Gerhard Richter, de 1977 à 2012 : deux expositions, deux époques

Par Julie Gaillard

Né en 1932 à Dresde, dans l’ancienne Allemagne de l’est, Gerhard Richter a fêté cette année ses 80 ans en beauté avec l’itinérance de sa rétrospective Panorama dans trois prestigieux musées européens. L’exposition a fini son périple en prenant ses quartiers d’été à Paris, au Centre Pompidou, du 6 juin au 24 septembre. L’exposition fut un beau succès pour l’artiste ce qui n’était pas vraiment le cas il y a 35 ans, en 1977, à l’inauguration du Centre.Pontus Hulten avait contacté l’artiste en 1976 pour lui proposer une rétrospective de son travail dans les galeries contemporaines du Musée National d’Art Moderne qui ouvrirait un an plus tard dans le bâtiment de Renzo Piano et Richard Rogers. A cette époque, l’artiste allemand était plutôt méconnu en France. Il avait certes représenté l’Allemagne à la Biennale de Venise en 1972 avec ses 48 portraits, 1971-72, et été exposé à Paris à la galerie Liliane et Michel Durand-Dessert en 1976. Mais, pour autant, il ne s’était pas encore imposé dans l’esprit des français.

Le commissaire de l’exposition, Daniel Abadie, et Gerhard Richter menèrent à bien la préparation de l’exposition qui présenta une vingtaine d’œuvres dont certaines inédites comme les vues du Vésuve de 1976. Le Centre Pompidou est inauguré en grandes pompes le 31 janvier 1977, la foule s’y rue lors des premiers jours d’ouverture et se confronte rapidement à une totale incompréhension. Le livre d’or de l’exposition en témoigne, les visiteurs sont complètement perdus devant les œuvres de Richter. Le mécontentement gronde, les visiteurs s’épanchent dans le livre d’or :

« C’est une honte d’avoir gaspillé tant d’argent pour exposer des horreurs qui annoncent la décadence de notre belle France »

« Je pense sincèrement que le centre se fout de notre gueule »

« Bravo pour ces horreurs, une toulousaine épouvantée ».

 Les critiques sont acerbes et violentes. Cela s’explique en partie par l’absence totale de médiation visant à aider le visiteur à comprendre la démarche de l’artiste. Les visiteurs devaient également digérer l’ouverture du centre et son architecture avant-gardiste.

Trente-cinq ans plus tard nous sommes bien loin de ces réactions virulentes. En partenariat avec la Tate Modern de Londres et la Neue Nationagalerie de Berlin voici que de nouveau Richter était exposé au Centre Pompidou. Plus de petit espace, cette fois-ci on lui déroule le tapis rouge et lui offre une exposition dans la grande galerie du 6è étage. Nous sommes bien loin des 20 œuvres exposées en 1977, 136 ont été présentées sur une surface d’environ 2000 m². Une rétrospective à la hauteur du talent de l’artiste allemand et de sa renommée internationale. Ses œuvres s’affichent désormais dans les plus grands musées du monde.


Julie Gaillard

J'ai fait une licence d'histoire de l'art à l'Université François Rabelais de Tours (promotion 2008) et un master 1 recherche en art médiéval avec Mme Pascale Charron sur les Vierges à l'Enfant dans un intérieur, peinture flamande et italienne du XV ème siècle. J'ai travaillé durant 8 mois à la Maison de Chateaubriand, à Châtenay-Malabry (92). A la rentrée 2011, j'ai intégré le Diplôme Universitaire préparation aux métiers territoriaux de la culture et du patrimoine à l'Université Paris X de Nanterre. Je suis actuellement en stage pour 3 mois au Centre Pompidou.

More Posts

A propos Julie Gaillard

J'ai fait une licence d'histoire de l'art à l'Université François Rabelais de Tours (promotion 2008) et un master 1 recherche en art médiéval avec Mme Pascale Charron sur les Vierges à l'Enfant dans un intérieur, peinture flamande et italienne du XV ème siècle. J'ai travaillé durant 8 mois à la Maison de Chateaubriand, à Châtenay-Malabry (92). A la rentrée 2011, j'ai intégré le Diplôme Universitaire préparation aux métiers territoriaux de la culture et du patrimoine à l'Université Paris X de Nanterre. Je suis actuellement en stage pour 3 mois au Centre Pompidou.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *