Archives du mot-clé séminaire

L’objet de l’exposition : le regard ethnographique

Le Séminaire de recherche L’objet de l’exposition, conduit conjointement par le département d’histoire de l’art de l’Université François-Rabelais de Tours (Frédéric Herbin) et l’École Nationale Supérieure d’Art de Bourges (Giovanna Zapperi) se poursuit le mardi 2 décembre.
Mardi 2 décembre, 14H30-17h30, ENSA Bourges (salle 105)

Mélanie Bouteloup  – « On ne reste pas au même endroit pour regarder une danse de masques. Proverbe Igbo »

J’interprète ce proverbe nigérien de la sorte : pour avoir la meilleure compréhension d’un spectacle, il faut pouvoir changer de point de vue en passant d’observateur à participant, du champ au hors-champ, de la scène aux coulisses, ou bien encore inverser le regard. Dans la photographie placée ci-dessus, le drap tenu par Franz Boas et George Hunt sert à la fois à isoler l’individu dans un type et à cacher les architectures occidentales et modernes. Cette image est paradigmatique de ce qu’on pourrait appeler la mise en ordre, la mise en scène et la mise en forme de l’Autre, proposée par l’ethnographie au début du XXe siècle. Les populations sont placées dans ce que l’anthropologue Johannes Fabian appelle un « présent historique » ou « déni de contemporanéité » symptomatique d’une vision allochronique eurocentriste. La modernité est reléguée au hors-champ, la représentation de l’Autre ne donne qu’une vision dé-contextualisée, partielle et distordue en quête d’une authenticité qu’il s’agit de capturer avant sa prétendue disparition perçue comme inéluctable.

Dans ma pratique curatoriale et au sein du centre d’art et de recherche Bétonsalon, je tente de multiplier les pas de côté, de prendre du recul, en somme d’agrandir le cadre de cette prise de vue, mais surtout j’espère altérer un tant soit peu les imaginaires liées à des formes normalisées de production, circulation et de transmission du savoir. Je propose d’échanger avec vous sur mon expérience de commissaire associée de La Triennale (2012), ainsi que sur différents projets menés au sein du centre d’art et de recherche Bétonsalon (Camille Henrot, The Pale Fox et Maryam Jafri, the Day After notamment).

 Mélanie Bouteloup

Mélanie Bouteloup dirige Bétonsalon – Centre d’art et de recherche à Paris. Elle a été commissaire associée de La Triennale en 2012.

www.betonsalon.net

Stéphanie Rivoire

Conservatrice des Archives - Bibliothèque Kandinsky - MNAM/CCI Chargée de projet Catalogue raisonné des expositions au Centre Pompidou

More Posts

Follow Me:
Twitter

Séminaire « L’objet de l’exposition : le regard ethnographique »

Le Séminaire de recherche L’objet de l’exposition, conduit conjointement par le département d’histoire de l’art de l’Université François-Rabelais de Tours (Frédéric Herbin) et l’École Nationale Supérieure d’Art de Bourges (Giovanna Zapperi) reprend le mardi 14 octobre. Cette année, un nouveau thème sera abordé : le regard ethnographique.
Mardi 14 octobre, 13H30-16h30, Université François Rabelais (salle 8 de l’extension)

Lotte Arndt  – « Troubler les réserves »

Loin de s’agir de questions et d’objets « du passé », la mise en espace et conservation des objets ethnographiques participe du présent. Les travailler vise à les transformer. Sur la base d’exemples d’expositions et de propositions artistiques, l’intervention que je propose discutera les stratégies par lesquelles artistes, activistes et curateurs ont entrepris de mettre en cause l’autorité des réserves ethnographiques. Les exemples choisis se focaliseront spécifiquement sur les restes humains, les questions de restitution, ainsi que sur les stratégies pour faire basculer un régime du regard objectivant, véhiculant des rapports de domination, pour changer les modes relationnels et permettre de secouer les certitudes épistémologiques.

 Lotte Arndt

Enseignante en théorie à l’École d’art et design de Valence depuis 2014, Lotte Arndt continue à publier, programmer et intervenir en indépendante. En 2013, elle soutient sa thèse sur les Négociations postcoloniales dans des magazines culturelles parisiennes relatives à l’Afrique (Humboldt Université Berlin/Paris VII, Diderot, 2013), et travaille pendant une année à la coopérative de la recherche de l’Ecole supérieure d’art de Clermont Métropole. Basée à Bruxelles, elle collabore avec le groupe d’artistes et de chercheuses Ruser l’image ; publie régulièrement sur des sujets ayant trait au présent postcolonial et aux stratégies artistiques en quête de subvertir des récits et institutions eurocentrés ; et contribue aux programmations culturelles, projections et débats dans des espaces d’art tels que la biennale de Berlin (Crawling Doubles, 2014), Khiasma (Possessions, 2013), Bétonsalon (Une légende en cache une autre, 2011), Laboratoires d’Aubervilliers (DesFigures Toxiques, 2014).

Parmi ses publications concernant le sujet des réserves ethnographiques : Vestiges of Oblivion – Sammy Baloji’s Works on Skulls in European Museum Collections, in Darkmatter. In the Ruins of Imperial Culture, 2013 (http://www.darkmatter101.org/site/2013/11/18/vestiges-of-oblivion-sammy-baloji’s-works-on-skulls-in-european-museum-collections/) ; “Giant Hunger for the Whole World – On Foreign Exchange. Stories that you wouldn’t tell a stranger“, Curated by Clémentine Deliss and Yvette Mutumba, Weltkulturen Museum Frankfurt, in Texte zur Kunst, no. 94, June 2014, p. 249-254, “Une mission de sauvetage. Exhibitions. L’invention du sauvage au Musée du Quai Branly”, in Mouvements, no. 72, décembre 2012 ; « Réflexions sur le renversement de la charge de la preuve comme levier postcolonial », bs 12, http://betonsalon.net/PDF/BS12_BETONSALONFINALLIGHT.pdf.

Stéphanie Rivoire

Conservatrice des Archives - Bibliothèque Kandinsky - MNAM/CCI Chargée de projet Catalogue raisonné des expositions au Centre Pompidou

More Posts

Follow Me:
Twitter

Séminaire de recherche « L’objet de l’exposition : l’architecture exposée »

Le séminaire de recherche L’objet de l’expositionconduit conjointement par le département d’histoire de l’art de l’Université François-Rabelais de Tours et l’École Nationale Supérieure d’Art de Bourges, en partenariat avec le FRAC Centre, se termine le jeudi 23 janvier. Pour une seconde année, le thème abordé est l’architecture exposée.

  Roula Mattar-Perret  :

« Comment s’expose l’archè-tecture dans l’oeuvre de Gordon Matta-Clark ? »

Jeudi 23 janvier 2014, 9H30-12h00

Ecole Nationale Supérieure d’Art de Bourges

Notre intervention propose de considérer la réflexion menée par Gordon Matta-Clark sur l’architecture comme une exploration de ce qui, dans l’étymologie, dit « l’autorité et le commencement en tant que représentables » (D. Payot) : l’archè. Partant de l’exposition organisée en 1972 au 112 Greene Street, deux temps ponctuent le développement, pour répondre des moments spécifiques de la découpe architecturale et de sa restitution. Si la découpe expose, littéralement et métaphoriquement, la fabrique d’une certaine archè-tecture, sa restitution soulève d’autres enjeux, par le recours au fragment (l’extraction) et à la photographie.

 

Roula Mattar-Perret est architecte DPLG– Docteur en Histoire de l’art contemporain, Membre associé, EA 1279 Histoire et Critique des Arts (Université Rennes 2), Enseignante à l’ENSA Paris La Villette

Séminaire « L’objet de l’exposition : l’architecture exposée »

Le Séminaire de recherche L’objet de l’exposition, conduit conjointement par le département d’histoire de l’art de l’Université François-Rabelais de Tours et l’École Nationale Supérieure d’Art de Bourges, en partenariat avec le FRAC Centre, se poursuit le jeudi 7 novembre. Pour une seconde année, le thème abordé est l’architecture exposée.
L’objet de l’exposition : l’architecture exposée
Jeudi 7 novembre, 14H00-17h00, Université François Rabelais (s 228)

Eric Monin  – « L’architecture surexposée

ou les monuments à l’épreuve des faisceaux lumineux »

