Choisir ses objets d’étude

par Juliette O’Leary

Jusqu’à présent, ma contribution au catalogue raisonné consiste en trois fiches d’exposition qui se déroulent entre 1977 et 1981. Mon premier choix a d’abord été orienté par un paramètre temporel. Souhaitant débuter la constitution du catalogue par une année test, le Cercle de réflexion propose de travailler dans un premier temps sur les expositions de 1977, année inaugurale du Centre Pompidou.

J’ai alors opté pour Edward Kienholz : The Art Show, 1963-1977, exposition inédite du travail de KIENHOLZ présentant son tableau vivant du même nom. L’exposition (1er juin-15 août 77) m’a attirée pour son aspect ambigu entre installation, performance et exposition, dans laquelle les visiteurs déambulent parmi dix-neuf mannequins sculptés et parlants, au milieu des 14 tableaux de l’artiste, le tout dans une atmosphère de vernissage mondain.

Au cours de mes recherches je comprends qu’elle fait partie d’un ensemble de trois expositions de taille moyenne organisées en parallèle à l’une des grandes manifestations du Musée National d’Art Moderne, Paris–New-York. La seconde exposition est la rétrospective dédiée au photographe américain Paul STRAND, décédé en 1976, et la troisième concerne le photographe français André MORAIN.

Adoptant une démarche cohérente vis-à-vis de cette trouvaille, mon second objet d’étude est l’exposition Paul Strand (15 juin- 15 aout 77), initialement organisée par Michael E. HOFFMANNpour le Philadelphia Museum of Modern Art en 1971. Alors que mes recherches autour du photographe américain s’achèvent, je m’oriente vers un troisième objet d’étude. L’exposition André MORAIN étant déjà l’objet de recherche d’un autre contributeur, je parcours à nouveau la liste des manifestations du Centre Pompidou et m’arrête en 1980.

C’est sur l’exposition Öyvind Fahlström, rétrospective 1953-1976 (23 janvier-31 mars 80) que mon dernier choix se porte. Bien qu’il soit surtout connu en tant que dessinateur et peintre, son nom m’est avant tout familier pour sa participation aux « 9 evenings » de 1966 avec la performance Kisses Sweeter than Wine (New-York). Attirée par les travaux d’artistes dont la forme oscille entre arts plastiques et œuvres vivantes, je décide de me consacrer à cette rétrospective modeste par la taille mais très pertinente par le contenu.

En plus d’être toutes trois monographiques, les expositions Kienholz et Fahlström présentent un point commun supplémentaire: Pontus HULTEN. Directeur du MNAM de 1973 à 1981, il se montre particulièrement proche des artistes dont il organise les expositions et cela se ressent dans la direction artistique qu’il emprunte.

Focus sur chaque expo à venir…


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *