNAM-CCI. Photographe : Jacques Faujour

En 1977, année de l’ouverture du Musée, Jacques Faujour photographie l’installation créée pour le forum du Centre par Jean Tinguely le Crocrodrome de Zig et Puce. Le reportage en noir et blanc illustre le renouvellement du rapport œuvre/public engagé par l’institution parisienne. Les visiteurs déambulent nombreux dans l’installation baroque et chaotique qui se déploie dans l’espace ouvert d’un lieu d’exposition à l’architecture avant-gardiste, l’œuvre est alors perçue comme une machine dans une usine (le bâtiment ultraturbulescent est qualifié tour à tour de plate-forme pétrolière ou de raffinerie).

Paris Moscou, exposition du 31 mai au 05 novembre 1979 Centre Pompidou MNAM Paris. Photo : Jacques Faujour
Vue de l’exposition Paris-Moscou, du 31 mai au 05 novembre 1979. Bibliothèque Kandinsky, MNAM-CCI. Photographe : Jacques Faujour

La mission de Faujour ne consiste pas à reproduire les collections, mais à photographier les expositions et à réaliser des reportages pour les concevoir. Pour l’exposition Paris-Moscou qui se déroule en 1979, il se rend en Russie avec Jean-Claude Planchet.

« Pour Paris-Moscou avec Jean-Claude Planchet on est parti trois semaines à Moscou en 79. On a fait des ektachromes en grande quantité pour le catalogue etc.…on n’a pas pu les développer sur place, on a dû les faire passer par la valise diplomatique, on ne les a récupérés qu’un mois après, à ce moment-là on les a fait développer, pendant un mois, je n’ai pas dormi, c’était épouvantable… »2

La première phase du travail consiste à se rendre sur place afin d’établir une documentation qui servira aux conservateurs. Ensuite, Faujour photographie l’exposition elle-même. La structure du bâtiment avec ses grands plateaux sans poteau permet de créer des scénographies ambitieuses. Les vues en couleur de Faujour témoignent de la complexité de l’accrochage, ainsi la reconstitution de la tour de Vladimir Tatline présentée comme une sculpture monumentale est entourée d’un système de cimaises et de vitrines qui évoquent les systèmes de monstration imaginés par les artistes russes puis soviétiques dans les années 1910 et 1920. La densité d’œuvres présentées dans des espaces perméables, offre au photographe des solutions de cadrages permettant de réaliser des images soigneusement composées.

Paris Moscou, exposition du 31 mai au 05 novembre 1979 Centre Pompidou MNAM Paris. Photo : Jacques Faujour
Vue de l’exposition Paris-Moscou, du 31 mai au 05 novembre 1979. Bibliothèque Kandinsky, MNAM-CCI. Photographe : Jacques Faujour

Suite à plusieurs années de travail exigeantes, Jacques Faujour souhaite redéfinir sa mission :

« Et en 1981, j’ai demandé d’être à mi-temps et l’on a recruté Adam Rzepka. Formidable recrue parce qu’il était très talentueux. On s’entendait bien parce que lui il adore la sculpture et moi, j’y arrive aussi je crois, mais cela m’angoisse, alors donc la peinture, c’était pour moi. »3

Les deux photographes se partagent alors les tâches en fonction de leurs compétences mais aussi de leurs affinités. La vue de l’œuvre de Jean Dewasne accrochée dans le forum La longue marche, 1968 1969, en 1983, impose une prise en compte de l’espace. Si Faujour est plus à l’aise pour photographier la peinture, il démontre ici qu’il sait la contextualiser comme pour une sculpture.

En 1986, Faujour documente, même si ce n’est pas sa spécialité, l’accrochage, renouvelé en 1985, de la collection. Dominique Bozo, conservateur de l’ancien MNAM au Palais de Tokyo, sollicite les services de l’architecte Gae Aulenti, et le musée-village rentre dans l’ordre avec une scénographie très classique antinomique avec l’esprit de l’architecture. Le photographe réagit à cette réorganisation de l’espace d’exposition :

« Oui il y a eu Gae Aulenti, qui a imposé son truc à l’intérieur de… Je ne suis pas sûr que c’était une si bonne idée que ça. C’était impressionnant, tout ce qu’on veut, mais ça ce n’est plus l’ère Pontus (…). Cette transparence du bâtiment, le fait d’avoir 45 mètres sans pilier, Pontus trouvait cela fantastique, Bozo n’en voulait pas du tout. (…) il y a un propos philosophique derrière, il y a un propos de regard sur le monde, c’est politique ».4

Pour photographier la collection qui s’étend à travers de nombreuses salles beaucoup plus circonscrites, le photographe utilise des œuvres qui deviennent relais, et permettent, en regardant la série, de se spatialiser et de comprendre l’organisation de l’accrochage au-delà du cadrage photographique.

En 1993 est organisé l’important projet, entre exposition et accrochage, de la collection « Manifeste » dont l’ambition est de relancer le dynamisme du Centre Pompidou après quinze années de programmation. La manifestation, qui se déploie dans tous les espaces du Centre, se joue en deux volets, « Manifeste. 30 ans de création en perspective. 1960-1990« , puis l’année suivante « Manifeste une histoire parallèle. 1960-1990« . Jacques Faujour réalise les vues d’accrochage du deuxième acte, mais réalise aussi un surprenant reportage du premier, avec la collaboration de Bertrand Prevost, commandé pour un numéro spécial des Cahiers du MNAM.

« Les photos des œuvres existaient alors il fallait essayer de traduire cette relation entre le public et les œuvres, cette découverte par le public des œuvres. En même temps, moi je l’ai saisi comme étant un objet de création. Pour moi, le public fait partie intégrante de l’œuvre, c’est à dire que comme toujours, l’idée derrière mon vieux Cartier Bresson, l’idée de l’instant décisif… L’image qui se fait à la limite toute seule car tout est à la bonne place. On ne peut refaire l’instant ».5

Manifeste : Une histoire parallèle, 1960-1990. Grande Galerie, 23 septembre, 13 décembre 1993. Reportage de Jacques Faujour et de Bertrand Prevost
« Manifeste : Une histoire parallèle, 1960-1990 », Grande Galerie du Centre Pompidou, du 23 septembre au 13 décembre 1993. Bibliothèque Kandinsky, MNAM-CCI. Reportage photographique de Jacques Faujour et de Bertrand Prevost

Avec ce travail Jacques Faujour exprime pleinement sa pratique photographique personnelle à consonance humaniste. L’autre caractéristique de ce reportage est qu’il a été immédiatement publié : la vue d’exposition n’est alors plus uniquement destinée à l’archive. La comparaison entre les deux séries les « vues d’accrochage » du second volet et les « vues d’exposition » du premier, tel que les différencie Diane Antille,6 évoque une différence d’approche. La première est un témoignage et illustre le geste des conservateurs qui ont assuré l’accrochage, en particulier Didier Semin, avec un objectif scientifique. La seconde a l’ambition de décrire non seulement une atmosphère, mais aussi la vitalité d’une institution qui se remet en question.

Dans une salle présentant une œuvre de Dan Graham, les deux photographes se photographient mutuellement jouant le jeu d’interaction proposé par l’artiste. Les deux photographes passent des heures dans les espaces d’exposition en attendant que des situations se produisent, selon Faujour :

« C’est vraiment taquiner le hasard pour qu’il se plie à notre volonté ».

En 1995, Jacques Faujour est invité par Pontus Hulten à photographier sa collection personnelle7 :

« J’avais déjà décidé de quitter Beaubourg. A ce moment là, Pontus vient me voir et me demande de photographier toute sa collection. Je ne le connaissais pas très bien mais je l’admirais beaucoup. Il avait réuni sa collection sur les bords du Cher dans son château, tout à fait étonnant, et donc à ce moment là une collaboration très régulière a commencé. J’allais tout photographier systématiquement. Je passais un jour, deux jours, trois jours, je dormais sur place. Le soir on dînait ensemble, on discutait de tout. Ce livre c’est cinq ans de travail, il me disait un certain nombre de choses par rapport aux œuvres puis il me faisait confiance sur la manière de mettre en scène l’image, de l’éclairer… »

Pontus Hulten et Alfred Pacquement lors du vernissage de l'exposition Ellsworth Kelly, Atelier Aujourd'hui 23 en 1980, photo Jacques Faujour
Pontus Hulten et Alfred Pacquement lors du vernissage de l’exposition Ellsworth Kelly, Atelier Aujourd’hui n°23 en 1980. Archives du Centre Pompidou. Photographe : Jacques Faujour
  1. Parcollet Remi. La photographie de vue d’exposition. Université Paris IV – Sorbonne, 2009. (thèse de doctorat). Annexe, Entretien avec Jacques Faujour []
  2. Ibidem. []
  3. Ibidem. []
  4. Ibidem. []
  5. Antille, Diane, « Entretien avec Jacques Faujour » in Diane ANTILLE, Repenser la photographie d’institution : Jacques Faujour et « Manifeste ». Mémoire de M1, Ecole du Louvre sous la direction de Didier SCHULMANN, 2008/2009 []
  6. Ibidem. []
  7. Faujour, Jacques. The Pontus Hultén  Collection. Pontus HULTEN, Iris MÜLLER WESTERMANN, Nathalie MENEAU, Teresa HAHR, Margareta HELLEBERG, Jacques FAUJOUR (photographe), Stockholm : Moderna Museet,  2004 []

Georges Meguerditchian, photographe au Centre Pompidou

Georges Méguerditchian a suivi une formation à l’école Estienne à Paris. Il intègre l’équipe de photographes en 1975 lors de la préfiguration du Centre Pompidou.

« Au départ je n’étais pas sur les collections, je faisais partie d’un labo qui faisait des diaporamas. On fait tout ce qu’on nous demande de faire. Par exemple si c’est une expo du Centre de Création Industrielle sur la table, le pétrole ou sur les déchets, je peux me retrouver à faire des photos sur la plus grande décharge de France ou dans les cuisines de Bocuse »[1].

Au cours des premières années du Centre Pompidou, Georges Méguerditchian réalisait beaucoup de reportages à l’extérieur, notamment des visites d’ateliers d’artistes invités à exposer au musée :

« On a abandonné ça. A un moment donné on le faisait, à chaque fois qu’il y a une expo sur un artiste vivant on fait des images de chez lui, dans l’atelier etc… Ce que j’ai fait, il y a vingt ans, vingt-cinq ans, au début. Soulages dans son atelier à Paris »[2]. Continuer la lecture de Georges Meguerditchian, photographe au Centre Pompidou 

Compte-rendu du colloque « Le catalogue dans tous ses états ».

 

 

Par Rémi Parcollet

Ce colloque s’est tenu à l’Ecole du Louvre,  les 13 et 14 décembre 2012.  Auparavant, un forum organisé en partenariat avec l’Institut National d’Histoire de l’Art s’est tenu le 12 décembre, permettant aux chercheurs de 3ème cycle, doctorant ou jeunes docteurs de s’exprimer sur le sujet.

En tant qu’établissement d’enseignement supérieur, l’Ecole du Louvre participe à la recherche scientifique dans le domaine de l’histoire de l’art en organisant notamment des colloques internationaux souvent en partenariat avec d’autres institutions. Ces manifestations réunissent chercheurs, universitaires et conservateurs autour d’un thème ou de sujet spécialisés, qui peuvent être liés à l’actualité muséographique et à la recherche. L’École du Louvre a choisi pour marquer l’année de ses 130 ans de consacrer un colloque « à l’objet emblématique entre tous de la rencontre entre le musée et l’écriture : le catalogue ».

Intitulé « Le catalogue dans tous ses états », le colloque s’est déroulé en quatre temps. Tout d’abord « Les catalogues, images et instruments de la pensée » séance présidée par Roland RECHT. Les rapports entre l’objet catalogue et la littérature et le format catalogue d’exposition ont notamment été interrogés. Ce type de catalogue a été présenté comme une source incontournable pour « une histoire totale de l’art », mais cela n’a pas été l’occasion d’aborder plus largement une réflexion dans l’air du temps, celle d’une histoire de l’art particulière construite à partir de l’histoire des expositions. Continuer la lecture de Compte-rendu du colloque « Le catalogue dans tous ses états ». 

Programme du colloque « Le catalogue dans tous ses états »

12 – 13 – 14 décembre 2012
École du Louvre – Institut National d’histoire de l’Art

Programme complet

12 décembre 2012, Ecole du Louvre  – après-midi (amphithéâtre michel-ange)
14H00
Forum des jeunes chercheurs organisé avec l’institut national d’histoire de l’art
Président de séance – Dominique JARRASSE, professeur d’histoire de l’art contemporain, université Michel de Montaigne Bordeaux 3, membre de l’équipe de recherche, école du Louvre
Au sujet de l’étude des « frises d’objets » des cercueils égyptiens : enjeux d’un catalogue – Anne-Hélène PERROT, 3e cycle, école du Louvre
Le catalogue de l’historien de l’art : iconographie sérielle et enjeux de la mise en ligne – Giulia PUMA, doctorante, université de paris 3
René-Antoine Houasse : enjeux méthodologiques du catalogue raisonné d’un collaborateur de Le Brun – Matthieu LETT, 3e cycle, école du louvre, allocataire de recherche, école du Louvre
Un manuscrit français pour première source des musées d’art russes : le Catalogue raisonné des Tableaux de la galerie impériale de l’Ermitage de Catherine II – Guillaume NICOUD, doctorant, école pratique des hautes études, chargé de recherche, musée d’état de l’Ermitage, Saint-Pétersbourg
La Galerie mythologique d’Aubin-Louis Millin : un « produit dérivé » des catalogues sur l’antique du XVIIIe siècle – Élise LEHOUX, doctorante, école pratique des hautes études en sciences sociales, allocataire de recherche, région Île-de-France Continuer la lecture de Programme du colloque « Le catalogue dans tous ses états »