    En 1937, à l’Exposition Internationale des Arts et Techniques dans la Vie Moderne de Paris, l’éclairage des musées et plus précisément la mise en lumière des œuvres présentées au public constituait un aspect important de la classe III du groupe I consacrée aux « Musées et Expositions ». La section « Muséographie » revenait alors sur la question de la mise en valeur des éléments exposés, un aspect déjà souligné quelques années plus tôt par Louis Hautecœur dans son rapport préparatoire à la Conférence de l’Office international des musées qui se tenait à Madrid en 1934. En pointant les problèmes d’éclairage qui devaient être résolus en fonction des ambitions historiques, scientifiques ou artistiques de chaque présentation, les responsables de cette section prenaient pleinement conscience des pouvoirs de la lumière artificielle électrique au service d’une expographie maîtrisée. Les efforts déployés depuis la fin des années vingt pour éclairer les façades monumentales n’étaient pas totalement étrangers à cette problématique de la présentation des œuvres comme en témoignait d’ailleurs le projet de Tour de France de la Lumière chargé de faire rayonner l’Exposition bien au-delà de son enceinte parisienne. Des maquettes exposées dans le pavillon de la classe III jusqu’aux monuments d’Afrique du Nord, la lumière électrique propose une réinterprétation de la réalité diurne en accusant des formes, en révélant des détails et en installant des ambiances qui surgissent d’une matière devenue parfois incandescente. À l’échelle du territoire ou du musée, ces expériences marquantes constituent l’aboutissement de recherches, de tentatives et
de débats qui seront rappelés à l’occasion de cette communication.

 Eric Monin

Architecte DPLG, Maître-assistant titulaire HDR
Ecole nationale supérieure d’architecture et de paysage de Lille

Stéphanie Rivoire

Conservatrice des Archives - Bibliothèque Kandinsky - MNAM/CCI Chargée de projet Catalogue raisonné des expositions au Centre Pompidou

More Posts

Follow Me:
Twitter

Compte-rendu de séminaire : « Valeurs de l’écrit : collectionner, exposer, commercer, restaurer »

Par Clémence IMBERT

Béatrice FRAENKEL, anthropologue de l’écriture à l’EHESS, anime cette année, en collaboration avec d’autres chercheurs, un séminaire intitulé « Valeurs de l’écrit ». Ce séminaire prend la forme de quatre journées d’études sur les thèmes suivants : collectionner, exposer, commercer, restaurer. 

Compte-rendu de la 2ème séance du séminaire : « Exposer », qui s’est déroulée à l’EHESS le 25 janvier 2013

Programme des interventions (Patricia FALGUIERES était absente.)

Les différentes intervention de la journée ont permis de couvrir un large panorama de situations d’exposition de l’écrit : exposition d’objets archéologiques témoignant des premières écritures (B. FRAENKEL), de peinture-écriture ou œuvres d’art à dimension scripturale (M. GHERGHESCU), de documents et textes à contenu géopolitique (F. LEIBOVICI), de livres, de revues, de manuscrits d’artistes (D. SCHULMANN), d’archives, de presse et de documents d’histoire contemporaine (V. TESNIERE).

Toutes ces interventions interrogent la « valeur d’exposition » de l’écrit. Comment un texte (ou plus largement un écrit), médium transitif, qui tire avant tout sa valeur de son contenu informatif, peut-il faire l’objet d’un regard intransitif comme celui que suppose son exposition ?

Continuer la lecture de Compte-rendu de séminaire : « Valeurs de l’écrit : collectionner, exposer, commercer, restaurer » 

Séminaire « Museum of American Art : Une histoire par l’assistant technique du MoMA »

Dans le cadre du séminaire Something you should know animé par Patricia FALGUIERES (professeur agrégée à l’EHESS), Élisabeth LEBOVICI (chargée de conférence à l’EHESS), Hans-Ulrich OBRIST (directeur de la Serpentine Gallery, Londres) et Natasa PETRESIN-BACHELEZ (directrice des Laboratoires d’Aubervilliers)

Mercredi 21 novembre 2012 de 19h à 21h

Lieu :  Maison des Sciences de l’Homme, 

16 – 18 RUE SUGER, 75006 Paris (M° Odéon ou Saint-Michel)

 

Le Museum of American Art est un établissement éducatif, dédié à la collecte, à la préservation et à la présentation de la mémoire de l’art moderne américain, tel qu’il a été présenté par le MoMA lorsqu’il a fait tourner ses collections en  Europe durant les années 1950. Sa collection permanente « MoMA and Americans » est située sur Stalinalee 91 à  Berlin et elle est ouverte au public depuis 2004. Continuer la lecture de Séminaire « Museum of American Art : Une histoire par l’assistant technique du MoMA »