Tous les articles par Stéphanie Rivoire

A propos Stéphanie Rivoire

Conservatrice des Archives - Bibliothèque Kandinsky - MNAM/CCI Chargée de projet Catalogue raisonné des expositions au Centre Pompidou

Exposition(s) et média(s) Enjeux d’une dialectique actuelle : appel à contribution

Ce colloque de doctorants, a pour ambition d’analyser, à travers une approche pluridisciplinaire, la dialectique exposition(s) et média(s) dans l’ère des Technologies d’information et de communication (TIC). Selon une logique allant de la production à la réception des expositions, quatre axes de recherche sont proposés : l’exposition comme média, exposer le média, la médiation de l’exposition et la médiatisation de l’exposition.

Désignant « aussi bien ce qui est exposé que l’espace où l’on expose, l’acte d’exposer et l’exposition en tant que “produit” actualisé par le visiteur »[1], l’exposition a pu recouvrir des formes et fonctions très diverses depuis les « proto-musées » jusqu’à « la promenade comme le centre commercial »[2]. Témoignage de son temps, l’exposition est indissociable de son contexte de production. Ainsi, l’histoire récente est marquée par une évolution des modalités d’appréhension de l’exposition qui se caractérise notamment, au tournant des années 1980, par l’intensification des flux transnationaux et une massification de l’événement dans lesquels Nathalie Heinich voit « de nouvelles formes de tourisme intellectuel, de délectation lettrée ou d’érudition itinérante »[3]. L’exposition devient alors un objet d’étude transdisciplinaire, qu’il soit envisagé à travers un prisme communicationnel (Davallon), muséographique (Chaumier, Desvallées, Mairesse), historique ou socio-historique (Glicenstein) ou même sociologique (Heinich, Eidelman). Défendant le postulat selon lequel l’exposition est un média, la thèse centrale de Jean Davallon que nous souhaitons interroger ici démontre que l’exposition (d’art, d’objet, de science, etc.) donne à voir autant qu’elle nous explique comment regarder[4] et par là, qu’elle met en œuvre la double vertu du média en s’imposant comme support et comme intermédiaire. Il est depuis communément admis de considérer l’exposition comme un média, et les registres médiatiques de l’exposition ou du musée font l’objet de nombreuses recherches (Davallon, Poli). L’ensemble de ces théories mérite aujourd’hui d’être analysé au regard du contexte actuel, marqué par un renouvellement de la « médiatique[5] », par une présence et une influence grandissantes des Technologies de l’Information et de la Communication (TIC).

Plus généralement, c’est l’histoire et l’évolution des pratiques médiatiques de l’exposition depuis la formulation de ces théories qu’il semble pertinent d’analyser. Car, parallèlement à cette théorisation, la richesse et la productivité des expositions depuis les années 1980 – tant dans l’augmentation de leur nombre que dans la diversification de leurs formes – définissent cette période comme un tournant dans l’histoire des expositions, qui voient leurs modalités de fabrication et de réception évoluer significativement. Ensuite, les années 1980 sont également caractérisées par le passage à une société façonnée par ce que l’on appelle désormais les Nouveaux médias qui se définissent par la démocratisation de l’ordinateur. C’est pourquoi ce colloque entend mettre en perspective la richesse et la production des expositions depuis les années 1980, au regard de l’influence des nouveaux médias dans la société.

Continuer la lecture de Exposition(s) et média(s) Enjeux d’une dialectique actuelle : appel à contribution 

Stéphanie Rivoire

Conservatrice des Archives - Bibliothèque Kandinsky - MNAM/CCI Chargée de projet Catalogue raisonné des expositions au Centre Pompidou

More Posts

Follow Me:
Twitter

Carlo Scarpa et ses amis : l’art d’exoposer.

Samedi 24 janvier, de 11h à 18h à l’INHA

CARLO SCARPA & SES AMIS : L’ART D’EXPOSER

scarpa
L’œuvre de Carlo Scarpa, mort en 1978, domine la production architecturale de ce siècle en Italie et au-delà. Elle est une source d’inspiration pour nombre d’artistes, d’architectes, de designers contemporains.
Architecte, auteur d’édifices aujourd’hui mythiques comme la Tombe Brion, designer réputé, il fut aussi un maître dans l’art d’exposer. Qu’il s’agisse de galeries, de « displays » temporaires ou de musées, Scarpa est le plus éclatant parmi ces architectes italiens qui, au XXe siècle, ont révolutionné l’espace et les dispositifs d’exposition. Les espaces qu’il conçut pour l’exposition Mondrian de 1952 ou pour la Biennale de Venise dont il fut, jusqu’en 1972, l’architecte, démontraient son exceptionnelle intelligence de l’art, de sa jouissance et de sa mise en scène. Aujourd’hui le musée de l’Accademia à Venise, la Gypsothèque de Canova à Possagno, le musée Castelvecchio à Vérone ou le palais  Abatellis à Palerme, témoignent de son génie.
La collection « Lectures Maison Rouge » et les éditions JRP Ringier proposent Carlo Scarpa : L’art d’exposer, un livre –dossier qui regroupe, avec les textes de Scarpa qui constituent son « art de l’exposition », les dessins et les photographies de son œuvre muséographique, et le commentaire éclairé de Philippe Duboy, professeur d’histoire de l’architecture et de l’urbanisme à Ecole nationale supérieure d’architecture de Paris -La
Villette, assistant de Scarpa à l’occasion du concours pour le Musée Picasso à Paris et spécialiste de son œuvre. Il présente aussi un choix de textes des contemporains de Scarpa : artistes, conservateurs, historiens de l’art
.Le 24 janvier 2015 une journée d’études internationale rassemblera, à l’Institut national d’Histoire de l’Art, à Paris, à l’invitation de la Maison Rouge et du séminaire international Something you Should Know (EHESS), les Amis de Carlo Scarpa.
Avec ceux qui l’ont connu et ont commenté son œuvre (Marisa Dalai Emiliani, Lucianna Miotto, Philippe Duboy), des artistes de toutes nationalités pour qui l’œuvre de Scarpa est une source de réflexion et d’inspiration : Dominique Gonzalez-Foerster, Dahn Vo, Josiah McElheny, Pierre Leguillon, Koenraad Dedobbeleer, mais aussi des historiens de l’art (Johanne Lamoureux, Lorenzo Benedetti ) et des architectes  (Adrien Gardère, Antoine Stinco, Bernard et Clothilde Barto). La projection de documents filmés ponctuera cette
journée. Le programme sera précisé dans les jours qui viennent.

Stéphanie Rivoire

Conservatrice des Archives - Bibliothèque Kandinsky - MNAM/CCI Chargée de projet Catalogue raisonné des expositions au Centre Pompidou

More Posts

Follow Me:
Twitter

L’objet de l’exposition : le regard ethnographique

Le Séminaire de recherche L’objet de l’exposition, conduit conjointement par le département d’histoire de l’art de l’Université François-Rabelais de Tours (Frédéric Herbin) et l’École Nationale Supérieure d’Art de Bourges (Giovanna Zapperi) se poursuit le mardi 2 décembre.
Mardi 2 décembre, 14H30-17h30, ENSA Bourges (salle 105)

Mélanie Bouteloup  – « On ne reste pas au même endroit pour regarder une danse de masques. Proverbe Igbo »

J’interprète ce proverbe nigérien de la sorte : pour avoir la meilleure compréhension d’un spectacle, il faut pouvoir changer de point de vue en passant d’observateur à participant, du champ au hors-champ, de la scène aux coulisses, ou bien encore inverser le regard. Dans la photographie placée ci-dessus, le drap tenu par Franz Boas et George Hunt sert à la fois à isoler l’individu dans un type et à cacher les architectures occidentales et modernes. Cette image est paradigmatique de ce qu’on pourrait appeler la mise en ordre, la mise en scène et la mise en forme de l’Autre, proposée par l’ethnographie au début du XXe siècle. Les populations sont placées dans ce que l’anthropologue Johannes Fabian appelle un « présent historique » ou « déni de contemporanéité » symptomatique d’une vision allochronique eurocentriste. La modernité est reléguée au hors-champ, la représentation de l’Autre ne donne qu’une vision dé-contextualisée, partielle et distordue en quête d’une authenticité qu’il s’agit de capturer avant sa prétendue disparition perçue comme inéluctable.

Dans ma pratique curatoriale et au sein du centre d’art et de recherche Bétonsalon, je tente de multiplier les pas de côté, de prendre du recul, en somme d’agrandir le cadre de cette prise de vue, mais surtout j’espère altérer un tant soit peu les imaginaires liées à des formes normalisées de production, circulation et de transmission du savoir. Je propose d’échanger avec vous sur mon expérience de commissaire associée de La Triennale (2012), ainsi que sur différents projets menés au sein du centre d’art et de recherche Bétonsalon (Camille Henrot, The Pale Fox et Maryam Jafri, the Day After notamment).

 Mélanie Bouteloup

Mélanie Bouteloup dirige Bétonsalon – Centre d’art et de recherche à Paris. Elle a été commissaire associée de La Triennale en 2012.

www.betonsalon.net

Stéphanie Rivoire

Conservatrice des Archives - Bibliothèque Kandinsky - MNAM/CCI Chargée de projet Catalogue raisonné des expositions au Centre Pompidou

More Posts

Follow Me:
Twitter

Séminaire « L’objet de l’exposition : le regard ethnographique »

Le Séminaire de recherche L’objet de l’exposition, conduit conjointement par le département d’histoire de l’art de l’Université François-Rabelais de Tours (Frédéric Herbin) et l’École Nationale Supérieure d’Art de Bourges (Giovanna Zapperi) reprend le mardi 14 octobre. Cette année, un nouveau thème sera abordé : le regard ethnographique.
Mardi 14 octobre, 13H30-16h30, Université François Rabelais (salle 8 de l’extension)

Lotte Arndt  – « Troubler les réserves »

Loin de s’agir de questions et d’objets « du passé », la mise en espace et conservation des objets ethnographiques participe du présent. Les travailler vise à les transformer. Sur la base d’exemples d’expositions et de propositions artistiques, l’intervention que je propose discutera les stratégies par lesquelles artistes, activistes et curateurs ont entrepris de mettre en cause l’autorité des réserves ethnographiques. Les exemples choisis se focaliseront spécifiquement sur les restes humains, les questions de restitution, ainsi que sur les stratégies pour faire basculer un régime du regard objectivant, véhiculant des rapports de domination, pour changer les modes relationnels et permettre de secouer les certitudes épistémologiques.

 Lotte Arndt

Enseignante en théorie à l’École d’art et design de Valence depuis 2014, Lotte Arndt continue à publier, programmer et intervenir en indépendante. En 2013, elle soutient sa thèse sur les Négociations postcoloniales dans des magazines culturelles parisiennes relatives à l’Afrique (Humboldt Université Berlin/Paris VII, Diderot, 2013), et travaille pendant une année à la coopérative de la recherche de l’Ecole supérieure d’art de Clermont Métropole. Basée à Bruxelles, elle collabore avec le groupe d’artistes et de chercheuses Ruser l’image ; publie régulièrement sur des sujets ayant trait au présent postcolonial et aux stratégies artistiques en quête de subvertir des récits et institutions eurocentrés ; et contribue aux programmations culturelles, projections et débats dans des espaces d’art tels que la biennale de Berlin (Crawling Doubles, 2014), Khiasma (Possessions, 2013), Bétonsalon (Une légende en cache une autre, 2011), Laboratoires d’Aubervilliers (DesFigures Toxiques, 2014).

Parmi ses publications concernant le sujet des réserves ethnographiques : Vestiges of Oblivion – Sammy Baloji’s Works on Skulls in European Museum Collections, in Darkmatter. In the Ruins of Imperial Culture, 2013 (http://www.darkmatter101.org/site/2013/11/18/vestiges-of-oblivion-sammy-baloji’s-works-on-skulls-in-european-museum-collections/) ; “Giant Hunger for the Whole World – On Foreign Exchange. Stories that you wouldn’t tell a stranger“, Curated by Clémentine Deliss and Yvette Mutumba, Weltkulturen Museum Frankfurt, in Texte zur Kunst, no. 94, June 2014, p. 249-254, “Une mission de sauvetage. Exhibitions. L’invention du sauvage au Musée du Quai Branly”, in Mouvements, no. 72, décembre 2012 ; « Réflexions sur le renversement de la charge de la preuve comme levier postcolonial », bs 12, http://betonsalon.net/PDF/BS12_BETONSALONFINALLIGHT.pdf.

Stéphanie Rivoire

Conservatrice des Archives - Bibliothèque Kandinsky - MNAM/CCI Chargée de projet Catalogue raisonné des expositions au Centre Pompidou

More Posts

Follow Me:
Twitter

Magiciens de la terre, retour sur une exposition légendaire : quelques réflexions sur le titre d’une exposition commémorative.

Magiciens de la terre, retour sur une exposition légendaire : séance de l’Université d’été organisée par la Bibliothèque Kandinsky, en présence d’Elio Montanari ©Hervé Véronèse Centre Pompidou

Travailler sur l’histoire des expositions dans une institution dont le cœur d’activité consiste à en produire sans cesse de nouvelles est sans aucun doute une démarche intrigante. Travail sans fin qui suppose de se retourner sur les expositions passées, questionnant ainsi les pratiques curatoriales à l’œuvre, il est aussi pour l’archiviste une bonne occasion de revenir aux bases de sa pratique professionnelle. Ainsi se pencher sur une exposition passée en la qualifiant de « légendaire » a suscité quelques interrogations. En effet, alors que la légende constitue un « récit à caractère merveilleux où les faits historiques sont transformés par l’imagination populaire ou l’invention poétique »[i], l’impact mémoriel comme la matérialité des archives de l’exposition s’imposent à nous comme des faits réels, contribuant à construire autour de Magiciens de la terre (1989) un discours historique, contrepoint de la légende créée autour de cet évènement.

Sans doute l’invention poétique s’incarne-t-elle aux yeux du public d’aujourd’hui par l’œuvre imaginée par Sarkis à partir des photographies prises pendant l’exposition de 1989. Continuer la lecture de Magiciens de la terre, retour sur une exposition légendaire : quelques réflexions sur le titre d’une exposition commémorative. 

Stéphanie Rivoire

Conservatrice des Archives - Bibliothèque Kandinsky - MNAM/CCI Chargée de projet Catalogue raisonné des expositions au Centre Pompidou

More Posts

Follow Me:
Twitter

Séminaire « L’objet de l’exposition : l’architecture exposée »

Le Séminaire de recherche L’objet de l’exposition, conduit conjointement par le département d’histoire de l’art de l’Université François-Rabelais de Tours et l’École Nationale Supérieure d’Art de Bourges, en partenariat avec le FRAC Centre, se poursuit le jeudi 7 novembre. Pour une seconde année, le thème abordé est l’architecture exposée.
L’objet de l’exposition : l’architecture exposée
Jeudi 7 novembre, 14H00-17h00, Université François Rabelais (s 228)

Eric Monin  – « L’architecture surexposée

ou les monuments à l’épreuve des faisceaux lumineux »

    En 1937, à l’Exposition Internationale des Arts et Techniques dans la Vie Moderne de Paris, l’éclairage des musées et plus précisément la mise en lumière des œuvres présentées au public constituait un aspect important de la classe III du groupe I consacrée aux « Musées et Expositions ». La section « Muséographie » revenait alors sur la question de la mise en valeur des éléments exposés, un aspect déjà souligné quelques années plus tôt par Louis Hautecœur dans son rapport préparatoire à la Conférence de l’Office international des musées qui se tenait à Madrid en 1934. En pointant les problèmes d’éclairage qui devaient être résolus en fonction des ambitions historiques, scientifiques ou artistiques de chaque présentation, les responsables de cette section prenaient pleinement conscience des pouvoirs de la lumière artificielle électrique au service d’une expographie maîtrisée. Les efforts déployés depuis la fin des années vingt pour éclairer les façades monumentales n’étaient pas totalement étrangers à cette problématique de la présentation des œuvres comme en témoignait d’ailleurs le projet de Tour de France de la Lumière chargé de faire rayonner l’Exposition bien au-delà de son enceinte parisienne. Des maquettes exposées dans le pavillon de la classe III jusqu’aux monuments d’Afrique du Nord, la lumière électrique propose une réinterprétation de la réalité diurne en accusant des formes, en révélant des détails et en installant des ambiances qui surgissent d’une matière devenue parfois incandescente. À l’échelle du territoire ou du musée, ces expériences marquantes constituent l’aboutissement de recherches, de tentatives et
de débats qui seront rappelés à l’occasion de cette communication.

 Eric Monin

Architecte DPLG, Maître-assistant titulaire HDR
Ecole nationale supérieure d’architecture et de paysage de Lille

Stéphanie Rivoire

Conservatrice des Archives - Bibliothèque Kandinsky - MNAM/CCI Chargée de projet Catalogue raisonné des expositions au Centre Pompidou

More Posts

Follow Me:
Twitter

Bourse d’études du Centre Pompidou « Histoire des expositions »

Dans le cadre de sa politique de soutien à la recherche, le Centre Pompidou propose trois bourses destinées à des doctorants inscrits au moins en deuxième année de thèse, dans une université, française ou étrangère, pour l’année universitaire 2013-2014.

  •  Bourse d’études « Histoire et sociologie de l’art »
  • Bourse d’études « Histoire des expositions »
  • Bourse d’études « Mondialisation et Etudes culturelles »

Pour en savoir plus et déposer votre candidature, suivez le lien : 

http://centrepompidou.fr/Le-centre-pompidou/Espace-professionnel/Chercheurs-et-etudiants/Demande-de-Bourses-d-etude-2013-2014/ 

 

Stéphanie Rivoire

Conservatrice des Archives - Bibliothèque Kandinsky - MNAM/CCI Chargée de projet Catalogue raisonné des expositions au Centre Pompidou

More Posts

Follow Me:
Twitter

International symposium « Exhibitions’ histories » : call for papers.

LABEX Arts-H2H, University of Paris 8 – Centre Pompidou

February, 6th, 7th, 8th, 2014

The project “History of Exhibitions in 20th Century”, initiated in 2011, seeks to provide a critical and interdisciplinary reflection on the phenomenon of exhibitions in our time.

This project, led by two research teams of the University of Paris 8 and by the Centre Pompidou, consisted initially in the elaboration of various principles regarding the collecting and archiving of information about exhibitions, in order to produce a catalogue raisonné of Centre Pompidou’s exhibitions. This first phase was mostly about the complexity of exhibition processes. Among other things, questions were raised about the choice of objects, access to information, selection and display of information… Writing about exhibitions —trying to tell their (hi)story— means indeed taking into account the plurality of their determinations. In December 2012, a symposium gave the opportunity to discuss the goals of the constitution of an open archive of exhibitions —for the Centre Pompidou as well as for other museums or the academic world.

The second phase of this project takes further the same questions and extends them along wider fields of research —art history, esthetics, museology, history of cultural policies… The catalogue raisonné led to questions regarding the archival of exhibitions, their actors, the access to information… Februar 2014 conference will seek to open new perspectives, both narrower and wider. They are narrower as far as some very specific exhibitions will be examined in their own singularity. They are also wider, to the extent that one wo n’t be limited to the exhibitions of Centre Pompidou. Other questions will be taken into account: about what an exhibition is nowadays —here and elsewhere— in relation to a history that should also be questioned —and through the emergence of what one could call an exhibition-system.

The following themes will be proposed :

Continuer la lecture de International symposium « Exhibitions’ histories » : call for papers. 

Stéphanie Rivoire

Conservatrice des Archives - Bibliothèque Kandinsky - MNAM/CCI Chargée de projet Catalogue raisonné des expositions au Centre Pompidou

More Posts

Follow Me:
Twitter

Colloque international « Histoires d’expositions » : appel à contributions

Organisation : LABEX Arts-H2H, Université Paris 8, Centre Pompidou Dates : 6, 7, 8 février 2014 Lieux

  • Centre Pompidou, Paris
  • Université Paris 8, Saint-Denis
  • INHA (Institut national d’histoire de l’art), Paris

Initié en 2011, le projet « Histoire des expositions au 20e siècle », développé dans le cadre du Labex Arts-H2H, vise à produire une réflexion critique et interdisciplinaire sur le phénomène des expositions à notre époque. Ce projet piloté par deux laboratoires de recherche de l’Université Paris 8 et par le Centre Pompidou a consisté dans un premier temps à mettre en œuvre différents principes de collecte et d’archivage dans le but de créer un catalogue raisonné des  expositions du Centre Pompidou. Cette  première phase a permis de remarquer que le fait de traiter des expositions est une opération complexe : à chaque fois se posent des questions de choix d’objets, d’accès à l’information, d’agencement et de modes de restitution de ces informations. Écrire au sujet des expositions — chercher à en restituer l’histoire notamment — c’est ainsi prendre en compte la pluralité de leurs déterminations. En décembre 2012, une journée d’étude a permis de faire le point sur les enjeux de la constitution d’une archive ouverte de l’exposition à la fois pour une institution telle que le Centre Pompidou et pour le monde des musées ou de la recherche. La deuxième phase du projet prolonge les mêmes questions et les étend à des domaines et méthodes d’investigation plus larges — histoire de l’art, esthétique, muséologie, histoire des politiques culturelles… Le catalogue raisonné avait permis de faire émerger des questions touchant à l’archivage des expositions, à l’accès aux informations les concernant, à leurs acteurs. Le colloque de février 2014 propose, quant à lui, des perspectives à la fois plus étroites et plus étendues. Plus étroites, en ce que des exemples concrets d’expositions seront présentés dans leur sin gularité propre ; plus étendues, en ce qu’il ne s’agira pas de se contenter de l’exemple des expositions du Centre Pompidou mais de rendre compte de ce qu’est l’exposition à la fois à notre époque — ici ou ailleurs — et dans une historicité qu’il s’agira de questionner — notamment au travers de l’émergence de ce que l’on pourrait nommer un système de l’exposition (expo-système) . Les axes proposés sont les suivants : Continuer la lecture de Colloque international « Histoires d’expositions » : appel à contributions 

Stéphanie Rivoire

Conservatrice des Archives - Bibliothèque Kandinsky - MNAM/CCI Chargée de projet Catalogue raisonné des expositions au Centre Pompidou

More Posts

Follow Me:
Twitter

Journée d’étude : « Le catalogue raisonné des expositions du Centre Pompidou : vers une archive ouverte de l’exposition »

Journée d’étude

organisée par le Labex Arts-H2H Université Paris 8 et le Centre Pompidou

Participation libre, sur inscription préalable obligatoire :
histoire.expositions@centrepompidou.fr

Mardi 4 décembre 2012 à 9h30, forum niveau -1 petite salle

Introduction à la journée : Pourquoi le Centre Pompidou s’est-il engagé dans cette recherche ?
par Catherine GRENIER, MNAM-CCI

10h-11h15 : Table ronde : Qu’est-ce que décrire une exposition ? Les mutations du genre exposition au Centre Pompidou
par Bernadette DUFRENE, Université Paris 8
Débat
Sophie DUPLAIX, MNAM-CCI,
Roberto CONDURU, Université de Sao Paolo,
Remi PARCOLLET, Université Paris I Labex CAP

11h 30 : La description des expositions au regard du web sémantique
par Emmanuelle BERMES, Centre Pompidou, service multimédia

12h : Première tentative d’une histoire visuelle de la présence du registre documentaire dans les expositions d’art du Centre Pompidou
par Didier SCHULMANN, MNAM-CCI, Bibliothèque Kandinsky

12h30: Displaying Modernism: MoMA’s Exhibition Archives
par Michelle ELLIGOTT, The Museum of Modern Art

14h30 : L’historiographie de l’exposition
par Jérôme GLICENSTEIN, Université  Paris 8

15h : The Importance of Exhibition History and the Exhibition Archive
par Bruce ALTSHUELR, New-York University

16h : Le projet MELA
par Carles GUERRA, MACBA et Mark Nash, Royal College of Arts

17h30 : Clôture des travaux
par Alain SEBAN, Président du Centre Pompidou

 

Stéphanie Rivoire

Conservatrice des Archives - Bibliothèque Kandinsky - MNAM/CCI Chargée de projet Catalogue raisonné des expositions au Centre Pompidou

More Posts

Follow Me:
Twitter