Walter De Maria : 360º I CHING / 64 SCULPTURES – 360º YI KING / 64 SCULPTURES

Dans le contexte de l’art contemporain des années quatre-vingt, le Centre Pompidou a consacré en 1981 une exposition à Walter De Maria, artiste pionnier du land art. Cette exposition placée dans le forum du musée, était constituée d’une seule œuvre regroupant plusieurs sculptures de style minimaliste. Intitulée 360º I CHING / 64 SCULPTURES – 360º YI KING / 64 SCULPTURES, elle était inspirée de la philosophie orientale présente dans le livre chinois I ching / Yi king.

En approfondissant sur les conditions d’émergence de cette exposition, des incongruités chronologiques entre les dates affichées par le musée et celles figurant dans les documents préparatoires, sont apparues. En effet, entre 1981 et 1982, une double exposition de Walter de María s’est déroulée au sein de l’institution. On se demande alors s’il s’agit de deux expositions différentes ou si, au contraire, il est question d’une même présentation mais effectuée en deux temps distincts. Le catalogue publié à l’occasion de la première exposition, a été l’élément clé pour clarifier la confusion chronologique qui s’est produite. En effet, les dates de celle-ci ont été modifiées à la main -la première, allant du 8 Juillet au 5 Octobre 1981 a été remplacée par la deuxième allant du 15 avril au 13 juin 1982-, ceci montre qu’il a bien eu une même exposition à des périodes différentes. Dans ce sens, il est pertinent de se questionner pourquoi la même exposition a été présentée deux fois.

En s’immergeant dans les archives du Centre Pompidou, plusieurs informations qui permettent de répondre à ces questions, ont été découvertes. Le présent article aura pour objectif de montrer comment les documents trouvés témoignent du contexte de production ainsi que du déroulement de cette exposition.

L’émergence d’une exposition

Dans les documents de 1981 sur les projets à réaliser au forum, on se rend compte que le musée tient à exposer le travail de De Maria. Même si cette proposition initiale change radicalement en cours de route, cet intérêt se maintient au fil du temps. En effet, au départ, le Centre Pompidou voulait exhiber une installation nommée The Equal Area Series, proposant douze paires des carrés et cercles d’une même surface (faits en métal poli et posés sur le sol) qui augmentaient la largeur d’une paire à l’autre1. Cependant, ce projet ne coïncide pas avec celui qui a été réalisé. Pendant que l’artiste œuvrait sur l’idée du début, il a découvert le livre chinois I ching / Yi king. Ce texte a bouleversé complètement le projet qu’il souhaitait concrétiser. Il s’agit d’un manuel chinois dont le titre a été traduit par Classique des changements ou Traité canonique des mutations. Ayant plus de trois mille ans, il occupe une place fondamentale dans l’histoire de la pensée chinoise2. Ce traité dont la finalité est de décrire le sens philosophique de la réalité,3 propose un système de signes binaires à effet divinatoires. « Au moyen de 64 hexagrammes (ou symboles) déterminés par le hasard et composés chacun de deux trigrammes, ce livre de mutations offre un système recherché d’équilibre et de freins nécessaires pour guider la croissance et l’évolution de la conscience planétaire.4» Walter de Maria, s’inspire de celui-ci pour concevoir 64 sculptures, représentant de manière tridimensionnelle les 64 hexagrammes du texte5 . Chacune de ces sculptures est « composée de six éléments linéaires espacés à intervalles réguliers. Les lignes sont soit continues, soit divisées. Les lignes continues ont 2 m de long. Les lignes divisées ont 87,5 cm de long et sont séparées par un espace de 25 cm. […] Les lignes sont en bois laqué blanc à section hexagonale de 5 cm de diamètre. »6

Dans un premier temps, cette œuvre devait être financée par le Centre Pompidou et le musée de Rotterdam7, mais Dia Art Foundation, une organisation à but non lucratif qui soutient et préserve des projets artistiques depuis 1974 aux États-Unis, a assumé la totalité des coûts8. Cette institution a donc été cruciale pour le développement de cette œuvre de Walter De Maria. De plus, on observe dans le dépliant de l’exposition faisant office de catalogue, que Dia Art Fondation a financé plusieurs projets de cet artiste. À titre indicatif, on trouve The Lightening Field, travail réalisé au Nouveau-Mexique en 1977, The vertical earth kilometre, créé pour la Documenta 6 en 1977 et, The Broken Kilometer commandé en 1979 pour être exposé dans cette institution.

Deux fois une même exposition : autour d’une restauration

1
Calendrier du MNAM. Archives du Centre Pompidou

D’après plusieurs échanges entre l’artiste, la Fondation et le musée, l’exposition a ouvert au public le 8 juillet de 1981. La programmation des activités du centre affiche que le vernissage de 360º I CHING / 64 SCULPTURES – 360º YI KING / 64 SCULPTURES a eu lieu à la date envisagée. Les événements se sont ainsi déroulés comme prévu.

Mais un incident survenu le 15 Juillet à 20h05 a perturbé la présentation des sculptures et a entraîné l’annulation de celle-ci. Selon la déclaration en main courante effectuée par les gardiens du musée, un homme identifié comme Patrick Mc Gin, s’est introduit dans l’espace par l’un de volets qui entouraient l’exposition, en détruisant un nombre important de sculptures qui intégraient l’ensemble de la pièce artistique9. Parmi les 600 éléments qui constituaient l’œuvre, 28 ont été complètement ruinés et 216 partiellement endommagés. Cette exposition qui devait durer jusqu’au 4 octobre, est donc arrivée à sa fin le 17 juillet 198110.

Calendrier du Forum. Archives du Centre Pompidou

Suite à cet épisode et d’après une lettre adressée à Pontus Hulten et Jean Huber Martin, commissaires de l’exposition11, l’artiste décide d’annuler celle-ci dans le but d’envoyer les sculptures à New York pour les faire restaurer par les deux fabricants de l’œuvre, Ed Crayles et Force Five Desings. Lors de son élaboration, ces deux compagnies ont développé des techniques spécifiques tant par les matières utilisées que par les procédés –certains accomplis à la main, en passant par trois étapes : sélection des matériaux, modelage, ponçage et laquage. Sous ces conditions de production, qui donnaient une finition unique à l’œuvre, il était impossible de la faire restaurer à Paris12. Pendant cinq mois, ils ont donc fortement travaillé pour réussir à récupérer toutes les pièces qui composaient l’installation13. Parmi les 600 éléments qui la constituaient, 280 ont été renvoyés à New York ; 28 d’entre eux ont été remplacés, 216 restaurés et 36 ont été nettoyés et repolis. De même, une partie des éléments qui sont restés à Paris comportaient des petits éclats, essentiellement dans leurs bouts; leur remise en état ainsi que leur nettoyage a été assuré par Force Five Design14

M5050_X0031_MUS_198219_046_P
©Centre Pompidou, photographe Beatriz Hatala

Les lettres échangées entre les différents acteurs du projet montrent que, étant donné l’importance des moyens financiers investis dans cette exposition, le Centre Pompidou tenait à exposer l’œuvre de De María, une fois fini les tâches de réparation. Suite au travail de restauration, les sculptures étaient prêtes pour être présentées à nouveau. Ainsi, du 15 avril au 13 juin de 1982, cette exposition a été disposée pour une deuxième fois au forum du musée. Mais est-ce que la mise en place de cette installation a été identique ou, du moins, semblable à la première?

M5050_X0031_MUS_198219_050_P
©Centre Pompidou, photographe Beatriz Hatala

Selon les reportages photographiques et les différents documents préparatoires, l’aménagement de ces deux expositions a été le même. On peut constater cela car, d’une part, elles ont été réalisées dans le même espace et, d’autre part, en présentant une seule œuvre suivant un plan précis de représentation de 64 hexagrammes, il s’avère difficile de faire des modifications considérables. De cette façon, l’incident donnant fin à l’exposition en 1981, n’a pas empêché que l’œuvre de De Maria soit exposée à nouveau sous les mêmes modalités. Bien au contraire ce qui, à la base, a porté préjudice est finalement devenu une opportunité pour cet artiste : avec un intervalle d’un an entre la première et la deuxième exposition, il a pu intégrer la programmation du musée sur deux années consécutives.

Retracer l’histoire d’une exposition

Au cours du temps, les annales de l’histoire ont mis en valeur la deuxième exposition en oubliant la première. Cela est justifié car, en termes chronologiques, celle de 1982 a été exhibée selon la durée prévue initialement. Ceci montre que malgré l’existence des documents qui témoignent du contexte de cette exposition, (de l’incident ainsi que d’une période de restauration rigoureuse) ce qui, en fin de comptes a été important, a été son accomplissement lors d’une deuxième fois. Interroger la nature des expositions dans le souci de construire leur histoire, est donc d’une complexité majeur. En effet, l’oubli des événements de la première installation, souligne la volonté d’un discours définissant le sens historique de cette exposition. Dans ce sens, revenir sur ces événements masqués par le temps, comporte un élargissement voire même une réécriture de l’histoire. Ainsi, l’exposition de 1981 de Walter De Maria relève, avant toute autre chose, d’une importance circonscrite à la propre histoire de l’exposition.

  1. Cf. Archives du Centre Pompidou, 1992W022 160. Note sur les projets pour le Forum, Paris, le 6 novembre 1980 []
  2. Cf. Musée national d’art moderne, Walter De Maria : 360º I Ching – 64 sculptures = 360º yi king – 64 sculptures, catalogue de l’exposition [Paris, 15 avr.-13 juin 1982 d’après correction manuscrite], Paris, Centre Georges Pompidou, 1981. []
  3. Cf. Ibid. []
  4. Ibid. []
  5. Cf. Ibid. []
  6. Ibid. []
  7. Cf. Archives du Centre Pompidou, 1992W022 160. Note sur les projets pour le Forum, Paris, le 6 novembre 1980. []
  8. Cf. Musée national d’art moderne, Walter De Maria : 360º I Ching – 64 sculptures = 360º yi king – 64 sculptures, catalogue de l’exposition [Paris, 15 avr.-13 juin 1982 d’après correction manuscrite], Paris, Centre Georges Pompidou, 1981. []
  9. Cf. Archives du Centre Pompidou, 1992W022 160. Déclaration en main courante, Paris, le 15 juillet 1981. []
  10. Cf. Archives du Centre Pompidou, 1992W022 160. Lettre du président du Centre Pompidou (Jean-Paul Groshens) pour le directeur (Jean-Hubert Martin), Paris, le 17 juillet 1981. []
  11. Cf. Musée national d’art moderne, Walter De Maria : 360º I Ching – 64 sculptures = 360º yi king – 64 sculptures, catalogue de l’exposition [Paris, 15 avr.-13 juin 1982 d’après correction manuscrite], Paris, Centre Georges Pompidou, 1981. []
  12. Cf. Archives du Centre Pompidou, 1992W022 160. Lettre de Walter de Maria pour Pontus Hulten et Jean Hubert Martin, Paris, le 20 juillet 1981. []
  13. Cf. Ibid. []
  14. Cf. Archives du Centre Pompidou, 1992W022 160. Constat d’état de la Conservatrice du Musée (Hélène Lassalle), Paris, le 13 avril 1982. []

Lorena Garcia Cely

Après des études en Philosophie Esthétique, elle obtient un double Master : le premier en Philosophie et Critiques Contemporaines de la Culture, le second, en Art Contemporain et Nouveaux Médias. Actuellement, inscrite en 2ème année de Doctorat d’Esthétique, Sciences et Technologies des Arts, à l’Université de Paris 8, avec un travail de thèse intitulé « La création au cours des années soixante : l’émergence de l’art contemporain » sous la direction de M. le Professeur Jérôme Glicenstein.

More Posts

A propos Lorena Garcia Cely

Après des études en Philosophie Esthétique, elle obtient un double Master : le premier en Philosophie et Critiques Contemporaines de la Culture, le second, en Art Contemporain et Nouveaux Médias. Actuellement, inscrite en 2ème année de Doctorat d’Esthétique, Sciences et Technologies des Arts, à l’Université de Paris 8, avec un travail de thèse intitulé « La création au cours des années soixante : l’émergence de l’art contemporain » sous la direction de M. le Professeur Jérôme Glicenstein.

Une réflexion au sujet de « Walter De Maria : 360º I CHING / 64 SCULPTURES – 360º YI KING / 64 SCULPTURES »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *