Entretien avec Jean-Paul Gourévitch, commissaire associé de l’exposition “L’imagerie politique”, Centre de Création Industrielle, 1977.

AF_9300049
Affiche “L’imagerie politique”, CCI, 1977. Conception graphique : Petronio & Butcher. ©Bibliothèque Kandinsky, MNAM-CCI, Centre Pompidou.

L’exposition L’imagerie politique inaugure le transfert du Centre de Création Industrielle au Centre Georges Pompidou dès son ouverture en 1977. Plus connu en tant que spécialiste dans ce domaine mais aussi collectionneur d’objets et d’affiches politiques, Jean-Paul Gourévitch est alors invité par Gilles de Bures en tant que co-commissaire aux côtés de Marsha Emanuel. Il revient sur ce projet et y apporte quelques éclairages rétrospectifs.

Le plan de montage présent dans les archives du Centre Georges Pompidou témoigne d’un ensemble de sections listées selon un certain ordre. Pourriez-vous en parler ?

En ce qui concerne l’ordre, il faut vous imaginer l’exposition. Dans celle-ci, le public circulait très librement. Ce n’était pas une présentation linéaire, il y avait des blocs. Donc on pouvait très bien aller du bloc qui représentait par exemple les codes, à celui qui reprenait les chefs d’Etats. La partie audiovisuelle était un montage diffusé sur la musique d’Haendel, plus connue en tant que bande originale du film Barry Lindon de Kubrick. J’avais constaté qu’elle avait été ajournée à plusieurs reprises pour problème technique, peut-être est-ce la raison pour laquelle ils ne l’ont pas gardée pour l’itinérance. Donc oui, il y a bien un plan de montage élaboré selon une structure par blocs mais il n’y a pas d’itinéraire balisé. Ce n’était pas un système qui allait de « petit a » à « petit b » mais l’idée était malgré tout de circuler, comme dans tout genre d’exposition. Simplement j’avais souhaité que l’ensemble des codes soient sur des panneaux formant chacun une unité mais en étant liés les uns aux autres.

M5050_X0031_CCI_035_0017_P
Vue de l’exposition “L’imagerie politique”, CCI, 1977. ©Bibliothèque Kandinsky, MNAM-CCI, Centre Pompidou.

Quel sens ce choix apportait-il au projet ?

Il fallait que l’on retrouve un axe du parcours dont le principe était de montrer les différentes facettes de l’imagerie politique qui les représentaient. Est-ce que ce sont des affiches d’exaltation ou des tactiques de dénonciation, quels sont les codes ou les thèmes qui sont utilisés, quels sont les rapports entre les figurations des personnages et des sujets tout-à-fait annexes. Le choix était thématique et visait à montrer d’un côté la diversité de l’imagerie politique mais aussi, de fait, de faire prendre conscience que quels-que-soient les pays, quels-que-soient soient les régimes, il y a un certain nombre de codes communs.

Ces codes communs, pouvez-vous en parler ?

On va prendre un exemple très simpliste présenté d’ailleurs au tout début de l’exposition. En effet, la plupart des affiches représentant le candidat, le montraient en quelque sorte privé de membres, privé de corps. Il est dans ce cas simplement réduit à un visage et acquiert ainsi une certaine respectabilité. On est donc là dans le degré zéro de l’affiche, c’est-à-dire que l’on est en présence d’un portrait plus ou moins valorisé du personnage, parfois même sans arrière-plan, sans rien. Et plus on monte dans l’échelle des hiérarchies des représentations, plus on voit par exemple, que du candidat au leader, du leader au chef d’état, l’image se diversifie, la figure s’agrandit, il y a un fond, un slogan, et pas simplement le nom, etc.

M5050_X0031_CCI_035_0055_P
Vue de l’exposition “L’imagerie politique”, CCI, 1977. ©Bibliothèque Kandinsky, MNAM-CCI, Centre Pompidou.

Pensez-vous que ce sont des stratégies calculées ou que l’emploi de ces codes est inconsciente ?

Non, non, à l’époque, c’étaient des stratégies plus ou moins conscientes venant des analyses un peu simplistes qui consistaient, en tout cas pour les candidats, à penser qu’il fallait avoir un nom accompagné d’un slogan. Donc ils étaient pris en sandwich entre le nom en haut ou en bas et le slogan en haut ou en bas. Bon, on était, je dirais, dans une partie archéologique de l’image politique, on est à la naissance, il n’y avait pas une réflexion approfondie sur la cohérence entre l’image de marque que le candidat veut donner et l’image réelle.

Pouvez-vous parler des produits dérivés qui furent présentés lors de l’exposition ?

Ce n’était pas original du tout, cela vient essentiellement d’une mode qui a été lancée au départ aux Etats-Unis et qui était la déclinaison dans un maximum d’objets, des signes représentatifs du candidat.

M5050_X0031_CCI_035_0071_P
Vue de l’exposition “L’imagerie politique”, CCI, 1977. ©Bibliothèque Kandinsky, MNAM-CCI, Centre Pompidou.

D’où venaient-ils ?

J’en avais un certain nombre. Si l’on m’a demandé de faire cette exposition c’est d’ailleurs pour cette raison. Enfin c’est plus compliqué que cela. A la fois je leur ai proposé et à la fois ils cherchaient à traiter de ce sujet. Donc la rencontre avec François Barré (car avant Gilles de Bures c’est François Barré qui m’avait contacté), s’est produite car ils cherchaient une thématique pour démarrer le CCI à Beaubourg et celle que je leur proposais leur convenait. On avait un énorme avantage c’est qu’à l’époque, l’imagerie politique était bon enfant. Il n’y avait quasi rien eu de fait. Il y avait bien eu des ouvrages traitant du sujet mais il n’y avait pas l’intérêt que vous avez aujourd’hui pour l’image politique comme support de communication numéro un.

M5050_X0031_CCI_035_0069_P
Vue de l’exposition “L’imagerie politique”, CCI, 1977. ©Bibliothèque Kandinsky, MNAM-CCI, Centre Pompidou.

Et tous ces objets ont ensuite acquis le statut de collection ?

C’est intéressant ce que vous dites sur le statut de ces objets ;  je fais une parenthèse. Parce que je me dis qu’un jour,  je ferai une donation qui constituerait un véritable fond. J’ai une importante collection d’objets et plus de deux mille affiches. L’intérêt n’est nullement financier, je cherche simplement à faire perdurer une mémoire qui ne se perde pas au moment où je disparaîtrai. Cependant il y a un important travail de documentation à fournir, j’ai certes des souvenirs mais je ne possède pas toutes les sources et certains choix sont aléatoires. Est-ce qu’une institution se donnerait la peine de documenter tout cela… Peut-être en tout cas ferai-je un ouvrage synthétique traitant de l’imagerie politique car mon dernier date de 1998. D’autre part les images étaient en noir et blanc de qualité médiocre, j’avais donné des pictogramme et ça a été très mal reproduit. Et pour revenir à l’exposition, je ne sais pas comment pensaient les visiteurs. La production de jeux de cartes, de foulards, de t-shirts, de stylos ou de cendrier, est une diversification tous azimuts sur des tas d’objets du quotidien. L’idée était de rassembler dans des vitrines un maximum d’objets différents afin de témoigner de l’intérêt d’une déclinaison.

M5050_X0031_CCI_035_0073_P
Vue de l’exposition “L’imagerie politique”, CCI, 1977. ©Bibliothèque Kandinsky, MNAM-CCI, Centre Pompidou.

Cette pratique est moins répandue aujourd’hui, non ?

Ce n’est pas tout-à-fait vrai car je suis les campagnes et je constate que des chefs d’Etat n’hésitent pas à mettre leur image sur des T-shirts. J’en possède d’ailleurs moi même une importante collection. Alors c’est vrai que c’est peut-être plus valable en Afrique ou en Amérique latine qu’ailleurs.

Mais vous aviez présenté des objets tout de même assez incongrus comme des cigares à l’effigie de Giscard d’Estaing, etc., est-ce que cela pourrait encore exister aujourd’hui ?

Cette forme de communication dans les pays occidentaux est moins répandue  aujourd’hui qu’autrefois, parce que les autres médias audiovisuels ont largement détrôné cette pratique du don d’objet. La première véritable campagne de marketing c’est la campagne du futur Napoléon III, lequel avait compris qu’il fallait donner quelque chose à ses électeurs et que de la sorte, ils lui témoigneraient reconnaissance. C’est lui et son équipe qui ont inventé ce principe.

M5050_X0031_CCI_035_0068_P
Vue de l’exposition “L’imagerie politique”, CCI, 1977. ©Bibliothèque Kandinsky, MNAM-CCI, Centre Pompidou.

C’est vrai qu’aujourd’hui avec les smartphones connectés, ce petit objet multi-fonctions que l’on a emmène partout avec soi, les choses sont bien différentes.

Voilà, on n’a plus besoin fondamentalement de cela mais quand même, je regarde par exemple les différentes campagnes en Afrique et cela n’a pas disparu. Mais ce sont en général des objets qui sont utilitaires.

Serait-il possible de réaliser une telle exposition de nos jours ? Quels furent d’ailleurs les retours sur sa réception ?

La première réaction fut celle de la surprise, le public n’avait jamais vu d’exposition sur l’imagerie politique, c’était flagrant et il y a eu beaucoup de monde. Il y avait eu deux débats. Donc première chose une surprise,  deuxième chose, la découverte d’un langage. Et surtout le fait que les pratiques des différents pays présentent souvent des ressemblances et parfois des différences. C’était une dimension assez étonnante à mettre en exergue.

M5050_X0031_CCI_035_0077_P
Vue de l’exposition “L’imagerie politique”, CCI, 1977. ©Bibliothèque Kandinsky, MNAM-CCI, Centre Pompidou.

A partir de là je ne suis pas capable de décoder la réception sur le public, je ne suis pas placé pour le faire en tant qu’intervenant extérieur, en tout cas je peux dire qu’il y a eu énormément de visiteurs et que les deux débats ont fait salle comble. Et le fait que l’itinérance perdure sur une période de quatre ans, est un gage de l’intérêt qu’elle a suscité. En effet il y a eu peu d’expositions collectives ou thématiques ayant eu autant d’itinérances.

Les archives du MNAM/CCI révèlent l’existence d’une lettre virulente à l’égard de l’exposition, reçue par la présidence de la République et transférée au ministère de la culture, dénonçant le fait qu’il est inadmissible de montrer cette image de la France ou de faire l’apologie du communisme en présentant un portrait géant de MAO. Qu’en pensez-vous ?

M5050_X0031_CCI_035_0005_P
Vue de l’exposition “L’imagerie politique”, CCI, 1977. ©Bibliothèque Kandinsky, MNAM-CCI, Centre Pompidou.

C’est vrai qu’il faut tout de même préciser qu’il y a eu un effet de sang. Dans un des panneaux de dénonciation il y avait une affiche de Moboutou représenté en pantin. Le directeur de l’ambassade du Zaïre à l’époque, m’a demandé son retrait immédiat. Je lui ai proposé de certes la retirer mais d’y laisser un vide. Il est devenu fou furieux et m’a dit « oui mais alors là on va dire que c’est une censure”. Ce qui est le cas, de fait. Alors, j’ai hésité… et puis c’est moi qui ai cédé. On a remplacé cette affiche par une autre. Je n’en n’étais pas content mais il me paraissait important de ne pas compromettre l’ouverture de Beaubourg pour une petite opération de censure qui aurait été certainement récupérée par des adversaires. Je ne voulais pas entrer dans un jeu politique de la sorte.

Concernant les débats, il y avait divers intervenants toutes tendances politiques confondues, comment cela s’est-il déroulé ?

Il y avait deux sortes de débats. Un débat technique et un débat politique. Le débat technique s’est déroulé normalement. Cependant, « l’image dans la politique française » s’est assez mal passé car il y avait des perturbateurs dans la salle. Je crois me souvenir que c’est Ivan Levaï qui pilotait l’événement. Il a fait un très bon travail en essayant de calmer les perturbateurs mais ce ne fut pas simple.

M5050_X0031_CCI_035_0018_P
Vue de l’exposition “L’imagerie politique”, CCI, 1977. ©Bibliothèque Kandinsky, MNAM-CCI, Centre Pompidou.

Mais que ces perturbateurs voulaient-ils revendiquer ?

Ce sont des gens qui avaient simplement envie de se faire valoir, de profiter du débat pour raconter leurs petites histoires personnelles. Rien de plus.

M5050_X0031_CCI_035_0020_P
Vue de l’exposition “L’imagerie politique”, CCI, 1977. ©Bibliothèque Kandinsky, MNAM-CCI, Centre Pompidou.

Pourriez-vous parler de cette ambivalence entre fiction et document ? Les affiches et objets de l’exposition sont difficiles à répertorier puisqu’ils ne sont pas légendés. Aussi, la scénographie choisie pour présenter les objets et les affiches, avec les kiosques et le diaporama, présente un caractère très esthétique. 

