« Le catalogue raisonné des expositions du Centre Pompidou : vers une archive ouverte de l’exposition » : compte-rendu de la journée d’étude du 4 décembre 2012 (partie 1).

Par Léa-Catherine Szacka

Dans le cadre de son projet de Catalogue raisonné, le Centre Pompidou a organisé une journée d’étude en partenariat avec le Labex H2H le mardi 4 décembre 2012. La matinée, chargée et fort dynamique, fut principalement dédiée à la question de l’écriture de l’histoire des expositions, plus particulièrement sous l’angle de l’archive. Après une brève introduction par Danielle Tartakowsky, Présidente de l’Université Paris 8, et de Catherine Grenier, qui pilote le projet de catalogue raisonné au MNAM-CCI, eu lieu une première intervention intitulée « Qu’est-ce que décrire une exposition ? Les mutations du genre exposition au Centre Pompidou ». Dans cette intervention, Bernadette Dufrêne de l’Université Paris 8 a d’abord voulu expliquer les prémisses de cette journée d’étude :

« Cette journée d’étude croise un projet d’institution avec un projet de recherche initialement plus large, puisque Jérôme Glicenstein et moi avions prévu, dans un premier temps, de constituer un répertoire des expositions les plus importantes du XXe siècle. Donc, à l’origine, il y avait deux problématiques différentes : d’une part, du côté du Centre Pompidou, constituer une mémoire de  l’exposition et, de notre côté, du côté de l’université, constituer la mémoire d’une forme culturelle, l’exposition et ses mutations. Ces deux problématique se trouve aujourd’hui conjuguées en une, que l’on peut résumé ainsi : Qu’est-ce que d’écrire l’histoire des expositions et plus particulièrement l’histoire des expositions d’une institution pilote comme le Centre Pompidou»

Comme le rappel B. Dufrêne, la description d’une exposition n’est pas une copie du réel, mais une interprétation du réel. Afin de permettre cette interprétation du réel, par les chercheurs, le Cercle de réflexion sur l’histoire des expositions a donc mis au point une fiche multi entrées qui fournit des informations sur l’exposition, non seulement comme événement, mais aussi comme une manifestation articulée à toute une série d’autres actions et événements. Cette fiche devra être le plus neutre possible mais permettre de tenir compte des différents types d’expositions. Pour ce qui est de l’aspect plus technique lié au projet de catalogue raisonné, Dufrêne rappelle que l’on se base sur du Web 2.0, le web social afin de s’inscrire dans une économie de la coopération, et sur le Web sémantique.

À partir de 1977, le Centre Pompidou a fait école en proposant une programmation qui forme la compétence publique (entre autres avec des corrélations entre accrochages et expo temporaires). Selon Dufrene, l’exposition est une écriture collective, marquée par l’entrée de commissaire venant d’autres domaines (par ex. des chercheurs. – nouveau couple conservateur/chercheur). Ceci, nous dit-elle, avait été initié en 1985 par Lyotard avec les Immatériaux, une exposition qui avait inauguré le genre « expositions recherches » (un genre dans lequel nous pouvons aussi placer les expositions de Georges Didi-Huberman, « L’Empreinte » en 1993  et « L’Informe » en 1996). Autres exemples de nouveaux types d’expositions, nous dit Dufrene, les expositions accrochage inaugurées avec Big Bang en 2005 (suivi par Le mouvement des images, Elles, etc). B. Dufrêne rappelle aussi que la fiche du catalogue raisonné des expositions du Centre Pompidou doit évoluer vers une archive ouverte – privilégier une approche phénoménologique qui permet d’appréhender l’histoire des expositions avec les mutations de la culture. L’archive ouverte peut agréger différents points de vue.

B. Dufrêne conclue son intervention par une citation d’Alfred Barr Jr. – « L’histoire de l’art est l’histoire de la civilisation ! »


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *