Les archives photographiques d’expositions 7/9 : Les archives photographiques et la photothèque du CAPC

Actes de la journée d’étude « Les archives photographiques d’expositions »
17 octobre 2013 INHA, salle Vasari.
7/9 : Les archives photographiques et la photothèque du CAPC musée à Bordeaux.
Par Anne Cadenet1 et Catherine Vigneron2 

« Toute conscience est donc mémoire, conservation et accumulation du passé dans le présent »3 .

Cette définition de la conscience selon Henri Bergson pourrait, si l’on s’interroge sur la constitution des archives photographiques des expositions du capc4 , permettre de saisir l’intention de Jean-Louis Froment5 .

Dès 1973, avec l’exposition nomade Regarder ailleurs, Jean-Louis Froment demande que soient photographiées les expositions du capc, un lieu consacré à l’art contemporain. L’idée essentielle de ce projet, qui s’élaborera dans le temps, était de communiquer sur et à partir de l’exposition à travers les réseaux de diffusion de l’époque : la presse, les revues d’art ou les catalogues d’exposition. Jean-Louis Froment avait acquis la conviction qu’il était nécessaire pour le capc d’exister sur le plan international et national à travers les photographiques de vues d’expositions. Pour lui, l’enregistrement de cette aventure, dès Regarder ailleurs, était « absolument évident »6 .

Les archives photographiques, telles que nous les identifions aujourd’hui, comprennent essentiellement des clichés des montages et vues d’expositions, des reproductions d’œuvres, des portraits d’artistes, des ateliers et animations, des vernissages ou évènements culturels associés et témoignent des choix opérés par Jean-Louis Froment et des quelques commissaires invités à développer un projet pour la nef de l’Entrepôt Lainé (Harald Szeemann, Laurent Busine, Nicolas Bourriaud…).

A partir de 1973 se constitue donc une documentation photographique qui, au fil des années, va s’enrichir considérablement jusqu’à atteindre 60 000 documents photographiques aujourd’hui. Les photographies issues des différentes commandes (reportage lors des vernissages7 , montage des expositions, portrait d’artistes et bien sûr photographies des expositions) impliquèrent une professionnalisation des missions de la photothèque.

1. Exposition Regarder ailleurs_Claude Viallat. 1973. photo A. Morain. Courtesy CAPC musée d’art contemporain Bordeaux.

En 1981, Jean-Louis Froment fait appel à des photographes professionnels pour l’exposition Depuis la couleur puis celle consacrée, la même année, à Simon Hantaï. Les ektachromes 10/12 réalisés par Photo Iso (Photographie Industrielle du sud-ouest) sont parmi les premiers supports de grand format à enrichir le fonds de la photothèque. Parmi les photographes ou vidéastes ayant accompagné le début de cette aventure se trouvaient André Morain, Jean-Marie Blanc puis Frédéric Delpech qui photographiera les expositions jusqu’en 2007.

En 1982, Jean-Marc Poinsot, alors collaborateur du CAPC Musée, fut le premier à élaborer un schéma fonctionnel d’archivage du fonds photographique (comprenant des exemplaires de consultation, de prêt et d’archive) et à initier un projet de Centre de documentation. Les photographies ainsi documentées servaient à valoriser la diffusion de l’ensemble des expositions produites par le capc. Ce Centre de documentation, associé à la photothèque, a accompagné le changement de statut de l’association capc en institution capcMusée. Catherine Vigneron, iconographe et responsable du service, développa ce projet qui visait à répondre aux besoins accrus d’images de presse et d’édition. Rapidement, elle sollicita et obtint un budget permettant la maitrise des commandes et le suivi des différents dossiers.

Jean-Louis Froment qui fut alors séduit par le regard photographique singulier de Frédéric Delpech lui proposa de réaliser les reportages puis les couvertures d’expositions. Soucieux de ses droits d’auteur, Frédéric Delpech élaborera avec le CAPC musée le premier contrat de cession de droits d’exploitation8  protégeant ses photographies d’autres utilisations que celles consenties pour le musée. Les autres photographes étaient également affiliés à l’AGESSA9 . Fabrice Bunuel, Frédéric Desmesures et Jérôme Schlomoff réalisaient, entre autres, les portraits des personnalités invitées lors d’évènements liés au programme culturel. Vincent Monthiers et Gaelle Deleflie couvraient les animations de l’ »Artbus » et des « Ateliers du Regard ». Ces photographes, choisis pour leur sensibilité ou proximité avec l’art contemporain, étaient aussi plébiscités pour leur capacité à laisser libre cours à leur créativité photographique et se voyaient donc confier les reportages. En revanche, les photographes qui couvraient les expositions, devaient produire des images plus « objectives », respectant à la fois l’œuvre tout en témoignant de la scénographie de l’exposition. Les prises de vues dans la nef du capcMusée mélangeant lumière du jour et lumière artificielle relevaient en ce sens d’un véritable enjeu technique et esthétique.

C’est durant les années 80 et 90 que les reportages se multiplient alors que l’identité visuelle du capcMusée se construit sur des aplats monochromes choisis pour chaque nouveau projet.

Les photographies prises lors de ces décennies s’inscrivent désormais dans une histoire des expositions et de leur patrimonialisation. L’accrochage type de cette période, une œuvre / une cimaise, qui permettait d’amples respirations entre chaque œuvre sans négliger les liens ténus entre elles, rendait toutefois difficile une prise de vue de cet accrochage. L’équipe technique était parfois sollicitée pour déplacer les œuvres afin qu’elles puissent coexister au sein d’une même photographie et ainsi rendre compte de l’esprit de l’exposition. La photographie d’exposition n’était donc pas un instantané fidèle, une réplique exacte de ce que le public avait pu découvrir mais la mémoire d’une mise en espace produite afin de répondre aux contraintes de l’image photographique.

La réduction des moyens budgétaires et les avancées techniques du numérique à la fin des années 90 et au début des années 2000 ont eu raison des ektachromes. Avec la mutualisation des moyens humains, financiers et techniques jusqu’alors répartis dans les différents musées de la ville, un service transversal de production et de gestion des images se met en place. C’est d’ailleurs à cette période que le mot image se substitue progressivement à celui de photographie.

Les demandes accrues d’images sur les réseaux intra/internet et la nécessaire fluidité et rapidité de mise en circulation des images entrainent la recherche d’un logiciel adapté à la gestion des fonds.

En 2011, le service Ressources Images ((Ce service regroupe 5/6 salariés (photographes et iconographes).))  élargit ses missions aux manifestations culturelles de la ville et constitue, en partie, une réponse au changement radical des modes de communication et de diffusion des photographies. Phraseanet est aujourd’hui l’application open web de gestion, de sauvegarde et de diffusion des fonds iconographiques de la Ville de Bordeaux.

=
2. Exposition Franz Erhard Walther Le Corps décide. 13 novembre 2014 au 8 mars 2015. Capc Bordeaux. Photo Arthur Pequin. Courtesy CAPC musée d’art contemporain Bordeaux.

Au-delà de cette mutualisation, l’exigence de qualité pour les photographies d’exposition (angle de vue, lumière, lecture de la scénographie…) reste affirmé au CAPC musée et guide le travail de Frédéric Deval10 mais aussi d’autres photographes indépendants.

Les différentes campagnes de numérisation, entreprises depuis 1990, ont permis d’alimenter d’autres bases de données comme celles de la collection à travers le logiciel Videomuseum mais aussi le site du CAPC musée. Les fonds plus anciens (supports argentiques) sont en cours d’inventaire et numérisés en fonction des projets.

En 2013, une commande de numérisation des diapositives de grand format a été engagée auprès de la société Tribvn ((prestataire extérieur). Cette opération se poursuivra sur l’ensemble du fonds dans les années à venir. A terme, ce patrimoine photographique unique constituera un fonds exceptionnel d’archives numériques vivantes consultables par le plus grand nombre.

3. Franz Erhard Walther, Sehkanal (First Work Set, element # 46). Photo Arthur Pequin. Courtesy CAPC musée d’art contemporain Bordeaux.
  1. Anne Cadenet est responsable du service Collection Documentation Archives du CAPC musée d’art contemporain de Bordeaux. Après des études en Histoire de l’art et en Philosophie, elle travaille au Frac Poitou-Charentes puis intègre l’équipe du capcMusée en 1990. En tant que responsable scientifique de la collection, elle collabore à plusieurs expositions dont L’œuvre et ses archives en 2011, Trahison en 2007 et réalise l’inventaire du Fonds d’atelier de l’artiste iranienne Chohreh Feyzdjou appartenant à l’Etat et mis en dépôt au CAPC musée. Elle est l’auteur de plusieurs articles sur la collection Histoire d’une collection (2007, Masterpieces, avec François Guillemeteaud, Féret Ed. Bordeaux) et sur l’œuvre de Chohreh Feyzdjou dont L’inventaire inattendu (2007, CNAP Isthme Ed) Une œuvre singulière, une quête universelle (2010, revue des musées de France), Iranienne en plus juive, c’est une merde compliquée. Autoportrait en merde compliquée, (2010, cat. Dialogues d’exils Chohreh Feyzdjou, Pierre Matthey, Amiens), Product of Chohreh Fezdjou n’est pas un produit, mais un volume d’air noir (2013, cat. du CAB, Bruxelles). a.cadenet@mairie-bordeaux.fr []
  2. Catherine Vigneron est responsable du Service Ressources Image de la DGAC (Direction Générale des Affaires Culturelles) de Bordeaux. Diplômée des Beaux-arts, en 1982, elle intègre le capc pour y développer la photothèque. A partir de 1998, elle élargit son champ d’activités en mutualisant la production et la gestion des images de l’ensemble des musées et des établissements culturels de la ville de Bordeaux. Elle engage le Service Ressources Images dans l’ère du numérique et gère la photothèque commune à l’ensemble de la DGAC et les campagnes de numérisation des collections et des archives photographiques des différents musées. Elle assure également, de temps à autres, des commissariats d’expositions. c.vigneron@mairie-bordeaux.fr []
  3. « L’Energie spirituelle », Henri Bergson, éd. PUF, p. 5 []
  4. De 1973 à 1984, le logo capc s’écrit en bas de casse puis de mai 1984 à 2006, il devient le capcMusée et en 2006 le CAPC musée d’art contemporain. Le texte respecte les variations typographiques. []
  5. qui créa et dirigea le CAPC durant plus de vingt ans. []
  6. Conversation téléphonique avec Jean-Louis Froment du 12 décembre 2013. []
  7. On citera par exemple André Morain []
  8. Le contrat de F D statué sur l’ensemble de sa production depuis les années 1981 jusqu’à la date du contrat qui fut élaboré et signé 1996 []
  9. AGESSA : organisme agréé par les ministères de la Santé et de la Culture qui assure la protection sociale des écrivains, dramaturges, photographes, auteurs compositeurs…et recouvre auprès des diffuseurs les versement des droits d’auteurs… []
  10. Frédéric Deval est un des photographes du Service Ressources Images. []

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *