Revivre l’exposition « Malevitch » hors-champ : entretien avec Chantal Quirot

Entretien réalisé en 2014 par Milena Paez, restauratrice des Architectones de Malevitch.

Germain Viatte, Noël Viard, Chantal Quirot attelés à la restauration du Carré noir, 1978, in cat. d’expo Jean-Hubert Martin, Malevitch – Architectones, Peintures et Dessins, Ed. du Centre Georges Pompidou, 1980, p. 28

CQ : J’ai commencé à travailler au musée national d’art moderne en 1976, comme restaurateur extérieur sous contrat avec le Centre. Germain Viatte, alors, conservateur en charge des collections, désirait créer un atelier de restauration permanent attaché à une collection, sur le modèle de ceux qui existaient dans d’autres pays d’Europe et aux Etats-Unis. La collection de peintures était alors beaucoup plus importante que celle de sculptures et un restaurateur de peinture, Jacques Hourrière, a alors été nommé à la tête de cette atelier ; je travaillais à mi-temps pour le musée, mais n’avais pas encore de poste .

J’étais donc la seule restauratrice de sculpture quand les architectones sont entrés dans les collections du MNAM. Ils avaient été conservés pendant de nombreuses années, emballés dans des cartons, dans de mauvaises conditions. Ils sont en plâtre, comme vous le savez, ils étaient mal emballés et sont arrivés très abîmés. Certains éclats recollés mesuraient deux à trois millimètres ! Pontus Hulten, alors directeur du musée m’a demandé d’entreprendre cette restauration. Je me souviens y avoir travaillé pendant presque deux ans. C’était un vrai puzzle. Avec Jean-Hubert Martin, conservateur au MNAM et commissaire  de l’exposition Malevitch, nous avons pris le parti d’une restauration minimum, dépoussiérage et collage des éclats sans masquer les joints de collage ni combler les lacunes, afin de ne pas toucher aux nombreuses traces inscrites sur le plâtre.

Si vous regardez attentivement les éléments « authentiques » des architectones dits « originaux », vous distinguerez des zones de cassures et des manques. Les lacunes visibles  ne nous ont pas semblé compromettre la lisibilité des ensembles.

MP : Pourriez-vous revenir sur vos relations avec Poul Pedersen et l’équipe danoise ?

Au début, je n’avais que peu de relation avec Paul. Nos tâches étaient différentes. Il était impliqué depuis longtemps dans cette recherche et j’étais très jeune et loin de ses préoccupations concernant Malevitch. Jean-Hubert Martin m’avait expliqué le travail qui avait été fait en Suède. Nous travaillions l’un à côté de l’autre. Sa table était pleine de cubes  de plâtres de toutes tailles, tandis que sur la mienne de petits morceaux étaient étalés. Poul fabriquait les éléments manquants afin de reconstituer les ensembles. Nous  ne discutions pas beaucoup. La relation qui s’est tissée entre nous est intervenue vers la fin de l’opération et même bien après. En effet, Poul avait fini sa mission, et les architectones étant une sorte de puzzle où les différents éléments sont posés les uns sur les autres, le risque  de mélanger Gota avec Gota 2A, Beta, Alpha ou Zeta, était grand ; chaque ensemble pouvant être constitué d’une cinquantaine d’éléments.Jean-Hubert Martin avait également quitté le musée et j’étais la seule « survivant » de cette aventure. Je me suis donc à mon tour plongée dans ces architectones, étudiant, photographiant, faisant fabriquer des caisses de stockage adaptées, et tentant d’identifier les éléments restants. Ce travail a été entrepris en collaboration avec  Agnès de la Beaumelle, conservateur,  avec l’aide de l’atelier d’emballage du musée à qui nous avons demandé la fabrication de caisses adaptées.

C’est à cette occasion qu’à plusieurs reprises j’ai demandé  à Poul de m’aider à déchiffrer ce qui restait. Il a toujours répondu à mon appel. J’avais étalé sur une table tous les éléments non identifiés contenus dans trois grands tiroirs, et il est venu les trier : d’un côté ceux qui avaient été réalisés par Souiétine, de l’autre, ceux de Malevitch non rattachés à un ensemble.  Désormais il existe un tiroir entier d’architectones réalisés par Souiétine dont certains sont partiellement peints en rouge, deux tiroirs d’autres éléments non rattachés à l’un des ensembles.

Déballage et identification des éléments d'architectones, in Jean-Hubert Martin, "Archéologie des architectones", Les Cahiers du Mnam, janvier/mars 1980, p. 150-151
Déballage et identification des éléments d’architectones, in Jean-Hubert Martin, « Archéologie des architectones », Les Cahiers du Mnam, janvier/mars 1980, p. 150-151

Cette rationalisation passait également par l’élaboration de dossiers, plans de montage et plans de caisse qui n’existaient pas. ll est clair que je ne regarde plus les architectones comme quand j’avais vingt ans. Depuis, j’ai installé les architectones dans de nombreuses expositions consacrées à Malevitch et à l’art de cette période, organisées dans le monde entier. J’ai vu  les  architectones conservés en Russie, exposés pour la première fois. Chaque nouvelle exposition Malevitch est l’occasion d’une découverte. Récemment encore, à Amsterdam, au Stedelijk, j’ai vu une photo ancienne de Zeta, qui ne correspondait pas tout à fait à la reconstitution faite par Poul Petersen. J’avais déjà constaté  sur Gota et Alpha, des différences entre les éléments conservés en Russie et ceux du MNAM. J’en ai fait part à Jean-Hubert Martin. Il m’a dit qu’en ce qui concernait Alpha, Malevitch lui-même avait apporté des variantes à ses architectones. Ce n’est pas le cas de Gota, où certaines parties reconstituées ne correspondent pas tout à fait aux éléments originaux du même ensemble appartenant au Musée Russe. J’aimerais beaucoup pouvoir parler avec Poul Petersen de ces constatations.

MP : Le reportage muséographique de l’exposition indique, surtout à travers les vues de la grande galerie, quel dispositif de présentation avait été choisi pour présenter les architectones… le visiteur pouvait les admirer à partir d’une rangée de sièges, et ces derniers n’étaient pas placés sous vitrine… existent également ces photographies témoins où l’on voit Poul Pedersen travailler au réassemblage des parties d’architectones

Vue générale de la Grande galerie : entrée de l’exposition de 1978 au Mnam : les architectones Gota 2a et Alpha sont présentés sur des socles ; Kazimir Malevitch, exposition grande galerie du 14 mars au 15 mai 1978, M5050_X0031_MUS_19780801_017_P.JPG, Edition ; Paris : ©Photothèque du MNAM-CCI, 1978
Vue générale de la Grande galerie : entrée de l’exposition de 1978 au Mnam : les architectones Gota 2a et Alpha sont présentés sur des socles ; Kazimir Malevitch, exposition grande galerie du 14 mars au 15 mai 1978,
M5050_X0031_MUS_19780801_017_P.JPG, Edition ; Paris : ©Photothèque du MNAM-CCI, 1978

Au début, l’espace de travail de Poul Pedersen était au milieu des ateliers du musée, au 2e sous-sol. Il n’y avait pas d’atelier de restauration, c’était juste un espace ménagé, je travaillais un peu plus loin. Sur la photographie que vous me montrez, il s’agit probablement d’un espace aménagé au milieu des bureaux paysagés du musée,  au 3ème étage actuel du centre.

Les architectones sont désormais toujours présentés  sous vitrine.

4. Poul Pedersen, éléments Ornements suprématistes, M5050_X0031_MUS_19780803_032_P
Poul Pedersen reconstituant Gota2a, photographie NB, Cote FGP MAL 4008-1, P1, ©documentation, Bibliothèque Kandinsky, Mnam-Cci
Poul Pedersen reconstituant Gota2a, photographie NB, Cote FGP MAL 4008-1, P1, ©documentation, Bibliothèque Kandinsky, Mnam-Cci

 

 

 

 

 

 

 

Et voici la photographie1 où je suis avec Germain Viatte et Noël Viard,  nous nous attardions sur l’état du Carré noir sur fond blanc en plâtre et l’évolution de la restauration. Dans le dossier de restauration, il y a des photographies où l’on peut voir l’état de la pièce à son arrivée dans les collections. La restauration a été longue et difficile.

MP : Quelle démarche a été adoptée pour proposer une conservation optimale des architectones ?

CQ : Les architectones ont été dès le départ demandés en prêt par les musées français et étrangers. Il était impossible de faire voyager les originaux, fragilisés par de longues années de mauvaises conditions de conservation.
Les premières répliques  Gota 2A et Beta, ont  été réalisées par Poul Pedersen en 1981 pour l’exposition Moscou-Paris. En 1989, à la demande de la direction du MNAM, Poul a effectué la réplique de tous les architectones, Gota, Gota2A, Beta, Alpha et Zeta. Il existe donc actuellement deux répliques de Gota2A et de Beta.
Pour l’exposition  Malevitch de 2003, à Berlin,  New York et  Huston, la direction du musée a décidé de faire une réplique des Ornements suprématistes. Poul ne travaillant plus depuis longtemps pour le Centre, la reconstitution a été cette fois réalisée à ma demande, par un restaurateur, Denis Chalard.
Les « répliques de voyage » sont malgré tout très fragiles. Poul s’est appliqué à coller certains  morceaux de façon à réduire le nombre d’éléments à installer et faciliter ainsi le montage. L’original de Gota, par exemple est composé d’une cinquantaine morceaux alors que la réplique n’en a que dix. Parmi les architectones, Beta et Gota2A,  s’avèrent plus simples à installer, ils sont composés de moins d’éléments; ces montages demandent malgré tout, outre une connaissance précise des ensembles, une très grande méticulosité ; il s’agit en effet, à chaque fois, d’empiler des cubes de plâtre parfois très volumineux et lourds, aux arêtes très fragiles, suivant un plan extrêmement précis.

MP : Peut-on considérer que ce travail que vous avez mené au long terme sur les Architectones, équivaut à une politique de recherche in progress ?

CQ : Aujourd’hui, avec l’expérience que j’ai acquise sur l’œuvre de Malevitch, il est évident que j’envisagerais de manière complètement différente ce travail sur les architectones. La restauration n’aurait pas été différente, mais je regrette de ne m’être pas impliquée davantage dans les recherches de Poul Petersen. Je n’en avais à l’époque, ni le temps car je travaillais également dans d’autres musées, ni la connaissance suffisante de l’œuvre de Malevitch.
Ce travail est passionnant ! Au cours de ces années passées au Musée national d’art moderne, parmi toutes les expériences vécues, quatre restent pour moi inoubliables : Brancusi,  Giacometti, Malevitch et Arp. J’ai eu la chance de pouvoir accompagner mon travail sur le terrain de recherches personnelles, m’enthousiasmant toujours plus pour les questions que ces œuvres soulevaient.

MP : Ces travaux de restauration soulèvent également le questionnement autour de l’authentique et de la copie …

CQ : En tant que restauratrice, je suis forcément un peu fétichiste ! Mais dans le cas des architectones, les répliques, indispensables,  ont permis la diffusion de cette partie de l’œuvre de Malevitch moins connue.

  1. Voir l’ill. n°1 en tête de l’entretien. []

Milena Paez

Doctorante à l’université Paris 8 (EDESTA), son projet de thèse porte sur les [Remakes et reconstitutions d’expositions], leur rapport à l’historicité des institutions qui les ont vu naître et les conséquences de leur transposition sémantique, géographique, culturelle et sociale.
Formée en histoire de l’art, en muséologie et en esthétique (École du Louvre, Université Paris 1) son parcours l’a menée à s’interroger sur des recherches croisant histoire des collections, des expositions et histoire culturelle et sociale des musées.

More Posts

Follow Me:
LinkedIn

A propos Milena Paez

Doctorante à l’université Paris 8 (EDESTA), son projet de thèse porte sur les [Remakes et reconstitutions d’expositions], leur rapport à l’historicité des institutions qui les ont vu naître et les conséquences de leur transposition sémantique, géographique, culturelle et sociale.
Formée en histoire de l’art, en muséologie et en esthétique (École du Louvre, Université Paris 1) son parcours l’a menée à s’interroger sur des recherches croisant histoire des collections, des expositions et histoire culturelle et sociale des musées.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *