Jean-Christophe Mazur, photographe au Centre Pompidou

Jean-Christophe Mazur a suivi une formation de photographe aux Beaux Arts. Il a par la suite comme Jean-Claude Planchet vécu une première expérience dans le monde de la publicité, ce qui lui apporte une grande rigueur technique, notamment la maîtrise de la photographie à la chambre. Photographe indépendant, il est aujourd’hui enseignant à l’école des Beaux-Arts de Cergy et travaille occasionnellement pour le MNAM depuis les années 1980 en réalisant du reportage à l’extérieur :

« C’est Béatrice Hatala qui m’a fait venir au Centre. Ils cherchaient des photographes pour photographier les expos dans les galeries et dans les musées parisiens. Et là, on a été pendant trois, quatre ans, trois photographes indépendants à travailler à l’extérieur donc dans des galeries généralement sélectionnées par les conservateurs qui suivaient un artiste et on allait photographier les expositions comme ça en diapositives 24/36. Ça a duré entre quinze et vingt ans à peu près.(…) Béatrice Hatala gérait le système. Elle continuait à faire des photos dans le musée mais ne venait pas en extérieur. Je pense qu’elle était fatiguée d’aller à l’extérieur, c’est pour ça d’ailleurs qu’elle avait formé une équipe pour travailler à l’extérieur »[1].

La galerie étant un espace privé, se pose alors la question du droit d’auteur, mais aussi plus spécifiquement de la conservation et de la diffusion des images produites :

« La galerie a un jeu d’images, l’artiste également. Le copyright c’est le Centre Georges Pompidou, avec le nom du photographe »[2].

Peu à peu ces reportages à l’extérieur sont abandonnés, les missions des photographes sont alors recadrées :

« Donc tout ça s’est restreint pour finalement être complètement abandonné en se disant,  maintenant on ne va plus photographier les œuvres, on va photographier les artistes dans leur atelier »[3].

Des « tests » sont réalisés dès 2005 avec Thomas Hirschhorn, Alain Séchas, Kader Attia, Agnès Thurnauer, Claude Closky. Des artistes qui avait en même temps une exposition au Centre.

« C’était pour lancer la machine, pour savoir si après il y aurait les budgets pour essayer d’ouvrir la documentation à la bibliothèque Kandinsky à une suite de ce travail. Après les premiers tests qui ont été faits, pendant un an et demi, on a fonctionné au coup par coup comme ça et c’est Didier Schulmann je crois qui a dit « ok », on se lance, on fait un appel d’offre (…). Il y avait beaucoup de monde et finalement j’ai eu la chance de rester. Il y avait toutes sortes de personnes, aussi bien des célébrités, des agences très connues, des photographes, mêmes des amateurs, des jeunes pros. Cet appel d’offre est valable quatre ans, donc je crois qu’il reste encore un an ou deux. Il y a donc une petite dizaine, disons entre sept et dix reportages par an à faire »[4].

Enrichi par ces multiples expériences, Mazur répond à la fois au cahier des charges en exploitant des techniques traditionnelles de la photographie de vue d’atelier, tout en impliquant ses propres références. Le travail devient alors un dialogue tout autant avec les artistes qu’il photographie qu’avec les commanditaires :

« En angle de vue, dans la tradition, il y a la vue d’ensemble, c’est comme dans le cinéma, il y a le plan américain, le gros plan et le close-up. Il faut montrer tout ça. Il y a beaucoup de photos que moi je ne choisirais pas si c’était un travail que je devais présenter moi-même, mais que je m’efforce de faire pour constituer une documentation. C’est-à-dire des choses vraiment très classiques ou trop classiques pour ce que j’aurais envie de présenter, mais que je m’efforce de faire pour qu’ils aient une documentation la plus complète possible. Il y a d’autres images que certaines fois je force, je leur dis : « Ça il faut les prendre. » alors qu’ils les avaient refusées. Et puis en regardant, il n’y a pas de problème, ils les prennent »[5].

Les photographies d’atelier de Jean-Christophe Mazur ont été exposées dans le cadre de l’exposition « l’Atelier…. dans les collections de la Bibliothèque Kandinsky« . Les tirages en couleur de format moyen ont été présentés comme des épreuves documentaires à l’horizontale dans des vitrines.

[1] PARCOLLET Remi. La photographie de vue d’exposition. Université Paris IV – Sorbonne, 2009. (thèse de doctorat). Annexe I. Entretien avec Jean-Christophe Mazur. p. 141.

[2] Ibidem.

[3] Ibidem.

[4] Ibidem.

[5] Ibidem.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *