Archives du mot-clé muséologie

L’objet de l’exposition : le regard ethnographique

Le Séminaire de recherche L’objet de l’exposition, conduit conjointement par le département d’histoire de l’art de l’Université François-Rabelais de Tours (Frédéric Herbin) et l’École Nationale Supérieure d’Art de Bourges (Giovanna Zapperi) se poursuit le mardi 2 décembre.
Mardi 2 décembre, 14H30-17h30, ENSA Bourges (salle 105)

Mélanie Bouteloup  – « On ne reste pas au même endroit pour regarder une danse de masques. Proverbe Igbo »

J’interprète ce proverbe nigérien de la sorte : pour avoir la meilleure compréhension d’un spectacle, il faut pouvoir changer de point de vue en passant d’observateur à participant, du champ au hors-champ, de la scène aux coulisses, ou bien encore inverser le regard. Dans la photographie placée ci-dessus, le drap tenu par Franz Boas et George Hunt sert à la fois à isoler l’individu dans un type et à cacher les architectures occidentales et modernes. Cette image est paradigmatique de ce qu’on pourrait appeler la mise en ordre, la mise en scène et la mise en forme de l’Autre, proposée par l’ethnographie au début du XXe siècle. Les populations sont placées dans ce que l’anthropologue Johannes Fabian appelle un « présent historique » ou « déni de contemporanéité » symptomatique d’une vision allochronique eurocentriste. La modernité est reléguée au hors-champ, la représentation de l’Autre ne donne qu’une vision dé-contextualisée, partielle et distordue en quête d’une authenticité qu’il s’agit de capturer avant sa prétendue disparition perçue comme inéluctable.

Dans ma pratique curatoriale et au sein du centre d’art et de recherche Bétonsalon, je tente de multiplier les pas de côté, de prendre du recul, en somme d’agrandir le cadre de cette prise de vue, mais surtout j’espère altérer un tant soit peu les imaginaires liées à des formes normalisées de production, circulation et de transmission du savoir. Je propose d’échanger avec vous sur mon expérience de commissaire associée de La Triennale (2012), ainsi que sur différents projets menés au sein du centre d’art et de recherche Bétonsalon (Camille Henrot, The Pale Fox et Maryam Jafri, the Day After notamment).

 Mélanie Bouteloup

Mélanie Bouteloup dirige Bétonsalon – Centre d’art et de recherche à Paris. Elle a été commissaire associée de La Triennale en 2012.

www.betonsalon.net

Stéphanie Rivoire

Conservatrice des Archives - Bibliothèque Kandinsky - MNAM/CCI Chargée de projet Catalogue raisonné des expositions au Centre Pompidou

More Posts

Follow Me:
Twitter

Séminaire « L’objet de l’exposition : le regard ethnographique »

Le Séminaire de recherche L’objet de l’exposition, conduit conjointement par le département d’histoire de l’art de l’Université François-Rabelais de Tours (Frédéric Herbin) et l’École Nationale Supérieure d’Art de Bourges (Giovanna Zapperi) reprend le mardi 14 octobre. Cette année, un nouveau thème sera abordé : le regard ethnographique.
Mardi 14 octobre, 13H30-16h30, Université François Rabelais (salle 8 de l’extension)

Lotte Arndt  – « Troubler les réserves »

Loin de s’agir de questions et d’objets « du passé », la mise en espace et conservation des objets ethnographiques participe du présent. Les travailler vise à les transformer. Sur la base d’exemples d’expositions et de propositions artistiques, l’intervention que je propose discutera les stratégies par lesquelles artistes, activistes et curateurs ont entrepris de mettre en cause l’autorité des réserves ethnographiques. Les exemples choisis se focaliseront spécifiquement sur les restes humains, les questions de restitution, ainsi que sur les stratégies pour faire basculer un régime du regard objectivant, véhiculant des rapports de domination, pour changer les modes relationnels et permettre de secouer les certitudes épistémologiques.

 Lotte Arndt

Enseignante en théorie à l’École d’art et design de Valence depuis 2014, Lotte Arndt continue à publier, programmer et intervenir en indépendante. En 2013, elle soutient sa thèse sur les Négociations postcoloniales dans des magazines culturelles parisiennes relatives à l’Afrique (Humboldt Université Berlin/Paris VII, Diderot, 2013), et travaille pendant une année à la coopérative de la recherche de l’Ecole supérieure d’art de Clermont Métropole. Basée à Bruxelles, elle collabore avec le groupe d’artistes et de chercheuses Ruser l’image ; publie régulièrement sur des sujets ayant trait au présent postcolonial et aux stratégies artistiques en quête de subvertir des récits et institutions eurocentrés ; et contribue aux programmations culturelles, projections et débats dans des espaces d’art tels que la biennale de Berlin (Crawling Doubles, 2014), Khiasma (Possessions, 2013), Bétonsalon (Une légende en cache une autre, 2011), Laboratoires d’Aubervilliers (DesFigures Toxiques, 2014).

