Archives du mot-clé 1992

1992-1993 : La collection se manifeste !

Par Pamela Bianchi

Photographie d’accrochage réalisée lors de « Manifeste. Une histoire parallèle (1960-1990) ». Photographie de Jacques Faujour. Tirage numérique d’après la planche-contact 20.88, n°15 (1993) Fonds Muséographie des expositions temporaires du MNAM, Bibliothèque Kandinsky, MNAM-CCI / Centre Pompidou
Photographie d’accrochage réalisée lors de « Manifeste. Une histoire parallèle (1960-1990) ». Photographie de Jacques Faujour. Tirage numérique d’après la planche-contact 20.88, n°15 (1993) Fonds Muséographie des expositions temporaires du MNAM, Bibliothèque Kandinsky, MNAM-CCI / Centre Pompidou

En 1983, le Van Abbenmuseum de Eindhoven, dirigé à l’époque par Rudi Fusch, présente Summer Display of the Museum’s Collection : il s’agit d’une réorganisation sélective des œuvres de la collection permanente1. Sous l’influence de la récente Documenta 7 que Fusch venait d’organiser, l’accrochage de la collection a été présenté en tant qu’exposition temporaire, à travers une dialectique de présentation qui proposait un dialogue entre œuvres des diverses périodes. La collection fut repensée et proposée avec une organisation à première vue aléatoire, qui en revanche essayait de faire ressortir l’ « identité  » de chaque œuvre grâce à une confrontation et à une mise en espace non-conventionnelle dans l’exposition. En 1984, le même Rudi Fusch organise la première exposition du nouveau Musée d’art contemporain du Castello di RivoliOuverture I, exposition conçue en tant qu’un modèle pour une collection future2. En 1990 Nicholas Serota, directeur à l’époque de la Tate Gallery de Londres, propose « Past, Present, Future » une série d’expositions3 qui, à partir de la collection, cherchaient à la fois de montrer l’état des acquisitions et de renouveler l’accrochage muséal avec un nouveau display spatial.

C’est également à cette époque que les œuvres de la collection du Musée national d’Art Moderne furent repensées et proposées à voir sous la forme d’une exposition temporaire. En continuant, en 1992, Dominique Bozo, Président du Centre Pompidou, choisit Didier Semin pour organiser Manifeste, 30 ans de création en perspective (1960-1990), une exposition à partir des collections du MNAM et CCI, développée sur tous les espaces du Centre. Une sorte d’ « inventaire ou échantillonnage d’un stock dont la mise en forme historique n’est qu’un repérage didactique à usage du grand public4 », qui est suivi, l’année suivante, en 1993, par Manifeste,  Une histoire parallèle (1960-1990) – organisé par Jean-Paul Ameline -, suite thématique et conceptuelle au 5ème étage du Centre Pompidou, qui termine la réflexion entamée autour de la collection permanente et de la muséographie du Centre. Continuer la lecture de 1992-1993 : La collection se manifeste ! 

  1. une reconstitution de la même exposition a eu lieu en 2009 avec le titre « Repetition : Summer display 1983«  []
  2. L’exposition fut le prétexte pour jeter les bases pour la future collection du musée, empruntée sur l’art contemporain. Ouverture II en 1986-1987 fut la suite conceptuelle []
  3. La première exposition a été inaugurée en janvier 1990, suivie d’une deuxième en octobre et, ensuite, d’une dernière en mars 1991. Voir le catalogue publié pour l’occasion Tate Gallery : an illustrated companion, Londres, Tate Gallery, 1990 []
  4. Jean-Marc Poinsot, « L’art contemporain et le musée « , dans Cahiers du MNAM, n° 42, hiver 1992, p.26-27 []

Repenser la photographie d’institution : Jacques Faujour et « Manifeste »

Par Diane Antille

[Résumé de mémoire d’étude de 1ère année de 2ème cycle de l’École du Louvre, année 2008/2009]

J. Faujour, planche-contact 20.73, n°2. Photographie d’accrochage réalisée lors de « Manifeste, une histoire parallèle, 1960-1990″. Tirage numérique d’après les planches-contact, 1993, Fonds muséographie, Collections photographiques de la Bibliothèque Kandinsky/MNAM-CCI.

Entre 1992 et 1993, le Musée National d’Art Moderne présente « Manifeste », une monstration particulièrement importante de sa collection, quinze années après l’ouverture du Centre Pompidou. Cet événement, en son temps particulièrement polémique, demeure aujourd’hui dans les Collections photographiques de la Bibliothèque Kandinsky grâce aux photographies prises par différents photographes du Musée.

 

Jacques Faujour, un des premiers photographes du Centre, est intervenu sur deux séries de photographies. Ces dernières permettent d’interroger les enjeux de la photographie documentaire au sein d’une institution, mais également de différencier la photographie d’accrochage de la photographie d’exposition. Ce travail institutionnel est particulièrement riche puisqu’il permet d’observer les différents échanges intervenus avec l’œuvre personnelle du photographe, pétrie d’Humanisme. Les photographies prises in situ s’éloignent des conventions implicites que comporte la photographie institutionnelle, soit d’une photographie dite « documentaire ». Cependant, davantage empreintes d’un certain « esprit Beaubourg », elles tendent à interroger les impératifs du travail photographique institutionnel et l’usage qui en est fait.

J. Faujour, planche-contact 20.83, n°7. Photographie d’exposition réalisée lors de « Manifeste, 30 ans de création en perspective, 1960-1990 ». Tirage numérique d’après les planches-contact, 1992, Fonds muséographie, Collections photographiques de la Bibliothèque Kandinsky/MNAM-CCI.

 

J. Faujour, planche-contact 20.87, n°31. Photographie d’exposition réalisée lors de « Manifeste, 30 ans de création en perspective, 1960-1990 ». Tirage numérique d’après les planches-contact, 1992, Fonds muséographie, Collections photographiques de la Bibliothèque Kandinsky/MNAM-CCI.

 

J. Faujour, planche-contact 20.87, n°2. Photographie d’exposition réalisée lors de « Manifeste, 30 ans de création en perspective, 1960-1990 ». Tirage numérique d’après les planches-contact, 1992, Fonds muséographie, Collections photographiques de la Bibliothèque Kandinsky/MNAM-CCI.

 

J. Faujour, planche-contact 20.88, n°15. Photographie d’exposition réalisée lors de « Manifeste, 30 ans de création en perpective, 1960-1990 ». Tirage numérique d’après les planches-contact, 1992, Fonds muséographie, Collections photographiques de la Bibliothèque Kandinsky/MNAM-CCI.