Archives du mot-clé photographie d’exposition

Lancement de la revue Postdocument #5

Par Rémi Parcollet
 
Depuis 2010, Postdocument est une publication centrée sur la photographie d’œuvres d’art en situation d’exposition, réalisée par Remi Parcollet, Aurélien Mole et Christophe Lemaître. Elle présente une organisation d’images réalisées par des amateurs ou des professionnels accompagnées d’une légende développée. Pour chaque nouvelle revue, la sélection et l’organisation des photographies d’exposition rassemblées est réalisée en regard de l’une des 16 entrées permanentes qui composent les légendes des images publiées dans Postdocument.
 
Pour son 5ème numéro, le premier réalisé en sérigraphie, Postdocument se consacre à l’entrée «Copyright». Le lancement se déroule cette fois-ci chez Castillo/Corrales (Paris) samedi 8 juin, prenant tout à la fois parti des vitrines et du dernier jour de l’exposition en place («The issues of our time»).
 
 
 
Since 2010, Postdocument is a publication focused on exhibition photography, produced by the art historian Remi Parcollet with the artists Aurélien Mole and Christophe Lemaitre. Postdocument always gathers a collection of pictures made by amateurs or professional photographers, each image presented next to an extended caption. For each new issue, the selection and the organization of the gathered exhibition views is realized in connection with one amongst the 16 permanent caption entries.
 
The issue #5 will be presented Saturday June 8th at castillo/corrales (Paris, France), taking advantage both of the project space current exhibition ending the same day («The issues of our time») and its glass windows. The chosen entry this time is «Copyright». This Postdocument #5 is the first one silkscreen printed.
 
 
Lancement//Launch — Samedi 8 Juin//Saturday June 8, 2013
de 18h à 21h // from 6pm til 9pm
 
 
 
 
 
 
Email

Georges Meguerditchian, photographe au Centre Pompidou

Georges Méguerditchian a suivi une formation à l’école Estienne à Paris. Il intègre l’équipe de photographes en 1975 lors de la préfiguration du Centre Pompidou.

« Au départ je n’étais pas sur les collections, je faisais partie d’un labo qui faisait des diaporamas. On fait tout ce qu’on nous demande de faire. Par exemple si c’est une expo du Centre de Création Industrielle sur la table, le pétrole ou sur les déchets, je peux me retrouver à faire des photos sur la plus grande décharge de France ou dans les cuisines de Bocuse »[1].

Au cours des premières années du Centre Pompidou, Georges Méguerditchian réalisait beaucoup de reportages à l’extérieur, notamment des visites d’ateliers d’artistes invités à exposer au musée :

« On a abandonné ça. A un moment donné on le faisait, à chaque fois qu’il y a une expo sur un artiste vivant on fait des images de chez lui, dans l’atelier etc… Ce que j’ai fait, il y a vingt ans, vingt-cinq ans, au début. Soulages dans son atelier à Paris »[2]. Continuer la lecture de Georges Meguerditchian, photographe au Centre Pompidou 

Les photographes du Centre Pompidou.

Plusieurs photographes ont travaillé pour le Musée National d’Art Moderne à Paris.
Les activités du CNAC (Centre national d’art contemporain), créé en 1967, prennent fin en 1973. Une nouvelle structure, le département des arts plastiques (DAP), dirigé par Pontus Hulten, naît de la fusion du CNAC et du MNAM (installé depuis 1947 au Palais de Tokyo), celle-ci reprend le nom de Musée national d’art moderne en 1976 et devient un département du Centre national d’art et de culture Georges Pompidou.

Dès 1972, le photographe Jacques Faujour rejoint l’équipe du CNAC dirigée par Blaise Gauthier. Il photographie, au départ, essentiellement les œuvres. Les expositions organisées rue Berryer sont documentées par le photographe indépendant André Morain. Jacqueline Hyde intervient elle aussi régulièrement. Béatrice Hatala travaille pour la documentation, elle photographie non seulement la muséographie, mais réalise des reportages à l’extérieur sur toute l’actualité artistique parisienne et éventuellement en province.

A partir de 1977 une équipe composée de Peter Willi, Christian Bahier, Philippe Migeat, est chargée de reproduire les collections. Georges Meguerditchian fait les photographies des audiovisuels pour les diaporamas des expositions, il réalise aussi des reportages. Jean Claude Planchet et Eustache Kossakowski travaille pour le Centre de création industrielle (CCI), ils photographient l’architecture et le design.

En 1981, Adam Rzepka rejoint Jacques Faujour pour photographier les expositions temporaires, des reportages nécessaires à leur réalisation, mais aussi pour les catalogues.
Des photographes indépendants comme Jean-Christophe Mazur travaillent aussi sporadiquement dans le cadre de missions pour le Centre Pompidou. Certaines expositions ou évènements sont aussi couverts par des photographes extérieurs.

Pendant les trente années d’activité du Centre Pompidou, l’équipe a évolué, les rôles et les missions ont été redéfinis. Comme l’explique Jacques Faujour : « Au départ chacun avait son domaine et puis petit à petit les choses se sont un peu assouplies ». Les photographes s’adaptent suivant les appels et les demandes mais encore selon leurs affinités et leurs compétences.

Les images de THE ART SHOW pour un tableau vivant reconstitué

Par Juliette O’leary

S’il est frustrant de louper une exposition et de ne la voir qu’à travers les photographies, le catalogue, ou les discours critiques qui s’y rapportent, ça l’est d’autant plus lorsqu’il s’agit d’un tableau vivant d’Edward Kienholz. Composé de dix-neuf mannequins sculptés et parlants ainsi que de quatorze tableaux, « The Art Show 1963-1977 » consiste en une reconstitution de vernissage dont les mannequins ne sont autres que les répliques moulées des membres de l’entourage de Kienhloz tels que le galeriste américain Gilbert Brownstone, ses enfants Noah, Chrisi et Jenny ou encore la collectionneuse Virginia Dawn. Nous noterons que l’artiste et le commissaire de l’exposition, Pontus Hulten, entretiennent une étroite relation depuis plusieurs années lorsqu’ils organisent l’événement en 1977. Peu étonnant donc, de retrouver ce dernier statufié parmi les mannequins ! Répartis dans l’espace, un verre de punch à la main pour certains, en communion avec les tableaux pour d’autres, ces derniers contemplent The art show drawings, œuvres plus ou moins explicatives autour du projet. À la fois exposition individuelle et inédite mais aussi œuvre à part entière, THE ART SHOW brouille les pistes.  

Continuer la lecture de Les images de THE ART SHOW pour un tableau vivant reconstitué 

Entretien avec Denis Rivière au sujet des « Ateliers Aujourd’hui 2 »

Par Julien Hector

[Synthèse de l’entretien réalisé dans l’ancien atelier de l’artiste au 10 rue Erard, Paris 12ème, le 10 juillet 2012]

Genèse du projet

« Ateliers d’Aujourd’hui » était une idée de Maurice Eschapasse. Le projet « Ateliers » date de courant 1976. Après sa mort brutale , ce type de manifestations disparut du Centre. Le projet était vraiment issu du regard d’Eschapasse sur le monde de la création artistique. Eschapasse était venu voir Denis Rivière pour lui proposer le projet  » Ateliers Aujourd’hui ». Il faisait en quelque sorte la tournée des ateliers. Et il s’occupait aussi des ateliers d’artistes. Les deux hommes se sont liés d’amitié. Rivière allait souvent chez Eschapasse le dimanche. Denis Rivière le décrit comme une personne très humaine, avec une affection particulière pour les peintres. Pour Eschapasse, « les peintres existaient ».

