Compte-rendu de séminaire : “Valeurs de l’écrit : collectionner, exposer, commercer, restaurer”

Par Clémence IMBERT

Béatrice FRAENKEL, anthropologue de l’écriture à l’EHESS, anime cette année, en collaboration avec d’autres chercheurs, un séminaire intitulé “Valeurs de l’écrit”. Ce séminaire prend la forme de quatre journées d’études sur les thèmes suivants : collectionner, exposer, commercer, restaurer. 

Compte-rendu de la 2ème séance du séminaire : “Exposer”, qui s’est déroulée à l’EHESS le 25 janvier 2013

Programme des interventions (Patricia FALGUIERES était absente.)

Les différentes intervention de la journée ont permis de couvrir un large panorama de situations d’exposition de l’écrit : exposition d’objets archéologiques témoignant des premières écritures (B. FRAENKEL), de peinture-écriture ou œuvres d’art à dimension scripturale (M. GHERGHESCU), de documents et textes à contenu géopolitique (F. LEIBOVICI), de livres, de revues, de manuscrits d’artistes (D. SCHULMANN), d’archives, de presse et de documents d’histoire contemporaine (V. TESNIERE).

Toutes ces interventions interrogent la “valeur d’exposition” de l’écrit. Comment un texte (ou plus largement un écrit), médium transitif, qui tire avant tout sa valeur de son contenu informatif, peut-il faire l’objet d’un regard intransitif comme celui que suppose son exposition ?

En introduction de la journée, Béatrice FRAENKEL a rappelé que les premières écritures (sumériennes, phéniciennes) sont des écritures exposées : monuments, épigraphie, graffiti. Notamment, les écritures émanant du pouvoir acquièrent, par le processus d’exposition, une force performative. Dans le cadre plus récent de l’exposition dans un musée ou une galerie, l’exposition de l’écrit joue plutôt sur le caractère visuel de l’écriture : l’exposition invite à regarder l’écrit, d’une manière qui n’est pas la lecture. Les différentes interventions entendaient présenter et analyser quelques-uns de ces cas d’ “écriture regardée”.

On peut exposer l’écrit pour tenir sur lui, et/ou par son biais, un propos de nature théorique ou historique.

C’est le cas dans l’exposition de Philippe BERGER sur l’Histoire de l’écriture, organisée en 1889 à Paris, dans le cadre de l’Exposition Universelle (intervention de B. FRAENKEL). L’exposition construit, à partir d’un corpus d’objets scripturaires (objets authentiques, mais aussi fac-similés), un récit “figuré” de l’histoire de l’écriture et de l’épopée de son déchiffrement. Ainsi, l’exposition de Berger est moins une exposition archéologique qu’une réflexion sur le travail de l’érudit et de l’historien.

Les mêmes enjeux sont à l’œuvre dans le projet, actuellement en cours d’élaboration, du futur musée de la BDIC (intervention de V. TESNIERE). Comment exposer l’Histoire ?  Et, en l’occurrence, comment le faire par le biais des documents historiques des collections de la BDIC (archives, presse, documents historiques tels qu’affiches, photos, ou même tableaux) ? La future muséographie devra tenir compte de la double nature des objets présentés. Pour le collectionneur ou le particulier, ils sont des supports de mémoire, d’émotion, des fétiches d’une période historique (la Révolution Française, la Commune…) ; pour l’historien, ils sont des documents, qu’il faut “dépouiller”, c’est-à-dire débarrasser de leur forme, pour en extraire l’Histoire à écrire. L’enjeu sera de montrer que les documents peuvent changer de statut, et comment.

Dans le domaine des arts plastiques, l’écriture peut être, plus immédiatement, l’objet d’une attention visuelle.

C’est le cas avec les œuvres des artistes présentés dans l’exposition “Schrift und Bild” (“Schrift en Beeld “/ “Art and writing”/ “L”Art et l’écriture”) organisée par Willem SANDBERG au Stedelijk Museum d’Amsterdam en 1963, et présentée l’année suivante à Baden-Baden (intervention de Mica GHERGHESCU) L’exposition de SANDBERG a fait date pour les présentations ultérieures de formes telles que la peinture-écriture, les langues inventées, la poésie concrète… Le catalogue, dont la mise en page fut assurée par SANDBERG, est un objet tout à fait atypique poursuivant, sous la forme livre, la réflexion comparatiste à l’oeuvre dans l’exposition.

Ces dernières années on a vu se multiplier les cas d’expositions d’écrits liés aux arts plastiques (archives d’artistes, livres et revues d’art), expérimentant des formes de présentation qui vont au-delà de la simple vitrine : présentation verticale, encadrement, reconstitution de bibliothèque (intervention de Didier SCHULMANN). Les commissaires d’exposition aiment expliquer que le document enrichit la présentation de l’œuvre d’art ; mais ne faut-il pas voir, plus prosaïquement, dans cette attention accrue pour les archives et manuscrit, le signe de la spéculation commerciale dont ils font l’objet ? La valeur commerciale ferait-elle la valeur d’exposition. S’en est suivie une discussion sur les activités en la matière du mal nommé “Musée des Lettres et Manuscrits“.

A partir d’une réflexion sur la notion de document, Franck LEIBOVICI intervient dans le champ des arts plastiques. Il a présenté son travail en tant qu’artiste pour deux expositions récentes dont l’ambition était de “republiciser”, par l’exposition, des textes et documents produits quotidiennement dans le cadre des conflits géopolitiques dits “de basse intensité” : affiches, vidéos, magazines, documents diffusés par Wikileaks. Il s’agit de faire du document une action, dans une exposition qui n’est pas documentaire mais “documentale”. Le document n’y est pas présenté tel quel, il est activé in situ, selon différents dispositifs, par des collectifs participants.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.