Fernand Léger exposé aux enfants

Mettre en scène l’oeuvre de Fernand Léger pour les enfants.

Dès les années 1970, une réflexion émerge afin de faire des enfants un public à part entière de l’institution muséale. Le musée doit désormais être un lieu pour le public le plus large et aussi pour un public non initié. Le Centre Pompidou s’inscrit dans cette réflexion en créant  un Atelier des enfants en son sein, comme un espace de l’institution à part entière.

« Apprendre aux enfants de 4 à 12 ans à regarder, toucher, à goûter, à sentir, pour faire aimer, en s’adressant surtout à l’imagination et à la sensibilité, ces deux pôles de créativité. Éveiller les enfants à la création contemporaine et réaliser cette éducation sensorielle si différente de l’approche chronologique traditionnelle, tels sont les buts de l’Atelier des enfants ».

Tels sont les mots de Danièle Giraudy, conservatrice du Centre Pompidou de 1972 à 1981, en 1975 soit deux ans avant l’inauguration du Centre. Au fil des années l’Atelier des enfants, qui devient en 1992 la Galerie des enfants, donne au jeune public une approche plurielle du monde, des objets, des matières, qui s’étend de la simple activité récréative au véritable apprentissage artistique. De cette façon l’Atelier des enfants a les compétences pour concevoir des expositions qui lui sont propres ou pour accompagner des manifestations plus importantes organisées dans le Centre.

L’Atelier Fernand Léger, sens dessus dessous qui se déroule dans la galerie des enfants, s’inscrit dans cette perspective qui est de venir en support de l’exposition Fernand Léger (1881-1955) présentée dans la Grande Galerie du Centre Pompidou du 29 mai 1997 au 19 septembre 1997. L’Atelier pédagogique débute à partir du 2 juillet jusqu’à la fin de l’exposition s’inscrivant ainsi en pleine période estivale afin d’attirer un jeune public le plus large possible.  Cet atelier a pour objectif de faire découvrir la peinture de Fernand Léger aux enfants âgés de 6 à 12 ans par le biais de différents jeux autour des œuvres majeures de l’artiste présentées dans l’exposition telles Les Grands Plongeurs noirs de 1944, La Grande Parade de 1954 ou encore Les Quatre cyclistes exécutée entre 1943 et 1948.

Ces jeux, au nombre de cinq, sont divisés dans trois thématiques : Les Grands plongeurs noirs / Forme libre / Atelier :

  • Le premier jeu est un puzzle où les enfants doivent recréer l’œuvre Les Grands plongeurs noirs de Fernand Léger à partir de vingt-six pièces peintes selon les couleurs réelles de la peinture et d’une projection de l’œuvre.
  • Les deuxième et troisième jeux donnent la possibilité aux enfants d’assembler des silhouettes redessinées d’après Les Grands plongeurs noirs sur le sol ou sur un mur de taule métallique. D’un jeu à l’autre seul la dimension varie, le troisième jeu était beaucoup plus grand afin que les enfants interprètent les dimensions de l’œuvre à leur guise.
  • Le quatrième jeu s’inscrit dans la deuxième thématique de l’atelier, dans ce jeu, les enfants interviennent au sein même de l’œuvre de Fernand Léger en posant les couleurs selon leur goût sur des graphismes tirés des œuvres de l’artiste projetés sur des écrans au sol.
  • Enfin le parcours se clôture sur la réalisation d’un jeu par les enfants avec lequel ils repartiront dont le but est de faire disparaître et apparaître les couleurs.
Vue de l'exposition "Fernand Léger (1881-1955)" - Salle 17
Vue de l’exposition « Fernand Léger (1881-1955) » – Salle 17 ©Bibliothèque Kandinsky, MNAM-CCI, Centre Pompidou, photographe Jacques Faujour.

Le parcours proposé par la Galerie des enfants fait naître une évolution dans la perception de l’œuvre de Fernand Léger. Dans un premier temps le puzzle introduit la première phase de compréhension de l’œuvre de Léger, l’imitation où les enfants reproduisent fidèlement l’œuvre projetée. Ensuite les trois jeux qui suivent offrent au fur et à mesure de plus en plus de possibilités créatives à ces derniers qui peuvent prendre quelques libertés par rapport au modèle projeté. Enfin, l’enfant est amené à créer lui-même à partir des différentes expériences précédentes.

Fernand Léger sens dessus dessous plan
Plan de l’Atelier Fernand Léger, sens dessus, dessous. Cote Archives : 2008W052 9 ©MNAM-CCI, Centre Pompidou

La couleur a une place primordiale au sein de cet Atelier puisqu’elle répond au précepte de Fernand Léger selon lequel « la couleur est aussi indispensable à la vie que l’air et l’eau ».  Les enfants sont particulièrement sensibles à l’usage des couleurs, c’est pourquoi le travail de Fernand Léger est d’autant plus intéressant pour eux. Effectivement le parcours prend en compte deux usages de la couleur de Fernand Léger. On a tout d’abord l’usage « traditionnel » de la couleur en tant qu’elle est délimitée par des contours précis comme c’est le cas dans Les Grands plongeurs noirs. Cependant la deuxième partie de l’atelier se focalisent sur le deuxième usage que l’artiste normand fait de la couleur en la tirant hors du dessin selon l’inspiration des grandes enseignes publicitaires new-yorkaises que Léger verra lors de son exil aux Etats-Unis dans les années 1940.

L’Atelier des enfants favorise une « communication intuitive avec les œuvres de l’artiste plutôt [qu’une] compréhension intellectuelle »[1] que préconise la manifestation grand public de la Grande Galerie du Centre Pompidou, d’autant plus que la rétrospective Fernand Léger favorise très largement la contemplation avec une scénographie extrêmement épurée où les œuvres s’affichent sur des murs blancs, salle après salle, mettant le visiteur à distance de l’œuvre. Or, on trouve le processus inverse dans l’Atelier des enfants puisque « dès l’entrée, des projecteurs  colorient les enfants »[2]. Les sens visuel et tactile des enfants sont alors sollicités afin de comprendre l’harmonie des couleurs et l’imbrication des corps dans l’objectif de reconstituer les tableaux ou de les recréer. De plus, le deuxième atelier autour des formes libres fait réapparaître les œuvres originales de Fernand Léger après que les enfants aient positionné à leur gré les couleurs sur les motifs, de cette manière la discussion s’engage. C’est pourquoi lors de l’ultime étape de l’atelier, quand les enfants sont invités à découvrir l’œuvre de l’artiste au sein de la Grande Galerie du cinquième étage, ces derniers ne sont pas impressionnés. « Les jeux les ont familiarisés avec l’univers de l’artistes. En revanche ils relèvent les différences. « Les couleurs des personnages  (…) en bas étaient plus clairs » lance une petite fille d’une dizaine d’années » »[3]. La comparaison entre ce qu’ont fait les enfants et ce qu’ils doivent regarder leur permet de travailler leur sensibilité artistique. Le fait qu’ils ne soient pas impressionnés met en avant l’un des préceptes de l’atelier des enfants que rappelle Marie-Clarté O’Neill : l’appropriation de l’œuvre car « lorsqu’il a lieu l’accès aux œuvres officielles se fait après l’expérimentation plastique pour atteindre compréhension intime d’un processus artistique ».

Vue de l'exposition "Fernand Léger (1881-1955)" - salle 17
Vue de l’exposition « Fernand Léger (1881-1955) » – salle 17 ©Bibliothèque Kandinsky, MNAM-CCI, Centre Pompidou, photographe Jacques Faujour

Ainsi, l’Atelier Fernand Léger, sens dessus dessous, n’a pas tant pour objectif de faire découvrir l’œuvre de Fernand Léger aux plus jeunes que celui de développer la créativité individuelle de chacun afin de mieux percevoir le monde extérieur par la confrontation des enfants aux artistes majeurs. C’est pourquoi seules les œuvres des années new-yorkaises de Fernand Léger sont présentes au sein de cet atelier. Elles offrent aux 5-12 ans une expérience pluri-sensorielle et semblent les plus adaptées à débrider leur créativité. L’atelier des enfants Fernand Léger ne remplace donc pas l’exposition pour les enfants mais l’accompagne de façon didactique afin qu’ils puissent éveiller leur inventivité mais aussi leur sens critique.

Feuillet ateliers des enfants
Feuillet de présentation de l’atelier (fragment), cote archives 2008W052 9 ©MNAM-CCI, Centre Pompidou

[1] Maire-Clarté O’Neill « De l’atelier des enfants au service de programmation jeune public » in Bernadette Dufrêne, Centre Pompidou, 30 ans d’histoire, Centre Pompidou, Paris, 2007, p.237

[2] « Léger et sens dessus dessous », Paris momes, juillet 1997. Source : Revue de Presse cote archives du Centre Pompidou : RP 2011076

[3] « Beaubourg ouvre l’univers de Fernand Léger aux enfants », Le Monde, le 2 août 1997, source : revue de presse cote archives du Centre Pompidou : RP 2011076.


Cécile Lenoir

Etudiante en Master 1 Médiation culturelle, patrimoine et numérique à l'université de Nanterre. Les années traitées pour le catalogue raisonné des expositions sont 1991 et 1997 et l'exposition approfondie est la rétrospective "Fernand Léger (1881-1955)" de 1997.

More Posts

Follow Me:
LinkedIn

A propos Cécile Lenoir

Etudiante en Master 1 Médiation culturelle, patrimoine et numérique à l'université de Nanterre. Les années traitées pour le catalogue raisonné des expositions sont 1991 et 1997 et l'exposition approfondie est la rétrospective "Fernand Léger (1881-1955)" de 1997.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *