Tous les articles par leacatherineszacka

« Le catalogue raisonné des expositions du Centre Pompidou : vers une archive ouverte de l’exposition » : compte-rendu de la journée d’étude du 4 décembre 2012 (partie 4).

Par Léa-Catherine Szacka

La matinée s’est terminée par une intervention de Michelle ELLIGOTT, archiviste au Museum of Modern Art, New York. En introduction de son intervention, intitulée « Displaying Modernism : MoMA’s exhibition archives », M. Elligott raconte qu’alors que le Moma a été fondé en 1929, ses archives n’existent que depuis 1989. Mais, ceci n’est pas surprenant, nous dit-elle, puisque, aux Etats-Unis ce n’est que dans les années 1980 que l’on a commencé à comprendre l’importance des archives pour documenter l’histoire du musée. Une des caractéristiques importante des archives du MoMA est que les 2200 expositions présentées par le musée sont facilement gérables puisqu’elles ont été numérotées de façon systématique depuis 1929.

 Maintenant, dit Elligott, il faut s’interroger sur ce que ces archives révèlent.  Elle poursuit par certaines informations d’ordre historique:

*        L’exposition ‘Modern Exhibition: International Exhibition”, la toute première exposition d’architecture du MoMA a lance, en 1932, la création d’une collection et d’un département d’architecture à l’intérieur du musée.

*        L’archive du MoMA témoigne de la vitalité exceptionnelle du programme d’expositions du MoMA, particulièrement dans les années 1940. Ces archives en disent long sur ce qui s’est passé au MoMA, mais aussi sur la circulation des expositions.

*        À partir de 1933 le musée développe un vaste programme de circulation des expositions. Parfois il ne s’agissait que d’un ensemble de panneaux de documentation qui étaient affichés dans des grands magasins ou dans les écoles. La mission de ces expositions était l’éducation des Américains. Il s’agissait donc d’emmener l’art moderne vers les gens.

*        À partir de 1952, le MoMA met en place un programme international ayant pour but de diffuser le modernisme à travers le monde (par exemple, pendant longtemps, c’est le MoMA qui était responsable de sélectionner les exposants du pavillon américain pour la Biennale de Venise).

*        En 2004, l’archive photographique du MoMA a été transférée aux archives du musée. Il contient plus des dizaines de milliers de photos. Plus de 20 000 photos de vues d’exposition ont été numérisées par art store. On peut y accéder via MADE la base de données interne du MoMA (pour l’instant elles ne sont pas encore en ligne, mais c’est un projet actuellement à l’étude.)

*        En 2004 a été publié le Art in Our Time (une exposition a aussi été organisée)

*        Les archives contiennent aussi de la documentation sur les expositions qui ont été proposées, mais n’ont jamais été réalisées.

Pour terminer, Elligott a parlé d’une chronique sur les archives du MoMA qu’elle tient régulièrement dans un magazine et de la ligne de temps interactive sur l’histoire des expositions du MoMA qu’elle a réalisé.

« Le catalogue raisonné des expositions du Centre Pompidou : vers une archive ouverte de l’exposition » : compte-rendu de la journée d’étude du 4 décembre 2012 (partie 3).

La matinée s’est poursuivie par une intervention de Didier Schulmann, directeur de la bibliothèque Kandisky.  D. Shulmann a débuté son intervention en montrant un extrait vidéo d’une discussion entre Nicolas Serota et Chris Dercon ayant eu lieu au Centre Pompidou, quelques semaines plus tôt.

Nicholas Serota : « Nous nous trouvons dans une institution qui a été pionnière dans les années 1970-1980 en inventer un nouveau type d’expositions. Si je dois penser à une institution qui a réinventé le concept d’exposition, c’est bien le CP à partir de Pontus Hultén jusqu’au présent parce qu’ici on peut voir des expositions à plusieurs échelles différentes (Dali est un exemple ou de petites expositions plus restreintes, des expositions ‘dossier’). Les expositions qui incluaient des documents, des films, des archives, etc. sont des expositions du  futur. »

Chris Dercon : « Ce qui est très intéressant, c’est que les jeunes conservateurs sont ravis d’intégrer dans leurs expositions du matériel secondaire qui renforcent l’idée zero money collecting parce qu’aujourd’hui, il est possible de faire des expositions avec un matériel documentaire et on voit aussi que le nouveau public veut ne seulement voir l’œuvre fétiche, œuvre master pièce. Quand on voit les publications que font les nouveaux conservateurs et la manière comment ils utilisent les images, on voit que les gens ne se contentent pas d’acheter les pièces, mais ils enchainent des documents. Ils enchainent des histoires et ils créent des contextes différents et cela sert à créer des connections. »

Continuer la lecture de « Le catalogue raisonné des expositions du Centre Pompidou : vers une archive ouverte de l’exposition » : compte-rendu de la journée d’étude du 4 décembre 2012 (partie 3). 

« Le catalogue raisonné des expositions du Centre Pompidou : vers une archive ouverte de l’exposition » : compte-rendu de la journée d’étude du 4 décembre 2012 (partie 2).

Par Léa-Catherine Szacka

La journée s’est poursuivie par une intervention de Rémi Parcollet, Post-doctorant au Labex Création, Arts et Patrimoine, qui travaille sur le projet de catalogue raisonné depuis 2011. Selon Parcollet, le meilleur moyen pour décrire une exposition qui a eu lieu dans le passé c’est de regarder les photographie de vues d’expositions (la photographie de vues d’exposition de constituant pas un genre en soi, mais bien une pratique qui emprunte à différents genres). Comme le suggérait plus tôt B. Dufrêne, Il ne s’agit pas d’une reproduction du réel, mais bien d’une interprétation du réel, tributaire du regard du photographe. Cette photo permet de mettre en perspective les œuvres les unes par rapport aux autres. Ainsi, ce ne sont pas les œuvres qu’on photographie, mais bien le travail des commissaires.

Rémi Parcollet enchaîne sur la notion d’archive et la question de la représentation tout en clarifiant que la documentation photographique des expositions du Centre Pompidou est accessible à la Bibliothèque Kandisnky. Il précise qu’un grand projet de numérisation des vues photographiques est en cours et que tout le projet de catalogue raisonné est lié à cette campagne de numérisation. La première tranche (1977-1981) a été numérisée, alors que les photos de vues d’expositions ayant eu lieu après 1981 sont en cours de numérisation.

Puis, R. Parcollet revient sur le fait que ces photographies ne sont pas transparentes, elles ont un auteur. Elles servent à montrer les œuvres les unes par rapport aux autres.  Depuis le début du Centre Pompidou, les photographes sont assez libres pour photographier l’exposition – donc une photographie d’auteur avec un point de vue qui est assumé. R. Parcollet nous apprend que la spécificité du Centre Pompidou a été d’avoir, dès 1972, une équipe de photographes. Pour Parcollet, il est intéressant de comparer les photos aux nombreux films qui ont été faits sur les expositions du Centre Pompidou. Pourtant, ceci pose une question technique importante: comment photographier la vidéo ? Questions techniques qui à son tour appelle une réflexion beaucoup plus théorique.

Continuer la lecture de « Le catalogue raisonné des expositions du Centre Pompidou : vers une archive ouverte de l’exposition » : compte-rendu de la journée d’étude du 4 décembre 2012 (partie 2). 

« Le catalogue raisonné des expositions du Centre Pompidou : vers une archive ouverte de l’exposition » : compte-rendu de la journée d’étude du 4 décembre 2012 (partie 1).

Par Léa-Catherine Szacka

Dans le cadre de son projet de Catalogue raisonné, le Centre Pompidou a organisé une journée d’étude en partenariat avec le Labex H2H le mardi 4 décembre 2012. La matinée, chargée et fort dynamique, fut principalement dédiée à la question de l’écriture de l’histoire des expositions, plus particulièrement sous l’angle de l’archive. Après une brève introduction par Danielle Tartakowsky, Présidente de l’Université Paris 8, et de Catherine Grenier, qui pilote le projet de catalogue raisonné au MNAM-CCI, eu lieu une première intervention intitulée « Qu’est-ce que décrire une exposition ? Les mutations du genre exposition au Centre Pompidou ». Dans cette intervention, Bernadette Dufrêne de l’Université Paris 8 a d’abord voulu expliquer les prémisses de cette journée d’étude :

« Cette journée d’étude croise un projet d’institution avec un projet de recherche initialement plus large, puisque Jérôme Glicenstein et moi avions prévu, dans un premier temps, de constituer un répertoire des expositions les plus importantes du XXe siècle. Donc, à l’origine, il y avait deux problématiques différentes : d’une part, du côté du Centre Pompidou, constituer une mémoire de  l’exposition et, de notre côté, du côté de l’université, constituer la mémoire d’une forme culturelle, l’exposition et ses mutations. Ces deux problématique se trouve aujourd’hui conjuguées en une, que l’on peut résumé ainsi : Qu’est-ce que d’écrire l’histoire des expositions et plus particulièrement l’histoire des expositions d’une institution pilote comme le Centre Pompidou»

Comme le rappel B. Dufrêne, la description d’une exposition n’est pas une copie du réel, mais une interprétation du réel. Afin de permettre cette interprétation du réel, par les chercheurs, le Cercle de réflexion sur l’histoire des expositions a donc mis au point une fiche multi entrées qui fournit des informations sur l’exposition, non seulement comme événement, mais aussi comme une manifestation articulée à toute une série d’autres actions et événements. Cette fiche devra être le plus neutre possible mais permettre de tenir compte des différents types d’expositions. Pour ce qui est de l’aspect plus technique lié au projet de catalogue raisonné, Dufrêne rappelle que l’on se base sur du Web 2.0, le web social afin de s’inscrire dans une économie de la coopération, et sur le Web sémantique.

Continuer la lecture de « Le catalogue raisonné des expositions du Centre Pompidou : vers une archive ouverte de l’exposition » : compte-rendu de la journée d’étude du 4 décembre 2012 (partie 1).