Archives du mot-clé Enrico Chapel

« Exposer la ville au XXe siècle » : Séminaire de recherche

Laboratoire d’Excellence Création art et patrimoine

Séminaire organisé par Léa-Catherine Szacka,

avec la participation de Pierre Chabard et Enrico Chapel

Bibliothèque Kandisky, Centre Pompidou (3e étage)

Vendredi 27 septembre 2013, 17h30 à 19h30

Ce séminaire s’inscrit dans le projet de recherche postdoctoral “Quand la ville entre au musée: Les expositions comme media de compréhension, d’invention et d’appréhension du territoire urbain”, financé en 2012-2013 par le Labex-Cap. Il s’agira donc ici de confronter les premiers résultats de cette recherche avec d’autres exemples d’études sur l’exposition de la ville au XXe siècle. Suivant un ordre chronologique, le séminaire débutera avec les présentations de Pierre Chabard et Enrico Chapel pour se terminer par un court aperçu du cas plus récent du Centre Pompidou. Suivra une discussion sur les possibles points de rencontre entre ces trois recherches et les aspects méthodologiques liés à l’étude des expositions d’urbanisme, entendues comme un type particulier d’exposition.

Programme

Pierre Chabard : Geddes et la Cities and Town Planning Exhibition, 1910-1914

Les débuts de l’urbanisme, dans les premières décennies du vingtième siècle, sont marqués par une pratique intense de l’exposition. Afin de capitaliser, organiser et diffuser une culture partagée de ce champ en construction, on expose tout un arsenal de figurations de la ville telle qu’elle est et telle qu’on voudrait qu’elle soit. Dans le contexte anglo-saxon, le cas de la Cities and Town Planning Exhibition initiée par le biologiste, philanthrope et polygraphe écossais Patrick Geddes (1854-1932) et montrée à six reprises entre 1910 et 1914 constitue un intéressant terrain d’analyse. Impliquant dans son comité d’organisation des acteurs majeurs de ce milieu naissant (John Burns, Thomas Adams, Raymond Unwin, etc.) dont les intérêts ne convergeaient pas forcément, elle permet, à travers la pratique de l’exposition, d’observer l’hétéronomie profonde du champ.

Enrico Chapel : L’exposition sur « la ville fonctionnelle », CIAM 1933-1937

Le XXe siècle voit l’essor d’associations professionnelles, nationales ou internationales. Les architectes et les urbanistes se réunissent à plusieurs reprises en congrès, pour débattre de leurs doctrines et de leurs actions. Ils accompagnent parfois leurs assises avec des expositions sur la ville et l’architecture. Les Congrès internationaux d’architecture moderne, créés à La Sarraz (Suisse) en 1928, ne font pas exception. Dès leur deuxième assemblée générale, ils mettent en place une politique d’expositions qui va les accompagner jusqu’à leur dissolution. À travers le cas de l’exposition sur « la ville fonctionnelle », présenté à Athènes en 1933, puis à Amsterdam en 1935, je poserai quelques questions sur la représentation de la ville dans les expositions d’architectes, avec l’idée que ces professionnels sont à l’origine de dispositifs figuratifs et de mise en scène originaux dans le contexte des années 1930.

Léa-Catherine Szacka : Exposer la ville au Centre Pompidou, 1977 à 1994

Alors qu’au tournant des années 1980, Bernard Huet rappelait que c’était dans l’étude de la ville que se trouvait le devenir de l’architecture, l’ouverture du Centre Pompidou en 1977, symbolisa la naissance d’une véritable « ville dans la ville ». Le Centre de Création Industrielle (C.C.I.), l’un des quatre départements du Centre Pompidou, tenta, non pas de promouvoir l’”extraordinaire”, mais de proposer une approche visant à montrer les réalités ordinaires et quotidiennes. Entre autres choses, le C.C.I. s’intéressa à la représentation de l’espace urbain à l’intérieur du musée – des grandes expositions pluridisciplinaires (la série des ‘Paris’) jusqu’aux expositions de dessins des années 1990 marquant la naissance de la collection d’architecture et de design au Centre Pompidou. Archéologie de la ville (1977), La ville et l’enfant (1977-78) et La Ville: Art et architecture en Europe 1870-1993 (1994) sont les trois études de cas étudiées dans le cadre de cette recherche.

Discussion

Intervenants

Pierre Chabard

Pierre Chabard est architecte DPLG et docteur en architecture. Il est maître-assistant titulaire en histoire à l’École nationale supérieure d’architecture de Paris-La Villette et membre de l’équipe de recherche AHTTEP (UMR AUSSER n°3329). Auteur d’une thèse sur Patrick Geddes, ses recherches actuelles portent sur l’histoire de l’institutionnalisation du champ culturel de l’architecture dans les années 1975-1985. En 2013, il a été chercheur invité au Centre canadien d’architecture (CCA) de Montréal. Il est par ailleurs le co-fondateur de la revue Criticat (www.criticat.fr).

Enrico Chapel

Architecte, docteur en architecture, Hdr, Enrico Chapel est maître assistant titulaire à l’École nationale supérieure d’architecture de Toulouse. Ses travaux portent sur l’histoire de l’urbanisme au XXe siècle, sur la représentation de la ville et du projet architectural et urbain. Il est responsable de l’axe « Histoire et territoires » du laboratoire de recherche en architecture LRA de Toulouse. En 2010, il a été chercheur invité au Centre canadien d’architecture (CCA) de Montréal.

Léa-Catherine Szacka

Architecte, docteur en histoire et théorie de l’architecture, Léa-Catherine Szacka est postdoctoral research fellow et professeure invitee à la Oslo School of Architecture and Design (AHO). Comme membre du Labex-Cap et boursière du Centre Pompidou, elle a poursuivi, entre 2011 et 2013, ses recherches sur l’histoire des expositions, se penchant plus particulièrement sur le cas du Centre Pompidou à la fin du XXe siecle.