Programme de la journée d’étude « Penser l’exposition, Points de vue pragmatique »

Journée d’étude pluridisciplinaire
Université Paul Valéry – Montpellier 3

Vendredi 15 février 2013

De sa production à sa réception, en passant par sa mise en espace, toute exposition nécessite l’intervention de plusieurs professionnels du monde de l’art (artistes, commissaires, conservateurs, collectionneurs, architectes, scénographes, critiques, historiens de l’art). Toutefois, ces derniers ont rarement l’occasion d’échanger sur leurs exigences spécifiques. Car il est indéniable qu’en fonction de son champ de spécialité, chacun pose un regard très différent sur les expositions. Une telle journée d’étude vise donc a croiser les regards, pour un enrichissement professionnel réciproque. Il s’agira de mettre en valeur la large gamme de critères d’évaluation à laquelle est soumise toute exposition, selon les professionnels qui l’envisagent.

  • 9h : Hélène TRESPEUCH, accueil des participants et introduction à la journée d’étude

*Accrocher

  • 9h30-9h50 : Aurélie CHAMPION, « L’accrochage des collections permanentes revisité »

Depuis les années 1990, tandis que l’institution muséale évolue, on assiste à une transformation progressive du mode de présentation des collections permanentes. Les collections ne sont ainsi plus présentées uniquement de manière dite permanente et, selon un parcours chronologique, mais selon des formats temporaires, divers et variés, tels que : les expositions thématiques, les cartes blanches d’artistes…
Face à la multiplication de ce type d’accrochages, il est aujourd’hui possible d’identifier une nouvelle pratique muséographique : la « mise en exposition » des collections. L’analyse de cas précis, nous permettra d’en définir les contours, enjeux et conséquences, du point de vue de l’institution muséale, de la pratique de l’exposition mais également de la réception.
Aurélie Champion est chargée des acquisitions, Mnam-Cci – Centre Pompidou et diplômée en Histoire de l’art-Histoire et politique du patrimoine artistique et des musées, Université Paris I – Panthéon Sorbonne.

  • 10h00-10h20 : Géraldine MALLET, « L’abbaye de Gellone à Saint-Guilhem-le-Désert (Hérault). Du dépôt lapidaire au musée de site »

Suite à la vente des biens nationaux en 1791, le monastère bénédictin de Gellone, fondé en 804 par Guilhem, cousin de Charlemagne, fut en partie dépecé. Les sculptures médiévales de son cloître, mais aussi celles issues de monuments funéraires et du mobilier liturgique, furent récupérées par les habitants de la région. Deux grandes collections ont été constituées au cours du XIXe siècle, l’une par un particulier, Pierre-Yvon Vernière, qui exposa les vestiges dans son jardin, jusqu’à leur vente par son fils en 1906. Leur parcours dans le commerce de l’art s’acheva à New York, au Cloisters Museum. L’autre fut l’œuvre du curé de la paroisse de Saint-Guilhem, Léon Vinas qui, entre 1841 et 1848, récupéra tous les fragments épars et les exposa dans l’absidiole nord de l’ancienne église abbatiale. Ce fonds primitif s’est enrichi au cours des années et compte aujourd’hui plus de 850 pièces. Leur nombre croissant, il fut décidé dans les années 1970 d’entreposer les différentes pièces dans l’ancien réfectoire des moines dans une présentation insatisfaisante. Après plusieurs études, notamment celle qui, en 2007, dans le cadre du plan de numérisation du Ministère de la Culture et de la Communication, permit de proposer une première restitution numérique du cloître, et le changement de l’équipe municipale, il fut décider de transformer le dépôt lapidaire en véritable musée de site. Film et panneau accompagnent des anastyloses d’arcatures du cloître et une présentation didactique des pièces les plus significatives. À cette première tranche du projet, inaugurée en 2009, s’ajoute une réflexion qui, à terme, devrait se concrétiser par l’ouverture d’un nouvel espace muséographique, dans l’ancienne salle capitulaire de l’abbaye.
Géraldine Mallet est professeur d’histoire de l’art médiévale à l’Université Paul Valéry – Montpellier 3.

10h30-45 : Pause

  • 10h45-11h05 : Sylvain DEMARTHE, « Un espace d’exposition figé : le cas du musée lapidaire de Carcassonne »

Le château comtal de la cité de Carcassonne abrite, depuis la fin des années 1950, un musée lapidaire qui s’articule autour de sept salles principales et qui rassemble des œuvres allant de l’Antiquité à l’époque moderne. Aujourd’hui, malgré sa constante fréquentation, cet espace, qui possède par ailleurs une collection très importante, apparaît cependant suranné. Autour d’une réflexion plus particulièrement axée sur le lapidaire médiéval, nous souhaitons montrer comment ce musée peine à s’inscrire dans une certaine modernité aussi bien scientifique que scénographique.
Sylvain Demarthe est docteur en histoire de l’art médiévale, ancien ATER à l’Université Paul Valéry – Montpellier 3.

  • 11h15-11h35 : Rémy HYSBERGUE, « Quelques détails importants »

À travers des photographies d’accrochages divers (Biennale de Lyon, Biennale de Venise, musée Kolumba de Cologne…), il s’agira de questionner l’importance des « abords » de l’œuvre, d’évoquer les mélanges et confusions de lecture qu’implique un manque de rigueur dans l’accrochage.
Rémy Hysbergue est peintre et professeur à l’Ecole d’art et de design de Saint-Étienne. Son travail est représenté par les galeries Jean Brolly à Paris et Amel Bourouina à Berlin.

* Concevoir une exposition

  • 11h45-12h05 : François AUBART, « Profonde surface »

Au plus profond que nous puissions pénétrer dans une image imprimée nous ne trouverons qu’une trace, une trame, des pixels, un matériau. À ce sujet, on peut affirmer que ce qui s’inscrit à la surface des images est aujourd’hui de plus en plus manipulable. On les produit et on les consulte avec la même facilité qu’on les modifie. Les images qui nous entourent sont construites de multiples couches, re-composées bien après leur prise de vue – si tant est que celle-ci ait jamais eu lieu – et surtout après leurs premières diffusions.
Leur relation au réel est donc moins ténue. Moins nécessaire aussi. Nos images ne sont rien d’autre que de l’information mise en forme par tel ou tel outil de traitement et de lecture. C’est parce qu’on se projette de cette façon si particulière dans les images aujourd’hui, en pénétrant les informations qu’elles contiennent sans y plonger, que l’exposition Profonde surface présentée à l’été 2012 chez Shanaynay à Paris voulait être une surface dans laquelle naviguer.
François Aubart est critique d’art, commissaire d’exposition et enseignant à l’École des beaux-arts de Lyon. Il a publié des textes dans les revues May, Flash Art, Art Press, Art 21, 2.0.1, 02, 04 ainsi que dans plusieurs ouvrages monographiques. Il est co-fondateur de la revue ∆⅄⎈.

  • 12h15-12h35 : Pierre-Olivier ARNAUD, « Un projet »

Entre 2007 et 2010, Pierre-Olivier ARNAUDmène en collaboration avec Stéphane Le Mercier un projet d’exposition intitulé Table d’Hôtes… qui dans son format particulier tente d’échapper à l’ « accrochage ».
Pierre-Olivier ARNAUD est plasticien et professeur à l’Ecole d’art et de design de Saint-Étienne. Son travail est représenté par la galerie Art : Concept à Paris.

12h45-14h : Déjeuner

* Scénographier

  • 14h-14h20 : Guillaume BARON, « L’espace d’exposition »

L’appréciation d’une exposition est intimement liée à celle de l’espace dans lequel elle prend place. Après avoir retracé la genèse de la Galerie du Temps du Louvre Lens, ouverte au public en décembre 2012, l’intervention se placera en amont du travail muséographique pour lever le voile sur les partis pris architecturaux à l’origine de la conception de cet espace inédit, dédié à l’exposition de plus de 200 œuvres couvrant près de 4000 ans d’histoire de l’art. Musée conçu au XXIe siècle, le Louvre Lens reste néanmoins consubstantiel de l’édifice parisien. À sa conception s’est alors imposée une remise en question de la notion d’exposition telle qu’elle est offerte au public dans les murs du palais historique. À l’aune de ce cas particulier, l’objectif sera donc de fournir quelques clés de lecture de l’espace d’exposition, et par là-même d’ouvrir la voie à un regard critique de l’exposition qui tiendrait compte, enfin, de l’espace qui l’héberge.
Architecte DPLG, Guillaume BARON est le fondateur de l’agence d’architecture BARON arch., créée en 2012. Il a participé, entre 2008 et 2011, à la conception et la réalisation du Musée du Louvre Lens pour l’agence japonaise d’architecture SANAA, en tant que coordinateur des études de muséographie.

  • 14h30-14h50 : Delphine MIEL, « Lieux d’exposition, lieux partagés »

À travers trois exemples récents (la National Art Gallery de Singapour, le Addiryiah Museum en Arabie Saoudite et le Musée d’Histoire de Marseille), il s’agit d’évoquer l’idée que, dans le contexte actuel, la scénographie et l’architecture muséale, en interaction, peuvent s’inscrire dans une démarche globale, dépassant le cadre même de la salle d’exposition. En effet nombre de programmes mettent en avant une grande flexibilité et évolutivité des espaces, les collections sont parfois en devenir ou immatérielles. De même, l’utilisation récurrente de lieux récupérés et la nécessité d’ouvrir les musées à des publics et à des activités diverses – hors ou au sein des salles d’exposition, dans un cadre quotidien ou évènementiel – tendent à replacer les lieux d’exposition avant tout comme des lieux partagés, ouverts et connectés à leur environnement direct. Les trois exemples choisis permettront d’évoquer de manière concrète les situations évoquées précédemment.
Delphine Miel est architecte et scénographe, investie depuis 2009 dans le collectif MO ; elle est diplômée de l’École nationale supérieure d’architecture de Nantes et titulaire d’un DPEA de scénographie.

  • 15h00-15h20 : Armelle FEMELAT, « Les expositions spectacles de Robert Carsen et la scénographie en question »

L’expérience de deux expositions récentes – Bohèmes au Grand Palais et L’Impressionnisme et la mode au musée d’Orsay – véritablement mises en scène par Robert Carsen serviront de prétexte et de point de départ pour questionner la place et le rôle de la scénographie dans une exposition temporaire. Prisme permettant d’interroger le concept d’exposition temporaire : Qu’y montre-t-on ? Comment ? En sus du pourquoi et du pour qui ?
Armelle FEMELAT est docteure en histoire de l’art moderne, ancien ATER à l’Université Paul Valéry – Montpellier 3.

15h30-15h45 : Pause

*Diffuser

  • 15h45-16h05 : Corine GIRIEUD, « « Un débarras vétuste et en désordre ». Regards croisés sur les expositions d’art moderne dans les années 50 »

Dès les années cinquante, grâce à une plus grande facilité dans les prises de vue, la photographie de presse se généralise et devient plus présente dans les périodiques. La revue Art d’aujourd’hui (1949-1954) s’empare de cet outil de diffusion au point de le rendre omniprésent dans ses pages. Indispensable en art, le support visuel l’est d’autant plus lorsque l’on commente des œuvres récentes, pour l’essentiel inconnues du lecteur. Cela devient également un moyen de rendre compte des expositions dans leur contexte, d’apporter la preuve que certaines œuvres bénéficient de plus de soins, d’audace ou tout bonnement de logique dans leur présentation que d’autres. Ce souci de la monstration de l’œuvre d’art est permanent pour les rédacteurs de la revue qui lui consacrent un numéro spécial en octobre 1950. De manière fréquente dans la revue et plus méthodiquement dans la livraison d’octobre 1950, la question de l’œuvre dans l’espace muséal (mais aussi dans les galeries) est posée. Quels types de travaux exposer ? Comment accompagner l’œuvre ? Quand y a-t-il didactisme en bonne intelligence avec le public et quand y a-t-il dénaturation de l’œuvre par un accompagnement outré ? C’est sur des détails très concrets – accompagnés de photographies – que les rédacteurs de la revue s’interrogent.
Corine GIRIEUD est docteure en histoire de l’art et critique d’art. Elle enseigne à l’Ecole supérieure des Beaux-Arts de Montpellier Agglomération, ainsi qu’à l’Université de Nîmes. Son travail personnel porte sur les revues d’art des années 50 (Art d’aujourd’hui et Cimaise).

  • 16h15-16h35 : Rémi PARCOLLET, « Production, diffusion, réception de la photographie de vue d’exposition. Cf. Postdocument »

Postdocument est une publication centrée sur la photographie d’œuvres d’art en situation d’exposition. Disponible sous forme de fichier pdf téléchargeable et imprimable gratuitement, elle présente une organisation d’images réalisées par des amateurs ou des professionnels accompagnées d’une légende développée. Pour chaque nouvelle revue, la sélection et l’organisation des photographies d’exposition rassemblées est réalisée en regard de l’une des 16 entrées permanentes qui composent les légendes des images publiées dans Postdocument. Ainsi, pour le Postdocument #1, présenté au Cneai de Paris en novembre 2010, l’entrée choisie était « Titre de la pièce » ; et la revue rassemblait une sélection de photographies hétéroclites capturant toujours une même œuvre, Untitled (stack) de Donald Judd. À terme, Postdocument comportera donc 16 numéros.
Rémi PARCOLLET est post-doctorant au sein du Labex Création Art et Patrimoine (Université de Paris 1, Hicsa/MNAM-CCI, Bibliothèque Kandinsky). Il participe à la réalisation du catalogue raisonné des expositions du Centre Pompidou. Il est co-fondateur de la revue Postdocument.

  • 16h45 : Table-ronde – Quels regards sur l’exposition ?

avec Clément NOUET et l’ensemble des participants.
Après avoir travaillé successivement au Musée national d’art moderne – Centre Georges Pompidou à Paris, à la Fondation Giacometti et après avoir été chargé de la préparation des expositions d’ouverture du Musée du Quai Branly à Paris,  il intègre en 2006 le musée d’art contemporain de Sérignan où il travaille principalement sur les expositions (régie, accrochage, commissariat…).

Lieu :
Université Paul Valéry – Montpellier 3
Site Saint-Charles
Salle de colloques 02
Rue du Professeur Henri Serre
34080 Montpellier

Arrêt de tramway : Place Albert Ier (bâtiment qui se situe juste derrière, sur le même quai)


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *