Archives du mot-clé Los Angeles 1955-1985

Los Angeles 1955-1985, naissance d’une capitale artistique. Les traces de l’exposition pour le grand public

Catalogue, dossier de presse, dépliant, enregistrement, correspondance… Autant de documents gardés dans les boites d’archives du Centre Pompidou, partiellement numérisés, représentent des traces d’une exposition passée. Répertoriés dans le futur catalogue raisonné, des expositions qui est destiné essentiellement aux chercheurs, ces documents peuvent également être exploitées pour le grand public. Lesquels d’entre eux sont les plus pertinentes pour présenter a posteriori l’exposition au grand public ? Lesquels d’entre eux peut-on mettre sur le site internet du Centre Pompidou afin de donner un aperçu de l’exposition ? Je vous propose d’aller à la chasse aux informations au travers une sélection des documents.

L’affiche présente un paysage urbain pris de l’intérieur d’une voiture. Une vaste route, ponctuée par quelques stations d’essence, des maisons aux toits plats, des billboard et un drapeau américain – s’agirait-il d’un imaginaire collectif attaché aux Etats-Unis ? Le titre précise Los Angeles 1955-1985, naissance d’une capitale artistique.

Première grande exposition dédiée à l’art de la Côte Ouest, elle s’est déroulée à la Galerie 1 du Centre Pompidou, entre le 3 mars et le 7 juillet 2006 – peut-ont lire dans la revue de presse. Quelques articles font le rapprochement avec les expositions passées. Fruit de la collaboration entre Centre Pompidou et les acteurs du monde artistique des Etats-Unis (une liste d’œuvres au dos du catalogue précise les noms des prêteurs), cette exposition s’inscrit dans la lignée des grandes expositions, telles Paris-New York (1977), Paris-Berlin (1978), ou bien Paris-Moscou (1979). On le devine également en regardant l’invitation au vernissage : sur la pochette d’un billet d’avion, un trait rouge relie Paris à Los Angeles.

Le dossier de presse, le catalogue de l’exposition, tout comme le dossier pédagogique renseignent qu’environ 350 œuvres de 85 artistes présentés dans l’exposition ont illustré la mutation de l’art californien entre 1955 et 1985 ; la période choisie représente le moment où la scène artistique californienne délaisse son statut provincial et devient progressivement une scène artistique internationale de premier plan. Le dépliant de l’exposition offre un plan et une présentation synthétique du parcours chronologique au sein de 17 salles thématiques, investies par des peintures, sculptures, installations, photographies, films et vidéos.

L’exposition fut accompagnée d’une riche programmation : des rencontres, mais également des films et des vidéos diffusés dans les salles de cinéma du Centre Pompidou. La liste des événements est accessible dans la programmation du Centre de 2006, ainsi que dans la brochure de la programmation du cinéma (de mars à août 2006). Le catalogue, constitue un complément précieux à l’exposition, car il restitue les mouvements et les œuvres dans leur contexte historique et culturel. Constitué essentiellement de documents, tels articles, extraits de livres, interviews et une frise chronologique, il dépasse une simple trace de l’exposition et incite le lecteur à se plonger dans l’ambiance californienne.

Tout comme le catalogue, la scénographie de l’exposition joue sur l’immersion. Le parcours orthogonal qui croise des axes de vues s’apparentant à des rues, le mobilier en acier brut, les miroirs aux extrémités des axes et les ouvertures sur la ville de Paris ont permis de créer une ambiance urbaine. Certes, on peut l’imaginer en lisant la présentation du parcours dans le dossier de presse, mais serait-il possible de voir à quoi ressemble cette scénographie ? Le reportage muséographique serait un outil parfait afin de recréer un parcours en utilisant les prises de vue des salles. Il est regrettable que dans cette exposition, à l’exception du mobilier, ces éléments n’apparaissent pas sur les photographies des salles. En revanche, on peut visualiser la disposition des œuvres et leur présentation au sein des salles. Dommage également que toute une partie de l’exposition pour laquelle le reportage muséographique est introuvable laisse un vide autour de cinq salles.

S’agissant des traces photographiques, nous n’en possédons aucune qui témoignerait des deux incidents survenus dans l’exposition. Un dossier de presse dédié, mais également une revue de presse étoffée renseignent sur la disparition de deux oeuvres : Untitled Wall Relief de Craig Kauffman (1967) et Untitled de Peter Alexander (1971). Serait-il souhaitable d’illustrer ces événements par la prise de vues des salles montrant des oeuvres brisées ? Certainement c’est une question discutable, si on prend en compte deux points de vue différents : d’une part les questions liées à la confidentialité mais également l’image de l’institution, d’autre part la curiosité du publique.

Au travers quelques documents cités, il est donc possible d’offrir un aperçu, plus ou moins complet, d’une exposition au grand public. La grande partie de ces documents est déjà présente sur le site internet du Centre Pompidou. Il ne reste que d’apporter quelques compléments et des liens pertinents entre les documents pour une recherche approfondie.