Tout-à-fait. Il y a à la fois une dimension esthétique et une dimension fictionnelle qui viennent se surajouter à la dimension d’information. Cela modifie complètement la relation entre l’objet “image”– qu’elle soit fixe ou animée –  ainsi que le rapport entre le créateur d’un côté et le récepteur de l’autre. Cela crée une sorte d’alchimie qui revient à la façon dont l’émetteur voudrait être perçu par son public, même si très souvent il y a un écart considérable entre ce qu’il a voulu dire et ce que le récepteur perçoit. J’ai beaucoup côtoyé divers professionnels de la politique – sans vouloir faire leur campagne – je ne veux pas être encarté dans une tendance ou une autre. Cependant, en travaillant avec eux, je me suis vu leur faire remarquer qu’il fallait peut-être qu’ils réfléchissent à ce qu’ils avaient transmis. En effet, les politiques pensent parfois tenir certains propos, mais en réalité cela peut être tout à fait autre chose qui transparaît dans leur manière de s’exprimer. Dans ce cas, si des contradictions transparaissent dans le message, il faut vraiment se poser des questions.

Cela recouvre le domaine du langage ou de la gestuelle ?

Ce n’est pas seulement de l’ordre du langage car au niveau du texte en général ces gens maîtrise un minimum leurs propos, même si sur le plan de l’intonation, de la respiration et de la durée il y a quelque chose à dire. Mais c’est au niveau de la figuration, de la gestuelle, du montage des interventions, du rythme des documents, il y a beaucoup d’éléments qu’ils ne contrôlent pas. J’ai largement traité de ces questions lorsque j’ai enseigné la communication politique pendant douze ans à l’université Paris XII Créteil, de 1993 à 2005 environ.

M5050_X0031_CCI_035_0065_P
Vue de l’exposition “L’imagerie politique”, CCI, 1977. ©Bibliothèque Kandinsky, MNAM-CCI, Centre Pompidou.

Un petit catalogue d’exposition a d’ailleurs été édité, reprenant ces thèmes et les explicitant.

Ils l’ont rajouté au projet car il n’était initialement pas prévu. A mon avis ils n’avaient pas tiré énormément d’exemplaires donc visiblement ça leur suffisait. C’était un petit ouvrage, il y a des images mais en noir et blanc, ils ne voulaient pas une édition de luxe. Ce n’est pas ce que ferait Pompidou aujourd’hui mais à l’époque les projets d’édition pouvaient être assez restreints.

Visualisez-vous une fonction de la fiction sur  le spectateur ?

M5050_X0031_CCI_035_0074_P
Vue de l’exposition “L’imagerie politique”, CCI, 1977. ©Bibliothèque Kandinsky, MNAM-CCI, Centre Pompidou.

On ne peut pas faire de la politique sans « réenchanter » ou faire rêver. L’imaginaire politique est consubstantiel à l’information politique et c’est l’art de transcender. C’est une transcendance de l’image par rapport à la simple information que porte le candidat. Et plus l’enjeu est important, plus l’élection est fondamentale, plus la part d’imaginaire,    – c’est idiot à dire – est importante. On l’a vu avec l’anaphore de François Hollande “Moi président, Moi président, Moi président”. On n’hésite pas à convoquer des figures de style pour faire oublier l’information factuelle et la transformer en allégorie.

Avec tout l’espoir et tout l’idéal que l’on projette dans la personne du candidat.

Voilà. Absolument. L’équipe qui a élaboré la partie technique de l’expo, et qui l’a d’ailleurs très bien fait, n’a pas pu faire une de choses que je voulais faire. En effet, il y avait  la présentation à l’entrée d’un certain nombre de grandes figures de chefs d’état. Ce que je tenais à faire était tout-à-fait différent puisque j’avais eu l’idée d’un plateau mobile sur lequel elles tourneraient au centre de l’exposition.  Or, ce qui avait été finalement décidé était de présenter ces portraits sur un panneau fixe, présenté certes au début, mais qui ne constituait pas un élément clé. Donc le projet initial a été abandonné, pour des raisons financières ou autres, je ne vais pas entrer dans les précisions. Ce serait mon seul regret vis-à-vis de l’exposition, mis à part cela, tout s’est bien passé.

 


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.