Compte-rendu du colloque « Le catalogue dans tous ses états ».

 

 

Par Rémi Parcollet

Ce colloque s’est tenu à l’Ecole du Louvre,  les 13 et 14 décembre 2012.  Auparavant, un forum organisé en partenariat avec l’Institut National d’Histoire de l’Art s’est tenu le 12 décembre, permettant aux chercheurs de 3ème cycle, doctorant ou jeunes docteurs de s’exprimer sur le sujet.

En tant qu’établissement d’enseignement supérieur, l’Ecole du Louvre participe à la recherche scientifique dans le domaine de l’histoire de l’art en organisant notamment des colloques internationaux souvent en partenariat avec d’autres institutions. Ces manifestations réunissent chercheurs, universitaires et conservateurs autour d’un thème ou de sujet spécialisés, qui peuvent être liés à l’actualité muséographique et à la recherche. L’École du Louvre a choisi pour marquer l’année de ses 130 ans de consacrer un colloque « à l’objet emblématique entre tous de la rencontre entre le musée et l’écriture : le catalogue ».

Intitulé « Le catalogue dans tous ses états », le colloque s’est déroulé en quatre temps. Tout d’abord « Les catalogues, images et instruments de la pensée » séance présidée par Roland RECHT. Les rapports entre l’objet catalogue et la littérature et le format catalogue d’exposition ont notamment été interrogés. Ce type de catalogue a été présenté comme une source incontournable pour « une histoire totale de l’art », mais cela n’a pas été l’occasion d’aborder plus largement une réflexion dans l’air du temps, celle d’une histoire de l’art particulière construite à partir de l’histoire des expositions.

C’est plus le principe de catalogue raisonné qui a été développé et analysé lors de la seconde séance « Le catalogue et ses objets » animé par Michel LACLOTTE. Des catalogues inventoriant des collections comme celles des estampes de la BNF, les bronzes du Musée Rodin ou encore les peintures du musée du Louvre. Projet novateur, le catalogue raisonné des expositions du Centre Pompidou a été présenté et mis en perspective. La diversité des méthodes de catalogage et des sujets catalogués aurait dû permettre de remettre en question le principe de catalogue raisonné, d’évoquer ses enjeux actuels. Malheureusement il n’y a pas eu d’échanges suite aux interventions (les temps de parole n’étant pas respectés comme c’est souvent le cas), ni de table ronde pour croiser les expériences. Ainsi concernant la dernière contribution de cette journée sur le principe de cataloguer des expositions à la manière de ce qui se fait pour des œuvres et les conséquences que cela implique notamment la question de « l’auteur d’exposition » n’a soulevé ni débat, ni polémique. La méthodologie mise en place pour ce projet a très rapidement été exposée ce qui a permit néanmoins de la confronter aux principes académiques de l’élaboration d’un catalogue de collection (Louvre, BNF, Musée Rodin), proche de l’inventaire ou du récolement. En effet le projet du Centre Pompidou est l’occasion de s’interroger sur la patrimonialisation de l’art moderne et contemporain par l’Exposition. Si la documentation des collections muséales ou de l’œuvre d’un artiste est maintenant pratique courante, qu’en est-il du catalogage et de la documentation des expositions ? La forme du catalogue raisonné est traditionnellement destinée à dresser un inventaire le plus complet qui soit de la production d’un artiste en présentant ses œuvres, leurs localisations et leurs propriétaires ; celle d’un catalogue raisonné des expositions se focalise sur la production d’une institution ou plus problématiquement d’un auteur. Si la notion de « catalogue raisonné critique » a été abordée par plusieurs intervenants, elle n’a jamais été vraiment développée, elle aurait pourtant permis de comprendre l’importance du travail de recherche scientifique qui doit régulièrement être interrogé, actualisé, remis en cause. Michel LACLOTTE a néanmoins conclu cette première journée en insistant sur la nécessaire collaboration scientifique entre universitaires et conservateur pour construire les catalogues en terme d’outils pour écrire l’histoire de l’art.

Claire BARBILLON, ancienne directrice des études de l’Ecole du Louvre et à l’initiative de ce colloque, a présidé la séance sur « Le catalogue et ses méthodes ». Confirmé comme un genre littéraire, le catalogue a été définit comme « outil d’une mise en histoire de l’art ». Il s’est agit à la fois d’analyser la récurrence des modalités du discours, et de comparer les principes mis en œuvre dans les catalogues d’exposition, mais aussi dans les catalogues de collections ou de vente.

Enfin lors de la dernière partie de ce colloque, différents usages du catalogue ont été développés, sources pour les historiens de l’art mais également pour les juristes ou le marché de l’art. La présentation d’une diversité d’usages du catalogue avait pour ambition de percevoir les évolutions, les modifications en fonction des nouveaux supports et la concurrence avec d’autres formats de publications propre à la discipline de l’Histoire de l’art comme la monographie, mais il a été surtout question de catalogue de vente. Il faut néanmoins noter la dynamique contribution de Françoise LUCBERT à la fin de cette session sur les catalogues d’expositions historiques qui a été l’occasion de revenir sur les points forts de ce colloque.

Une table ronde a permit de conclure ces différentes interventions sur une question d’actualité de la recherche, les enjeux des bases de données en ligne et leurs rapports avec les pratiques du catalogue. La réflexion a été abordée sur le principe d’évolutions parallèles des pratiques du catalogue et des bases de données. Cependant la base de donnée pourrait apparaître comme une forme contemporaine du catalogue dont les principes d’élaborations et d’usages évoluent en fonction des possibilités offertes par le numérique : croisements, interface dynamique, moteurs de recherche, web sémantique… En tous états de cause il est certain que la technologie numérique a modifié les techniques de catalogage. Il n’y a pas vraiment eu de débat, ni d’échange. Les intervenants ont présenté et décrit différentes bases de données en ligne. Pourtant les enjeux de la diffusion de sources sur internet, comme la question juridique, sont nombreux. La numérisation ou la construction d’une interface permet souvent de repenser l’organisation d’un fonds ou l’articulation entre plusieurs d’entre eux. La comptabilité, la normativité ou les correspondances entre différentes bases posent souvent question. Le dialogue entre ceux qui créent ces bases de données et ceux qui les utilisent semble rarement engagé, sauf évidemment quand ce sont les mêmes.

Ce colloque a confirmé à la fois le caractère emblématique du catalogue et son actualité. Ses différents états continuellement enrichis et développés en fonction et en réaction aux évolutions des pratiques de l’histoire de l’art démontrent l’efficacité d’un modèle éprouvé et l’efficience d’un outil évolutif.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *