Archives du mot-clé Léa-Catherine Szacka

Colloque : « Exposer l’architecture : espace discursif, espace scénographique » au Centre Pompidou

Dans le cadre du cycle « PAROLE A L’ARCHITECTURE »
JEUDI 16 et VENDREDI 17 JANVIER 2014,
PETITE SALLE, 14h-20h
 
Au moment de son ouverture en 1977, le Centre Pompidou est pensé, non pas comme un musée au sens traditionnel, mais comme une institution culturelle pluridisciplinaire, sorte « d’hybride entre Times Square de l’information et le British Museum  » selon ses architectes Richard Rogers et Renzo Piano. En ce sens, le Centre Pompidou est précurseur d’une nouvelle approche. 
Le Centre de Création Industrielle (CCI), fondé en 1969, rejoint l’équipe de préfiguration du Centre Pompidou et devient l’un des deux départements de la nouvelle institution. Il prend en compte la vocation pluridisciplinaire du Centre dès son inauguration en 1977 et participe au développement d’expositions d’architecture et de design. C’est également au tournant des années 1980 que sont créés, à travers le monde, plusieurs musées et institutions dédiés à l’exposition de l’architecture.
Citons par exemple la création de l’International Confederation of Architectural Museum (ICAM) en 1979, qui aura pour effet de légitimer et de donner une vocation «publique» aux expositions d’architecture. À partir des années 1980, les expositions d’architecture deviennent de plus en plus nombreuses et de plus en plus médiatisées. En 2014, le Département du Développement culturel du Centre Pompidou organise un colloque international dont l’objectif est d’aborder les expositions d’architecture comme espaces discursifs et comme espaces scénographiques.
D’une part, l’exposition d’architecture suscite des changements de paradigmes, elle agit comme espace discursif, énonçant des ruptures de continuités historiques et théoriques. Le MoMA, par exemple, a instauré depuis 1932 une tradition d’exposition dont le but est de réformer les pratiques actuelles en commémorant. Ainsi, les choix opérés quant aux objets conservés et exposés, leurs enjeux socio-politiques, économiques et techniques occupent une part importante des discussions entourant l’exposition de l’architecture. Plusieurs questions apparaissent et renvoient à l’écriture de l’histoire, au statut et à la valeur des représentations architecturales ou plus récemment, à la conservation et à l’exposition d’archives numériques.
D’autre part, l’exposition d’architecture est aussi un dispositif scénographique permettant d’expérimenter les liens entre le contenu de l’exposition et l’espace de celle-ci. Au-delà de son rôle de médiation, l’exposition contribue à la création de dispositifs valorisant des approches différentes selon les acteurs concernés : architecte, conservateur ou chercheur. Mentionnons quelques scénographies mémorables parmi lesquelles celles de l’exposition Morphosis présentée en 2006 au Centre Pompidou, le Cabinet de curiosités des architectes Herzog & de Meuron au CCA en 2002 ou l’exposition OMA/Progress conçue par le collectif Rotor à la Barbican Art Gallery en 2011.
Organisé autour de quatre axes — état de la question, stratégies institutionnelles, statut des objets exposés, rapport entre écriture de l’histoire et exposition —, ce colloque prolonge et enrichit les réflexions en cours sur l’exposition de l’architecture et rassemble des commissaires d’expositions, des universitaires, et des architectes praticiens, européens et américains.
Sous la direction scientifique de Stéphanie Dadour et Léa-Catherine Szacka, docteurs en architecture, ainsi que Jean-Pierre Criqui et Romain Lacroix (DDC, service de la Parole) pour le Centre Pompidou.
JEUDI 16 JANVIER, 14h00-16h30
ÉTAT DES LIEUX ET ACTUALITÉ DES EXPOSITIONS COMME SUJET D’ÉTUDE
Depuis quelques années, l’histoire des expositions, sa théorisation et son historicisation font l’objet de divers travaux tant dans le monde professionnel qu’académique. Dans le cadre de son programme sur l’histoire des expositions, le Centre Pompidou propose, pour la première fois, un colloque sur ce champ d’étude. Dans cette introduction, il s’agit de poser les jalons de ces deux journées, de définir les orientations des travaux qui se
