Béatrice Hatala, photographe au Centre Pompidou

Au cours des années soixante-dix, pendant la période du CNAC ‘Centre National d’Art Contemporain), puis de la préfiguration du Centre Pompidou, Jacques Faujour travaillait notamment avec Béatrice Hatala :

« Béatrice Hatala, est une très bonne photographe, qui, elle, s’occupait plus de la documentation, ce qui est devenu la bibliothèque Kandinsky maintenant. A la « doc » au départ elle faisait des diapositives de toute l’actualité artistique à Paris et éventuellement en province. Presque systématiquement elle allait dans les galeries et elle photographiait pour qu’il y ait au moins une trace de toute les expos passées, tout ça pour la doc, avec l’idée de partager avec les musées de province, et que les musées de province fassent pareil et redonnent. C’est ça l’idée au départ mais c’est vrai que c’était en même temps frustrant pour elle, parce que ses images sont restées dormir, elles sont utilisées maintenant mais sur le coup, elles restaient dormir (…) »[1].

En 1972, Béatrice Hatala[2], commence a travailler à Paris pour le CNAC comme photographe documentaire, avec l’objectif de créer une documentation très ambitieuse des œuvres et expositions des artistes contemporains, non seulement à Paris mais aussi en province. Ce travail s’envisageait dans le projet du Centre Pompidou.

La constitution de cette documentation continuera après l’ouverture du MNAM-Centre Pompidou où elle travaillera jusqu’en 1994.

 » Dans cette optique, le Centre Georges-Pompidou a entrepris des reportages « hors les murs » sur des expositions qui présentent soit des œuvres de sa collection, soit des artistes qu’il montre. Ces vues d’exposition sont produites pour sa propre archive, élargissant ainsi sa « zone » de patrimonialisation. Les reportages photographiques extérieurs, et aussi les expositions de projets d’autres institutions, qui permettent au Centre de s’instaurer ainsi comme leur « promoteur », modifient sa fonction qui se redouble d’autant que grandit son ambition de se positionner différemment dans le champ culturel »[3].

Ce statut de « promoteur » dénoncé par Véronique Giroud doit être relativisé, étant donné que seule une structure publique comme le MNAM était en mesure de mettre en place une politique documentaire de cette ampleur et lorsque celle-ci a progressivement pris fin, rien n’est malheureusement venu la relayer.

Dans un premier temps, Béatrice Hatala affrontait cette tâche seule, mais le nombre des expositions à couvrir étant croissant, il fut nécessaire, par la suite, de former une équipe de photographes travaillant sous sa direction (Jean-Christophe Mazur et Konstantinos Ignatiadis en firent partie).

Béatrice Hatala a photographié les expositions organisées par le CNAC au Grand Palais en utilisant essentiellement des ektachromes (diapositive couleur 24/36). En 1971, elle photographie l’exposition « Peintres Suisses« , dont certaines peintures prennent la forme de volumes dans l’espace. L’ensemble de la série de photographies permet de comprendre la méthode employée par la photographe. Des vues générales prises au grand-angle alternent avec des vues d’œuvres en particulier et parfois de détails de certaines œuvres.

Pour le reportage sur l’importante exposition organisée l’année suivante au Grand Palais, « 1960-72, douze ans d’art contemporain« , elle photographie certaines œuvres de l’intérieur. L’environnement intitulé « Parcours » conçu par les artistes du GRAV, nécessitait effectivement plusieurs points de vue, puisque le visiteur l’appréhendait successivement dehors, puis dedans. La grande version de la « sphère trame » de François Morellet est photographiée avec beaucoup de recul dans la salle qui l’accueille, puis de manière très rapprochée, la sphère disparaissant au bénéfice de la trame, correspondant à l’expérience probable du visiteur.

En 1977, Béatrice Hatala documente le premier accrochage des collections permanentes du MNAM installé au Centre Pompidou, celui-ci se développe alors par un parcours historique. Réalisant un panoramique frontal, elle parvient à associer un grand nombre d’œuvres, des sculptures sur socle (Torrès-Garcia, Pevsner) et des  peintures.

Sa vue générale d’une salle de l’exposition Qu’est ce que la sculpture moderne organisée par Margit Rowell en 1986, est séduisante puisqu’elle associe un grand nombre de sculptures historiques. Des œuvres de Robert Morris, Sol LeWitt, Dan Flavin, Richard Serra, Gilberto Zorio, Luciano Fabro, sur une même image se superposent ou se juxtaposent, aucune ne se chevauche.


[1]  PARCOLLET Remi. La photographie de vue d’exposition. Université Paris IV – Sorbonne, 2009. (thèse de doctorat). Annexe. Entretien avec Jacques Faujour.

[2] Béatrice Hatala est née dans l’ancienne Tchécoslovaquie. Outre son métier de photographe, elle est diplômée en Histoire de l’Art, études qu’elle faisait en même temps qu’elle étudiait la photographie.

[3] Véronique Giroud. Le sens de l’histoire. La photographie destinée à l’archive, in Art Press spécial n°21, 2000 « Oublier l’exposition ». p.110-115.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *