Tous les articles par clemenceimbert

Les accrochages de l’affiche dans Paris-Berlin et Paris-Moscou

Par Clémence Imbert

Eté 1978, été 1979. A un an d’intervalle, le cinquième étage du Centre Georges Pompidou accueille Paris-Berlin puis Paris-Moscou, deux grandes expositions chargées d’exprimer, en actes, le programme ambitieux de la jeune institution : pluridisciplinarité, accessibilité de la culture au plus grand nombre, innovation en matière de présentation des œuvres d’art. Les deux expositions proposent un regard qui se veut comparatif : entre deux pays (la France et l’Allemagne, puis la France et la Russie) emblématisés par leurs capitales, mais surtout entre différentes formes de création. Pour la première fois, on n’expose plus seulement des peintures et des sculptures, mais des livres, du mobilier, des maquettes d’architecture… et des affiches. Ces dernières, dit-on, ne sont pas faites pour être exposées dans les musées. Art commercial, éphémère, elles sont conçues pour la rue, pour le regard distrait du passant ou de l’automobiliste. Les exposer au regard appuyé du visiteur de musée les dénature. Pour Jacques LICHNEROWICZ, le scénographe de Paris-Berlin et Paris-Moscou, les défis étaient par conséquent nombreux : rendre lisible dans l’espace le comparatisme culturel, disposer harmonieusement un corpus d’objets bi- et tridimensionnels, présenter des objets issus du cadre de vie quotidien dans le contexte sacralisant du musée… Les scénographies de Paris-Berlin et Paris-Moscou sont proprement expérimentales et l’accrochage de l’affiche fait partie des terrains d’expérimentation muséographique : les dispositifs de présentation y sont très variés. Il nous a paru intéressant de les décrire, car leur inventaire ouvre de nombreuses pistes de réflexion sur le statut de l’affiche au sein d’un musée d’art moderne.

Roman Cieslewicz, affiche (à gauche), et couverture du catalogue (à droite) pour Paris-Berlin, 1978. (Archives MNAM)
Roman Cieslewicz, affiche (à gauche), et couverture du catalogue (à droite) pour Paris-Berlin, 1978. (Archives MNAM)
Roman Cieslewicz, affiche (à gauche) et couverture du catalogue (à droite) pour Paris-Moscou, 1979. (Archives MNAM)
Roman Cieslewicz, affiche (à gauche) et couverture du catalogue (à droite) pour Paris-Moscou, 1979. (Archives MNAM)

Continuer la lecture de Les accrochages de l’affiche dans Paris-Berlin et Paris-Moscou

Compte-rendu de séminaire : “Valeurs de l’écrit : collectionner, exposer, commercer, restaurer”

Par Clémence IMBERT

Béatrice FRAENKEL, anthropologue de l’écriture à l’EHESS, anime cette année, en collaboration avec d’autres chercheurs, un séminaire intitulé “Valeurs de l’écrit”. Ce séminaire prend la forme de quatre journées d’études sur les thèmes suivants : collectionner, exposer, commercer, restaurer. 

Compte-rendu de la 2ème séance du séminaire : “Exposer”, qui s’est déroulée à l’EHESS le 25 janvier 2013

Programme des interventions (Patricia FALGUIERES était absente.)

Les différentes intervention de la journée ont permis de couvrir un large panorama de situations d’exposition de l’écrit : exposition d’objets archéologiques témoignant des premières écritures (B. FRAENKEL), de peinture-écriture ou œuvres d’art à dimension scripturale (M. GHERGHESCU), de documents et textes à contenu géopolitique (F. LEIBOVICI), de livres, de revues, de manuscrits d’artistes (D. SCHULMANN), d’archives, de presse et de documents d’histoire contemporaine (V. TESNIERE).

Toutes ces interventions interrogent la “valeur d’exposition” de l’écrit. Comment un texte (ou plus largement un écrit), médium transitif, qui tire avant tout sa valeur de son contenu informatif, peut-il faire l’objet d’un regard intransitif comme celui que suppose son exposition ?

Continuer la lecture de Compte-rendu de séminaire : “Valeurs de l’écrit : collectionner, exposer, commercer, restaurer”