Une série d’expositions : les « Ateliers Aujourd’hui »

par Julien Hector

A l’automne 1977, le Centre Pompidou organisa une série d’expositions visant à rendre compte de la création artistique contemporaine de l’époque en exposant de jeunes artistes pour la plupart, inconnus ou en devenir. Sous l’impulsion de Pontus Hulten et surtout de Maurice Eschapasse, les galeries contemporaines donnant sur le forum abritèrent à partir de septembre 1977, ce qu’on appela alors Ateliers Aujourd’hui. Ainsi entre le 7 septembre et le 3 octobre, le peintre Jean de Gaspary et la photographe Deidi von Schaewen ouvrirent le bal de cette série d’expositions avec Atelier Aujourd’hui 1. En effet, chaque « atelier » rassemblait, durant un mois, deux artistes.

Au rythme d’une exposition par mois, Maurice Eschapasse chargeait un conservateur du musée de choisir deux artistes de la scène artistique contemporaine. L’accrochage résultait d’une collaboration étroite entre les artistes et le Centre.Ateliers Aujourd’hui avait vocation à présenter, l’environnement de l’artiste à travers un reportage photographique réalisé par Jacques Faujour (alors photographe du Centre Pompidou) dans les ateliers. Ce reportage était alors exposé aux côtés des œuvres. Maurice Eschapasse (en charge de l’organisation des Ateliers Aujourd’hui) décrit les ateliers d’artistes comme des endroits où s’élaborent « un peu mystérieusement les œuvres d’art, suscitant de ce fait beaucoup de curiosité ».  Ainsi, les Ateliers Aujourd’hui répondaient au désir du public, de découvrir l’artiste à son travail, la manière dont il élabore ses toiles, photographies et autres sculptures. Des ateliers les plus divers étaient alors montrés au public du Centre, du plus ordonné au plus grand des capharnaüm, divers également par la variété des techniques employées (peinture, sculpture, photographie). Les reportages photographiques de Jacques Faujour jouissaient d’une totale liberté de ton, accordée par le Centre. De ce fait, les reportages pouvaient présenter un caractère humoristique comme chez Denis Rivière (artiste de l’ Ateliers Aujourd’hui 2) ou un visage plus sérieux comme chez Ivan Theimer (artiste de l’ Ateliers Aujourd’hui 4). Jacques Faujour représenta ces deux artistes en train de peindre (même si Denis Rivière avouera plus tard avoir feint de peindre pour ce reportage, abordant l’expérience photographique dans une optique d’amusement avec le photographe). Il était alors question ici de montrer aussi bien l’acte de création que la création elle-même.

Le reportage de Jacques Faujour représentait en quelque sorte un préambule pour le visiteur. Celui-ci était exposé à l’entrée des expositions, avant les œuvres proprement dites. Le public était ainsi préalablement introduit dans l’exposition par une série de photographies lui permettant d’identifier visuellement l’artiste et son environnement de travail.

Cependant, des critiques firent leur apparition dès la fin 1978 et le début 1979. Certains galeristes réclamèrent plus de visibilité pour leurs artistes. Et au mois de mai 1979, une pétition fut adressée à Maurice Eschapasse par un collectif mené par Bernadette Delrieu de la cité internationale des arts. Les critiques portaient principalement sur une programmation considérée comme peu cohérente sur la durée et également sur l’espace de l’exposition jugé trop étroit. Le collectif réclamait que la sélection soit faite par un comité plutôt que par une unique personne. Maurice Eschapasse, conservateur en charge de l’organisation de ces Ateliers Aujourd’hui tenta de faire évoluer cette série d’événements en tenant compte des différentes critiques et commentaires reçus de part et d’autre. A partir des Ateliers 15 et 16 (c’est à dire à partir du 23 mai 1979), une plus grande attention fut mise à la sélection des artistes exposant. Néanmoins, cela ne suffit pas à pérenniser de façon durable cette manifestation.

Parallèlement aux Ateliers Aujourd’hui, eurent lieu des accrochages collectifs aussi intitulés Ateliers Aujourd’hui . Il s’agissait d’œuvres contemporaines des collections nationales. Le Centre exposait ici les acquisitions récentes du Fond national d’art contemporain et du Musée National d’Art Moderne. Quatre accrochages se succédèrent jusqu’en juin 1980. Ainsi, le public put retrouver certains artistes ayant déjà exposé dans Ateliers Aujourd’hui. Pour l’exemple, Denis Rivière qui avait exposé lors d’Ateliers Aujourd’hui 2 (entre le 7 octobre et le 7 novembre 1977) vit une de ses œuvres exposée lors de l’Accrochage 1 (du 13 décembre 1978 au 22 janvier 1979). Là encore l’expérience ne dura pas.

Dans l’ouvrage du trentième anniversaire du Centre Centre Pompidou, Trente ans d’histoire sous la direction de Bernadette Dufrêne, Alfred Pacquement place cette expérience au rang des échecs. En effet, pour celui qui était à l’époque responsable des expositions, la série Ateliers Aujourd’hui n’a pas été en mesure de capter, ou seulement de façon sporadique, la création artistique émergente de la fin des années 1970 et du début des années 1980. De plus, il faut noter que nombre des jeunes artistes ayant exposé dans les Ateliers n’ont pas confirmé leurs débuts prometteurs. Cette série s’arrêta le 23 juin 1980 avec la vingt et unième édition (présentant Jean-Gabriel Coignet et Pascal Kern et son Usine à bastos).

Toutefois, l’évocation d’Ateliers Aujourd’hui permet de rendre hommage à un acteur essentiel de la mise en valeur des artistes et de la création artistique, Maurice Eschapasse. Ancien inspecteur à la création artistique, ce conservateur fut un véritable promoteur de la jeune création de l’époque à travers son action dans Ateliers Aujourd’hui. La « carte blanche » qu’il laissa aux artistes dans les accrochages des différentes expositions de la série témoigne de son profond respect et de son affection envers eux. Son décès soudain à 57 ans, le 5 février 1982, à Paris créa une vive émotion parmi les artistes l’ayant côtoyé. Indéniablement, la mise en place d’événements comme Ateliers Aujourd’hui  résulte de la volonté et de l’action d’hommes comme Maurice Eschapasse.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *