« La Géographie de la couleur », entretien avec Jean-Philippe Lenclos

par Laëtitia Tirano

[Entretien réalisé le 5 juillet 2012 avec Jean-Philippe LENCLOS, designer et coloriste, au sujet de l’exposition monographique « La Géographie de la couleur » consacrée à ses recherches et travaux  et présentée au Centre Pompidou du 26 mai au 26 juin 1977.]

 

L. T. : Ma première question concerne l’accrochage de l’exposition « La Géographie de la couleur » de 1977. Selon moi, l’accrochage est l’une des partie les plus intéressantes d’une exposition, or aucun document quel qu’il soit ne relate ce passage.

J.-Ph. L. : Je commencerai par un bref historique. Je suis designer spécialisé dans la couleur. J’ai créé dans les années 1970 une agence que j’ai appelée « L’Atelier 3D Couleur ». Ce bureau d’études se consacre à la conception et l’application de la couleur en trois dimensions pour l’environnement, l’architecture et les produits industriels. Tout en développant des projets pour l’urbanisme et l’industrie, j’ai poursuivi une recherche sur la spécialité des couleurs dans l’habitat vernaculaire des régions de France tout d’abord, et ensuite en Europe et sur d’autres continents. François Barré qui dirigeait le CCI s’est très vite intéressé à mes travaux pour leur démarche claire et pragmatique. Il a décidé de les présenter au Centre Pompidou dans la période inaugurale. Ces travaux avaient déjà fait partie de l’exposition « France is color » au Design Center de Londres en 1974. Je voulais montrer mes deux orientations pour la couleur : l’une fondée sur l’analyse du patrimoine historique, l’autre sur la création architecturale et le design industriel. Cette exposition a permis de me faire mieux connaître, d’autant plus que Tom Porter, professeur à Oxford, a été soudain convaincu par ma méthode et ma théorie sur la « Géographie de la couleur », concept qui démontre que chaque lieu géographique, par sa géologie, son climat, sa lumière, engendre des comportements socio-culturels dans le domaine de l’utilisation de la couleur, qu’il s’agisse de l’habitat ou des biens de consommation et des biens d’équipements. Ces recherches ont fait l’objet de nombreuses publications en France et à l’étranger et ont donné lieu à la publication de quatre livres : « Les couleurs de la France : maisons et paysages », Paris :  Le Moniteur, 1982, 240p. ; « Couleurs de l’Europe : géographie de la couleur », Paris : Le Moniteur, 1995, 272p. Couleurs du monde: géographie de la couleur, Paris : Le Moniteur, 1999, 288p. ; Maisons du monde : couleurs et décors de l’habitat traditionnel, Paris : Le Moniteur, 2007, 288p.

Tom Porter, donc, publia en 1976 le livre « Colour for Architecture » (Grande-Bretagne : Éd. Studio Vista) dans lequel il consacra un long chapitre sur la Géographie de la couleur.

L. T. : Revenons à l’accrochage de votre exposition au Centre Pompidou. Comment s’est déroulée la préparation de votre exposition ?

J.-Ph. L. : L’exposition  présentée sur une surface de …m² était conçue selon un déroulement didactique. On parlait peu de la couleur à cette époque. Il fallait donc faire comprendre aux visiteurs l’importance de la couleur dans notre environnement quotidien et l’environnement. Un groupe de travail a été constitué : trois ou quatre personnes du CCI : François Barré, Gilles de Bure qui suivait très assidument le projet, Marie-Jo Poisson sui s’occupait de la coordination, et Jean-Paul Pigeat qui était chargé de l’audio-visuel. Très vite un designer, Ubald Klug, a été engagé pour concevoir la scénographie. Nous faisions des réunions hebdomadaires qui avaient lieu soit dans l’annexe du Centre Pompidou, rue des Francs Bourgeois, soit à l’Atelier 3D Couleur. Ces réunions étaient très structurées. J’ai des notes qui en retracent les minutes… Nous préparions l’exposition vitrine par vitrine à l’Atelier  afin de pouvoir placer les objets les uns après les autres très rapidement au moment de l’installation ! Chaque objet était répertorié, et les vitrines photographiées. Deux personnes ont travaillé sur ce dossier pendant quatre mois puis, pour le dernier mois qui était celui de la finalisation, il y a eu quatre personnes. En ce qui concerne les textes, la typographie et la mise en page, c’étaient Ubald Klug et moi qui nous nous en occupions.

L. T.  : C’est-à-dire ? Il écrivait les textes…

J.-Ph. L. : Non, j’écrivais les textes et il s’occupait de la typographie et de la mise en page.

L. T. : Il me manque un nom, celui du commissaire de votre exposition ; d’autant plus que nous disons souvent aujourd’hui que le CCI fonctionnait à l’époque comme une sorte de collectivité. Donc, y avait-il un commissaire ? Qui était-il ?

J.-Ph. L. : Je ne me souviens pas qu’il y ait eu un commissaire. C’était les débuts de l’institution. Elle n’était pas encore structurée comme aujourd’hui. Par exemple, il n’y a eu aucune publication, pas même un dossier de presse sur le sujet. Il n’y avait pas non plus d’affiche. C’est Ubald qui l’a créée et je l’ai faite imprimée à mes frais. De même, n’ayant pas de  commissaire, quand l’exposition a été terminée, elle a été stockée sur des étagères, sans doute par des manutentionnaires, dans les sous-sols non climatisés. Quand l’exposition a été invitée parla Fondation Gulbenkian de Lisbonne en janvier 1978, elle a été mise en vrac dans un camion. En recevant ce contenu, le personnel dela Gulbenkian a découvert des documents moisis, des objets brisés et la structure en menuiserie des vitrines déboitée. Le service de restauration de la Gulbenkian a fait preuve d’un grand professionnalisme, et en mettant les bouchées doubles, il a tout remis en état. Hélas, les documents moisis ont gardé de fâcheuses traces et les objets brisés sont revenus recollés.

L. T. : En effet, j’ai lu des courriers qui parlaient de ces dégâts…

J.-Ph. L. : D’autre part, le président dela Fondation Gulbenkianfut sérieusement choqué par la désinvolture des services du Centre Pompidou de cette époque. Ubald Klug a été envoyé à Lisbonne pour restaurer certaines pièces. Mais, pour ma part, lorsque j’ai appelé quelques jours avant son départ pour savoir si je pouvais me joindre à l’équipe, on m’a répondu que je n’y étais pas autorisé ou plutôt que je n’étais pas prévu pour Lisbonne. Néanmoins, après m’être démené, j’ai reçu au dernier moment mon billet d’avion. Tout ça pour dire qu’il n’y avait pas vraiment d’organisation bien adaptée…

L. T. : Par ailleurs, votre exposition n’était pas la seule à être exposée. Aux mêmes dates et dans le même espace que les vôtres, il y a eu « Les avatars de Miss Liberty » et « Design aux USA ». Pouvez-vous m’en dire quelques mots ?

J.-Ph. L. : « Les Avatars de Miss Liberty » était un concept présenté  par Margo Rouard. Quant à « Design aux USA« , c’était l’œuvre de Christophe de Portzamparc.

L. T. : J’ai lu à plusieurs reprises, dans des articles de presse et même dans la lettre de remerciements que Gilles de Bure (responsable dela Galerie d’Actualité du CCI) vous a écrite, que votre exposition était un véritable succès. Mais je n’ai pas plus d’informations. Pouvez-vous me dire dans quelle mesure cela a été un succès ? Par exemple, combien de visiteurs sont venus ?

J.-Ph. L. : Je suis incapable de vous le dire, car il n’y avait pas de borne de comptage à l’entrée.

L. T. : Donc, je suppose qu’il n’y avait pas non plus d’enquête du public ?

J.-Ph. L. : Je ne pense pas.

L. T. : Pour continuer sur la production, vous m’avez dit qu’il n’y a eu aucune publication. Il n’y a pas eu de catalogue non plus dans ce cas, n’est-ce pas ?

J.-Ph. L. : Non, en effet. Il y a eu toutefois quelques articles de presse, même au Japon, où le « Color planning Center » suivait mon travail de près. Il faut aussi noter la visite de Jacques Chirac qui était alors maire de Paris. Il était très lié à la famille Pompidou, et il est venu avec Madame Pompidou. J’ai été appelé la veille pour lui présenter l’exposition. Mais le protocole avait prévu le parcours en commençant par la fin de l’exposition. J’ai dû m’adapter et Jacques Chirac n’a pas eu l’air d’en être gêné.

L. T. : Vous avez dit que la particularité de cette exposition est d’avoir eu un déroulé didactique. Pouvez-vous m’en dire un peu plus ? Comment le ‘didactique’ s’est-il matérialisé ?

J.-Ph. L. : La démarche didactique s’est matérialisée par la succession des vitrines et leur contenu respectif. Les premières montrent les couleurs, leur composition pigmentaire, les différences formelles de couleurs et la composition spectrale de l’enchaînement des formalités. Ensuite nous présentions les matériaux traditionnels de construction. Chaque région de France utilise en effet ses matériaux locaux : la brique dans le Nord, le granit en Bretagne, le tuffeau dans les Pays dela Loire, les enduits ocre dela Provence… Ces matériaux expriment chacun des couleurs dominantes très significatives quand on les compare les uns avec les autres. Ainsi nous montrions des photos d’Arras, de Quimper, de Chinon, de Nice… Au centre de Au centre de l’exposition, nous avions disposé une grande table divisée en vingt-cinq casiers remplis de sables de toutes les couleurs naturelles de l’oxyde de fer.

La première partie de l’exposition était plutôt théorique et analytique. Ensuite, il y avait l’application ; par exemple, la couleur appliquée à des logements HLM ou encore les réalisations contemporaines avec des maquettes en trois dimensions. Il y avait même une vitrine consacrée aux productions industrielles dont une bicyclette japonaise dont j’avais conçu la gamme des couleurs. Cette vitrine montrait que la couleur n’était pas uniquement centrée sur l’environnement architectural et paysagé, mais concerne aussi notre environnement quotidien domestique ou professionnel.

L. T. : Les informations conservées par le Centre sont parcellaires. Je n’ai pas trouvé une liste exacte des œuvres exposées. Y a-t-il un moyen de reconstruire cette liste ?

J.-Ph. L. : J’ai conservé dans mes archives une grande quantité de ces œuvres. Par ailleurs, j’ai les photos détaillées de chacune des vitrines. Elles sont donc à votre disposition pour dresser rétrospectivement cet inventaire dès que vous le pourrez. J’aimerais que vous me parliez de la spécificité de vos études.

L. T.  : Le master en patrimoine, muséologie et numérique dans lequel nous sommes actuellement sept étudiants offre plusieurs aspects : la muséologie, le numérique mais aussi et surtout la médiation. Par exemple, j’ai fait un stage de novembre à mars au Musée du Quai Branly où je faisais de la médiation pure dans les collections permanentes.

Si vous le permettez, j’ai encore deux autres questions. À partir de quelle année avez-vous cessé de renouveler la marque déposée « Géographie de la couleur » ?

J.-Ph. L. : J’avais déposé cette marque quand je me suis aperçu qu’elle commençait à être utilisée par d’autres, sous la citation d’origine. De plus, comme j’avais des activités permanentes avec le Japon, je craignais que ce label soit déposé à mon insu au Japon ; comme ce fut le cas pour de nombreux créateurs. Quand j’ai eu publié et diffusé cette marque à travers le monde par des publications et les livres « Géographie de la couleur », en prouvant l’antériorité, j’ai cessé d’investir dans le dépôt de la marque. En Corée, puis en Chine dans les années 1990, la méthode Géographie de la couleur eut d’importantes répercussions dans l’architecture mais aussi dans le marketing des biens de consommation. Le professeur et designer Song Jianming, vice-président de l’École des Beaux-arts de Hanghzou qui fut mon élève de 3ème cycle à l’ENSAD* (École Nationale Supérieure des arts Décoratifs) a publié en 1992 à Shanghai une monographie sur mon travail, intitulée Colour Design in France. Cet ouvrage et l’enseignement de Song Jianming a largement diffusé ma méthode en Chine et a provoqué ma quantité d’émules.

L. T. : Dernière question : quelle est votre dernière production ou celle de l’Atelier 3D Couleur ? J’ai en effet compris que vous n’y travaillez plus.

J .-Ph. L. : En effet, j’ai cédé l’Atelier à la société Robert Le Héros qui a gardé l’affaire pendant deux ans avant de la céder à nouveau à mes anciens collaborateurs. Je leur avais préalablement proposé mais ils n’avaient pas donné suite. En ce qui concerne leurs dernières productions, il y en a une quantité qu’ils sauront vous décrire mieux que moi. Finalement, quel usage ferez-vous de cet entretien ?

L. T. : Le catalogue raisonné des expositions que nous sommes en train d’enrichir sera mis en ligne avec le Centre Pompidou Virtuel. Les informations que j’ai trouvées dans les documents conservés par le Centre et celles que vous venez de me donner sont destinées à être visibles aux niveaux national et international. Cela doit servir de base de données pour les étudiants et les chercheurs mais également pour tout amateur désireux d’en savoir un peu plus sur telle ou telle exposition.

J.-Ph. L. : Nous avons l’exemple de Tom Porter qui connaissait très bien le monde de la couleur au plan international. Il est mort en 2011. Il ne reste aujourd’hui de lui que ses archives et ses nombreux écrits. Toutefois, il ne pourra plus être directement interrogé sur son incomparable savoir. Il est donc important que vous consacriez du temps à développer vos investigations directement avec les artistes encore vivants ! Ce fut le cas de Cloé Pitiot, actuelle conservatrice au département du design du CCI. Elle fit sa thèse sur mon travail « Jean-Philippe Lenclos, designer-coloriste » et put recueillir de nombreuses informations sur mon métier et mes recherches en m’interrogeant de vive voix.


Laëtitia TIRANO

- 2008: Baccalauréat scientifique (spécialité Physique/Chimie) - 2008-2011: Classes préparatoires aux grandes écoles (spécialité Histoire de l'art / option Latin) - 2009-2011: Participation à deux projets de mise en valeur du site Lycée Michelet - 2011-2012: Master 1 -Patrimoine, muséologie et numérique (Paris Ouest Nanterre) - 2011-2012: Stage de médiation culturelle au Musée du Quai Branly - 2012: co-organisatrice de la Nuit des Musées 2012 du Musée du Quai Branly (dans le cadre du stage) - 2012: Stage "Histoire des expositions" à la Bibliothèque Kandinsky -Centre Pompidou - 2012-2013: Master 2 pro -Médiation culturelle, patrimoine et numérique

More Posts

A propos Laëtitia TIRANO

- 2008: Baccalauréat scientifique (spécialité Physique/Chimie) - 2008-2011: Classes préparatoires aux grandes écoles (spécialité Histoire de l'art / option Latin) - 2009-2011: Participation à deux projets de mise en valeur du site Lycée Michelet - 2011-2012: Master 1 -Patrimoine, muséologie et numérique (Paris Ouest Nanterre) - 2011-2012: Stage de médiation culturelle au Musée du Quai Branly - 2012: co-organisatrice de la Nuit des Musées 2012 du Musée du Quai Branly (dans le cadre du stage) - 2012: Stage "Histoire des expositions" à la Bibliothèque Kandinsky -Centre Pompidou - 2012-2013: Master 2 pro -Médiation culturelle, patrimoine et numérique

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.