développent (particulièrement en Europe et en Amérique), tout en portant un regard rétrospectif mais aussi critique sur le devenir de ce nouveau champ d’étude.
Jean-Pierre Criqui, Service de la Parole du Centre Pompidou (Paris)
Ouverture du Symposium
Stéphanie Dadour, ENSA Paris-Malaquais (Paris) et Léa-Catherine Szacka, Oslo School of Architecture and Design, AHO (Oslo)
Quand l’architecture s’expose
Barry Bergdoll, Columbia University (New York)
Out of Site – In Plain View: On the Origins and Modernity of the Architecture Exhibition
JEUDI 16 JANVIER, 17h00-19h30
STRATÉGIES INSTITUTIONNELLES
Dans cette session, l’exposition d’architecture sera considérée comme un prétexte à la mise en place de stratégies institutionnelles, c’est-à-dire à la prise de position de la part d’institutions, qu’elles soient dédiées uniquement à la valorisation de l’architecture ou à la cohabitation entre architecture et autres pratiques artistiques. D’une part, les orientations quant à la sélection d’objets, de collections et d’archives, à leurs déploiements au sein d’une exposition, participent à donner un sens défini à ce qui constitue la mission de l’institution. De l’autre, l’exposition d’architecture est à la base de la fabrication de récits dépassant l’intérêt porté à l’objet architectural. Il sera notamment question de stratégies sérielles adoptées par certaines institutions telles
que le Centre Canadien d’Architecture ou le Museum of Modern Art de New York.
Pierre Chabard, ENSA Paris-La Villette (Paris)
Entre collection et médiation : stratégies croisées du CCA et du CCI, 1982-1984
Tina Di Carlo, Oslo School of Architecture and Design, AHO (Oslo)
Deconstructivist Architecture : Exhibition #1489 and the Museum of Modern Art
Mirko Zardini, Centre Canadien d’Architecture (Montréal)
Eight Year of for Architecture at the CCA
VENDREDI 17 JANVIER, 14h00-16h30
STATUT DES OBJETS EXPOSÉS
Cette session portera sur le statut, l’intérêt et la valeur donnés aux objets exposés à différents moments de l’histoire. Il sera question d’examiner la relation entre objets montrés et objets conservés dans différents contextes temporels, géographiques et politique. Ces objets rendent compte d’une logique de collection ou encore de cas d’exposition qui informe, voire enrichisse la collection. La constitution et l’accroissement des collections d’objets liés à l’architecture modifient les manières de concevoir l’exposition et ses dispositifs. Dans cette perspective et à partir d’exemples historiques concrets, il s’agit de revoir la cohérence des choix effectués dans une collection d’architecture à l’intérieur de certaines institutions muséales.
Wallis Miller, University of Kentucky (Kentucky)
Models, Architecture, and the Academy Exhibition in Germany, 1786-1923
Olivier Cinqualbre, Création Industrielle du Centre Pompidou (Paris)
De l’exposition à la collection, du CCI au MNAM-CCI
Marie-Ange Brayer, LES TURBULENCES-FRAC CENTRE (Orléans)
Au-delà de l’architecture : l’émergence d’un nouvel artefact numérique
VENDREDI 17 JANVIER, 17h00-19h30
RAPPORT ENTRE HISTOIRE ET EXPOSITIONS D’ARCHITECTURE
L’exposition d’architecture participe à une écriture de l’histoire de la discipline, construite en fonction de son concepteur, de son rôle, de son statut et de sa propre vision. Cette approche étant spécialement théorisée au XXe siècle pose la question du rôle des expositions d’architecture, notamment et en comparaison à l’édition, de la transmission et de l’orientation de l’histoire de l’architecture. Cette session entend tracer une généalogie de ce champ d’étude tout en explicitant la manière dont l’histoire des expositions participe à l’histoire de l’architecture.
Felicity D. Scott, Columbia University (New York)
Demonstrations: Architecture on Exhibit at Habitat
Jean-Philippe Garric, Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne (Paris)
L’exposition The Architecture of the Ecole des Beaux-Arts, MoMA 1975 et l’historiographie de l’architecture française du XIXe siècle, 1975-2013
Jean-Louis Cohen, New York University (New York) et professeur invité au Collège de France (Paris)
Les expositions comme révision critique de l’histoire

« Les archives photographiques d’expositions » : colloque les 17 et 18 octobre 2013

Jeudi 17 octobre 2013
INHA

Vendredi 18 octobre 2013
Centre Pompidou

Sans titre-1
Atelier à la Bibliothèque Kandinsky MNAM-CCI 09/07/13; préparation de l’exposition «On ne se souvient que des photographies» à Bétonsalon centre d’art et de recherche 13/09/13 – 02/11/13.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Manifestement les expositions sont aujourd’hui l’un des vecteurs de patrimonialisation de l’art contemporain. Les photographies de vues d’expositions en sont à la fois l’instrument et la mémoire.

Ces journées d’étude ont pour objet de porter le débat non seulement sur la pratique et la production, mais encore et surtout, sur l’archive, ses usages, la diffusion et la réception de ces photographies documentaires. Elles sont organisées avec le soutien du LabEx Création Art Patrimoine (CAP).

La patrimonialisation est sujette à des stratégies. Le patrimoine devient un objet d’étude dès lors que l’on s’intéresse au discours de ceux qui le font exister. D’où la pertinence d’une interrogation des acteurs qui prennent indirectement part à cet inventaire. Qui va imposer scientifiquement et culturellement sa définition de ce qui est légitime?

Programme :

Jeudi 17 octobre – INHA 2 rue Vivienne, 75002 Paris, salle Vasari, 1er étage voir le plan

9h30
Ouverture
Michel Poivert, Historien de la photographie. Professeur à l’Université de Paris 1 Panthéon-Sorbonne.

10h
Remi Parcollet : Labex CAP.
Introduction.

10h30
Stéphanie Rivoire : archiviste, conservatrice des archives et de la documentation, Bibliothèque Kandinsky, MNAM-CCI.
et Angelica Gonzalez : doctorante Université Paris VIII, boursière du Centre Pompidou pour le programme « Histoire des expositions ».
Approches méthodologiques pour un catalogue raisonné des expositions, un exemple: l’analyse des pratiques curatoriales au Centre Pompidou.

11h30
Éric Mangion : Directeur du Centre d’art de la Villa Arson, Nice.
Cédric Moris Kelly : Chargé de mission recherche nouveaux médias et web. Villa Arson, Nice.
Patrick Aubouin : Régisseur, Villa Arson, Nice.
Villa Arson, 30 ans d’archives: de l’utopie à la fiction?

12h15
Discussion avec Éric Mangion, Cédric Moris Kelly, Patrick Aubouin et Remi Parcollet.

13h
Pause

Continuer la lecture de « Les archives photographiques d’expositions » : colloque les 17 et 18 octobre 2013 

« Exposer la ville au XXe siècle » : Séminaire de recherche

Laboratoire d’Excellence Création art et patrimoine

Séminaire organisé par Léa-Catherine Szacka,

avec la participation de Pierre Chabard et Enrico Chapel

Bibliothèque Kandisky, Centre Pompidou (3e étage)

Vendredi 27 septembre 2013, 17h30 à 19h30

Ce séminaire s’inscrit dans le projet de recherche postdoctoral “Quand la ville entre au musée: Les expositions comme media de compréhension, d’invention et d’appréhension du territoire urbain”, financé en 2012-2013 par le Labex-Cap. Il s’agira donc ici de confronter les premiers résultats de cette recherche avec d’autres exemples d’études sur l’exposition de la ville au XXe siècle. Suivant un ordre chronologique, le séminaire débutera avec les présentations de Pierre Chabard et Enrico Chapel pour se terminer par un court aperçu du cas plus récent du Centre Pompidou. Suivra une discussion sur les possibles points de rencontre entre ces trois recherches et les aspects méthodologiques liés à l’étude des expositions d’urbanisme, entendues comme un type particulier d’exposition.

Programme

Pierre Chabard : Geddes et la Cities and Town Planning Exhibition, 1910-1914

Les débuts de l’urbanisme, dans les premières décennies du vingtième siècle, sont marqués par une pratique intense de l’exposition. Afin de capitaliser, organiser et diffuser une culture partagée de ce champ en construction, on expose tout un arsenal de figurations de la ville telle qu’elle est et telle qu’on voudrait qu’elle soit. Dans le contexte anglo-saxon, le cas de la Cities and Town Planning Exhibition initiée par le biologiste, philanthrope et polygraphe écossais Patrick Geddes (1854-1932) et montrée à six reprises entre 1910 et 1914 constitue un intéressant terrain d’analyse. Impliquant dans son comité d’organisation des acteurs majeurs de ce milieu naissant (John Burns, Thomas Adams, Raymond Unwin, etc.) dont les intérêts ne convergeaient pas forcément, elle permet, à travers la pratique de l’exposition, d’observer l’hétéronomie profonde du champ.

Enrico Chapel : L’exposition sur « la ville fonctionnelle », CIAM 1933-1937

Le XXe siècle voit l’essor d’associations professionnelles, nationales ou internationales. Les architectes et les urbanistes se réunissent à plusieurs reprises en congrès, pour débattre de leurs doctrines et de leurs actions. Ils accompagnent parfois leurs assises avec des expositions sur la ville et l’architecture. Les Congrès internationaux d’architecture moderne, créés à La Sarraz (Suisse) en 1928, ne font pas exception. Dès leur deuxième assemblée générale, ils mettent en place une politique d’expositions qui va les accompagner jusqu’à leur dissolution. À travers le cas de l’exposition sur « la ville fonctionnelle », présenté à Athènes en 1933, puis à Amsterdam en 1935, je poserai quelques questions sur la représentation de la ville dans les expositions d’architectes, avec l’idée que ces professionnels sont à l’origine de dispositifs figuratifs et de mise en scène originaux dans le contexte des années 1930.

Léa-Catherine Szacka : Exposer la ville au Centre Pompidou, 1977 à 1994

Alors qu’au tournant des années 1980, Bernard Huet rappelait que c’était dans l’étude de la ville que se trouvait le devenir de l’architecture, l’ouverture du Centre Pompidou en 1977, symbolisa la naissance d’une véritable « ville dans la ville ». Le Centre de Création Industrielle (C.C.I.), l’un des quatre départements du Centre Pompidou, tenta, non pas de promouvoir l’”extraordinaire”, mais de proposer une approche visant à montrer les réalités ordinaires et quotidiennes. Entre autres choses, le C.C.I. s’intéressa à la représentation de l’espace urbain à l’intérieur du musée – des grandes expositions pluridisciplinaires (la série des ‘Paris’) jusqu’aux expositions de dessins des années 1990 marquant la naissance de la collection d’architecture et de design au Centre Pompidou. Archéologie de la ville (1977), La ville et l’enfant (1977-78) et La Ville: Art et architecture en Europe 1870-1993 (1994) sont les trois études de cas étudiées dans le cadre de cette recherche.

Discussion

Intervenants

Pierre Chabard

Pierre Chabard est architecte DPLG et docteur en architecture. Il est maître-assistant titulaire en histoire à l’École nationale supérieure d’architecture de Paris-La Villette et membre de l’équipe de recherche AHTTEP (UMR AUSSER n°3329). Auteur d’une thèse sur Patrick Geddes, ses recherches actuelles portent sur l’histoire de l’institutionnalisation du champ culturel de l’architecture dans les années 1975-1985. En 2013, il a été chercheur invité au Centre canadien d’architecture (CCA) de Montréal. Il est par ailleurs le co-fondateur de la revue Criticat (www.criticat.fr).

Enrico Chapel

Architecte, docteur en architecture, Hdr, Enrico Chapel est maître assistant titulaire à l’École nationale supérieure d’architecture de Toulouse. Ses travaux portent sur l’histoire de l’urbanisme au XXe siècle, sur la représentation de la ville et du projet architectural et urbain. Il est responsable de l’axe « Histoire et territoires » du laboratoire de recherche en architecture LRA de Toulouse. En 2010, il a été chercheur invité au Centre canadien d’architecture (CCA) de Montréal.

Léa-Catherine Szacka

Architecte, docteur en histoire et théorie de l’architecture, Léa-Catherine Szacka est postdoctoral research fellow et professeure invitee à la Oslo School of Architecture and Design (AHO). Comme membre du Labex-Cap et boursière du Centre Pompidou, elle a poursuivi, entre 2011 et 2013, ses recherches sur l’histoire des expositions, se penchant plus particulièrement sur le cas du Centre Pompidou à la fin du XXe siecle.

Journée d’étude « L’objet de l’exposition : l’architecture exposée »

Journée d’étude organisée par le laboratoire InTRu (Interactions, Transferts, Ruptures artistiques et culturels) et l’École Nationale Supérieure d’Art de Bourges

Vendredi 3 mai 2013

à l’Université François-Rabelais de Tours (Amphi Jacques Roger)

Visuel JE

Cette journée d’étude, s’inscrit dans le cadre du séminaire commun « L’objet de l’exposition » qui réunit des étudiants de master du département d’Histoire de l’art de l’Université François-Rabelais de Tours et de l’ENSA Bourges. Ce séminaire porte une réflexion sur l’exposition comprise en tant qu’objet d’étude à part entière. Celle-ci n’est pas seulement envisagée comme un matériau privilégié de l’histoire de l’art ou de la muséologie, mais comme une pratique qui est, par essence, aux croisements de différentes disciplines et qui génère donc des questionnements qui lui sont propres. Au regard de son histoire, qui l’a vue s’affirmer de plus en plus comme une pratique discursive jusqu’à donner à son créateur le statut d’auteur (le curateur), l’exposition est ainsi considérée comme un objet complexe et questionnée à travers toutes ses composantes, de sa production à sa réception. Dans ce but, le séminaire cherche à croiser les points de vue en sollicitant des chercheurs, des commissaires d’exposition, des responsables d’institutions culturelles ou des artistes.  Continuer la lecture de Journée d’étude « L’objet de l’exposition : l’architecture exposée »