Parmi ses publications concernant le sujet des réserves ethnographiques : Vestiges of Oblivion – Sammy Baloji’s Works on Skulls in European Museum Collections, in Darkmatter. In the Ruins of Imperial Culture, 2013 (http://www.darkmatter101.org/site/2013/11/18/vestiges-of-oblivion-sammy-baloji’s-works-on-skulls-in-european-museum-collections/) ; “Giant Hunger for the Whole World – On Foreign Exchange. Stories that you wouldn’t tell a stranger“, Curated by Clémentine Deliss and Yvette Mutumba, Weltkulturen Museum Frankfurt, in Texte zur Kunst, no. 94, June 2014, p. 249-254, “Une mission de sauvetage. Exhibitions. L’invention du sauvage au Musée du Quai Branly”, in Mouvements, no. 72, décembre 2012 ; « Réflexions sur le renversement de la charge de la preuve comme levier postcolonial », bs 12, http://betonsalon.net/PDF/BS12_BETONSALONFINALLIGHT.pdf.

Stéphanie Rivoire

Conservatrice des Archives - Bibliothèque Kandinsky - MNAM/CCI Chargée de projet Catalogue raisonné des expositions au Centre Pompidou

More Posts

Follow Me:
Twitter

Colloque « Histoires d’expositions » les 6, 7 et 8 février 2014

Consulter et télécharger le programme complet



À l’issue d’une journée d’études en 2012 et de la préparation de la monographie des expositions du Centre Pompidou de sa création à nos jours, le colloque Histoires d’expositions sera le rendez-vous des historiens, historiens de l’art, artistes et conservateurs autour de l’exposition et de ses enjeux au XXIe siècle. Traiter des expositions est une opération complexe : à chaque fois se posent des questions de choix d’objets, d’accès à l’information, d’agencement et de modes de restitution de ces informations. Ce colloque permettra d’interroger tous les domaines concernés, histoire de l’art, esthétique, muséologie, histoire des politiques culturelles etc. Quatre thèmes seront principalement abordés par des intervenants internationaux : l’histoire des formes de l’exposition, l’exposition et ses pratiques (accrochages et parcours, gestion des œuvres et d’objets en tout genre, production, réception et évaluation de la réception, documentation), Les acteurs de l’exposition (commissaires, conservateurs, artistes, scénographes, etc.) et enfin les expositions et les institutions qui les accueillent.

Entrée libre dans la limite des places disponibles.

Jeudi 6 février : Centre Pompidou

Petite salle, forum niveau -1 / 19 rue Beaubourg 75004 Paris [plan d’accès]

Vendredi 7 février : Université Paris 8

Amphi X / 2, rue de la Liberté 93200 Saint-Denis [plan d’accès]

 Samedi 8 février : INHA

Auditorium Colbert / 2, rue Vivienne 75002 Paris [plan d’accès]

  • RESPONSABILITÉ SCIENTIFIQUE
  • Bernadette Dufrêne (Université Paris 8, Paragraphe EA 349)
    Jérôme Glicenstein (Université Paris 8, EA 4010 AIAC)
    Didier Schulmann (Bibliothèque Kandinsky MNAM/CCI)

  • COMITÉ SCIENTIFIQUE
  • Bruce Altshuler (New YorkUniversity)
    Catherine Grenier (Centre Pompidou, MNAM/CCI)
    Carles Guerra (MACBA, Barcelone)
    Laurent Le Bon (Centre Pompidou Metz)
    Mark Nash (Royal College of Art, Londres)
    Jean-Marc Poinsot (Université Rennes 2)
    Angéline Scherf (ARC, Musée d’Art Moderne Ville de Paris)
    Mary Anne Staniszewski (Rensselaer Polytechnic, New York)

  • ORGANISATION
  • Benjamin Barbier (Université Paris 8, Paragraphe, EA 349)
    Nathalie Desmet (Université Paris 8, AIAC, EA 4010)

    « On ne se souvient que des photographies » : exposition du 13 au 28 septembre 2013


    Du 13 au 28 septembre 2013

    à Bétonsalon, Centre d’art et de recherche

    Jean Collas, Revues, Manifestes, Groupements littéraires de 1867 à nos jours, 1937.Source : Ebauche et premiers éléments d’un Musée de la Littérature, Paris, Denoël, 1938.

