Archives du mot-clé CCI Centre de Création Industrielle

Entretien avec Jean-Paul Gourévitch, commissaire associé de l’exposition « L’imagerie politique », Centre de Création Industrielle, 1977.

AF_9300049
Affiche “L’imagerie politique”, CCI, 1977. Conception graphique : Petronio & Butcher. ©Bibliothèque Kandinsky, MNAM-CCI, Centre Pompidou.

L’exposition L’imagerie politique inaugure le transfert du Centre de Création Industrielle au Centre Georges Pompidou dès son ouverture en 1977. Plus connu en tant que spécialiste dans ce domaine mais aussi collectionneur d’objets et d’affiches politiques, Jean-Paul Gourévitch est alors invité par Gilles de Bures en tant que co-commissaire aux côtés de Marsha Emanuel. Il revient sur ce projet et y apporte quelques éclairages rétrospectifs.

Le plan de montage présent dans les archives du Centre Georges Pompidou témoigne d’un ensemble de sections listées selon un certain ordre. Pourriez-vous en parler ?

En ce qui concerne l’ordre, il faut vous imaginer l’exposition. Dans celle-ci, le public circulait très librement. Ce n’était pas une présentation linéaire, il y avait des blocs. Donc on pouvait très bien aller du bloc qui représentait par exemple les codes, à celui qui reprenait les chefs d’Etats. La partie audiovisuelle était un montage diffusé sur la musique d’Haendel, plus connue en tant que bande originale du film Barry Lindon de Kubrick. J’avais constaté qu’elle avait été ajournée à plusieurs reprises pour problème technique, peut-être est-ce la raison pour laquelle ils ne l’ont pas gardée pour l’itinérance. Donc oui, il y a bien un plan de montage élaboré selon une structure par blocs mais il n’y a pas d’itinéraire balisé. Ce n’était pas un système qui allait de « petit a » à « petit b » mais l’idée était malgré tout de circuler, comme dans tout genre d’exposition. Simplement j’avais souhaité que l’ensemble des codes soient sur des panneaux formant chacun une unité mais en étant liés les uns aux autres.

M5050_X0031_CCI_035_0017_P
Vue de l’exposition “L’imagerie politique”, CCI, 1977. ©Bibliothèque Kandinsky, MNAM-CCI, Centre Pompidou.

Quel sens ce choix apportait-il au projet ?

Il fallait que l’on retrouve un axe du parcours dont le principe était de montrer les différentes facettes de l’imagerie politique qui les représentaient. Est-ce que ce sont des affiches d’exaltation ou des tactiques de dénonciation, quels sont les codes ou les thèmes qui sont utilisés, quels sont les rapports entre les figurations des personnages et des sujets tout-à-fait annexes. Le choix était thématique et visait à montrer d’un côté la diversité de l’imagerie politique mais aussi, de fait, de faire prendre conscience que quels-que-soient les pays, quels-que-soient soient les régimes, il y a un certain nombre de codes communs.

Continuer la lecture de Entretien avec Jean-Paul Gourévitch, commissaire associé de l’exposition « L’imagerie politique », Centre de Création Industrielle, 1977. 

Les Années 50 – Entre le Béton et le Rock

C’est dans le cadre d’une programmation pluridisciplinaire que se tient l’exposition  Les Années 50 du 30 juin au 17 octobre 1988, organisée par le CCI sous la direction de Raymond Guidot, qui choisit d’inviter l’architecte Jean Nouvel pour mettre en place une scénographie qui fera scandale.

L’exposition devait présenter des productions relevant du design, de l’architecture, de l’artisanat et de l’industrie, tous objets inscrits dans la vie quotidienne des années 1950 illustrant « la recherche militaire », « l’américanisme », « la forme libre et organique », ainsi que « le fonctionnalisme » et « l’esprit rationnel », la « consommation » et « la communication ».1 La scénographie devait donc permettre de présenter aux visiteurs ces oeuvres et objets mêlés pour illustrer ces concepts.
Les choix scénographiques réalisés par Jean Nouvel présentent au vu du travail mené dans les archives du Centre une problématique qui si, elle n’est pas spécifique à cette exposition, s’y incarne avec force : l’émergence du statut d’architecte-commissaire d’exposition. Jean Nouvel effectue ici comme architecte-scénographe des choix radicaux en terme de monstration au sein d’une institution muséale.
Jean Nouvel a utilisé un concept d’exposition, celui du Salon des Arts Ménagers et des foires internationales des années 50.2 Il a aménagé l’espace de façon à appliquer ce concept pour rendre visible non seulement l’objet, mais sa subjectivisation dans l’espace. L’espace est emprunt d’une logique commerciale avec l’aménagement des cimaises, chapiteaux de stand, ainsi que des répliques des originaux de l’époque. Dans cette perspective, Jean Nouvel transforme la mezzanine du Centre Pompidou en un espace d’accumulation rempli de chaises empilées sur des commodes, de vitrines pleines de bibelots, de vases et de sculptures. Il crée à ce titre des délimitations au sol avec des linoléum aux motifs années 50. Sur les murs, des affiches se chevauchent donnant l’impression de superposition, des tissus sont étendus comme s’ils étaient disposés sur un sèche-linge, des dessins, des vues de perspectives d’architecture gisent par terre comme dans un dépôt, comme si les objets sommeillaient en attendant d’être rangés. Dans un entretien, Jean Nouvel caractérise sa scénographie comme :

« un vrai bordel coloré et frais. »3

Vue du vernissage de l'exposition Les Années 50 - Entre le Béton et le Rock. Photographe : E. Kossakowaski.  ©Bibliothèque Kandinsky, MNAM-CCI, Centre Pompidou.
Vue du vernissage de l’exposition Les Années 50 – Entre le Béton et le Rock. Photographe : E. Kossakowaski. ©Bibliothèque Kandinsky, MNAM-CCI, Centre Pompidou.

Il précise par ailleurs que l’objectif de la scénographie visait à procurer l’émotion que l’on peut ressentir dans les boutiques Emmaüs ou dans les brocantes. Il évoque ainsi dans l’espace du Centre Pompidou les conséquences étourdissantes de la consommation de masse en faisant de l’espace de l’exposition un entrepôt avec des objets précieux mêlés à des objets de la consommation courante. Le reportage muséographique conservé dans les archives nous renseigne ainsi sur la manière dont ce concept « d’entrepôt » est poussé à l’extrême, conformément à son projet de base.

Exposition Les Années 50 - Entre le Béton et le Rock  Photo: E. Kossakowaski
Vue de l’exposition Les Années 50 – Entre le Béton et le Rock. Photographe : E. Kossakowaski. ©Bibliothèque Kandinsky, MNAM-CCI, Centre Pompidou.

Le positionnement scénographique inédit de Jean Nouvel au Centre Pompidou a toutefois généré des polémiques dans le monde de l’art et des expositions, choquant critiques d’art, artistes et collectionneurs prêteurs. La presse s’est emparée du sujet, provoquant de nombreux échos à l’étranger. Les reportages et articles souvent descriptifs, sous couvert de plaisanterie, attaquaient fortement le parti pris de Jean Nouvel et son recours à une telle déferlante métaphorique. Mais bien plus, le positionnement scénographique de Jean Nouvel interroge le mode de monstration des oeuvres.
En effet Les Années 50 – Entre le Béton et le Rock, n’est pas la première exposition à utiliser une scénographie « sans socle ni cadre ».4 Jean Nouvel s’était inspiré du « modèle du Bazar » de Frederick Kiesler, artiste et architecte autrichien qui a réalisé des expositions surréalistes en 1947. « […] les surréalistes proposaient un espace d’exposition, qui, de par sa polysensorialité constitutive, par l’appel qui était constamment fait aux différents sens, ainsi qu’à la saleté et à l’obscurité, refusait l’atemporalité idéaliste du white cube […] »5
Derrière son « bazar », « l’auteur-scénographe » a utilisé les objets pour produire une scénographie discursive, un discours « d’auteur ». Dans sa scénographie, il donne un autre sens aux objets et œuvres exposées, les réagençant en une sorte d’installation, transformant leur statut individuel en un environnement régi par le principe d’assemblage. Jérôme Glicenstein explique « qu’en donnant une autre vision à ces objets, Jean Nouvel souhaite agir en réel « auteur » de l’exposition, question prégnante depuis une vingtaine d’années. Si des juxtapositions d’œuvres peuvent produire du « sens » et ressembler à une forme de « collage » ou de « montage »(donc à une forme de « création artistique »), les transformations que l’on peut produire sur une œuvre (ou un ensemble d’œuvre) « par l’accrochage  » sont en fait « infinies ». »6

Reportage Muséographique MNAM Photo: E. Kossakowaski
Vue de l’exposition Les Années 50 – Entre le Béton et le Rock. Photographe : E. Kossakowaski. ©Bibliothèque Kandinsky, MNAM-CCI, Centre Pompidou.

Continuer la lecture de Les Années 50 – Entre le Béton et le Rock 

  1. Répartition proposée dans le catalogue d’exposition, d’après les différents titres de chapitres adoptés par les auteurs ; Daniel Abadie MNAM Phillipe Arbaizar (BPI), Laurent Bayle (IRCAM), Claude Eveno, Raymond Guidot (CCI) Les Années 50 Editions du Centre Pompidou 1988. []
  2. Salon des Arts Ménagers 1952 au Grand Palais : <a href= »http://www.grandpalais.fr/visite/fr/#/l-exploration/la-nef/un-siecle-d-evenements/salon-des-arts-menagers » </a> []
  3. Archives, dossier City » juillet/août 1988 []
  4. Référence à l’exposition « Machine Art » scénographie de Philip Johnson au MoMA 1934 cité par Jérôme Glicenstein, L’Art : Une Histoire d’exposition, p.52. []
  5. Jérôme Glicenstein,, L’Art : Une Histoire d’exposition, Presse Universitaire de France, Paris, 2009, p.56 []
  6. Ibid., p.63 []

Priscilla Achcar

Je suis architecte d’intérieur brésilienne. Je suis en Master 2 Médiation Art et Public à l’Université Paris 8 et en tant que chercheuse au Centre Pompidou, pour le Catalogue Raisonné des Expositions en 2014. Je travaille sur les modèles de participation du public dans les musées. « L’intégration des dispositifs participatifs comme une nouvelle expérience muséologique ». La recherche que je mène, se penche sur les dispositifs comme les événements tels que le MuseoMix, les comités
de visiteurs, la société d’amis du musée, et le projet du Catalogue Raisonné. Est-ce que l’utilisation de ces dispositifs lui donne la chance d’avoir une place dans la composition et la création d’une « culture » qui est plutôt fermée aux savants? A vérifier si ces dispositifs fonctionnent comme forme d’intégration et d’interaction entre le public et le musée.

More Posts - Website

Follow Me:
TwitterFacebookPinterest

Colloque : « Exposer l’architecture : espace discursif, espace scénographique » au Centre Pompidou

Dans le cadre du cycle « PAROLE A L’ARCHITECTURE »
JEUDI 16 et VENDREDI 17 JANVIER 2014,
PETITE SALLE, 14h-20h
 
Au moment de son ouverture en 1977, le Centre Pompidou est pensé, non pas comme un musée au sens traditionnel, mais comme une institution culturelle pluridisciplinaire, sorte « d’hybride entre Times Square de l’information et le British Museum  » selon ses architectes Richard Rogers et Renzo Piano. En ce sens, le Centre Pompidou est précurseur d’une nouvelle approche. 
Le Centre de Création Industrielle (CCI), fondé en 1969, rejoint l’équipe de préfiguration du Centre Pompidou et devient l’un des deux départements de la nouvelle institution. Il prend en compte la vocation pluridisciplinaire du Centre dès son inauguration en 1977 et participe au développement d’expositions d’architecture et de design. C’est également au tournant des années 1980 que sont créés, à travers le monde, plusieurs musées et institutions dédiés à l’exposition de l’architecture.
Citons par exemple la création de l’International Confederation of Architectural Museum (ICAM) en 1979, qui aura pour effet de légitimer et de donner une vocation «publique» aux expositions d’architecture. À partir des années 1980, les expositions d’architecture deviennent de plus en plus nombreuses et de plus en plus médiatisées. En 2014, le Département du Développement culturel du Centre Pompidou organise un colloque international dont l’objectif est d’aborder les expositions d’architecture comme espaces discursifs et comme espaces scénographiques.
D’une part, l’exposition d’architecture suscite des changements de paradigmes, elle agit comme espace discursif, énonçant des ruptures de continuités historiques et théoriques. Le MoMA, par exemple, a instauré depuis 1932 une tradition d’exposition dont le but est de réformer les pratiques actuelles en commémorant. Ainsi, les choix opérés quant aux objets conservés et exposés, leurs enjeux socio-politiques, économiques et techniques occupent une part importante des discussions entourant l’exposition de l’architecture. Plusieurs questions apparaissent et renvoient à l’écriture de l’histoire, au statut et à la valeur des représentations architecturales ou plus récemment, à la conservation et à l’exposition d’archives numériques.
D’autre part, l’exposition d’architecture est aussi un dispositif scénographique permettant d’expérimenter les liens entre le contenu de l’exposition et l’espace de celle-ci. Au-delà de son rôle de médiation, l’exposition contribue à la création de dispositifs valorisant des approches différentes selon les acteurs concernés : architecte, conservateur ou chercheur. Mentionnons quelques scénographies mémorables parmi lesquelles celles de l’exposition Morphosis présentée en 2006 au Centre Pompidou, le Cabinet de curiosités des architectes Herzog & de Meuron au CCA en 2002 ou l’exposition OMA/Progress conçue par le collectif Rotor à la Barbican Art Gallery en 2011.
Organisé autour de quatre axes — état de la question, stratégies institutionnelles, statut des objets exposés, rapport entre écriture de l’histoire et exposition —, ce colloque prolonge et enrichit les réflexions en cours sur l’exposition de l’architecture et rassemble des commissaires d’expositions, des universitaires, et des architectes praticiens, européens et américains.
Sous la direction scientifique de Stéphanie Dadour et Léa-Catherine Szacka, docteurs en architecture, ainsi que Jean-Pierre Criqui et Romain Lacroix (DDC, service de la Parole) pour le Centre Pompidou.
JEUDI 16 JANVIER, 14h00-16h30
ÉTAT DES LIEUX ET ACTUALITÉ DES EXPOSITIONS COMME SUJET D’ÉTUDE
Depuis quelques années, l’histoire des expositions, sa théorisation et son historicisation font l’objet de divers travaux tant dans le monde professionnel qu’académique. Dans le cadre de son programme sur l’histoire des expositions, le Centre Pompidou propose, pour la première fois, un colloque sur ce champ d’étude. Dans cette introduction, il s’agit de poser les jalons de ces deux journées, de définir les orientations des travaux qui se
développent (particulièrement en Europe et en Amérique), tout en portant un regard rétrospectif mais aussi critique sur le devenir de ce nouveau champ d’étude.
Jean-Pierre Criqui, Service de la Parole du Centre Pompidou (Paris)
Ouverture du Symposium
Stéphanie Dadour, ENSA Paris-Malaquais (Paris) et Léa-Catherine Szacka, Oslo School of Architecture and Design, AHO (Oslo)
Quand l’architecture s’expose
Barry Bergdoll, Columbia University (New York)
Out of Site – In Plain View: On the Origins and Modernity of the Architecture Exhibition
JEUDI 16 JANVIER, 17h00-19h30
STRATÉGIES INSTITUTIONNELLES
Dans cette session, l’exposition d’architecture sera considérée comme un prétexte à la mise en place de stratégies institutionnelles, c’est-à-dire à la prise de position de la part d’institutions, qu’elles soient dédiées uniquement à la valorisation de l’architecture ou à la cohabitation entre architecture et autres pratiques artistiques. D’une part, les orientations quant à la sélection d’objets, de collections et d’archives, à leurs déploiements au sein d’une exposition, participent à donner un sens défini à ce qui constitue la mission de l’institution. De l’autre, l’exposition d’architecture est à la base de la fabrication de récits dépassant l’intérêt porté à l’objet architectural. Il sera notamment question de stratégies sérielles adoptées par certaines institutions telles
que le Centre Canadien d’Architecture ou le Museum of Modern Art de New York.
Pierre Chabard, ENSA Paris-La Villette (Paris)
Entre collection et médiation : stratégies croisées du CCA et du CCI, 1982-1984
Tina Di Carlo, Oslo School of Architecture and Design, AHO (Oslo)
Deconstructivist Architecture : Exhibition #1489 and the Museum of Modern Art
Mirko Zardini, Centre Canadien d’Architecture (Montréal)
Eight Year of for Architecture at the CCA
VENDREDI 17 JANVIER, 14h00-16h30
STATUT DES OBJETS EXPOSÉS
Cette session portera sur le statut, l’intérêt et la valeur donnés aux objets exposés à différents moments de l’histoire. Il sera question d’examiner la relation entre objets montrés et objets conservés dans différents contextes temporels, géographiques et politique. Ces objets rendent compte d’une logique de collection ou encore de cas d’exposition qui informe, voire enrichisse la collection. La constitution et l’accroissement des collections d’objets liés à l’architecture modifient les manières de concevoir l’exposition et ses dispositifs. Dans cette perspective et à partir d’exemples historiques concrets, il s’agit de revoir la cohérence des choix effectués dans une collection d’architecture à l’intérieur de certaines institutions muséales.
Wallis Miller, University of Kentucky (Kentucky)
Models, Architecture, and the Academy Exhibition in Germany, 1786-1923
Olivier Cinqualbre, Création Industrielle du Centre Pompidou (Paris)
De l’exposition à la collection, du CCI au MNAM-CCI
Marie-Ange Brayer, LES TURBULENCES-FRAC CENTRE (Orléans)
Au-delà de l’architecture : l’émergence d’un nouvel artefact numérique
VENDREDI 17 JANVIER, 17h00-19h30
RAPPORT ENTRE HISTOIRE ET EXPOSITIONS D’ARCHITECTURE
L’exposition d’architecture participe à une écriture de l’histoire de la discipline, construite en fonction de son concepteur, de son rôle, de son statut et de sa propre vision. Cette approche étant spécialement théorisée au XXe siècle pose la question du rôle des expositions d’architecture, notamment et en comparaison à l’édition, de la transmission et de l’orientation de l’histoire de l’architecture. Cette session entend tracer une généalogie de ce champ d’étude tout en explicitant la manière dont l’histoire des expositions participe à l’histoire de l’architecture.
Felicity D. Scott, Columbia University (New York)
Demonstrations: Architecture on Exhibit at Habitat
Jean-Philippe Garric, Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne (Paris)
L’exposition The Architecture of the Ecole des Beaux-Arts, MoMA 1975 et l’historiographie de l’architecture française du XIXe siècle, 1975-2013
Jean-Louis Cohen, New York University (New York) et professeur invité au Collège de France (Paris)
Les expositions comme révision critique de l’histoire

Jean-Claude Planchet, photographe au Centre Pompidou

Le Centre de création industrielle (CCI), créé par François Mathey (conservateur du musée des Arts décoratif entre 1955 et 1986), et François Barré en 1969, devient un département du Centre Pompidou en 1976 puis fusionne avec le MNAM en 1992.

Jean-Claude Planchet et Eustache Kossakowski sont les deux photographes qui travaillent pour le CCI peu avant l’ouverture du Centre Pompidou :

« Je suis arrivé tout au début en 1976 le centre n’était pas encore ouvert. On (les photographes du centre Pompidou) étaient compartimentés, chaque département, le Musée national d’art moderne, le CCI et le service de production audiovisuelle dont Philippe Migeat faisait partie, à l’intérieure même du service audiovisuelle il y avait la partie diaporama dont faisait partie Georges Meguerditchian, Jacques Faujour, Adam Rzepka et Béatrice Hatala étaient au MNAM et moi au CCI, donc spécifiquement les vues d’architecture, objet, design, vie social… j’ai fait pas mal de reportages ».[1]

Continuer la lecture de Jean-Claude Planchet, photographe au Centre Pompidou 

Conférence de Jean Dethier à l’Ecole d’Architecture Paris-Villette

Dans le cadre du cycle « Les conférences du mardi » de l’Ensa Paris La Villette

Jean Dethier

donnera une conférence intitulée:

Stratégies d’actions pour exposer l’architecture et la ville :
informer, séduire et convaincre les publics, médias et décideurs.
Bilan de 30 ans d’innovations militantes et culturelles au Centre Pompidou

mardi 14 mai 2013 à 18h

à l’Ecole Normale Supérieure d’Architecture Paris LaVillette
144, avenue de Flandres (19e)
Amphi 302

Vue de l'exposition "Architectures de terre : ou l'avenir d'une tradition millénaire" au Centre Pompidou, du 28 octobre 1981 au 1er février 1982. Bibliothèque Kandinsky / MNAM-CCI.
Vue de l’exposition « Architectures de terre : ou l’avenir d’une tradition millénaire » au Centre Pompidou, du 28 octobre 1981 au 1er février 1982. Bibliothèque Kandinsky / MNAM-CCI.

 

Journée d’étude « L’objet de l’exposition : l’architecture exposée »

Journée d’étude organisée par le laboratoire InTRu (Interactions, Transferts, Ruptures artistiques et culturels) et l’École Nationale Supérieure d’Art de Bourges

Vendredi 3 mai 2013

à l’Université François-Rabelais de Tours (Amphi Jacques Roger)

Visuel JE

Cette journée d’étude, s’inscrit dans le cadre du séminaire commun « L’objet de l’exposition » qui réunit des étudiants de master du département d’Histoire de l’art de l’Université François-Rabelais de Tours et de l’ENSA Bourges. Ce séminaire porte une réflexion sur l’exposition comprise en tant qu’objet d’étude à part entière. Celle-ci n’est pas seulement envisagée comme un matériau privilégié de l’histoire de l’art ou de la muséologie, mais comme une pratique qui est, par essence, aux croisements de différentes disciplines et qui génère donc des questionnements qui lui sont propres. Au regard de son histoire, qui l’a vue s’affirmer de plus en plus comme une pratique discursive jusqu’à donner à son créateur le statut d’auteur (le curateur), l’exposition est ainsi considérée comme un objet complexe et questionnée à travers toutes ses composantes, de sa production à sa réception. Dans ce but, le séminaire cherche à croiser les points de vue en sollicitant des chercheurs, des commissaires d’exposition, des responsables d’institutions culturelles ou des artistes.  Continuer la lecture de Journée d’étude « L’objet de l’exposition : l’architecture exposée » 

Les accrochages de l’affiche dans Paris-Berlin et Paris-Moscou

Par Clémence Imbert

Eté 1978, été 1979. A un an d’intervalle, le cinquième étage du Centre Georges Pompidou accueille Paris-Berlin puis Paris-Moscou, deux grandes expositions chargées d’exprimer, en actes, le programme ambitieux de la jeune institution : pluridisciplinarité, accessibilité de la culture au plus grand nombre, innovation en matière de présentation des œuvres d’art. Les deux expositions proposent un regard qui se veut comparatif : entre deux pays (la France et l’Allemagne, puis la France et la Russie) emblématisés par leurs capitales, mais surtout entre différentes formes de création. Pour la première fois, on n’expose plus seulement des peintures et des sculptures, mais des livres, du mobilier, des maquettes d’architecture… et des affiches. Ces dernières, dit-on, ne sont pas faites pour être exposées dans les musées. Art commercial, éphémère, elles sont conçues pour la rue, pour le regard distrait du passant ou de l’automobiliste. Les exposer au regard appuyé du visiteur de musée les dénature. Pour Jacques LICHNEROWICZ, le scénographe de Paris-Berlin et Paris-Moscou, les défis étaient par conséquent nombreux : rendre lisible dans l’espace le comparatisme culturel, disposer harmonieusement un corpus d’objets bi- et tridimensionnels, présenter des objets issus du cadre de vie quotidien dans le contexte sacralisant du musée… Les scénographies de Paris-Berlin et Paris-Moscou sont proprement expérimentales et l’accrochage de l’affiche fait partie des terrains d’expérimentation muséographique : les dispositifs de présentation y sont très variés. Il nous a paru intéressant de les décrire, car leur inventaire ouvre de nombreuses pistes de réflexion sur le statut de l’affiche au sein d’un musée d’art moderne.

Roman Cieslewicz, affiche (à gauche), et couverture du catalogue (à droite) pour Paris-Berlin, 1978. (Archives MNAM)
Roman Cieslewicz, affiche (à gauche), et couverture du catalogue (à droite) pour Paris-Berlin, 1978. (Archives MNAM)
Roman Cieslewicz, affiche (à gauche) et couverture du catalogue (à droite) pour Paris-Moscou, 1979. (Archives MNAM)
Roman Cieslewicz, affiche (à gauche) et couverture du catalogue (à droite) pour Paris-Moscou, 1979. (Archives MNAM)

Continuer la lecture de Les accrochages de l’affiche dans Paris-Berlin et Paris-Moscou 

« La Géographie de la couleur », entretien avec Jean-Philippe Lenclos

par Laëtitia Tirano

[Entretien réalisé le 5 juillet 2012 avec Jean-Philippe LENCLOS, designer et coloriste, au sujet de l’exposition monographique « La Géographie de la couleur » consacrée à ses recherches et travaux  et présentée au Centre Pompidou du 26 mai au 26 juin 1977.]

 

L. T. : Ma première question concerne l’accrochage de l’exposition « La Géographie de la couleur » de 1977. Selon moi, l’accrochage est l’une des partie les plus intéressantes d’une exposition, or aucun document quel qu’il soit ne relate ce passage.

J.-Ph. L. : Je commencerai par un bref historique. Je suis designer spécialisé dans la couleur. J’ai créé dans les années 1970 une agence que j’ai appelée « L’Atelier 3D Couleur ». Ce bureau d’études se consacre à la conception et l’application de la couleur en trois dimensions pour l’environnement, l’architecture et les produits industriels. Tout en développant des projets pour l’urbanisme et l’industrie, j’ai poursuivi une recherche sur la spécialité des couleurs dans l’habitat vernaculaire des régions de France tout d’abord, et ensuite en Europe et sur d’autres continents. François Barré qui dirigeait le CCI s’est très vite intéressé à mes travaux pour leur démarche claire et pragmatique. Il a décidé de les présenter au Centre Pompidou dans la période inaugurale. Ces travaux avaient déjà fait partie de l’exposition « France is color » au Design Center de Londres en 1974. Je voulais montrer mes deux orientations pour la couleur : l’une fondée sur l’analyse du patrimoine historique, l’autre sur la création architecturale et le design industriel. Cette exposition a permis de me faire mieux connaître, d’autant plus que Tom Porter, professeur à Oxford, a été soudain convaincu par ma méthode et ma théorie sur la « Géographie de la couleur », concept qui démontre que chaque lieu géographique, par sa géologie, son climat, sa lumière, engendre des comportements socio-culturels dans le domaine de l’utilisation de la couleur, qu’il s’agisse de l’habitat ou des biens de consommation et des biens d’équipements. Ces recherches ont fait l’objet de nombreuses publications en France et à l’étranger et ont donné lieu à la publication de quatre livres : « Les couleurs de la France : maisons et paysages », Paris :  Le Moniteur, 1982, 240p. ; « Couleurs de l’Europe : géographie de la couleur », Paris : Le Moniteur, 1995, 272p. Couleurs du monde: géographie de la couleur, Paris : Le Moniteur, 1999, 288p. ; Maisons du monde : couleurs et décors de l’habitat traditionnel, Paris : Le Moniteur, 2007, 288p.

Tom Porter, donc, publia en 1976 le livre « Colour for Architecture » (Grande-Bretagne : Éd. Studio Vista) dans lequel il consacra un long chapitre sur la Géographie de la couleur.

L. T. : Revenons à l’accrochage de votre exposition au Centre Pompidou. Comment s’est déroulée la préparation de votre exposition ?

Continuer la lecture de « La Géographie de la couleur », entretien avec Jean-Philippe Lenclos 

Laëtitia TIRANO

– 2008: Baccalauréat scientifique (spécialité Physique/Chimie)
– 2008-2011: Classes préparatoires aux grandes écoles (spécialité Histoire de l’art / option Latin)
– 2009-2011: Participation à deux projets de mise en valeur du site Lycée Michelet
– 2011-2012: Master 1 -Patrimoine, muséologie et numérique (Paris Ouest Nanterre)
– 2011-2012: Stage de médiation culturelle au Musée du Quai Branly
– 2012: co-organisatrice de la Nuit des Musées 2012 du Musée du Quai Branly (dans le cadre du stage)
– 2012: Stage « Histoire des expositions » à la Bibliothèque Kandinsky -Centre Pompidou
– 2012-2013: Master 2 pro -Médiation culturelle, patrimoine et numérique

More Posts

Trois expositions inaugurales du CCI, Centre de Création Industrielle

par Laëtitia Tirano

Pour commencer l’étude des expositions du Centre de Création Industrielle* [CCI], j’ai choisi trois expositions : La Géographie de la couleur : De l’analyse de site au concept d’application. les recherches de Jean-Philippe Lenclos, Design aux USA : design pour le plus grand nombre ainsi que Les Avatars de Miss Liberty : La statue de la Liberté, symbole de l’Amérique.

Continuer la lecture de Trois expositions inaugurales du CCI, Centre de Création Industrielle 

Laëtitia TIRANO

– 2008: Baccalauréat scientifique (spécialité Physique/Chimie)
– 2008-2011: Classes préparatoires aux grandes écoles (spécialité Histoire de l’art / option Latin)
– 2009-2011: Participation à deux projets de mise en valeur du site Lycée Michelet
– 2011-2012: Master 1 -Patrimoine, muséologie et numérique (Paris Ouest Nanterre)
– 2011-2012: Stage de médiation culturelle au Musée du Quai Branly
– 2012: co-organisatrice de la Nuit des Musées 2012 du Musée du Quai Branly (dans le cadre du stage)
– 2012: Stage « Histoire des expositions » à la Bibliothèque Kandinsky -Centre Pompidou
– 2012-2013: Master 2 pro -Médiation culturelle, patrimoine et numérique

More Posts

Douze mois dans la peau d’une boursière du Centre Pompidou

Par Léa-Catherine Szacka

En qualité de première boursière « Histoire des expositions « (2011) au Centre Pompidou, j’ai commencé à travailler sur le projet de catalogue raisonné des expositions du Centre dès janvier 2011. Tout au long de l’année à suivre, j’ai débroussaillé, balisé et exploré l’histoire des quelques mille expositions produites par le Centre Pompidou entre 1977 et 2011. Ma tâche était donc de gérer un ambitieux projet de recherche qui venait tout juste de naître, mais qui s’annonçait prometteur et qui allait s’échelonner sur de nombreuses années à venir. 2011 fut une année de découvertes et d’apprentissage à travers la riche et complexe histoire des expositions du Centre Pompidou.

Histoire des expositions du CCI / Centre de Création Industrielle

Architecte de formation, je terminais en 2011 une thèse autour du thème des expositions d’architecture à l’ère postmoderne. J’ai donc pris le parti, dans un deuxième temps, de concentrer mes recherches sur les expositions d’architecture et de design du Centre Pompidou. Organisées jusqu’en 1992, par le Centre de Création Industrielle (CCI), ces expositions constituent un pan important de l’histoire des expositions de l’institution. En effet, dès la fin des années 1970, et ce jusqu’au début des années 1990, le CCI présentait des expositions d’architecture et de design avant-gardistes et plutôt singulières. De toutes tailles, elles pouvaient aussi bien toucher des sujets comme l’enfant et la ville, les châteaux de la région Bordelaise, les gares ou encore l’architecture de l’ingénieur. Également, une grande quantité d’expositions monographiques traitant du travail d’un architecte ou d’un designer ont été organisées par le Centre, bien souvent en collaboration avec l’architecte ou le designer lui-même. Finalement, dans les années 1970 et 1980, il n’était pas rare de voir au Centre de gigantesques expositions thématiques et multidisciplinaires dans lesquelles l’architecture et le design occupaient une place de choix.

Depuis janvier 2011, le Centre Pompidou s’est attelé de manière soutenue et systématique à écrire l’histoire de ces expositions. Mais pourquoi ? Et surtout, comment fallait-il s’y prendre ?

Mise en place du catalogue raisonné des expositions

L’idée de base du projet était celle de créer un catalogue raisonné des expositions du Centre Pompidou, similaire au catalogue raisonné de l’œuvre d’un artiste. Or ce projet n’est pas né ex nihilo. Depuis quelques années, nous assistons, en France comme ailleurs en Europe et en Amérique, à un regain d’intérêt pour l’historicisation des pratiques « curatoriales » et pour une meilleure compréhension de l’exposition en tant que medium d’expression et de communication. Les colloques sur le sujet se multiplient, tout comme le nombre de mémoires de maîtrise ou de thèses de doctorat touchant à cette question. Les archives institutionnelles, bien souvent délaissées et mal entretenues, sont soudain sollicitées par de nombreux chercheurs en quête d’indices ou d’éléments clés qui leur permettraient de mieux comprendre les motivations sous-jacentes à une exposition, les rouages d’une institution, la façon de travailler de tel ou tel commissaire, la logique institutionnelle à une période donnée, ou encore les procédés de mise en œuvre, voire de commémoration et d’immortalisation d’une exposition ou d’un groupe d’expositions. Ainsi, il est apparu évident qu’il fallait mettre en place des outils qui permettraient de faciliter le travail de ces chercheurs tout en regroupant la communauté scientifique autour d’importantes questions reliées à l’histoire des expositions.

Un Cercle de réflexion

Un cercle de réflexion sur l’histoire des expositions a été mis en place afin de suivre le développement du catalogue raisonné, mais aussi de servir de plate-forme pour l’échange d’idées et l’apparition de divers projets de recherche. En tant que boursière, une de mes tâches consistait à assurer le suivi et le bon fonctionnement des réunions trimestrielles de ce groupe de réflexion. La première réunion de ce cercle a eu lieu le 19 octobre 2010 et depuis six autres réunions ont eu lieu à intervalles réguliers. Pour des raisons pratiques évidentes, la participation aux réunions se fait sur invitation.

Une fiche d’exposition

En 2011, la première tâche que s’est donnée le cercle de réflexion fut celle de constituer une fiche type qui serait, par la suite, potentiellement remplie pour l’ensemble des expositions organisées au Centre Pompidou depuis 1977. Il s’agissait donc de réfléchir sur la nature, l’ordre, et la qualité des informations pouvant servir aux chercheurs dont l’objet de recherche était l’histoire des expositions. Si cet exercice a pu paraître simple au premier abord, il en fut tout autrement lorsque nous avons commencé à dresser la liste des entrées de la fiche type. Dans le cadre des réunions du cercle, nous avons maintes fois remanié la liste des entrées, en changeant l’ordre, en ajoutant de nouvelles ou en fusionnant certaines informations. Certains points de la fiche ont même été l’objet de débats entre les différents chercheurs. Finalement, nous avons fixé une fiche qui comprend une quarantaine d’entrées allant du titre de l’exposition, en passant par sa genèse, la liste des objets exposés et la revue de presse.

Un nouveau champ d’étude : Panorama

Une autre tâche que je m’étais donnée au cours de l’année 2011 était celle de dresser, en quelque sorte, le panorama de ce nouveau champ d’étude qu’est l’histoire des expositions. Ce n’est pas un hasard si le Centre Pompidou a lancé une bourse dédiée uniquement à cette question et je me suis très vite rendue compte que de nouveaux ouvrages traitant ce sujet étaient publiés presque chaque mois. J’ai donc entrepris de constituer une bibliographie évolutive et détaillée comprenant à la fois les ouvrages généraux sur l’histoire des expositions (livres et thèses ou périodiques) et les ouvrages traitant spécifiquement de l’histoire du Centre Pompidou et de ces expositions.

Autre aspect important, il fallait dresser, au fur et à mesure des rencontres, la liste des individus (chercheurs, professeurs ou autres) intéressés à la question de l’histoire des expositions. Ainsi, le Centre Pompidou entend développer un réseau étendu de chercheurs qui graviteront autour du cercle de réflexion.

Des événements reliés au catalogue raisonné

Une fois la structure du catalogue raisonné mise en place, des stagiaires ont été recrutés pour travailler au projet et débuter la documentation du catalogue. L’étape suivante sera donc de faire la promotion et la diffusion du projet de recherche. Ainsi, le Centre Pompidou et le Labex CAP ont engagé des fonds importants en vue de l’organisation d’une série d’événements, journées d’étude et colloques sur la question de l’histoire des expositions. Par exemple, en juin 2013 se tiendra un grand colloque international sur deux jours organisé par Stéphanie Dadour (Boursière mondialisation 2012) et moi-même autour de la question des expositions d’architecture et de leur histoire. D’autres journées d’étude sont prévues à l’automne 2012, notamment en collaboration avec le Labex Arts H2H.

Enrichissante, cette expérience m’a permis de mieux cerner ce champ d’étude en expansion qu’est l’histoire des expositions. Participer à la genèse d’un projet aussi prometteur et ambitieux que celui du catalogue raisonné s’est révélé formateur. Au cours de cette année passée au Centre Pompidou, j’ai pu me familiariser avec ses archives et pousser plus loin l’étude de certaines expositions qui me paraissent importantes tout en tentant de cerner les contours de certaines politiques institutionnelles au travers des 35 ans d’histoire du Centre Pompidou.