Archives du mot-clé Mona Hatoum

Les expositions Mona Hatoum au Centre Pompidou

1993 : Germain Viatte, directeur du MNAM, programme l’exposition Mona Hatoum pour l’année suivante. Il s’agit de la première exposition de l’artiste en France, et qui plus est, sa première exposition dans une institution muséale. L’exposition monographique présente  dans trois salles six oeuvres majeures couvrant onze années de travail de l’artiste. Le commissariat de cette exposition est alors confié à Christine Van Assche (L’époque, la mode, la morale, la passion en 1987 ou encore Vidéo Vintage 1963-1983 en 2012) et la scénographie est réalisée par Laurence Fontaine, architecte scénographe. En 2015, la même équipe conçoit une nouvelle monographie témoignant de quarante années de travail avec plus de cent œuvres présentées.

Une artiste aux multiples facettes

D’origine palestinienne, Mona Hatoum vit et travaille à Londres depuis le milieu des années 1970. Née à Beyrouth en 1952 après que ses parents s’y soient exilés en raison du conflit israélo-palestinien, Mona Hatoum grandit et apprend le français durant ses études secondaires dans la capitale Libanaise. En 1975, elle se rend à Londres où elle envisage de faire ses études supérieures. Elle y reste finalement par obligation puisque la guerre du Liban éclate et l’empêche de rentrer. Séparée de sa famille, Mona Hatoum entreprend des études d’art et obtient un diplôme de The Slade School of Art en 1981. Dès 1980, elle réalise sa première performance Don’t Smile, You’re on Camera !.

Vers le milieu des années 1980, estimant « que la performance comme médium était devenue quelque chose d’assez institutionnalisé et avait perdu son aspect critique » [1] , l’artiste s’ouvre à la vidéo et à l’installation, favorisant « une approche plus mesurée/réfléchie » [1] dont l’immédiateté, et l’improvisation parfois, induites par la performance, manque. Qu’il s’agisse de performance, vidéo, sculpture ou installation, le travail de Mona Hatoum joue sur l’ambiguïté, les opposés. Engagées ou pleines de légèreté, délicates et brutes à la fois, les œuvres de Mona Hatoum peuvent être aussi sérieuses que drôles. Elles sont aussi politiques qu’autobiographiques, évoquant autant l’histoire personnelle de l’artiste que des sujets de société.

175px-AF_9400197

Une œuvre attirante et repoussante

La première exposition de l’œuvre de Mona Hatoum au Centre Pompidou s’inscrit avant tout dans une programmation plus vaste qui comprend les expositions Gary Hill et Stan Douglas et apporte une réflexion sur les relations entre l’espace, l’architecture et le visiteur « […] et enfin les rapports désormais incontournables entre le spectateur et l’œuvre » [2]. Si l’exposition a lieu du 8 juin 1994 au 12 septembre 1994, la question des dates de celle-ci fait l’objet de plusieurs changements avant d’être arrêtée. L’exposition est initialement prévue entre mars-avril 1994 afin, selon une correspondance de Christine Van Assche à Germain Viatte, « […] d’établir une liaison entre [l’œuvre de Mona Hatoum] centrée sur la question du corps et les recherches sur le corps scientifiques dans la Revue virtuelle [du Centre Pompidou] »[3]. Par la suite, la date est repoussée entre octobre et décembre 1994 mais Mona Hatoum n’est pas disponible à ses dates. Mona Hatoum souhaitant s’investir dans le projet et dans une volonté de satisfaire autant le public que l’artiste et de présenter Mona Hatoum au public parisien, le Centre Pompidou, à force de discussion et de travail entre les différents membres de l’équipe, fixe les dates du 8 juin au 22 août 1994. C’est finalement un changement de programmation de dernière minute qui permet à l’exposition Mona Hatoum de jouer les prolongations.

Continuer la lecture de Les expositions Mona Hatoum au Centre Pompidou 

Samuel Beckett (2007), Mona Hatoum (1994) et la chute de l’humanisme

C’est en travaillant sur l’exposition Samuel Beckett (2007) que j’ai découvert une proximité forte avec le travail de Mona Hatoum. Aussi l’étude de l’exposition Mona Hatoum tenue en 1994 s’est imposée naturellement à moi, alors même que je m’étais d’abord engagée sur un axe touchant les expositions plus littéraires présentées par le Centre Pompidou.

Samuel Beckett et Mona Hatoum ont de nombreux points communs. Peut-être que leur amitié en est la cause, peut-être que c’est simplement leur vision similaire du monde qui les a rapproché. Quoi qu’il en soit, leur exposition consacrée à treize ans d’intervalle reflète le même aspect social, un monde grisâtre où le public assiste à la chute de l’Homme. Lorsque les personnages d’En Attendant Godot attendent avec espoir une source de changement qui ne viendra jamais, Mona Hatoum montre dans son art une société où la politique instaure la cruauté. Elle tient à mettre son public en cage (Light Sentence, 1992), à lui faire comprendre que le corps se fait violence et que ce corps violenté attire comme dégoûte (Corps Etranger, 1994). Ce n’est pas un art coloré, c’est une continuité du théâtre de l’absurde, un courant auquel Samuel Beckett a beaucoup contribué.

Pour l’exposition Samuel Beckett située à la galerie 2 du Centre Pompidou, 28 artistes (Jean-Michel Alberola, Avigdor Arikha, Geneviève Asse, William Chattaway, Mona Hatoum, Jasper Johns, Andrew Kötting, Paul McCarthy, Bruce Nauman et bien d’autres) ont été exposés dans le but de rendre hommage au dramaturge.

L’exposition fut ouverte au public du 14 mars au 25 juin 2007. Avec un léger décalage, l’événement faisait partie de la célébration de l’année centenaire de sa naissance (1906). C’était une exposition hybride, dirigée par les commissaires Marianne Alphant et Nathalie Léger, dans laquelle art, œuvres littéraires et audiovisuels étaient rassemblées, manière de présenter la polyvalence de l’auteur. L’exposition se déroulait sur huit salles, chacune représentant une facette particulière de Samuel Beckett et de son oeuvre.

Une œuvre de Mona Hatoum était présentée dans cette exposition : So Much I Want To Say (1983), dans la salle n°2 « Restes », nommée ainsi d’après une citation de Pour finir encore : « Lieu des restes où jadis dans le noir de loin en loin luisait un reste ». Ce récit de Beckett veut dire l’indescriptible, les derniers appels à l’imagination, à la visualisation et à la parole libérée. Cette représentation pourrait très bien, de mon point de vue, correspondre au travail de Mona Hatoum.

Mona Hatoum est née au Liban dans la ville de Beyrouth en 1954. Elle vit à Londres depuis 1975 où elle a étudié à  la Byam Shaw Art School et la Slade School of Art de 1975 à 1981. Elle commence dès les années 1980 à se faire connaître grâce à ses performances qui mettent en scène la violence et la sexualité vécue dans la souffrance. Elle travaille ensuite la vidéo puis les installations.

Femme orientale exilée venant d’un pays en guerre, elle instaure ses œuvres dans un rapport paradoxal, pas simplement en imposant le choc des cultures, mais racontant son ressenti face au monde global. Loin de sa famille, elle se situe dans une culture occidentale tout en préservant avec difficulté son identité orientale. Dans Measures of distance (1988), Mona Hatoum cherche tant bien que mal à garder un contact avec sa mère, sa famille et ses origines. Des lettres arabes défilent mais la femme est cachée par le voile de la baignoire. L’exil a permis de la protéger mais finalement, la vie orientale de l’artiste s’éloigne de plus en plus, l’excluant de son milieu culturel d’origine. Il ne semble n’en subsister que des restes.

Autre point commun entre les deux artistes : l’oralité. Tandis que Samuel Beckett est un dramaturge mettant en scène ses pièces, Mona Hatoum est une performeuse, une artiste utilisant beaucoup les sons. Ainsi dans l’œuvre Corps Etranger (1994), le public peut apercevoir l’extérieur comme l’intérieur du corps de l’artiste et entendre des sons intimes qu’il provoque.

[…]Cardiologue, Clinique […] Paris

I have just received the video of Endoscopy shot by your colleague […] and I think it is fantastic – exactly what I was looking for.

I am extremely grateful to you for generously giving your time, expert advice and assistance in order to make it possibly for me to finally produce this video work. I don’t know if I mentioned it before, but this is a project I have been waiting to make since 1979-1980 when I was still a student. Although at the time I made contact with a doctor at the UniversityCollegeHospital in London, for one reason or another we never managed to organise for the video to be shot. So you can imagine how pleased I am to be able to finally realise this work.

Apart from the endoscope images of the top and bottom parts of the body, following your advice, I would very much like to obtain the heart beat sounds produced by the Ecographie Cardiaque at different points if the heart. Your help with this recording will be greatly appreciated. […]

Thanks again,

Mona Hatoum.

 

L’exposition Mona Hatoum eut lieu à la Galerie Sud du Centre Pompidou du 8 juin au 12 septembre 1994. Sa commissaire Christine Van Assche avait choisi d’exposer l’artiste dans trois salles avec trois bandes vidéos ponctuant les éléments phares de la carrière de Mona Hatoum : So Much I Want to Say (1983), Changing Parts (1984) et Measures of Distance (1988), et trois installations : Light Sentence (1992), The Light at the End (1989) et Corps Etranger (1994). Il n’existe pas de reportage muséographique de l’exposition, il est cependant possible de consulter aux archives une diapositive de la salle n°3. Sur cette diapositive, nous pouvons constater que l’installation Light Sentence était présentée seule. Un grillage composé d’éléments métalliques tels que des cages d’animaux était disposé en forme de U, le tout formant une multitude d’ombres sur les murs blancs. Dans cette installation, la volonté de Mona Hatoum était de placer le public dans une situation de piège, de lui montrer qu’il est enfermé dans une société qui finalement donne peu de liberté, de lui faire prendre conscience de ce que l’individu sans liberté peut ressentir. Tout aspect que nous rappelle Samuel Beckett avec certains de ses personnages, dont l’esprit torturé empêche la clarté et l’espoir d’un renouveau ou d’une qualconque liberté.

          (Light Sentence, Mona Hatoum, 1992)