« Atelier Aujourd’hui 2 « 

Le reportage photographique de Jacques Faujour fait vivre l’atelier. Le principe des « Ateliers » permettait au visiteur d’entrer dans l’atelier de l’artiste, de mieux se représenter l’auteur des oeuvres qu’il pouvait voir dans l’exposition. Les photos de Faujour furent encadrées et sept d’entre elles furent exposées. Le choix se fit avec le photographe. Le thème du reportage était totalement libre et Rivière avait choisi de se placer dans une dimension décalée, humoristique. Denis Rivière se rappelle de Jacques Faujour comme d' »un type chaleureux et ouvert ». Le choix des oeuvres exposées avait été fait par Maurice Eschapasse en concertation avec l’artiste. Une oeuvre de Rivière fut achetée par le Centre  Pompidou (séance du 20 juin 1977 du Sous- Comité d’acquisitions d’oeuvres d’art) Sans Titre, 130×195 cm. Elle fut exposée dans « Ateliers 2 ». […] Continuer la lecture de Entretien avec Denis Rivière au sujet des « Ateliers Aujourd’hui 2 » 

Repenser la photographie d’institution : Jacques Faujour et « Manifeste »

Par Diane Antille

[Résumé de mémoire d’étude de 1ère année de 2ème cycle de l’École du Louvre, année 2008/2009]

J. Faujour, planche-contact 20.73, n°2. Photographie d’accrochage réalisée lors de « Manifeste, une histoire parallèle, 1960-1990″. Tirage numérique d’après les planches-contact, 1993, Fonds muséographie, Collections photographiques de la Bibliothèque Kandinsky/MNAM-CCI.

Entre 1992 et 1993, le Musée National d’Art Moderne présente « Manifeste », une monstration particulièrement importante de sa collection, quinze années après l’ouverture du Centre Pompidou. Cet événement, en son temps particulièrement polémique, demeure aujourd’hui dans les Collections photographiques de la Bibliothèque Kandinsky grâce aux photographies prises par différents photographes du Musée.

 

Jacques Faujour, un des premiers photographes du Centre, est intervenu sur deux séries de photographies. Ces dernières permettent d’interroger les enjeux de la photographie documentaire au sein d’une institution, mais également de différencier la photographie d’accrochage de la photographie d’exposition. Ce travail institutionnel est particulièrement riche puisqu’il permet d’observer les différents échanges intervenus avec l’œuvre personnelle du photographe, pétrie d’Humanisme. Les photographies prises in situ s’éloignent des conventions implicites que comporte la photographie institutionnelle, soit d’une photographie dite « documentaire ». Cependant, davantage empreintes d’un certain « esprit Beaubourg », elles tendent à interroger les impératifs du travail photographique institutionnel et l’usage qui en est fait.

J. Faujour, planche-contact 20.83, n°7. Photographie d’exposition réalisée lors de « Manifeste, 30 ans de création en perspective, 1960-1990 ». Tirage numérique d’après les planches-contact, 1992, Fonds muséographie, Collections photographiques de la Bibliothèque Kandinsky/MNAM-CCI.

 

J. Faujour, planche-contact 20.87, n°31. Photographie d’exposition réalisée lors de « Manifeste, 30 ans de création en perspective, 1960-1990 ». Tirage numérique d’après les planches-contact, 1992, Fonds muséographie, Collections photographiques de la Bibliothèque Kandinsky/MNAM-CCI.

 

J. Faujour, planche-contact 20.87, n°2. Photographie d’exposition réalisée lors de « Manifeste, 30 ans de création en perspective, 1960-1990 ». Tirage numérique d’après les planches-contact, 1992, Fonds muséographie, Collections photographiques de la Bibliothèque Kandinsky/MNAM-CCI.

 

J. Faujour, planche-contact 20.88, n°15. Photographie d’exposition réalisée lors de « Manifeste, 30 ans de création en perpective, 1960-1990 ». Tirage numérique d’après les planches-contact, 1992, Fonds muséographie, Collections photographiques de la Bibliothèque Kandinsky/MNAM-CCI.