Eustache Kossakowski

Eustache Korwin-Kossakowski est né à Varsovie en 1925, dans une ancienne famille aristocratique impliquée dans le monde de la photographie (son grand-père fut, à la fin du XIXe siècle, l’un des fondateur de la Société de Photographie de Varsovie). Suite à des études d’architecture inachevées, il commence son activité professionnelle de photographe en 1957 et travaille pour des périodiques polonais. C’est en 1964 qu’il commence à collaborer avec des artistes, photographie les installations en cours de montage du sculpteur Edward Krasinski et documente les happenings de Tadeusz Kantor.

Son installation en France marque chez lui le passage d’une photographie à tendance humaniste vers une objectivité de plus en plus revendiquée. Les chantiers d’aménagement de la ville de Paris l’inspirent, il expose une série intitulée « 6 mètres avant Paris » au musée des Arts décoratifs en 1971. Au cours des années 1970, il fréquente Pierre Restany, Daniel Buren, Niele Toroni, Raymond Hains, et photographie les expositions de la galerie 1-36. Il travaille pour le CCI associé au Centre Pompidou, dont il photographie la construction avec Jean-Claude Planchet, puis pour le musée d’Art moderne de la Ville de Paris en poursuivant ses recherches personnelles, notamment sur la couleur.

En 1972, il photographie l’exposition Actualité d’un bilan organisée par Yvon Lambert à Paris, après cinq années d’existence de sa galerie. Elle réunissait plusieurs artistes dont Carl André, Marcel Broodthaers, Daniel Buren, Christo, Daniel Dezeuze, Jan Dibbets, Sol LeWitt, Robert Mangold, Robert Ryman, Salvo, Niele Toroni, Lawrence Weiner. Yvon Lambert à la fois galeriste et collectionneur, débute son activité dans les années 1960 à Saint Paul de Vence, puis s’installe à Paris en 1967, d’abord dans le quartier de Saint Germain, il se rapprochera ensuite du Centre Pompidou[1]. 1972 correspond à la période où Lambert commence a s’intéresser aux artistes conceptuels et de l’art minimal américains qu’il associe alors dans des expositions de groupe avec des artistes européens. Les photographies de Kossakowski décrivent un espace d’exposition dont la configuration est celle d’un grand appartement parisien, avec parquet, boiseries et moulures. La vue d’une pièce avec une sculpture de Sol LeWitt joue sur ce contraste entre l’espace et l’œuvre, celle-ci étant alors plus souvent montrée dans des galeries « white cube ». Lambert et Iris Clert visitent l’exposition ensemble.

Michel Claura qui a participé à la rédaction du catalogue de l’exposition-bilan d’Yvon Lambert, organise en 1973, avec la collaboration de René Denizot Une exposition de peinture, dans un lieu prestigieux, aux allure d’appartement bourgeois, place Vendôme à Paris. L’objet de l’exposition est de réunir des artistes questionnant la peinture. Une nouvelle fois, Kossakowski exploite l’ambiance de l’appartement et son décorum, pour témoigner d’un accrochage décalé. L’utilisation du noir et blanc neutralise la question de l’harmonisation des couleurs d’une peinture dont l’ambition ne se limite plus à la décoration, pour se concentrer sur les rapports de formes et de surfaces, de mise en espace.

Lors de la 37eme biennale de Venise, en 1976, Kossakowski photographie l’œuvre de Dan Graham, Public Space/Two Audiences. L’œuvre se construit autour du principe regardeur/regardé, le photographe accompagné de l’artiste, de Kasper König et sa femme, se mettent en scène pour révéler par une série d’images toutes les subtilités de l’installation.

L’espace construit par Dan Graham pour Public Space/Two Audiences peut être formellement rapproché par l’intermédiaire des vues de Kossakowski, de l’exposition Point de vue, le Corridorscope de Daniel Buren, organisée à l’ARC MAMVP en 1983. L’artiste avait imaginé un couloir avec une toile rayée, créant un parcours pour le visiteur tout en l’isolant du musée. Des fenêtres étaient aménagées ouvrant des points de vue. Le photographe profite du vernissage pour exploiter les attitudes du public. L’exposition proposée par Buren est en quelque sorte une réflexion sur elle-même ; pour le photographe c’est une occasion d’exploiter la question du regard, du point de vue. En ce sens l’œuvre de Buren cultive une photogénie certaine, que Kossakowski récolte.


[1] La galerie est aujourd’hui implantée au 108 rue Vieille du Temple dans le Marais et dans le quartier de Chelsea à New York.

 


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *