Entretien avec Denis Rivière au sujet des “Ateliers Aujourd’hui 2”

Par Julien Hector

[Synthèse de l’entretien réalisé dans l’ancien atelier de l’artiste au 10 rue Erard, Paris 12ème, le 10 juillet 2012]

Genèse du projet

“Ateliers d’Aujourd’hui” était une idée de Maurice Eschapasse. Le projet “Ateliers” date de courant 1976. Après sa mort brutale , ce type de manifestations disparut du Centre. Le projet était vraiment issu du regard d’Eschapasse sur le monde de la création artistique. Eschapasse était venu voir Denis Rivière pour lui proposer le projet ” Ateliers Aujourd’hui”. Il faisait en quelque sorte la tournée des ateliers. Et il s’occupait aussi des ateliers d’artistes. Les deux hommes se sont liés d’amitié. Rivière allait souvent chez Eschapasse le dimanche. Denis Rivière le décrit comme une personne très humaine, avec une affection particulière pour les peintres. Pour Eschapasse, “les peintres existaient”.

“Atelier Aujourd’hui 2 “

Le reportage photographique de Jacques Faujour fait vivre l’atelier. Le principe des “Ateliers” permettait au visiteur d’entrer dans l’atelier de l’artiste, de mieux se représenter l’auteur des oeuvres qu’il pouvait voir dans l’exposition. Les photos de Faujour furent encadrées et sept d’entre elles furent exposées. Le choix se fit avec le photographe. Le thème du reportage était totalement libre et Rivière avait choisi de se placer dans une dimension décalée, humoristique. Denis Rivière se rappelle de Jacques Faujour comme d'”un type chaleureux et ouvert”. Le choix des oeuvres exposées avait été fait par Maurice Eschapasse en concertation avec l’artiste. Une oeuvre de Rivière fut achetée par le Centre  Pompidou (séance du 20 juin 1977 du Sous- Comité d’acquisitions d’oeuvres d’art) Sans Titre, 130×195 cm. Elle fut exposée dans “Ateliers 2”. […]

Relation avec l’institution

A la suite de l’exposition, Denis Rivière et Maurice Eschapasse devinrent très amis. Maurice Eschapasse était très aimé des peintres. Denis Rivière allait régulièrement au Centre. Denis Rivière a le sentiment de ne plus exister pour Beaubourg. Il considère que son tort tenait peut-être au fait qu’il travaillait en France sous un nom français (pour l’exemple, il ne reçoit plus d’invitations de la part du Centre). Denis Rivière déplore le côté “caste” de Beaubourg et de l’art contemporain en France de manière générale. Il y a quelques artistes et les autres n’existent pas ou ne sont pas considérés. Il a travaillé pour François Mitterrand dans les années 1980, il a réalisé notamment un tapis pour ses appartements privés. L’ancien président lui commanda également plusieurs petites toiles. Il fut vivement critiqué pour ne pas avoir suivi le circuit officiel, qui passait à l’époque obligatoirement par le ministère de la culture.

Réflexion sur la création contemporaine

Les artistes vivant en France n’existent plus hormis quelques-uns (Buren, Boltanski etc). Denis Rivière fut chargé de cours à l’ENS Cachan au milieu des années 1980. Pour lui, la création contemporaine est une fausse intellectualisation. Selon Denis Rivière, il y a deux types de peintres: “les curés et les putes”. La pratique artistique doit se faire dans le silence et l’intériorité.

A propos de la Galerie Mathias Fels et de la Galerie C* : 

Mathias Fels était un grand marchand d’art. Denis Rivière exposa dans sa galerie juste après “Ateliers”. Maurice Eschapasse lui avait conseillé de ne pas exposer dans les deux endroits en même temps, d’où l’intervalle de quelques semaines entre les deux expositions: “Ateliers 2” du 7 octobre au 7 novembre 1977 et l’exposition à la Galerie Mathias Fels du 16 novembre au 17 décembre 1977.

La Galerie C (où Denis Rivière exposa en 1979) était animé par Carlotta Charmet, collectionneuse d’art contemporain dotée d’un certain caractère. Tous les jeunes artistes passaient dans sa galerie notamment ceux de la nouvelle figuration. Elle avait crée un club d’achat « La peau du chat » dans lequel de grands bourgeois donnaient une certaine somme d’argent par mois. Avec cet argent, Charmet achetait des toiles qui étaient alors exposé chez les membres à tour de rôle. Puis, une fois le tour terminé, les oeuvres étaient réparties de manière définitive par tirage au hasard entre eux. Ce club comptait une douzaine de membres.

 * Maurice Eschapasse avait écrit le texte du catalogue de ces deux expositions personnelles de Denis Rivière.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.