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    « On ne se souvient que des photographies »* est une édition exposée. Elle est le fruit de la rencontre et du dialogue entre le Groupe de recherche « l’art moderne et contemporain photographié » (master 1) de l’Ecole du Louvre et le Master 2 professionnel Politiques culturelles de l’Université Paris Diderot – Paris 7 représenté par cinq étudiantes de l’association Politik’art. Confiée aux graphistes François Havegeer et Sacha Léopold connus sous le nom de Syndicat, elle place la démarche de recherche scientifique au centre de son propos et opère comme un processus réflexif in progress. Ce projet rend compte des recherches des dix étudiantes du master 1 de l’Ecole de Louvre accueillies à la Bibliothèque Kandinsky (Centre Pompidou MNAM-CCI). Elles ont travaillé chacune cette année sur un mémoire sous la co-direction de Didier Schulmann, conservateur de la Bibliothèque Kandinsky et de Rémi Parcollet, post-doctorant au Labex « Création, Arts et Patrimoine ».

    Susan Sontag questionne dans son dernier livre Devant la douleur des autres (2003), l’impact de la photographie sur notre perception des événements historiques et contemporains. Le titre « On ne se souvient que des photographies » est une référence à une citation de l’essayiste1, qui insiste sur ce phénomène perceptuel particulier et pourtant rarement abordé : le moment où le souvenir de la représentation se superpose à celui de l’événement au risque de l’effacer.

    vernissage Bétonsalon 12:09:13-01

     

    L’apparition de la photographie et son utilisation pour reproduire des oeuvres d’art ou rendre compte des pratiques artistiques a bouleversé bien des repères. Par ailleurs l’archive concernant l’art moderne et contemporain tend de plus en plus aujourd’hui à s’émanciper de son statut purement documentaire. Conséquence de l’évolution processuelle et conceptuelle de l’art depuis les années soixante notamment, son statut côtoie celui de l’oeuvre en particulier à travers la photographie.

    Cette exposition-édition a pour objet de matérialiser une réflexion non seulement sur la pratique et la production de l’image documentaire, mais encore et surtout, sur l’archive, ses usages, la diffusion et la réception de ces photographies. Elle ambitionne d’interroger le trajet des photos et la circulation des oeuvres d’art et des pratiques artistiques à travers différents supports (tirage photographique, photographie imprimée, livre, catalogue, magazine, revue, carton d’invitation, affiche, carte postale, image numérique…).

    Il s’agit d’identifier les causes et les mécanismes du processus de patrimonialisation par la photographie de l’exposition et des oeuvres exposées, des pratiques artistiques éphémères, immatérielles ou encore in situ. Car si la photographie de vue d’exposition, d’atelier, de performance, de danse ou encore de mode est appelée à intégrer pleinement le patrimoine photographique, elle ouvre surtout un champ d’interpellation aux méthodes de l’histoire de l’art, de la critique et en conséquence aux pratiques muséographiques ou curatoriales. Les campagnes de numérisation s’amplifient peu à peu et ces archives photographiques sont confrontées à de nouveaux enjeux, non plus seulement de préservation mais de diffusion et de mise en valeur. Quelles en sont les conséquences en termes artistique, scientifique et pédagogique ?

    vernissage Bétonsalon 12:09:13-04

     

    Sur le plan sociologique, le numérique rend actif et opérationnel le lien, jusqu’alors théorique, entre les deux analyses canoniques de Pierre Bourdieu : celle sur la photographie, « Un art moyen » (1965) et celle sur les musées « L’amour de l’art » (1966) ; le numérique, face aux oeuvres et dans les musées, modifie les usages respectifs que le public, les étudiants, les institutions et les artistes eux-mêmes ont de la photographie.

    Parmi les différents documents liés à l’exposition et qui serviront par la suite à son analyse, la photographie documentaire apparaît comme prépondérante. De fait elle tient une place déterminante dans la plupart des publications récentes sur l’histoire de l’exposition. Les archives institutionnelles comme celles de la Biennale de Venise ou de la documenta à Kassel sont de plus en plus accessibles et permettent à l’historien une relecture de l’histoire de l’art et plus spécifiquement de l’histoire des expositions. Des personnalités apparaissent, témoins privilégiés de ces événements comme les photographes Ugo Mulas ou Gunther Becker, ce dernier développant un style documentaire rigoureux proche de Bernd et Hilla Becher. Leurs subjectivités d’auteurs nécessitent précaution et discernement comme le démontre l’implication du jeune Reiner Ruthenbeck pour documenter la scène artistique de Düsseldorf au début des années soixante avant de devenir pleinement artiste. Le statut de ses images revisitées est aujourd’hui à reconsidérer en regard de sa pratique de sculpteur. Dans le même esprit Mulas est aujourd’hui considéré comme un précurseur du photoconceptualisme avec la série des « vérifications » réalisée à la fin de sa vie, au début des années soixante dix, et qui sont accrochées quarante ans après sur les cimaises du musée au coté des artistes de l’Arte Povera dont il a documenté les oeuvres durant toute sa carrière. La documentation de l’art en situation d’exposition nécessite donc d’être contextualisée, et le trajet du document photographique doit être cartographié tant la mise en abyme qu’il implique permet de repenser notre rapport à l’oeuvre. Gerhard Richter a récemment utilisé des photographies comme support pour des peintures qui effacent l’espace muséal, des images finalement à l‘origine semblables aux différents reportages muséographiques de sa dernière rétrospective itinérante permettant à l’historien et au critique de comparer les partis pris des trois différents commissaires. Constatons que la photographie malgré ses limites et la subjectivité à laquelle l’artiste voudrait la cantonner a paradoxalement accompagné et rendu possible des pratiques artistiques qui se voulaient impossibles à retranscrire par l’image, comme par exemple, la performance ou la danse. Ainsi l’oeuvre in situ ou éphémère, comme le graffiti, développe elle aussi un rapport ambigu avec la photographie. Concernant la diffusion mais aussi la conservation de ce type de pratique artistique dont le musée ne peut rendre compte, le rôle de Martha Cooper apparaît aujourd’hui évident. Si les archives institutionnelles trouvent leurs limites avec le statut de la photographie documentaire, les archives privées particulièrement celles des collectionneurs développent certainement des atouts singuliers, particulièrement lorsque les oeuvres collectionnées s’organisent en fonction de tendances conceptuelles. Le document devient alors prolongement de la collection. Il faut alors s’intéresser à la posture d’un photographe indépendant comme André Morain, documentant régulièrement les expositions d’art contemporain en galeries ou dans les centres d’art, lorsqu’il s’implique dans le suivi d’une collection privée.

    vernissage Bétonsalon 12:09:13-02

    L’expérience de l’oeuvre se vit souvent dans l’espace et la photographier implique des choix de point de vue, de cadrage, de lumière. Quand la photographie documente l’exposition ou l’atelier comme lieu de création de l’artiste, elle ne se limite pas à une simple reproduction documentaire. Ainsi les intentions du photographe, malgré sa démarche documentaire, évoluent toujours entre objectivité et subjectivité. Il faut donc prendre en compte le statut d’auteur de ces photographes et considérer ces « documents impliqués » comme une traduction, une retranscription ou encore une interprétation. Ainsi la photographie de danse est une pratique photographique sans être complètement un genre comme le démontre la collaboration entre Pina Bausch et le photographe Guy Delahaye. Par ailleurs la plupart des reportages notamment pour la presse magazine sont les fruits de commandes à des personnalités de la photographie comme Cecil Beaton, William Klein ou encore Juergen Teller. Il est pertinent d’observer l’environnement de la photographie imprimée comme son rapport au texte tout autant que le cadre de sa production et de sa réception. Il est ainsi utile d’observer l’image dans Vogue et Paris Match comme dans ARTnews ou Art d’Aujourd’hui. Le magazine de mode comme la revue d’art sont potentiellement des espaces d’exposition. A l’inverse une exposition peut devenir l’espace de l’écriture, du texte. Les grandes expositions internationales construisent progressivement une histoire de l’art exposé. Celle de Paris, en 1937, en exposant l’exposition, ou encore en proposant d’exposer la littérature a été l’occasion de penser la muséographie. L’écrit devient image que l’image décrit.

    Remi Parcollet

    vernissage Bétonsalon 12:09:13-03

     

    INFOS PRATIQUES

    Bétonsalon – Centre d’art et de recherche

    9, Esplanade Pierre Vidal-Naquet, Rez-de-chaussée de la Halle aux Farines

    Paris 75013  Voir le plan

    +33.(0)1.45.84.17.56

    contact : info@betonsalon.net

    Ouverture : du mardi au samedi de 11h à 19h

    Entrée libre

    PROGRAMME DES ÉVÉNEMENTS

    Des visites guidées de l’exposition seront données par les étudiantes de l’Ecole du Louvre tous les mardis et jeudis à 18h.

    Des conférences auront lieu les samedis 21 et 28 septembre de 17h à 19h.

    Infos : http://www.betonsalon.net/

    1. « Le problème n’est pas qu’on se souvient grâce aux photographies, mais qu’on ne se souvient que des photographies. » in Susan Sontag, Devant la douleur des autres, trad. de l’anglais par F. Durant-Bogaert, Paris, Christian Bourgois, 2003, p. 97. []

    Programme du colloque « Ce qu’exposer veut dire »

    RENCONTRES EUROPEENNES DU PATRIMOINE – 2013

    « Ce qu’exposer veut dire »

    25 et 26 avril 2013

    Auditorium de la Galerie Colbert,  INHA

    Vue de l'exposition "1917" au Centre Pompidou Metz. Scénographie : Didier Blin. Photographie : Rémi Villaggi
    Centre Pompidou-Metz /Scénographie Didier Blin /Photographie Rémi Villaggi 

     

    Placée sous la direction de Philippe DAGEN, la rencontre, ouverte au plus large public et destinée aussi à tous les élèves conservateurs en formation, a pour ambition de présenter les différentes problématiques qu’implique le projet d’exposition depuis la conception jusqu’à l’ouverture au public, à travers l’exemple d’expositions emblématiques de l’année 2012 (telles Caravage et le caravagisme, 1917, Bertrand Lavier, depuis 1969). 

     

     

    Expositions beaux arts, d’archéologie ou d’archives, chaque exemple sera l’occasion de faire intervenir les différents acteurs qui travaillent à l’élaboration de ces manifestations artistiques ou scientifiques et d’aborder des thématiques aussi diverses que l’historiographie, la politique de prêts, les coproductions, la scénographie, la régie, l’éclairage, la diffusion et la médiation.

    Ces rencontres consacrées aux expositions deviendront un rendez-vous annuel au printemps à l’Institut national du patrimoine. Continuer la lecture de Programme du colloque « Ce qu’exposer veut dire » 

    Compte-rendu de séminaire : « Valeurs de l’écrit : collectionner, exposer, commercer, restaurer »

    Par Clémence IMBERT

    Béatrice FRAENKEL, anthropologue de l’écriture à l’EHESS, anime cette année, en collaboration avec d’autres chercheurs, un séminaire intitulé « Valeurs de l’écrit ». Ce séminaire prend la forme de quatre journées d’études sur les thèmes suivants : collectionner, exposer, commercer, restaurer. 

    Compte-rendu de la 2ème séance du séminaire : « Exposer », qui s’est déroulée à l’EHESS le 25 janvier 2013

    Programme des interventions (Patricia FALGUIERES était absente.)

    Les différentes intervention de la journée ont permis de couvrir un large panorama de situations d’exposition de l’écrit : exposition d’objets archéologiques témoignant des premières écritures (B. FRAENKEL), de peinture-écriture ou œuvres d’art à dimension scripturale (M. GHERGHESCU), de documents et textes à contenu géopolitique (F. LEIBOVICI), de livres, de revues, de manuscrits d’artistes (D. SCHULMANN), d’archives, de presse et de documents d’histoire contemporaine (V. TESNIERE).

    Toutes ces interventions interrogent la « valeur d’exposition » de l’écrit. Comment un texte (ou plus largement un écrit), médium transitif, qui tire avant tout sa valeur de son contenu informatif, peut-il faire l’objet d’un regard intransitif comme celui que suppose son exposition ?

    Continuer la lecture de Compte-rendu de séminaire : « Valeurs de l’écrit : collectionner, exposer, commercer, restaurer » 

    Programme de la journée d’étude « Penser l’exposition, Points de vue pragmatique »

    Journée d’étude pluridisciplinaire
    Université Paul Valéry – Montpellier 3

    Vendredi 15 février 2013

    De sa production à sa réception, en passant par sa mise en espace, toute exposition nécessite l’intervention de plusieurs professionnels du monde de l’art (artistes, commissaires, conservateurs, collectionneurs, architectes, scénographes, critiques, historiens de l’art). Toutefois, ces derniers ont rarement l’occasion d’échanger sur leurs exigences spécifiques. Car il est indéniable qu’en fonction de son champ de spécialité, chacun pose un regard très différent sur les expositions. Une telle journée d’étude vise donc a croiser les regards, pour un enrichissement professionnel réciproque. Il s’agira de mettre en valeur la large gamme de critères d’évaluation à laquelle est soumise toute exposition, selon les professionnels qui l’envisagent. Continuer la lecture de Programme de la journée d’étude « Penser l’exposition, Points de vue pragmatique »