Archives du mot-clé Italie

Identité italienne : une histoire à reconstruire

affiche-identité-italienne (1)
Affiche de l’exposition « Identité italienne », © Centre Pompidou 1981.

L’exposition Identité italienne. L’art en Italie depuis 1959 a eu lieu au Centre Pompidou pendant l’été 1981. Elle fut confiée à Germano Celant, à l’époque jeune commissaire italien qui avait choisi d’exposer, pour cette occasion, dix-huit artistes pour rendre compte de la pensée artistique italienne contemporaine.

La complexité d’organisation d’une exposition d’art italien contemporain de grande envergure – notamment causée par l’effervescence de la scène de l’art mais aussi par les difficultés d’ordre pratique comme la disponibilité des ressources ou la frontière douanière entre l’Italie et la France – a été résolue par Graziella Lonardi Buontempo, à l’époque secrétaire générale de Incontri Internazionali d’Arte, association romaine qui a co-produit l’exposition avec le Centre Pompidou, en participant autant à l’organisation concrète qu’à la réflexion scientifique. Incontri Internazionali, une association privée à but non lucratif née en 1970, a à son actif expositions telles que Contemporanea en 1973. Sensible à l’effervescence culturelle et bien intégrée dans le tissu social italien, elle adopte une attitude ouverte et novatrice et, sachant relier la sphère publique à la sphère privée, arrive souvent à obtenir les sponsors nécessaires à la réalisation des projets culturels.1 C’est Celant lui même qui proposera à Pontus Hulten de travailler avec Incontri Internazionali.2

La relation entre Germano Celant et Pontus Hulten, directeur du Centre Pompidou jusqu’en 1981, commence avec la Biennale de Venise de 1976, lorsque le premier était responsable du pavillon italien et le second faisait partie du Comité scientifique international. La thématique choisie par les organisateurs était le rapport entre l’art et l’ambiance : la Biennale de Ambiente-arte a ainsi hébergé des expositions telles que Le macchine celibi de Harald Szeeman et Ambiente/Arte. Dal Futurismo alla Body Art organisée par Celant.3 C’est notamment dans ce contexte qui est née l’idée de travailler ensemble à une exposition sur l’art italien. L’ambiance était celle de l’Arte Povera, de l’expérimentation de nouveaux langages artistiques et de nouveaux matériels et Celant, en tant que critique et théoricien du groupe, est devenu le porte-parole de cette poétique par le biais d’articles et d’expositions qui sont désormais célèbres. Pour donner une référence chronologique, il faut préciser que la première exposition de l’Arte Povera a eu lieu à la galerie La Bertesca de Gênes en 1967 et, cette même année, la revue Flash Art publie « Arte Povera. Appunti per una guerriglia » de Celant.4 Au fil des années les expositions, les interventions critiques et la production artistique se multiplient.

La première rencontre entre Celant et Hulten a donc lieu en 1976. Le Centre Pompidou a été inauguré l’année suivante et, en septembre 1978, Celant commence une longue correspondance avec Hulten pour imaginer, planifier et organiser une exposition d’art italien contemporain.5
Continuer la lecture de Identité italienne : une histoire à reconstruire 

  1. http://www.incontrinternazionalidarte.it/index.php/organizzazione-associazione consulté le 10 octobre 2014 []
  2. Lettre de Pontus Hulten à Germano Celant du 9 octobre 1980 dans ; lettre de Graziella Lonardi Buontempo à Pontus Hulten du 12 septembre 1980 , conservée aux archives du Centre Pompidou, sous la cote 92022/152, dossier « correspondance ». []
  3. Conversation entre Germano Celant et Silvia Maria Sara Cammarata, à Milan le 24 juin 2014. []
  4. Germano Celant, «Arte Povera. Appunti per una guerriglia» dans Flash Art n° 5, Milan, novembre-décembre 1967, disponible en ligne sur http://www.flashartonline.it/interno.php?pagina=articolo_det&id_art=342&det=ok consulté le 10 octobre 2014 ; l’exposition était Arte Povera e IM Spazio. []
  5. Lettre de Germano Celant à Pontus Hulten du 25 septembre 1978, conservée aux archives du Centre Pompidou sous la cote 92022/152, dossier « correspondance ». []